Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2018

La communication fractale ...

Il semble que nous n'ayons pas vraiment compris ce qui se passe ! Les politico-médiatiques avec les économistes et les financiers ont TOUT verrouillé.


Ils procèdent par occupation exclusive des secteurs qui les intéressent ( dont ceux cités ci dessus) par autocatalyse, auto-organisation, auto-sélection, exclusion compétitive...et plus ils progressent plus ils sont forts ...et la boucle s'amplifie en allant même beaucoup plus vite ...


Et pourtant normalement c'est la "masse" qui devrait avoir la main, car le changement nait d'interactions simples répétées une myriade de fois à partir d'éléments (d’agents) en constante interaction. Un changement minime peut être amplifié et conduire à des états de très haute organisation et à la maitrise de NOTRE environnement et de notre destinée.


Une multitude d'individus agissant en parallèle et de manière simultanée à partir de règles simples peut faire émerger un comportement COLLECTIF capable de tout emporter sur son passage et susceptible de résoudre les problèmes globaux qui se posent à la communauté ...bien entendu, il faut parvenir au pouvoir et modifier profondément nos constitutions ...le voulons nous ?

Francis-claude Neri

07 04 18

12/05/2010

Zohra sur la systémique

Zohra est une jeune étudiante marocaine, douée, brillante et énergique  ! Elle vit à Agadir, une ville qui s'ouvre au monde... non sans conséquences !

Elle constate et interroge !

A Françis NERI

La systémique peut être une réconciliation avec la vision holistique du monde, avec une communication fractale, et un esprit transdisciplinaire qui pour fonctionner correctement doit être alimenté sans cesse !!

Je voudrais lui demander quel est le message essentiel de son livre ?

Ecrit par : hadj-aissa zohra | 09/05/2010

§

Bonjour Zohra,

Pour votre premier commentaire, je ne ferai qu'une seule remarque: bravo ! L'approche systémique est complexe car elle traite de complexité, mais vous avez appréhendé qu'elle n'avait rien de compliqué. Il suffit de relier après avoir distingué, et enfin de se situer en tant qu'acteur pour mieux agir sur les évènements. 

Pour ce qui concerne mon dernier livre, il n'y a pas de "message", au sens "messianique" si c'est cela que vous entendez. Je sais que dans la "bulle temporelle" Marocaine au sein de laquelle vous interagissez, cette notion "d'empreinte est "signifiante" et c'est peut être ce qui différencie "encore" l'Orient de l'Occident.

Mon livre, les chemins de l'avenir traite "essentiellement" de la réalité à travers le temps et l'espace, ou plutôt de la représentation que chacun se fait de la réalité....et l'on voit ce que cela peut produire dans un temps « linéaire ».

Au cours de la conférence que j'ai donné au sein de votre école sur l'identité visuelle de l'entreprise, j'ai fait largement allusion au concept de représentation et je sais que vous avez été une des élèves à appréhender la notion de niveaux de réalités que je rappellerai ci-dessous:

1) Au premier niveau "physique" est la réalité objectale nécessaire et insuffisante des êtres, faits et objets repérables, observables, quantifiables et mesurables directement par tous (pour peu qu'ils le veuillent).

2) Au deuxième niveau "social" est la réalité psychique imaginaire des significations et valeurs conférées aux éléments et systèmes de la réalité objectale précédente.Ainsi, un "fait" ne devient évènement que par ses effets et répercussions dans l'esprit  des personnes ( C'est ainsi que dans mon livre Hicham devient "roi" !)

Lorsque tout est oublié, il n'y a plus d'évènement, seulement un fait enregistré dans quelques archives. (Vous aimez votre pays, faites vivre "l'évènement" Hicham ! Rendez le réel ....Cà c'est un message !)

3) Au troisième niveau "culturel" est la réalité symbolique des croyances et règles qui orientent et délimitent les significations et valeurs possibles des parties de la réalité objectale. Ainsi se révèle la relativité du bien et du mal, du normal et du pathologique, du beau et du laid, du juste et du faux (pensez à Philippe et François et à leur "rédemption")

Il y a d'autres niveaux de "réalité", mais pour ma part je n'ose m'y aventurer...peut être dans une autre existence.

Une suggestion: pour quelles raisons ne traiterions nous pas de ce thème au cours de ma prochaine visite au Maroc ?

Bien amicalement

Francis NERI