Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2016

Je vote F .N.

Et, personnellement, je me moque de ce que les autres pensent du fait que je vote FN.

Je vote FN car j’aime mon pays et veut conserver ses valeurs, ses traditions, sa culture, son approche des religions et de la laïcité, son identité, sa mémoire, son État Nation, son indépendance économique et financière, ses frontières etc…
Même si je considère que tout cela doit s’adapter au monde qui nous entoure et doit donc évoluer …dans le sens de NOS intérêts et non pas dans celui d’une vague entité  « libérale » dénommée «globalisation ».

Je vote FN parce qu'il n'y a aucun autre parti à droite qui engendre suffisamment de voix pour faire accéder ces idées au pouvoir.

Toutefois, si je suis à 80 % en accord avec le projet et le programme du FN, je ne suis pas toujours en phase avec la tactique, la stratégie, les méthodes ; bref les moyens mis en œuvre pour parvenir au pouvoir …pour NOUS faire parvenir au pouvoir.
Et je suis bien obligé de constater que ces moyens, voire les ego, interfèrent trop souvent avec le projet et le programme. Nous l’avons tous constatés au cours des régionales…et même avant.
Nombre de militants, de sympathisants, électeurs, se retrouvent déconcertés. Le doute s’installe et ils perdent confiance.

Je reste personnellement confiant, mais il est temps de rapidement penser les blessures de la division, de retrouver la cohérence interne nécessaire, de repréciser les objectifs et les moyens, de dire clairement ce que l’on va faire une fois au pouvoir, comment on va y arriver et avec qui !

Cela est urgent !

Francis NERI
29 01 16

28/01/2016

Marine Le Pen ...et nous !

Le problème de Marine Le PEN et donc celui des militants, sympathisants et électeurs potentiels du F.N. c'est que pour obtenir le nombre afin d'arriver au pouvoir légitiment et par les urnes il faut faire alliance objective AVEC un des adversaires en "demi-finale" si j'ose dire.
C'est ce qu'ont fait l'UMP et le PS aux régionales …et je considère que les régionales préparaient et préfiguraient la demi-finale de 17.

Longtemps une grande partie des militants et des sympathisants FN et UMP voulaient cette alliance stratégique et tactique entre "les droites".
Sarkozy et Marine n’ont pas voulu éliminer le PS. Résultat, ils perdent l’un et l’autre environ 10 points dans les sondages, Juppé passe en tête et Hollande sauve la sienne.

Tout est à recommencer !

Marine depuis son accession à la Présidence du FN prétend y arriver seule.
Ce n'est donc pas son projet de société et son programme qui sont en cause, mais sa stratégie et sa tactique « dédiabolisante » qui sèment la confusion dans l'esprit des militants et des électeurs qui raisonnent au 1er degré et s'en tiennent à ce qui est dit, pas à ce qui est supposé.
Ils ne sont plus du tout sur qu'elle parvienne au pouvoir et qu'elle fasse ce qu'elle dit !
C'est çà le message qui lui est adressé par le 2eme tour des régionales.

Ce qu'il faut bien comprendre c'est que les "radicaux " du FN auraient, depuis longtemps, fait exploser le système si Jean Marie puis Marine ne les avaient calmés en leur disant patientez "on" va y arriver sans TOUT casser.

J'espère que les évènements et la présence dans son équipe de R. Menard feront basculer Marine du bon coté, le nôtre. Celui du peuple de France qui attend depuis 40 ans qu’on l’entende enfin …sinon il ne restera plus que la bagarre !

Francis NERI
28 01 16

21/01/2016

Etat des lieux

La population (en France) vit relativement bien, et suffisamment pour que tout le tiers monde soit tenté de venir la rejoindre. Je ne vois d'écrasement que pour les chômeurs et SDF.

La question est de savoir si nous avons vocation à entretenir des immigrés chômeurs, et même de savoir ce qui resterait du chômage si nous ne gardions pas en France les personnes qui affirment de façon tapageuse ne pas se reconnaître dans ses valeurs fondamentales.

Au fond, nous ne sommes peut-être face qu'à un problème de casting : que chacun aille vivre dans les pays qui correspondent à ses choix fondamentaux ou s'aligne sur ceux décidés par le pays dans lequel il se trouve, comme il sied à toute minorité. Surtout de moins de 15%.

De toute façon, l'urgence des urgences et d'arrêter de verser des allocations familiales au-delà du deuxième enfant indispensable au renouvellement des générations. Nous n'avons aucun besoin d'avoir plus de 55 millions d'habitants pour 55 millions d'hectares. Et nous vivions d'ailleurs bien mieux quand nous n'étions que 55 millions. Voire 50.

Quant à donner une prime politique au lapinage, c'est tout sauf une bonne idée, surtout là où les populations ayant le plus d'enfants se trouvent être aussi celles où les QI sont les plus bas.

François Paganel
21 01 15