Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2012

Les nouveaux maîtres du monde

Aujourd’hui un échange avec un « ami «  facebook !

 


voici qui cree la crise dans le monde entier surtout en europe . voila de qui marine le pen veut protéger la france

§ 

Francis Neri Merci à Gengis Khan pour ce précieux documentaire qui nous éclaire sur la réalité du monde financier et sur la responsabilité des banques dans la crise dites des subprimes.
Je regrette toutefois que l’amalgame soit fait entre ces banques dont l’infamie n’est plus à démontrer, les juifs et le sionisme.
Cet anti sémitisme est meurtrier, surtout lorsqu’il y mêle sans raison Marine Le PEN. A croire que certains font tout pour la « diaboliser ». Seigneur prenez garde à mes amis, mes ennemis je m’en charge, doit elle parfois penser !
Oui les banques ne sont plus que des machines spéculatives.
Oui les banques de dépôts ne sont plus que des mythes.
Oui Goldman Sachs est devenue la pire d’entre elles.
Oui ses représentants comme Mario Braghi sont probablement leurs « sicaires » et nos gouvernements sont sans doute à leurs services.
Oui les administrateurs de G.S. et leurs complices ont programmé la crise des subprimes et l’effondrement du système pour spéculer à la baisse et s’enrichir personnellement.
Oui l’auto-régulation est une illusion meurtrière et les banques ne sont plus arbitrées et ce à l’initiative des gouvernements successifs.
Oui il en est de même pour la crise de la dette.
Oui l’objectif des grandes banques et des grands groupes militaro-industriels est le contrôle de nos pays et de ceux qui font les lois.
Oui Marine Le Pen a le courage de s’attaquer à cette énorme machinerie contre laquelle personne avant elle ne l’a fait et pour cause…le danger est grand de s’y frotter.
Non Marine Le Pen ne prétend pas, et en aucun moment, que les juifs et les sionistes soient responsables de nos malheurs.
Marine Le Pen nous dit : « Regardez-vous ! » Nous sommes tous responsables ! Depuis au moins trente ans nous dormons et poussons la saleté sous nos tapis, devant notre porte nous devons balayer à présent …faisons un immense effort.
Le système ne peut et ne veut pas être réformé. Il n’en vaut pas la peine ! La seule solution est d’en sortir quels que soient les risques. A ce sujet et sur bien d’autres je rejoins Marine Le Pen et vous invite à en faire autant !
Francis NERI
http://semanticien.blogspirit.com/

 

Le systémicien

semanticien.blogspirit.com

Points de vue systémique sur les plans économiques, politiques et sociaux

 

17/01/2012

Droit international

Le droit des peuples recule à l’évidence. Nous avions tous placés de grands espoirs dans l’ONU au lendemain de la chute du mur de Berlin. Pour ma part, j’avais pensé que s’en était fini du collectivisme et de l’intérêt supérieur des états sur l’individu.

Pour le moins, j’espérai qu’enfin l’intérêt de l’individu allait rejoindre celui du groupe. Du pur « libéralisme » !  En quelque sorte allait venir le règne tant attendu de l’auto-régulation. 

Progressivement allait s’installer l’idée d’un droit des gens lié à la dignité et à la liberté de la personne humaine, qui soit supérieur aux droits des Etats et à l’intérêt d’une mondialisation qui déjà n’avait plus rien de « libérale ». 

C’était méconnaitre trois éléments essentiels : l’incroyable développement démographique du « tiers monde », l’irrésistible montée en puissance de l’Islam, la réalité des machines totalitaires. 

Il faut dire qu’une foule « d’experts » ont quotidiennement entretenu la désinformation sur la situation réelle du monde. La planète était censée s’unifier dans la paix et le bonheur des peuples par la grâce des « marchands » prêchant un monde « multipolaire » opposé au monde unilatéral dont l’hyperpuissante Américaine était l’expression. 

L’ONU, ce « machin » comme disait DE Gaulle, nous a trompé et vendu. Et puis nous avons été trompés et vendus par nos élites et nos politiciens. Nous avons vu alors le droit international permettre aux Etats souverains d’opprimer leurs peuples en paix pourvu qu’ils se prêtent aux règles du libre échangisme international.

C’est ainsi que nous avons vu en France nos dirigeants s’incliner devant les multinationales et accepter une immigration incontrôlée qui puisse, dans un premier temps, faire concurrence aux nationaux.

Une deuxième étape permis de délocaliser massivement l’industrie, puis les services, avec la complicité de la gauche comme de la droite, afin de paupériser un peu plus un peuple devenu par trop éduqué, inemployable et inexploitable.

Tout au plus ces empires marchands escomptaient-ils un niveau de consommation suffisant pour assoir définitivement leur puissance, le temps, comme l’affirmait déjà Yvan Illich, que le haut de la pyramide n’ait même plus besoin de consommateurs. 

Je ne regrette pas le monde bipolaire tel qu’il existait avant la chute du mur de Berlin, mais le multipolaire me paraît encore plus dangereux que le précédent.

Le monde s’est en effet organisé par groupes géographiques d’Etats Nations…qui ne vivent pas dans les mêmes « bulles temporelles » dans un même contexte, qui n’ont pas les mêmes cultures et qui n’ont nullement l’intention de s’enrichir de nos différences, bien au contraire !

Et encore une fois, on nous a trompés en nous forçant à relativiser nos valeurs, nous persuadant qu’elles n’avaient aucuns sens à devenir « universelles », que nous devions bâtir un « multiculturalisme universaliste ».

Alors soyons clairs, il ne s’agit plus de défendre nos « valeurs » auxquelles nous sommes attachées. Elles n’étaient précieuses que pour nous et chez nous.  Nous le voyons bien elles ne sont pas acceptées ailleurs : liberté d’expression, liberté d’opinion, liberté politique, liberté économique, liberté de la presse, liberté de la femme etc.

On a joué de nos émotions, de notre « compassion » on nous a culpabilisé, on a corrompu et déculturé nos enfants. Tout cela afin de nous faire accepter l’inacceptable : la perte de nos valeurs, de nos identités, de notre modèle social et économique, de nos entreprises.                  

Je sais bien que la démocratie, réduite aujourd’hui à la loi de la majorité, légitime la domination d’un groupe sur un autre, d’une ethnie sur une autre, d’une religion sur une autre, et peut conduire à la dictature, comme cela s’est déjà produit dans l’histoire, mais c’est par là qu’il nous faut passer.

La démocratie, c’est le droit et les devoirs de la minorité. C’est aussi la liberté et la dignité de la personne garanties par une Constitution  et des institutions qui respectent les traditions nationales. Une constitution qu’il faudra probablement « revisiter » afin de donner plus de « pouvoirs » de contrôle du peuple sur la démocratie représentative. 

Il y a donc incompatibilité totale avec ce qui s’invente actuellement dans les pays musulmans. Je suis, par conséquences, très méfiant envers ceux de nos politiciens qui veulent nous vendre l’idée d’une « démocratie musulmane » qui verrait le jour dans un avenir plus ou moins lointain. 

La question essentielle à nous poser est la suivante : « peut-on construire un multiculturalisme et multilatéralisme démocratique au service de l’universel ? » Et la question subsidiaire : « A qui cela profiterait ? »

Si nous disons oui, ayons conscience que cela revient à imposer, avec fermeté et détermination, nos institutions démocratiques à d’autre peuples et à d’autres cultures !

Il fut un temps ou nous pouvions encore le faire. Aujourd’hui, en avons nous encore les moyens et surtout le désir, l’énergie, la compétence ? 

L’alternative, c’est le repli sur soi, le recentrage sur ce qui nous reste et que l’on peut encore conserver, une fois repris en main notre destin.

Mais il pourrait être nécessaire de passer d’abord par cette étape pour ensuite revenir à la première proposition après nous être en quelque sorte « ressourcés ». Tout serait possible une fois retrouvé un Etat fort, légitimé par le peuple.

Retrouver nos codes, nos valeurs,  nos entreprises, notre économie, bref notre rôle de grande puissance pas du tout incompatible avec une faible démographie. Surtout si nous avons la sagesse de rester solidaires au sein d’une  Europe restreinte et aux intérêts compatibles.  

L’élection présidentielle de 2012 a donc une importance cruciale pour notre avenir et celui de nos enfants. C’est la raison pour laquelle nous devons rester profondément conscients, vigilants, libres, « manœuvrant » et faire le meilleur choix possible.

Libres de choisir et de soutenir ceux que nous pensons être en mesure de nous représenter dans ce combat ;  libres de s’opposer, libres de proposer des choix réformateurs qui nous avantagent, libres de défendre nos choix patriotiques, libres de choisir l’intérêt des nationaux plutôt que celui des migrants, libres de refuser d’accueillir toute la misère du monde etc.        

Il faudra compter sur nous et ceux qui doutent de notre détermination doivent savoir que nous serons présents à l’heure où ils devront rendre des comptes. Pour eux, la fête est finie ! 

Francis NERI 

17/01/12

 

15/01/2012

Le pays du père

Mon père me disait, avant que je ne parte pour l’Algérie : « Francis pour être véritablement un homme, il faut avoir fait la guerre aux malfaisants. Tu vas la faire, mais vérifie bien que tes adversaires soient des malfaisants. Ne te laisse pas embobiner. Le malfaisant n’est pas toujours celui que l’on croit. Ensuite, il te faudra faire un ou deux enfants, mais pas plus, il faut pouvoir les élever. Et puis tu planteras au moins un arbre, la planète va en avoir besoin. Après tu peux écrire le livre de ta vie et aller jouer à la pétanque » 

Je n’ai pas encore planté d’arbres, mais çà va venir. J’attends tranquillement qu’un de mes fils achète une maison avec un grand jardin, moi je n’en ai pas les moyens ! Et puis,  je ne vais pas échapper à mes responsabilités : j’ai des choses à dire et je vais le faire ! Alors s’il y a un « arbre » que je ne vais pas manquer de planter en abondance, c’est celui de la liberté de penser, de s’exprimer, d’émettre des opinions et de les proposer à d’autres pour en discuter.

J’avais bien, commencé avec mon blog et quelques manuscrits que des éditeurs me retournèrent avec une grande politesse.

Pour le livre, très cher père, lassé d’envoyer des manuscrits, j’en ai édité un à compte d’auteur : « Les chemins de l’avenir » Tu aimais la fiction, il a du te plaire !

Les autres resteront des manuscrits. Mes petits fils les liront peut être !

Pour ce qui concerne mon blog c’est une autre affaire. Il me libère depuis maintenant presque 7 années de la frustration qu’un « écrivain », ou un chroniqueur, éprouve quand il n’est pas lu. Tout allait bien avant qu’une certaine Martine Aubry et son « pro- islamiste » de mari viennent envahir mon espace privé et me poursuivre en justice.

En première instance, çà allait encore, mais en appel, les hackers me font la vie dure et pas seulement à moi. J’ai la plus grande difficulté à y accéder et ils m’ont interdit de commentaires. Mes amis n’osent plus trop s’y aventurer. Les petites phrases inconvenantes de nos conversations privées y sont littéralement traquées par les Fouquier-Tinvile du Web !                

A titre d’exemple, je vous en communique deux qui représentent bien l’idée que le peuple de France se fait de ses dirigeants et l’impasse dans laquelle ils nous poussent.

L’un d’eux exprime la résignation, l’autre une certaine forme de révolte.   

Ils concernent ma dernière chronique : « Mal pensants ». Tout deux ont bien compris que je me rangeais dans le camp de ces derniers et même dans celui des « réactionnaires », des « déconstruteurs ».

La liberté consiste à s’affranchir de ce que l’on « devrait » être et mon cher père m’a apprit à ne pas être un « bien pensant ». 

Le premier :

Tout cela ce ne sont que des paroles... et les solutions ou propositions pour arrêter le processus?

Personne n’a le courage de réagir à haut niveau. On propose même d’intégrer l’islam au concordat !!!

Merci de ne plus m’envoyer de mail. Je n’ai plus envie de lire ce genre de littérature. Je sais ce qu’il en est depuis longtemps mais nous nous réveillons trop tard. J’espère que mes enfants ne payeront pas les conséquences.

Evelyne

Le second :

Mais si ! Le grand régulateur est là et n’a pas d’états d’âme. La surpêche s’arrêtera quand le poisson deviendra rare. La surpopulation aussi quand les guerres, les épidémies et tous les cataclysmes naturels feront le nécessaire.

N’envoyez plus de nourriture aux Somaliens, envoyez leur des cartouches d’AK 47..Cela revient au même et va dans le bon sens.

L’Iran veut une bombe atomique? Et alors? Voila ce qui va accélérer sa disparition.
Les exportations ruinent notre économie: fermons nos frontières et taxons les transports maritimes et aériens qui ne sont pas à leur vrai prix. Refoulons tous les immigrés et fils d’immigrés, maintenant formés pour mettre en valeur leurs pays d’origine.

Laissons à l’insouciance africaine le choix entre la capote anglaise et le sida: C’est leur problème...Pas le nôtre.

Nous avons des jeunes chômeurs? Pas d’indemnité tant que l’armée la police Etc...recrute.

Tout est simple...Il suffit de savoir dire non et de s’y tenir.

François

Ah ! Qu’on en finisse vite avec cette histoire en appel de Martine AUBRY qui est pour bientôt. Que se lève la chape de plomb qui lentement mais surement obscurcie notre horizon.

Il s'agit ni plus ni moins que de défendre notre liberté d'expression contre le terrorisme de la pensée. La question en effet n'est pas de savoir si Martine est ou non pro islam, alcoolique ou si elle est homosexuelle.

La question est de savoir si nous avons le droit d'en discuter, ainsi que des incidences possibles puisque cette personne est candidate à la magistrature suprême.

Francis NERI

15/01/12