Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2018

Lettre à Monsieur le maire de Béziers.

Monsieur Ménard,

L’ignoble agression que vous avez subie ne devra pas rester impunie, c’en est trop, la coupe est pleine, la horde est lâchée et je soupçonne qu’il n’y a eu personne pour la retenir. Je m’étais déjà insurgé contre celles qui avaient touché M. Douste-Blazy à Lourdes et M. Delanoë et même en tant qu’opposant à ces deux hommes, j’ai toujours refusé obstinément que des élus puissent tomber à terre. Mais ceux-là étaient des fous, ceux qui vous ont agressé sont d’une certaine France « normale », avec les courses le samedi, le foot le dimanche mais la haine recuite contre ceux qui voudraient les défendre ! C’est bien pire encore que les actes des fous.

Vos agresseurs vous ont sciemment ciblé, il faut qu’ils paient, et les vidéos seront là pour étayer votre défense contre ces personnages au bien vil instinct, celui de la traitrise et de la collaboration aux forces plutôt obscures qui se sont mises à dessiner le destin de notre pays.

Je pensais que même un rappeur de banlieue avait droit à une protection policière lors d’un déplacement à risque ? Vous vous êtes retrouvé seul face à la horde, avec quelques amis qui tentèrent de vous aider, sans que le préfet ait prévu le moindre dispositif pour vous protéger, c’est une honte et vous le savez bien.

Cher Monsieur Ménard, je sais que vous ne laisserez pas cet affront impuni, vous aviez déjà mon soutien, vous l’avez plus encore.

Bien cordialement,

Francis-claude Neri

07 05 18

 

31/05/2016

Relativité

La vision relativiste amène à voir la réalité avec toutes ses nuances et sa subtilité. Elle va plus loin que la logique Aristotélicienne, en envisageant un nombre illimité de cas possibles, et en évaluant chaque chose par rapport aux autres, et non en termes absolus. La même réalité peut être vue différemment, selon le point de vue de l'observateur...

C'est pourquoi nous devons essayer de voir les choses avec un point de vue extérieur à soi-même, et en regardant chaque situation sous plusieurs angles simultanément.

Un autre enseignement de la relativité concerne la causalité. Les humains ont souvent tendance à ramener les problèmes à une cause unique. Alors qu'en réalité, un problème a toujours de multiples causes, qui ont des degrés ou des niveaux d'influence différents. Certaines causes sont majoritaires et représentent 20 ou 30% de la causalité. D'autres causes, un peu plus nombreuses, "pèsent" entre 2 et 5%. Enfin, une myriade de "micro-causes" pèse moins de 1%.

Soyons donc relatif !

La carte n'est pas le territoire
La représentation que nous nous faisons de la réalité n'est pas la réalité elle-même. De même que la carte d'une ville n'est pas la ville elle-même.

Nous devons tenir compte du fait que la réalité est toujours plus complexe et plus riche que ne le suggère notre carte.

Ce principe a été rendu célèbre par Alfred Korzybski en 1933 dans ses travaux sur la "sémantique générale" et la logique non-aristotélicienne. En opposition avec Aristote pour qui le langage est un miroir fidèle de la réalité, Korzybski considère que le langage n'est pas la réalité mais une "carte verbale de la réalité". Ce principe est aussi illustré par Magritte dans son fameux tableau "Ceci n'est pas une pipe", pour montrer que l'image d'un objet n'est pas l'objet lui-même.

Méfions nous, Béziers est une carte de la réalité…à construire, ce n’est pas encore le territoire.

Au travail

Francis NERI
31 05 16