Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/08/2008

Un père

C’était en 1960, le fils faisait ses classes au camp de Carpiagne, prés de Marseille. Il apprenait le maniement des armes, à tirer juste, comment marcher au pas, obéir aux ordres et comment les donner.

Il avait 20 ans, était fin prêt pour le bateau, l’Algérie et pour ce qu’il considérait comme une aventure.

Le père avait 48 ans, un homme solide de taille moyenne. Il levait les yeux, très verts et très clairs, parfois très durs, pour voir son fils, un grand type au beau visage insolent. À ce moment là, on pouvait y lire de l’admiration.

Le fils lui ne voyait rien, il venait de vivre ce qu’il croyait être le pire moment de son existence. Il se trouvait là, en uniforme, sur le trottoir devant le Palais de Justice de Marseille. Il en était sorti libre et avait peine à croire que son affaire, vielle de trois ans, trouvait enfin son épilogue.

Lorsqu’il avait présenté sa convocation à son capitaine pour obtenir une permission,  celui-ci avait clairement montré sa déception : « Et moi qui vous ai nommé brigadier ! Il est temps que vous preniez le bateau. Je vais vous choisir un endroit à votre mesure ! »

C’est bien plus tard qu’il comprit ce que cela signifiait en se retrouvant dans un « Commando de chasse » dans les forêts de Chênes liége prés de Collo.

En attendant, il respirait, son père l’avait bien défendu. Il avait admis qu’il ne s’en occupait pas assez, qu’il lui laissait trop de temps libre. Il n’avait pas dit qu’il faisait deux journées pour nourrir sa famille et que l’une était du « travail au noir ».

Bref, il disait que si son fils avait fait des bêtises, c’était de sa faute. Le reste était passé comme une lettre à la poste, trois mois avec sursis, juste pour s’être retrouvé dans une voiture volée par un autre.

A l’époque, on ne savait pas encore ce que c’était que les admonestations et on ne plaisantait pas avec la propriété privée.

Le père était fatigué, la lassitude et l’angoisse se lisaient sur ses traits tirés. Il avait peur pour son fils. Il pensait à celui du voisin qui n’en était pas revenu. On racontait qu’il avait été jeté dans un puits, le sexe coupé et mis en bouche de force.

Ce fils, qu’il aimait par-dessus tout, allait prendre un bus, rejoindre le camp et demain peut être partirait-il pour toujours.

Il s’efforçait de ne rien montrer. Il chiffonnait dans sa poche quelques billets péniblement économisés qu’il voulait lui donner. L’avocat avait coûté cher !

Toute sa vie il avait fait face, les poings serrés, toujours levés prêt à frapper. Un dur, le « parti » seul avait longtemps compté pour lui et puis il y eut cette femme si belle et si jeune qui lui avait donné deux enfants puis, s’en était allée.

Il avait refait sa vie, il le fallait bien et de nouveaux enfants étaient venus, le « piége » s’était refermé. De belle et insouciante, la vie était devenue harassante, le temps avait passé, son fils qui lui rappelait tant sa femme était devant lui et il partait.

Il y eut alors un appel qui les éloigna tous deux de leurs pensées : « Et Steff, c’était le surnom du fils, viens voir un peu ! »

De l’autre côté de la rue, un garçon leur faisait signe et le fils docile s’avançait, s’apprêtant à obéir.

C’est alors qu’une main ferme s’abattit sur son épaule et le maintient solidement. Le fils se retourna, c’était le juge, mais en civil. Une brusque terreur le saisit et il se laissa conduire auprès du père, les jambes tremblantes.

« Ta place est ici, avec ton père, pas avec ce voyou. Il est temps que tu comprennes si tu ne veux pas te retrouver encore devant moi » Ceci dit, il le lâcha et s’en alla.

« Allez viens fiston, ne restons pas là dit le père, voilà ce que j’aurai du faire depuis longtemps et ce que je n’ai pas su faire, j’espère que l’armée s’en chargera. »

Il le prit par le bras et il partirent tout les deux.

La semaine qui suivit, le fils embarquait sur le « Ville d’Alger. »        

 

24/04/2006

L'approche systémique

L’approche systémique du fonctionnement des groupes sociaux n’est pas simplement une pratique relevant de la psychothérapie, c’est aussi, et je dirai en premier, une école de pensée qui élabore au quotidien des méthodes et des moyens pour permettre aux êtres humains d’établir un meilleur rapport avec la réalité.
Cette réalité est faite de communications ou encore, que chacun de nous entre en relation avec lui même, avec les autres et avec l’ensemble social, en particulier ce que l’on peut désigner par l’Institution.
L’hypothèse première que je propose est que l’harmonisation de ces relations passe par un équilibre à trouver en permanence entre ces trois axes ou encore par une mise en cohérence des trois systèmes.
L’hypothèse seconde sur laquelle je m’appuierais pour développer la première est qu’il faut redéfinir la réalité en terme de perceptions et de réactions. La réalité serait la résultante de nos interactions, du lieu de notre observation, des outils utilisés et du langage dont nous nous servons pour traduire notre représentation de cette réalité.
Dans cette hypothèse, la réalité n’existe pas en tant que telle, elle est celle que nous voulons qu’elle soit. Il y a autant de réalités possibles qu’il y a d’individus porteurs de leur réalité.
Ce que nous sommes est le produit de ce que nous pensons être dans la réalité que nous avons construite et que nous assumons, dépassons, transformons  ou encore subissons.
Cela fait de nous des individus libres et manoeuvrants capables, s’ils le veulent et le peuvent, de se libérer de leurs conditionnements inadaptés, de réformer le cadre étroit de leurs schémas mentaux, de leurs représentations, de leur vision du monde, et de leurs relations trop souvent devenues pathologiques.
Considéré de ce point de vue, tout « recadrage » doit être proposé comme une remédiation qui est la conséquence d’un apprentissage inadapté lors du processus initial de construction du sujet.
Nous pourrons alors logiquement déduire de ces hypothèses que les troubles individuels, relationnels et sociaux sont la résultante d’un apprentissage défectueux, d’une éducation inadaptée, d’une socialisation non prescrite, et d’une prévention inconséquente.
Une théorie générale de la communication devrait être en mesure de proposer des finalités, des pratiques, des méthodes et des moyens éducatifs, socialisants, préventifs et de résolution des dysfonctionnements.
Cela peut être conduit par un cadrage initial dés le plus jeune âge et un recadrage périodique élaborant et modifiant la perception de la réalité et des réactions des individus.
Se pose alors une grave question éthique qui constitue en quelque sorte ma problématique. Si nous voulons que chaque individu devienne libre, manoeuvrant, en pleine santé physique et mentale, avons-nous le droit sinon le devoir de le conditionner selon une « normalité » et une « réalité » que nous aurions décidé comme étant la meilleure adaptation possible à son environnement, dans l’intérêt bien compris et gagnant/gagnant du  système  individu, celui de l’autre, comme du système social ?
J’invite chacun de mes correspondants concernés par les rapports sociaux à m’aider dans la résolution de cette « injonction paradoxale » en me faisant part de leurs réflexions et de leurs expériences.