Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2015

Mémoire « est » identité !

Invité le 17 mai sur Radio J, Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS a déclaré : « Je ne sais pas ce qu’est l’identité française, je connais l’identité de la République ». L’aveu est sans bavure, confirmant ce que nous écrivions dans le précédent éditorial : « La République, pour nos hommes politiques, n’est plus française, elle EST, tout simplement. »

Ainsi, il n’est même plus besoin des royalistes pour opposer la république à la France : les républicains s’en chargent désormais tous seuls !
La République aurait une identité, la France n’en aurait pas, elle serait même le seul pays au monde à ne pas en avoir, car les socialistes, qui sont par ailleurs de forcenés communautaristes, reconnaissent évidemment une identité à tous les autres peuples, à toutes les autres cultures, à partir du moment où il ne s’agit ni de la culture ni du peuple français. « Allez donc visiter le Mont-Saint-Michel ou le château de Versailles, cela vous donnera un début d’idée », a rétorqué Marion Maréchal-Le Pen à Cambadélis... Mais comment pourrait-il reconnaître la France dans sa dimension royale et catholique ? Elle n’est pas le fruit d’une motion du parti socialiste...

Oui, depuis deux siècles, nos « républicains » patentés ont du mal avec la France, ce qui est logique puisque la république a été fondée sur le rejet de dix siècles d’histoire et d’identité françaises.
Anticipant la formule de Brecht, n’a-t-elle pas cherché à « dissoudre le peuple pour en élire un autre » ? C’est-à-dire, plus exactement, à en modeler un selon ses vues en éradiquant toute trace de l’ancien par le sang, le feu et des destructions patrimoniales qui n’ont rien à envier à celles opérées par l’Etat islamique ?
……
François Marcilhac –
L’Action Française 2909

27/05/2015

Immigration musulmane et Europe

Il faut remonter au début de l’immigration musulmane, voulue par le patronat et par nos dirigeants, dans les années 70 (immigration contre main d’œuvre et pétrole),  pour comprendre l’étendue de la faute commise par ces derniers.
Faute lourde dont les peuples n’ont pas fini de payer les conséquences. Les peuples, pas leurs dirigeants à l’exemple de Valérie Giscard D’Estaing et Jacques Chirac qui eux sont au delà de toute atteinte et ne rendront jamais de comptes.  

Ils n’ont rien, mais alors rien fait pour réussir l’intégration, sinon l’assimilation, non seulement des individus, mais surtout du “culte islamique”. Et encore moins pour en limiter la venue des adeptes sur nos territoires, sous prétexte que nous « ne voulions pas vider les poubelles à Paris » comme le chantait « innocemment » Pierre Perret.

Bien au contraire, ils ont tout fait pour que ces derniers conservent toutes leurs singularités, considérant probablement que la concurrence entre les peuples de cultures fondamentalement différentes nous rendrait plus dociles.

L’absence manifeste « d’insertion », dont il fallut bien se contenter, est devenue un obstacle à l’intégration des nouvelles générations de musulmans nés ici, comme celle des primo-arrivants, en compromettant dangereusement la cohésion sociale.

Ces dirigeants sont donc responsables et coupables, tout comme leurs successeurs, de tout ce qui est advenu et adviendra de nocif pour le peuple, et ce n’est pas tout.
Ils sont également responsables de la catastrophe, car tout est relié et en interaction, que constitue le développement d’une Europe des marchands mise au service du complexe militaro-industriel américain. Une Europe envers laquelle depuis le référendum de 2005 sur le projet constitutionnel Européen, le peuple de France a manifesté clairement son hostilité.

Alors comment sortir de l’impasse dans laquelle ces prédateurs nous ont mis et rebrousser chemin afin d’en ouvrir un autre moins fréquenté par les « racailles » de toutes natures ?

D’abord commençons par nous en débarrasser au plus vite, et ce par tous les moyens.
Élisons à la place des dirigeants qui s’engagent à nous sortir du rêve Européen devenu le cauchemar des peuples et qui ne produit que du chômage.

Ensuite, nous pourrons régler le problème de l’immigration Musulmane et Africaine qui ne peut produire que des guerres civiles.

Alors, si rien ne se passe d’ici là, en 2017 nous avons une nouvelle occasion de prendre conscience que ce monde dangereux EST de leur création comme le montre la situation Libyenne et que nous ne sommes plus à l’abri, car cette situation peut devenir très vite la notre.

Pensons y constamment, sachons distinguer dans le « bruit » médiatique le « parler vrai » et dans les projets de gouvernance qui nous sont soumis ceux qui portent NOS intérêts et pas ceux des « marchands du temple ».

Francis NERI
27 05 15  

 

 

25/05/2015

Les indignés !


J’ai longuement écouté hier, sur BFM radio, l’incroyable Bayrou, défenseur du latin et de l’Ecole mais à la 25 eme heure.

Il regrette le latin cet Ostrogoth, cet individu touché par la « grâce » au point de voter pour celui à gauche qui s’emploie à détruire ce qu’il feint d’adorer.

La lâcheté, la compromission et le tournage de veste de ceux qui découvrent les charmes de ce qu’ils s’acharnaient à déconstruire sont décidément sans mesure.
Si au moins cet énergumène faisait amende honorable et admettait, même par hypocrisie, s’être trompé ; nous pourrions encore nous laisser prendre, nous sommes si naïfs.
Mais non ce ne sont jamais que les « autres » qui sont coupables, eux sont des innocentes et courageuses brebis blanches.

Ce Bayrou me fait penser à V.G.E et son regroupement familial ! Des chacals de la même portée !
Décidément il se passe quelque chose. Au moment où Bayrou se rapproche de Jupé, ne voilà t-il pas qu’un sondage apparaît fort opportunément pour évincer Sarkozy et pousser Jupé en tête devant Marine Le PEN.

La ficelle est bien grosse, mais ces individus de gauche comme de droite osent tout et le plus fort c’est que çà peut marcher, nous sommes si inconséquents collectivement.
Vingt trois pour cent de « Français » ne disent ils pas qu’ils font encore et toujours confiance à Hollande ?
Tenez ils m’écœurent tous autant qu’ils sont ces hommes politiques, ces grands patrons, ces hauts fonctionnaires, cette grande administration, ces médias à la solde et à la soupe, ces associations tiers-mondistes et immigrationistes, ces intoxiqués de l’UE …RAS LE BOL !

Mon Dieu qu’elle horreur, disent-ils indignés, de jeunes Français détestent notre société au point de prendre les armes contre elle et ses valeurs !!
Peut être fallait il s’en préoccuper quand dans les années 70 on démantelait consciencieusement, à l’École et dans le tissus associatif, tous les instruments d’intégration et d’assimilation sous prétexte que c’était à nous de nous enrichir de la « différence » de leurs parents !

C’était rejeter l’idée force qui « tient » le monde social, que tout enfant quel qu’il soit et d’où qu’il vienne doit s’intégrer et s’assimiler au monde qui l’accueille !

Ces « indignés » s’étonnent que de nombreux Français n’ont plus foi en la démocratie, s’abstiennent de voter ou se tournent vers le Front National qui leur semble être le dernier espoir avant l’effondrement total de leur pays, qu’ils sont de plus en plus nombreux à quitter quand ils le peuvent !

Ils auraient mieux fait de s’en préoccuper au moment où ils nous vendaient du « Karcher », qu’ils nous juraient la main sur le cœur qu’il n’y avait pas d’autre alternative que l’UE, qu’une politique économique, financière, sociale, immigrationiste, pour laquelle les Français n’ont pas voté où sur laquelle ils avaient déjà voté « non ». ?

Cette politique s’avère un vrai désastre car elle détruit non seulement notre cadre et notre mode de vie, notre contrat social, mais notre mémoire et notre identité même.

Enfin ces « indignés » nous ont entrainé sous la ferme pression des intérêts Américains, du Qatar et de l’Arabie Saoudite dans des guerres au Moyen Orient et en Afrique qu’ils ont délibérément provoquées.
Ils en viendraient même à nous entrainer dans une guerre contre Moscou les ignobles !

Trop c’est trop, ces « Indignés » chérissent les causes dont ils font semblant de déplorer les effets !
Rien de nouveau donc sous le soleil…mais la guillotine non plus ce n’est pas nouveau et, nous pourrions en retrouver une ou deux au musée des horreurs, çà peut encore servir !

Francis NERI
25 05 15