Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2013

Convergence de finalité

Convergence de finalité, d'objectif et de moyens avec « Tintin ».

Il ya une si forte convergence de finalité, d’objectif et de moyens avec « Tintin » que je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager son commentaire sur Nouvelles de France !

Lui : Tintin

8 juin 2013 à 16:45 at 16 h 45 min

Et nous analystes systémiciens !

"L’analyse systémique est simplement une méthode qui permet de prendre par exemple des décisions efficaces qui mettent en jeu l’efficacité personnelle ET collective. Une méthode qui  ne se base pas seulement sur la prévision d’un évènement à partir d’une cause, mais sur notre capacité à créer nous même cet évènement.

Le problème est de savoir si des programmes informatiques assez simples sont en mesure de créer les « micros spécifications » nécessaires et suffisantes pour générer les macros phénomènes qui nous intéressent.

C’est possible en remplaçant la prévision par la simulation (modélisation) et les mathématiques par l’informatique.

C’est pour parvenir à cet objectif que nous souhaitons rassembler les compétences nécessaires (à former au préalable à l’approche systémique qui n'est enseignée nulle part au sein de notre enseignement d'ETAT et pour cause, l'enseignement de l'approche systémique est dangereux pour les pouvoirs actuels).

Ce qui me semble important c’est de détecter des dispositions à l’empathie et à une certaine dose d’altruisme.  Ensuite, nous aurons besoin de compétences informatiques, sociologiques, psychologiques, pédagogiques, organisationnelles, médiatiques.

La  connaissance d’algorithmes systémiques et de schémas heuristiques ne nécessite pas l’utilisation des mathématiques, ce qui élargit le champ du niveau de compétence(s) recherchées. Je pense en effet, que l’efficacité personnelle ne réside pas dans un savoir, mais dans des attitudes et des comportements qui rendent l’action efficace. C’est ce que nous cherchons dans nos « recrutements ».     

Ne pas oublier que c’est l’interaction qui fait converger l’ensemble d’un système. C’est souvent la raison qui fait qu’un pouvoir tente toujours de freiner toute interaction entre les systèmes.

Exemple : L’interaction entre les groupes d’électeurs au cours des élections.

Les électeurs du FN et de l’UMP souhaitent que des interactions se fassent entre ces deux groupes. Leurs dirigeants respectifs s’y opposent, pour quels raisons ?

Essentiellement de crainte qu’il y ait constat de convergence entre les électeurs des deux camps sur la politique à conduire (auto organisation) et que les électeurs choisissent non pas un parti mais des hommes et des femmes qui feraient passer les intérêts des électeurs avant les leurs et avant leur parti) 

L’analyse systémique (distinguer et examiner au moins trois éléments sources de causalités multiples) nous dira que les électeurs des deux camps, les candidats et les partis ont des intérêts divergents et que par conséquence une convergence des votes étant impossible, l’échec est assuré pour les trois parties."

Conclusion : Rejoignez le "projet IESE" Institut Européen de Systémique Expérimentale

http://semanticien.blogspirit.com

02/06/2013

N.K.M.

« On ressemble de plus en plus à des régimes soviétiques avec une religion d’État et des médias qui sont là pour convaincre et pour endoctriner le bon peuple par des images sans cesse ressassées ».

Eric Zemmour

Il n’y a pas que les médias pour imposer la religion d'Etat gauchiste ! Et pour cause !  La gauche a, depuis en gros mai 68, diffusé son idéologie dans tous les domaines de la société : économiques, sociaux, culturels etc.  La droite depuis la fameuse phrase de V.G.E « vous n’avez pas le monopole du cœur » n’a cessé de culpabiliser et de courir après la gauche. Conséquence,  tout ce qui se targue de progressisme, en particulier au sein de l’enseignement, y compris supérieur, se sont empressés d’emboiter le pas assurant le triomphe des « bobos » et de l’absurde  génération de mai 68 dont Cohn Bendit est la néfaste, venimeuse et semble t-il « pédérastique » illustration.

Les politiques, les intellectuels, la police, la justice ont suivi  et çà nous conduit à avoir pour adversaires des individus comme Bernard Henri Levy, le syndicat de la magistrature, et Nathalie Kosesko Morizet. Si j’orthographie mal le nom de cette dernière, tant pis pour cette fausse bourgeoise qui crache dans la soupe comme tant d’autres : le sang contaminé ou le violeur d’américaines islamistes et noires par exemple.  

Elle n’a qu’à s’appeler Mohamed comme tout le monde.

Je ne vais pas comme Gérard Brazon faire un stage de formation « bleu marine » et je n’habite pas Paris, mais je ferais volontiers le trajet pour suivre le stage et allez voter contre N.K.M. Mais bon les déplacements à Paris pour manifester commencent à me coûter cher, et moi je ne suis pas un bourge bobo de gauche ou de droite, mais un simple retraité avec une retraite qui fond comme peau de chagrin

Voilà vous savez ce qu’il vous reste à faire les habitants de la région parisienne. Si cette femme passe à Paris, je n’adresse plus la parole à Gérard Brazon ! :-))         

Francis NERI

12/02/2013

La démission de l’autorité

« Distribution de nourriture et de vêtements par l’Aube dorée à la partie des grecs en voie de clochardisation. »

Verrons-nous bientôt cela en France ? 

Dans les urnes, le Front National est devenu la troisième force politique du pays, mais il est loin d’occuper sur le terrain la place qui lui est due.

La gauche doit son succès actuel grâce à la méthode Trotskyste d’infiltration et d’implantation locale mise en œuvre depuis quarante ans. La droite complice l’a laissé faire en toute connaissance de cause

Les islamistes appliquent, avec succés, la même méthode depuis aussi longtemps avec en plus une présence de soutien économique constante auprès des minorités « défavorisées », analphabètes et fanatisées.

Le Front National de Jean Marie Le Pen, qui semble n’avoir jamais véritablement voulu parvenir au pouvoir, s’il s’est toujours intéressé au national et au global, à toujours négligé le local et encore plus les problèmes quotidiens du petit peuple.

Il n’a pas quarante ans devant lui.  S’il envisage de percer rapidement, il va lui falloir revisiter sa stratégie pour obtenir quelques succès aux élections locales, seule chance de se présenter en force aux élections nationales futures.

Une stratégie d'alliances locales avec l'UMP est un préalable indispensable mais peu probable hélas.  Celle consistant à occuper le terrain en soutenant et en protégeant  le peuple de France toutes classes sociales confondues serait plus efficace. Un peuple abandonné par ses élites de droite comme de gauche y serait particulièrement réceptif.

Des "représentants du peuple" capables de se substituer à la puissance régalienne car l’autorité de l’Etat est en chute libre et que ces mêmes élites semblent ne s’intéresser qu’à leurs carrières, à la répartition des prébendes entre eux, à l’Europe des marchés et à la mondialisation financière.     

Sur fond de démission des autorités, un processus  qui ne pourra être séparé d’un discours nationaliste et de méthodes « autoritaires » à mettre en oeuvre au sein de chaque coin de France à reconquérir et où des Français sont à soutenir et protéger.

Le Front National doit transformer en actes ses propositions sous peine de perdre toute crédibilité envers ceux qui ont investi tous leurs espoirs dans la couleur « bleue marine ». 

La France  est d’ores et déjà terrassée par la crise, le chômage et l’insécurité.

Dans ce contexte, nombre d’immigrés illégaux venus bénéficier du système social versent dans la délinquance et la criminalité.

L’Etat, lui, malgré des promesses successives de passer la France au karcher, est accusé de ne pas jouer son rôle. La police paralysée par un Etat et une justice résolument « bien pensants » est impuissante à maintenir l’ordre. 

L’enjeu à présent est clair ! Si une autorité structurée comme le Front National ne se dresse pas pour maintenir l’ordre et la sécurité, pour penser global mais agir local, pour limiter l’aide publique aux Français, pour stopper l’immigration et renvoyer les clandestins chez eux, plus rien ne sera possible et la France sombrera dans la guerre civile, une fois les plus entreprenants d’entre ses « nationaux » l’ayant désertée.            

François Hoffmann