Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2014

Le néo-fascisme en Occident

Inutile de présenter Lucien sur ce blog. Un ami qui comme moi militait au sein de Résistance Républicaine et qui, comme moi, en a vite perçu les limites. Il a un net avantage sur certains d’entre nous qui « écrivent » : il trouve des éditeurs pour ses livres !

Bon ! je ne pouvais pas ne pas vous faire partager ce tour d’horizon et son analyse d’un système à bout de souffle. Bonne lecture et accrocher vous, car si c’est long, c’est très bon !

Francis NERI

Nouveaux éclairages sur le néo-fascisme en Occident 

Posted by Lucien SA Oulahbib on 18/3/2014

Six exemples permettent d'étayer de plus en plus cette thèse, difficile sans doute à percevoir (mais faut-il faire toujours confiance en ses sens, et surtout son intuition politique sans réfléchir ?) :

1/en France, on assiste à la morgue moribonde d'un État failli incapable tout autant d'expulser les nervis écolo-fascistes installés sur Notre dame des Landes que ceux qui s'installent de temps à autre sur des centrales nucléaires, alors que la majorité des particules fines qui viennent empester le ciel en France viennent du charbon allemand et du feu de bois scandinave. Or, cette domination écolo-fasciste (l'écologie est né à l'extrême droite, Hitler était végétarien) étend son emprise partout (jusque dans le genre) tandis que l'on assiste toujours comme à Guignol aux gesticulations vaines d'un supposé "Ministre du redressement productif"(un titre tout droit sorti de Tartarin de Tarascon d'Alphonse Daudet) sorte de sous-préfet persistant à se croire encore dans la France des années impériales et qui donc cherche à tout prix à sauver la collusion État post monarchie absolue (solidifié par Bonaparte) et assistanat affairiste (colbertisme du mercantilisme) aux grandes entreprises se nourrissant au Marché Public comme Bouygues, sans compter les subventions prétextes " je te casse une jambe mais je te fournis une béquille" comme le dit Nicolas Doze de BFM, mixture de patronat "roumain" que dénonce également Alain Madelin en observant ce grand patronat pleurnicher le chapeau à la main pour quelques sous, un "Capitalisme Monopoliste d'Etat" dénoncé en effet autrefois par les communiste mais qui est devenu en réalité un devenir indépassable pour une classe bureaucratico-syndicale française de plus en plus en perdition pourtant. Ce CMN français veut imposer sa vision néofasciste des télécoms instrumentalisant maintenant la Caisse des dépôts afin de continuer son parasitage au nom du Peuple français, ce qui illustre un cynisme rare.

En fait l'idée de l'État "stratège" c'est cela même le néo-fascisme, c'est-à-dire l'État colbertiste devenant de plus en plus un faisceau au sens affairiste (et parfois mafieux, exemple l'affaire Boulin) espèce de Cartel à la française qui associe une partie de la Haute Administration (les mousquetaires de Richelieu) s'étant aujourd'hui affranchie des contraintes politiques par son informatisation complexe (jusqu'au ratage du logiciel Louvois) à des syndicats croupions s'étant accaparés de l'appareil d'État, tout comme celui de ladite protection sociale, toujours obligatoire et surtout toujours monopolistique.

Ces deux faisceaux, Haute Administration absolutiste et Syndicats croupions libertaires/communistes, veulent toujours maintenir leur force de frappe, leur emprise et parasitage sur la société civile en empêchant par exemple toute tentative d'autonomisation (ainsi les lycées n'ont toujours pas le droit de choisir leurs enseignants) en se mettant en grève contre "le pacte de responsabilité", en tentant enfin de préserver une mainmise sur les réseaux de communication de plus en plus vaches à lait, ce qui excite cette techno-structure néo-fasciste qui, bien sûr, se cache sous de la dentelle démocratique de bon aloi, l'anti-racisme par exemple alors que les quartiers sensibles restent toujours abandonnés ; ainsi ce reportage à Bobigny relatant que l'habitat est repeint mais jamais réhabilité en profondeur, tandis que les complexes sportifs municipaux restent toujours sous la dépendance d'un carcan réglementaire qui empêchent par exemple de bénéficier des bibliothèques, des piscines,des gymnases, de façon plus dynamique, ce qui inciterait les jeunes à se les approprier au lieu de les boycotter voire les détruire.
 
En réalité, l'État, le vrai, celui au service de la Nation, donc l'État réellement républicain (res publica) devrait être son instrument facilitateur au sens qu'il doit faciliter les choses, pour le Peuple, non pour les nantis ; un Peuple qui serait incité et accompagné à se prendre réellement en main, non pas pour qu'il se débrouille dans l'angoisse et la misère comme sous l'État Providence (la gageure) mais pour que non seulement il s'émancipe mais affine son être à la fois un un et multiple ; c'est d'ailleurs ce que conseillait Alexandre Soljénitsyne en 1998 dans La Russie sous l'avalanche (livre prémonitoire, éditions Fayard, p.28) avant qu'il ne se fasse diaboliser par BHL parce qu'il voulait juste que la Russie, débarrassé du communisme (défendu par le maître de BHL, Althusser), retrouve son âme, qu'un Depardieu a semble-t-il entre-aperçu.

2/Et justement, l'opiniâtreté à vouloir sanctionner la Russie au sujet de la Crimée (alors qu'elle n'a guère été critiquée lorsqu'elle a écrasée la Tchétchénie, tandis que la Turquie occupe toujours une partie de Chypre) illustre bien cette volonté étatiste de refuser que la géographie épouse la volonté des peuples à s'associer selon leurs affinités électives ; or, il se trouve que la Russie refuse à la fois le nouvel ordre religieux qui place l'islam, y compris wahhabite, comme religion dite de paix alors qu'il véhicule un obscurantisme rare, – et il était en passe de dominer la Syrie tant ils étaient sur-armés par l'Arabie Saoudite et le Qatar ; et à la fois la Russie refuse le nouvel ordre moral, celui par exemple du "Trouble dans le Genre" qui veut imposer la production à terme cybernétique d'un nouvel eugénisme celui de l'enfant clé en main, preuve par excellence de l'existence en acte de ce néo-fascisme qui prétend cependant toujours lutter contre le fascisme de papa avec son eugénisme traditionnel et son racisme antijuif alors qu'il en édifie un en toute légitimité au nom de la Science et de la Morale exigeant la confusion des genres et des civilisations (puisque la domination vient du Masculin et de l'Occident). Tout en exigeant (du moins officieusement) le boycott d'Israël. Alors que les réfugiés syriens se comptent par millions et qu'ils crèvent de faim. Comme prévu.
 
La France suit. Sur tous les plans. Que fait-elle en Syrie ? Rien bien sûr. Ce qui ne veut pas dire pour en revenir sur le plan international qu'il ne faille pas dire à la Russie le fond de sa pensée, par exemple que l'on ne touche pas à la Pologne par exemple, ou qu'il faille bien faire quelque chose en Syrie… Mais l'on doit parler d'égal à égal avec la Russie. Il ne faut pas la mépriser comme le fait le ministre français des affaires étrangères qui parle de "Poutine" (même pas de "Monsieur Poutine") comme s'il s'agissait du garnement de la porte d'à côté, du chef d'une république bananière, l'on croit littéralement rêver, le menaçant même de ne pas lui livrer des bateaux militaires, ce qui se double d'une imbécillité crasse, évidemment. 

3/ De même, l'idéologie dudit réchauffement climatique (0,7° en plus depuis 150 ans alors qu'il était question de plusieurs degrés à la fin du Quaternaire) devient de plus en plus l'un des symboles phares de ce néo-fascisme néo-scientiste au sens où le "réchauffisme" a été élevé au rang de science alors que de plus en plus de scientifiques honnêtes mettent en doute le fait que l'activité humaine en soit le principal facteur. Il suffit de lire Marcel Leroux, de le voir et l'écouter aussi, et d'aller sur le site de Pensée Unique pour s'en convaincre.

4/Idem pour l'idéologie du "trouble dans le genre" (supra) considéré comme une avancée "scientifique" : la preuve, l'une de ses inventrices est devenue docteur honoris clausa. D'où la tentative de l'enseigner jusque dans les maternelles comme on l'a vu (et d'aucuns à l'UMP la défende, ne voyant pas que sous couvert d'égalité des sexes l'on inoculait le nihilisme).

5/ Idem pour l'Islam qui serait, paraît-il une religion de "paix", ce que ne comprennent pas, paraît-il, les dits "islamistes", or, au lieu de discuter avec eux pour tenter de montrer leur lecture par trop "littérale" (pourquoi pas, cela ne mange pas de pain) Obama et Hollande préfèrent sinon les éliminer (à coup de drones) du moins les améliorer avec des sermons (comme ne pas tuer des homosexuels, ce n'est pas "bien", sauf que les LGBTQI préfèrent s'en prendre aux méchants "catho" de la Manif pour tous) Obama, Hollande et consorts stipulant que les islamistes auraient "mal" lu l'islam, ce qui est d'une ineptie rare, du moins si l'on sait lire la littérature islamique et surtout si l'on a vécu sous son joug.

6/Et que penser de ces "affaires" qui secouent alternativement gauche (Cahuzac) et droite : ainsi sept juges au moins sont sur le dos de Sarkozy, sans oublier les propos d'un ambassadeur affirmant que Kadhafi, aurait financé Sarkozy. Ce qui ne serait guère nouveau dans la France/Afrique (Bongo, Bokassa…). N'oublions pas que Kadahfi a financé la gauche française dont le PSU et el PS -il achetait beaucoup de numéros de leurs journaux. Tandis que Ben Bella finançait certains trotskistes issus du courant dit "pabliste". Que du beau monde englué jusqu'à la moelle dans les affaires donc. Mais que peuvent faire d'autre des "révolutionnaires professionnels" ou des "résistants issus du Conseil National de la Résistance" sinon vivre à ce genre de crochets en attendant le parasitage officiel dans l'Administration, à la MNEF et autres officines para-étatiques juteuses lorsqu'ils décident pour certains d'avaler leur chapeau "radical" afin d'accepter au bout du compte de devenir les faire valoir du social étatisme basculant sous nos yeux en social fascisme malgré l'illusion du contraire ?…

On peut observer que ces six thèses (il y en a mille autres) sont partagées par tout le spectre politique ou à peu près des pays abritant les vrais imitateurs de Potemkine.

 
Lucien SA Oulahbib 18/3/2014

 

12/06/2013

L’ordre et le désordre

Jean Luc Potier nous dit :

Très intéressante conférence, qu'on peut qualifier de "systémique", avec des analyses pertinentes sur l'Europe, les usa, la financiarisation et l’orientation des politiques diverses très intéressant!

partie 1: http://www.dailymotion.com/video/xzzdw0_conference-d-herv...

partie 2: http://www.dailymotion.com/video/xzzvhf_conference-d-herv...

Conférence d'Hervé Juvin : D'une crise à l'autre, vers un nouveau monde ? partie 1

www.dailymotion.com

Conférence d'Hervé Juvin, donnée à l'Ecole Militaire devant la Société de Stratégie

 

§

 

Et notre « dialogue » que j’avais envie de vous faire partager !

 

Mon cher Jean Luc,

Nous pourrions effectivement dire que cette, longue, conférence contient quelques germes d’approche systémique, mais çà n’émerge pas et, l’émergence est une propriété majeure de la « complexité » du Système.

Quand il dit par exemple que la crise de la démocratie marque « la fin de l’histoire » c’est un peu court. Il faut au moins dire de quelle forme de démocratie il s’agit et que ce n’est pas « la fin de l’histoire », mais le commencement d’une nouvelle.

Autre exemple : dire que notre futur est en train de se jouer, c’est enfoncer une porte ouverte. Notre futur se joue à chaque seconde et, à chacune de ces  secondes LE futur de notre choix est possible pour peu que nous le voulions.

Le reste est à « lavement » si j’ose copier Tonton Daniel !

Nous sommes, en effet, dans ce débat, assez loin de l’essentiel et il faudrait pour le moins remettre de l’ordre dans cet amoncellement, qui comme beaucoup d’autres, s’intéresse aux conséquences en ignorant les causes et en particulier « la cause des causes » sur laquelle il faut revenir sans cesse : insuffisance de régulation et de contrôle.

En ne nous en prenant qu’aux conséquences, l’islamisation par exemple, ou encore la crise économique et financière, nous ne faisons qu’accentuer le bruit et la fureur du monde.

Ce qu’il faut rechercher systématiquement c’est la cause qui empêche le système …

…que l’observateur examine

…de fonctionner correctement c'est-à-dire en équilibre, en homéostasie dans la chaude ambiance de la « matrice humaine ».

 …et de ne pas oublier de penser que l’observateur fait partie du système. Bref qu’il est « cause et effet ».

… en interaction avec « l’autre ».

Vois-tu, Jean Luc, la plupart d’entre nous avons un Don …

…de Dieu, du hasard ou de la nécessité, comme tu voudras…

…peu importe.

Nous dirons de « l’inné ».

Et ce DON si nous savons le reconnaître et l’accepter…nous dirons de l’acquis…il nous engage sur le chemin de la complexité et de la responsabilité…il nous « apprivoise » comme le dirait le Petit Prince.

Par exemple, j’ai un ami, Fernand qui est malade, très malade …il lutte depuis de longues années contre une terrible maladie.

Il possède un Don, celui de savoir instantanément ce qui cloche dans un système EN fonctionnement…ton téléviseur est en panne, tu l’appelles, il vient …il observe un peu, tripote l’appareil l’air absorbé et soudain il sourit et, toi qui a passé une heure ….au moins dessus tu deviens tout humble, ton appareil se met à fonctionner.

Fernand est un autodidacte, il n’a fait aucune étude, mais il « répare » n’importe quoi, y compris une panne informatique qui fait souffrir tout « ingénieur » informaticien.

Fernand a accepté son Don, il n’en tire aucun profit personnel, aussi il est très demandé, certains abusent un peu, mais malgré sa maladie il ne se dérobe jamais.

Bien évidemment j’ai cessé de le solliciter car j’aimerai(s) qu’il se repose, qu’il profite de ce qu’il lui reste de vie. Mais j’ai peut être tort car SA vie c’est probablement çà et je te laisse le soin de deviner QUOI !

…Et de réfléchir au Don que tu possèdes et à ce que TU pourrais « réparer » au sein du Système global.

… du contexte…de ta bulle temporelle.

Cherches bien et tu trouveras quel est ton pouvoir… 

… attrape le bout de la « ficelle systémique » et tire doucement dessus.

Le mien par exemple je considère que c’est l’harmonie : remettre de « l’harmonie homéostasique » dans un système…

… communication managériale

… communication pédagogique

… communication thérapeutique 

Et en mesurer le degré

…d’entropie 

…de néguentropie

…d’éthique et d’esthétique

…d’empathie

…d’altruisme

Le Pb c’est que nous ne pouvons ou nous ne savons pas nous auto-réparer ! Pour cela, nous avons besoin des autres et c’est bien ainsi.

 C’est cela, l’approche systémique : «  identifier ce dont nous sommes capables de créer et de réparer …

… rétroaction négative (qui compense ou conduit à l’équilibre)  

…au sein du Système global, identifier nos frères en réparation et en création… c’est difficile, je sais mais on peut apprendre …se rapprocher d’eux comme le font… au hasard (?) …les grains de sésame jetés sur une table.                 

C’est ce que nous pouvons faire au sein de l’IESE. C’est avec cette finalité que j’ai crée, depuis de longues années, cette association.

Les circonstances (?) font que l’impérieuse  nécessité d’un changement de modèle éclaire, depuis la « crise des subprimes »,  le fait que cette « crise » est à la fois systémique, complexe  et donc globale et que seule une réponse « systémiquecomplexeetglobale » peut «réparer » ou créer un nouveau modèle plus efficace.

Mais réunir réparateurs et créateurs…

…ce sont souvent les mêmes, mais pas toujours car il y a les conceptuels et les praticiens et ils ne savent pas qu’ils peuvent faire les deux … conceptualiser sa pratique et la mettre en œuvre

…Fernand le sait LUI d’instinct !

…n’est pas une mince affaire ! Il faut les éduquer et les former à cette pratique et aussi à identifier les « démolisseurs »,

…ceux qui mettent en panne les systèmes,

…engager le combat…

…entre le bien et le mal ( ?)

…essayer de les « réparer » eux aussi et si nous n’y parvenons pas, les écarter de tout pouvoir de nuisance.

Nous avons du pain sur la planche ami Jean Luc !

Il n’y a plus de temps à perdre !

Fraternité.

Francis NERI      

 

Et….

 

Jean Luc Potier je te rejoins complètement sur ce "don" que nous avons tous, et pour beaucoup sans le savoir.
D'ailleurs, "rater sa vie" revient de plus en plus pour moi à justement la vivre sans jamais avoir découvert ce fameux don qui nous aurait guidé tout au long de l'existence vers notre chemin naturel, celui qui nous était destiné... car, bizarrement, on a "une place" et je crois qu'on n'atteint la plénitude que si on y accède.

J'éprouve d'autant plus de sympathie pour ton ami Fernand que j'ai un bon copain qui lui ressemble, la maladie en moins car il est plus jeune. Je lui souhaite donc le meilleur compromis entre les différents paramètres de sa situation

Tu finis par "plus de temps à perdre": oui, il y a urgence!
Et tu sais où me trouver en cas de besoin 

§ 

Pour ceux que çà intéresse une « petite » analyse systémique des implications possible de cette « séquence de communication thérapeutique » à la Grégory Bateson » ne serait pas inutile en particulier à ceux qui ne connaissent pas encore quel est leur Don et comment s’en servir !

Amitié et fraternité

Francis NERI

24/10/2009

Conjoncture

27/09/2009 à 10:58 / Conjoncture

G20 : l'Europe marque des points sur la réglementation financière

La plupart des intervenants ont "oublié" ce "détail" Leur déception est donc à la mesure de leur attente.

C'est terrible cette capacité à oublier que la crise que nous vivons, et qui est loin d'être terminée, n'est qu'une conséquence de notre absence de régulation et de contrôle aussi bien au niveau de l'individu, que du groupe et de l'espèce humaine.

Les courbes de la crise financière, économique, sociale, environnementale, démographique, énergétique, culturelle, et j’en oublie volontairement, convergent vers leur "effet de seuil" et donc une catastrophe sans précédent.

Les dirigeants du G 20 le savent bien et ils savent aussi qu'ils ne maîtriseront rien. Alors continuons de nous bercer d'illusions et contentons nous de ce que le Président a rendu possible ou faisons un peu d'introspection : ce changement de nos attitudes et comportements que nous appelons tous de nos voeux, et que certains semblent exiger des autres, le voulons nous vraiment ?

Encore un petit moment Monsieur le bourreau disait, je crois, Marie Antoinette avant son exécution. Mais qui ou quoi sera notre bourreau ?