Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2016

L’homme sans contexte.

L'État islamique se nourrit du vide spirituel occidental si bien décrit par Soljenitsyne en son temps. Dans un numéro du magazine de propagande de l'État islamique en français, Dar-al Islam, on pouvait lire ce passage sidérant: «Ce pays faible (la France), en pleine crise économique et morale dont le peuple est abruti par les divertissements, où la presse people est plus lue que la presse politique, déclare la guerre à un État (l'État islamique) où chaque habitant est un combattant en puissance ayant suivi un entraînement militaire et faisant la guerre pour sa foi, espérant le paradis éternel s'il est tué».

Le problème de cette description de notre société dans les opuscules islamistes est qu’elle est partiellement vraie. Nous sommes devenus sur plus d’un point des décadents, mus par le seul intérêt égoïste dont le travestissement de la pensée libérale a fait la source de tout bienfait (« les vices privés font les vertus publiques »), attachés à notre seul confort et à des ambitions uniquement matérielles ou égotistes.

Face à cela, des fanatiques formés à se penser comme des combattants et prêts à aller jusqu’au sacrifice suprême pour ce qu’ils défendent ont toutes leurs chances. Nous ne parvenons déjà plus à les contenir. Celui qui n’est pas prêt à engager sa propre vie pour les valeurs dans lesquelles il croit se repose sur des dispositifs trop lourds, trop lents, parce qu’ils dédouanent chaque citoyen de sa responsabilité.

L’on peut trouver choquant que j’en appelle ainsi à une forme de glorification de l’esprit guerrier, qui est aussi celui des fanatiques. Mais précisément, une civilisation qui laisse aux seuls extrémistes et fanatiques le monopole de l’esprit guerrier est vouée à la disparition. Toute grande civilisation a su à un moment ou à un autre penser la question de l’usage légitime de la force et de son usage illégitime. Sans Léonidas et Thémistocle, Socrate, Phidias et Périclès n’auraient jamais vu le jour. 

L’on ne peut donc se contenter de l’évacuation simpliste et quelque peu bien-pensante de toute violence : il nous faut penser à nouveau le rapport à l’autorité et au droit d’employer la force. En sachant que celui qui engage le combat doit être bien conscient que cela peut impliquer d’aller jusqu’à ses conséquences ultimes, la mort de l’adversaire ou de soi-même, et qu’il ne sera plus temps de rebrousser chemin une fois engagé.

Extrait de « La dignité du hoplite »

Marc Rameaux

11 10 16

19/09/2016

Injonction paradoxale

"TOUS les musulmans sont objectivement solidaires et complices des terroristes." (a)
"Pas d'amalgame, tous les musulmans ne sont pas des terroristes"(non-a)

Donc pour ce qui nous concerne nous avons affaire à ce qu'on appelle en psychothérapie une "injonction paradoxale" : un évènement a est sur le point de se produire, mais a est fâcheux.
Le bon sens voudrait qu'on l'évite ou qu'on l’empêche en faisant appel à son inverse ou opposé, c'est à dire à non-a ...mais il n'en résulte qu'une "solution" de continuité (changement de niveau 1)
Tant qu'on recherche la solution par un changement de type 1 (faire son choix entre a et non-a ) on est pris dans une illusion du choix possible et nous pouvons tout au plus "faire un peu plus de la même chose"
La solution c'est ni a ... ni non-a ...c'est un principe séculaire qui consiste à "sortir du carré"
Si vous dites : tout musulman est un terroriste, vous affirmez ; si vous dites : ce n'est pas un terroriste, vous niez. Au delà de l'affirmation et de la négation, qu'en diriez-vous ?

Il s'agit là d'un koan zen caractéristique structuré de telle sorte qu'il oblige l'esprit à sortir de la trappe constituée par l'affirmation-négation et à faire un saut quantique jusqu'au niveau immédiatement supérieur appelé satori.
C’est l'essence du changement de type 2 celui qui permet le changement lorsque les faits concrets de la situation sont ou semblent immuables ....c'est à dire " la technique de recadrage" ; l'art de trouver un NOUVEAU cadre.

Je considère que le nouveau cadre en question c'est l'acceptation du fait qu'une guerre totale nous est déclarée et que par simple principe de précaution, en guerre contre l’islamisme, nous devons considérer TOUT musulman comme suspect et agir en conséquence.
CQFD

Francis Claude Neri
19 09 16

17/07/2016

Attentat de NICE

Attentat de Nice : L'heure est venue d'éliminer l'islam en Europe

Chacun d'entre nous a le devoir d'éliminer physiquement tout propagandiste et tout collabo notoire, si l'occasion se présente.

Jean-Jacques Bensimon

Enfin un titre normal qui se rapproche d'une vérité libératrice permettant de passer à l'action sans complexe.

C'est autre chose que de subir la mantra humoristo-dépressive prêchée par le bon père François histoire de s'énuquier comme à l'habitude :
Voici j'imagine le discours du Père François reconstitué médiatiquement à l'usage des cons et des mal comprenant comme disait le regretté Coluche : "Si à la suite d'un événement si tragique soit-il une réaction de colère peut éventuellement se justifier il faut toutefois se garder de tout sentiment de haine porté à l'égard d'une communauté ou d'une religion au sein desquels la plupart des membres n'ont aucun lien avec les terroristes ou du moins considérés comme tels.
Et surtout ne pas porter de jugements hâtifs avant même que l’enquête en cours ai livré ses premiers éléments permettant d'expliquer cet acte de folie meurtrière.
A ce sujet, les premiers éléments de l’enquête permettent de faire la lumière sur certains points importants :

1- Mohamed n'aurait pas eu de liens avec les milieux islamistes
2- D'après ses voisins, c'était un homme discret et sans histoires. Il ne fréquentait pas la mosquée et mangeait même du porc
3- Il était père de 3 enfants mais vivait séparé et en instance de divorce ce qui aurait pu justement le déstabiliser et le conduire à mener cette action
4 Selon certains témoins, il se serait une fois teint les cheveux en rouge, parlait souvent de sexe et pratiquait la musculation, autant de facteurs qui indiqueraient une certaine fragilité et une perte de repères.

Non, nous ne céderons pas à la peur pas plus qu'au bien vivre ensemble ni à la division entre français quelque soient leurs origines, leur culture ou leur religion.
En tombant dans ce piège, ce serait faire le jeu des islamistes.

Alors, tous ensemble mes chères sœurs, mes chers frères, prions pour les victimes innocentes, pour la paix et pour l’âme de Mohamed..
Seigneur, pardonne-nous comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés.
Amen

Père François. "D"ailleurs ce soir sur France info, ça repart de plus belle avec l'interview d'un psychiatre spécialiste (de mon Q) qui a très bien expliqué le processus mental pouvant mener au passage à l'acte.
Une mise au point nécessaire à l'intention des cons et des mal comprenant
Pour le reste, et comme il s'avère que daech revendique l'attentat, et qu'il est difficile de ne pas prendre en compte cette annonce, on édulcore le propos en affirmant que Mohamed se serait certes radicalisé, mais "très rapidement",
Bref, sauf le respect que l'on doit au "victimes innocentes", on a pas fini d'en supporter..

Bliah Philippe

17 07 16