Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2010

Approche systémique de l'IESE

Un ami internaute m'a "dit" récemment: "C'est quoi "ton" IESE et surtout à quoi çà peut bien servir !

J'ai retrouvé un texte qui date d'un an, mais qui, à mon sens, est toujours et de plus en plus d'actualité. A l'époque, c'était mal vu. Les "bien pensants" ne pouvaient pas concevoir cette forme "raciste, dirigiste, et réactionnaire" d'éducation et de socialisation. On me faisait remarquer que l'éducation était devenue multiculturelle, diverse et que les primo arrivants devaient conserver leur valeurs et leurs cultures, à nous de nous en enrichir car c'était comme des diamants que s'insèrent sur une bague et leur donnent une valeur nouvelle: une chance pour la France quoi !

Bref, nous n'avons pas fait école. Mais à présent ?

Si vous avez des questions ?

Francis NERI

Président de l'IESE

http://semanticien.blogspirit.com

Approche systémique de l'IESE

Institut Européen de Socialisation et d'Education

1) Les chemins de l'avenir

Nous prétendons que la réalité n'est pas une somme de faits, aussi vrais soient-ils !

Si l'on change ses représentations, on modifie la réalité.

Nous nous engageons à interroger les représentations et figures qu'a pu prendre la singularité dans la pensée occidentale et à devenir « singulier »

Nous utilisons l'approche systémique pour traiter les problématiques rencontrées aux différents niveaux de réalité :

Nous voulons traiter "essentiellement" de la réalité à travers le temps et l'espace, ou plutôt de la représentation que chacun se fait de la réalité....et l'on voit ce que cela peut produire dans un temps « linéaire ». Nous rappellerons ci-dessous ce qu'il faut entendre par « appréhender la notion de niveaux de réalités » :

1) Au premier niveau "physique" est la réalité objectale nécessaire et insuffisante des êtres, faits et objets repérables, observables, quantifiables et mesurables directement par tous (pour peu qu'ils le veuillent).

2) Au deuxième niveau "social" est la réalité psychique imaginaire des significations et valeurs conférées aux éléments et systèmes de la réalité objectale précédente. Ainsi, un "fait" ne devient évènement que par ses effets et répercussions dans l'esprit  des personnes. C'est ainsi qu'un petit groupe d'hommes peut déterminer la « réalité » et l'imposer à un ensemble plus vaste. C'est en quoi il faut prendre au sérieux le « péril islamiste ».

Lorsque tout est oublié, il n'y a plus d'évènement, seulement un fait enregistré dans quelques archives.

Pour qu'un fait devienne réalité il faut le faire vivre. Nous aimons notre pays, nos valeurs, notre culture, notre civilisation, alors nous allons faire vivre sur le terrain, les évènements, les attitudes, les comportements, les pratiques que nous voulons rendre réels et qui contribuent à leur pérennité.... !

3) Au troisième niveau "culturel" est la réalité symbolique des croyances et règles qui orientent et délimitent les significations et valeurs possibles des parties de la réalité objectale. Ainsi se révèle la relativité du bien et du mal, du normal et du pathologique, du beau et du laid, du juste et de l'injuste, du vrai et du faux.

Il y a d'autres niveaux de "réalité", mais nous ne pouvons nous y aventurer sans avoir évolué aux niveaux précédents.

2) Finalité de l'IESE

L'énergie la mieux partagée dans le monde, c'est l'énergie personnelle que chaque individu doit apprendre à contrôler, maîtriser et réguler, pour atteindre la conscience de sa liberté, la nature de son individualité et sa capacité à se reconnaître dans un groupe qui lui ressemble.

Chaque individu doit se former pour résister et lutter contre la captation et le dévoiement de cette énergie par une forme de marchandisation et de mondialisation qui le conditionne à ne plus être un Homme, mais un produit de consommation.

3) Objectifs :

Un des objectifs essentiels de l'IESE est de réintroduire dans la société européenne et de culture occidentale des outils sociaux conviviaux que l'on substitue à des outils industriels, économiques, financiers dépassés, inefficaces et dangereux.

Cet objectif peut être atteint non pas par une « révolution » mais par une évolution de l'éducation et de la socialisation à partir d'attitudes, de comportements et de pratiques sociales conformes à nos valeurs et cultures qui depuis plus de 2000 ans structurent notre réalité quotidienne.

Toute culture est basée sur des valeurs. Les nôtres ont prétention à l'universalité :

  • la liberté de disposer de son énergie personnelle et de la contrôler,
  • l'égalité des droits et des devoirs entre citoyens responsables et conscients de la nécessité d'un consensus social basée sur la justice sociale,
  • la fraternité entre ces mêmes citoyens qui reconnaissent leur interdépendance,
  • la laïcité qui permet à chacun d'exprimer ses choix personnels, en particulier cultuels, dans l'intimité de la sphère privée et celle des institutions communautaires,
  • la sécurité des personnes et des biens sans laquelle il n'est pas de société possible.

Soit cinq pôles qui sont  appréhendés par l'approche systémique.

4) Le projet : « De l'école au projet et du projet à la réalisation »

Un projet éducatif et socialisant à mettre en œuvre sur le terrain et qui veut donner sens à un ensemble intégré : social, familial et scolaire. Les trois pôles représentatifs de l'éducation et de la socialisation.

Les acteurs de ces pôles devront faire en sorte que notre jeunesse soit structurée par des valeurs d'autant plus respectées qu'ils sauront eux-mêmes les assumer et les mettre en œuvre pour leur propre compte, avec exemplarité.

5) Les moyens :

Le projet IESE est axé sur le long terme car il parie sur la modification par l'éducation et la socialisation des attitudes et des comportements sociaux.  Ce qui n'est pas une mince affaire dans l'état actuel de déliquescence de l'école, de la famille et de la société

C'est un projet de plateforme qui veut donner sens et réalité structurante à un ensemble social, familial et scolaire : Les trois pôles de l'éducation et de la socialisation.

L'idée est de développer une culture commune de l'éducation et de la socialisation chez les participants, de mutualiser nos ressources également, surtout en ces temps de rigueur. Ce qu'une structure ne pourra obtenir par elle-même, elle s'entendra donc avec une organisation soeur pour le partager: ici, un spécialiste de l'orient, de l'écologie, de la mondialisation libérale, de la démographie, des neurosciences, des nanotechnologies, là un expert en informatique ou encore un groupe spécialisé dans l'organisation de manifestations... etc. Plus personne ne bricolera dans son coin. Cette plateforme de formation aux pratiques sociales actives va démultiplier nos capacités, en favorisant, à terme, les passerelles entre organismes, y compris les services d'état, police, justice, éducation.

L'IESE est entrée en résistance contre tout « formatage » idéologique, culturel ou cultuel qui serait en contradiction avec notre culture millénaire qu'il nous appartient de faire évoluer si nécessaire.

Sa plateforme de formation pour l'acculturation, l'éducation et la socialisation est opérationnelle. Rejoignez nous, il est grand temps de rendre à la France ce qu'elle ne cesse de nous donner généreusement depuis de si nombreuses années.

Le Président,

Francis NERI


Approche systémique (Wikipédia) : L'approche systémique parfois nommée analyse systémique est un champ interdisciplinaire relatif à l'étude d'objets dans leurs complexités. Pour tenter d'appréhender cet objet d'étude dans son environnement, dans son fonctionnement, dans ces mécanismes, dans ce qui n'apparaît pas en faisant la somme de ces parties, cette démarche vise par exemple à identifier :

§        la « finalité » du système,

§        les niveaux d'organisation,

§        les états stables possibles,

§        les échanges entre les parties,

§        les facteurs d'équilibre et de déséquilibre

§        les boucles logiques et leur dynamique, etc..

 

 

 

26/06/2010

La diversité

Le maire de Paris vient d'inaugurer un square à la mémoire du poète Mahmoud Darwich. Je ne connais pas ce monsieur. Ce que des amis m'ont fait savoir, c'est qu'il était impossible de circuler toute la matinée, les ponts de seine étant bloqués.

On craignait, parait-il, des manifestations en raison de la présence de Mahmoud Abbas, le chef de l'Autorité palestinienne.

Les parisiens n'ont pas apprécié !

Je sais aussi qu'un quai Ben Gourion avait été inauguré au mois d'avril et que ma foi des manifestants anti-israéliens ont manifesté et que la plaque a été arrachée.

Conséquence : peur de nouvelles manifestations, contre les palestiniens cette fois-ci et donc des communautés de « l'extrême droite » n'est ce pas ? L'annonce n'a pas été faite. On bloque les rues, c'est tout !  On n'a même pas mis de plaque, d'ici à ce que Riposte laïque vienne y consommer du sauciçon (attention au SS).

Que nous enseignent ces deux « évènements ?

Tout simplement que le « pouvoir » à peur de groupes identitaires qui deviennent de véritables Etats dans l'Etat.

A force de faire l'autruche et de ménager tantôt l'un, tantôt l'autre et surtout de ne pas contrarier ces « diversités », de ne pas stopper leurs revendications de plus en plus violentes, le pouvoir crée les conditions de la violence inter-ethniques. La communauté chinoise vient de nous rappeler par exemple qu'elle n'avait pas l'intention de se laisser faire par des membres "égarés"de la communauté afro-magrhébinne.

La société multi-culturelle est un échec, il est grand temps de s'en inquiéter et de prendre les mesures qui s'imposent, en commençant par rejeter le plus rapidement possible ce pouvoir décadent, d'ordre politique et de fonction publique, qui a peur de son ombre, afin de restaurer une société d'individus autonomes et responsables, non assujettis à des appartenances qui les aliènent et en font les otages de groupes sectaires les plus violents.

23/06/2010

Equipe de France

Je n'aime pas le foot de haut niveau. Ce n'est pas le haut niveau de jeu, mais celui du fric...toujours plus haut.  Mais si vraiment il faut y jouer, on devrait limiter la sélection à ceux qui aiment la France. Mais peut-on fabriquer des Français comme on fait des fromages...

Il eut fallu pour cela que le civisme et l'attachement à la Nation veuillent dire quelque chose pour ceux qui se drapent dans le drapeau algérien ou qui font leur prière islamiste avant de jouer. Qu'ils participent également au championnat et à la coupe de France et payent des impôts dans notre pays.

Alors, Nicolas Annelka, Patrice Evra, Franck Ribéry, Thierry Henry ... dehors...pour commencer. Et s'il vous plait, pas question de reconduire la formule Blaks Blancs Beurs. Faire une erreur c'est humain, persister dans celle-ci c'est diabolique

Et puis pour moi, le foot, c'est de la rigolade ! Le grand ménage, il faut d'abord le faire dans la politique française ! Ce qui est véritablement en question, c'est la France, ses valeurs et sa culture et c'est exactement ce à quoi s'attaquent ces individus.

Ce qui se passe dans le foot français est à l'image de la nation tout entière.....Pauvre France!! Alors, il y a bien autre chose à faire que la pratique abrutissante du ballon rond, rabâchée depuis des années.

Un vaste chantier nous attend et, il faut bien commencer par quelque chose. Le désastre de l'équipe de France est une bonne entrée. Riposte laïque a donné l'exemple avec les prières islamistes à la Goutte D'or. Pourquoi ne pas continuer ? Nous pourrions commencer par une pétition qui demanderait à la fédération et à Jeunesse et Sport l'éjection de ceux qui ne respectent pas la France et la constitution d'une équipe qui la représente véritablement.

Qu'en pensez vous ?