Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2016

Relativité

La vision relativiste amène à voir la réalité avec toutes ses nuances et sa subtilité. Elle va plus loin que la logique Aristotélicienne, en envisageant un nombre illimité de cas possibles, et en évaluant chaque chose par rapport aux autres, et non en termes absolus. La même réalité peut être vue différemment, selon le point de vue de l'observateur...

C'est pourquoi nous devons essayer de voir les choses avec un point de vue extérieur à soi-même, et en regardant chaque situation sous plusieurs angles simultanément.

Un autre enseignement de la relativité concerne la causalité. Les humains ont souvent tendance à ramener les problèmes à une cause unique. Alors qu'en réalité, un problème a toujours de multiples causes, qui ont des degrés ou des niveaux d'influence différents. Certaines causes sont majoritaires et représentent 20 ou 30% de la causalité. D'autres causes, un peu plus nombreuses, "pèsent" entre 2 et 5%. Enfin, une myriade de "micro-causes" pèse moins de 1%.

Soyons donc relatif !

La carte n'est pas le territoire
La représentation que nous nous faisons de la réalité n'est pas la réalité elle-même. De même que la carte d'une ville n'est pas la ville elle-même.

Nous devons tenir compte du fait que la réalité est toujours plus complexe et plus riche que ne le suggère notre carte.

Ce principe a été rendu célèbre par Alfred Korzybski en 1933 dans ses travaux sur la "sémantique générale" et la logique non-aristotélicienne. En opposition avec Aristote pour qui le langage est un miroir fidèle de la réalité, Korzybski considère que le langage n'est pas la réalité mais une "carte verbale de la réalité". Ce principe est aussi illustré par Magritte dans son fameux tableau "Ceci n'est pas une pipe", pour montrer que l'image d'un objet n'est pas l'objet lui-même.

Méfions nous, Béziers est une carte de la réalité…à construire, ce n’est pas encore le territoire.

Au travail

Francis NERI
31 05 16

10/12/2015

Pourquoi je vote F.N.

Parce que comme tous les Français j’ai un triple sentiment de dépossession de nous mêmes :

La mondialisation qui aspire nos forces vives ; l’immigration qui dissout notre identité ; et l’Europe qui mange nos libertés. Nous Français voyons, furieux, l’usine qui se démonte, la mosquée qui s’installe et le porte monnaie qui se vide.

Comme Marine Le Pen, Phillipot et Marion, je constate que :  

  • Nous subissons une forme de décadence reposant sur l’individualisme absolu, le nihilisme transgressif et le consumérisme globalisé.
  • L’égalité seuls les plus riches et les moins scrupuleux y auront accès.
  • Au nom d’un monde meilleur, on nous fabrique « le meilleur des mondes » décrit par Orwell.
  • La constitution européenne est supérieure aux droit nationaux y compris constitutionnels et donc que faire plus d’Europe, c’est défaire un peu plus la France.
  • Depuis le 29 mai 2005 la Turquie a conservé son statut « d’Etat candidat » et que 4,454 milliards lui seront versés pour la période 2014-2020 sans compter les 3 milliards annoncés pour parait t’il garder les migrants sur son territoire. Elle fait donc partie effectivement de l’Europe.
  • Nous laissons faire ceux, islamo-gauchistes en particulier, qui après avoir privé la France de son âme veulent lui en donner une autre, celle de l’islam.
  • Nos dirigeants se laissent conquérir par la Taqiya car ils comparent l’islam au christianisme que par ailleurs, ils s’attachent à anéantir. Ils veulent d’autre part nous faire porter le calice et nous repentir …mais de quoi ?
  • Selon François Fillion ce sont les membres de Bilderberg et la Trilatérale qui nous gouvernent. Et qu’Alain Juppé y a été agréé en 2015 avec comme objectif : acclimater les Européens au futur marché transatlantique, c’est à dire l’invasion à venir des produits américains agro-alimentaires en particulier.
  • Ce petit monde cherche à abattre toutes les frontières – géographiques, écologiques, politiques, morales, culturelles- et à tribaliser la France.   
  • L’avenir de la France ne doit pas se faire sur le continent Américain, mais sur le continent Européen, et l’Europe confédérale, des nations et des peuples ne pourra pas se faire sans la Russie.

 Voilà pour quelles raison je vote, pour ce qui me concerne Florian Philippot, et que je vous invite tous et toutes à faire de même pour les autres candidats de votre grande région. Amitiés à tous et à toutes.

Francis NERI

10 12 15

 

09/12/2015

Roman National

Il s’est installé en France comme en Europe un face à face entre deux modèles : l’illusion mondialiste, le mur de Maastricht tissé sur un tissu de mensonges : la prospérité, la sécurité, la puissance, la protection… qui s’est brisé sur la réalité : le marasme, l’appauvrissement, le pouvoir lointain des A-nationales, le mépris et la haine de soi, l’invasion islamiste.

L’autre modèle puissamment incarné en France principalement par Marine le Pen est celui de la dissidence, de ceux qui se reconnaissent dans le concept de « souverainistes ». Qui ne veulent plus d’un monde dominé par une seule puissance, les USA.

Ils ont entrepris la lutte contre ceux qui ont engendré LE problème, qui en sont responsables individuellement et collectivement.

Ils ont été moqués, piétinés, humiliés caricaturés. Mais le peuple de France a ouvert les yeux.

Il retrouve ses attachements vitaux.

Le peuple de France a choisi de survivre : en tant que peuple, en tant que nation souveraine. Le peuple de France retrouve ses racines, son identité, son roman national. Il en est fier à nouveau et il veut la restauration de ses valeurs civiques, culturelles économiques, sociales… Et ce peuple est jeune, à l’image de Marion Maréchal Le Pen.   

Nous allons continuer à respirer librement, car demain le soleil se lèvera et nous savons que la marée des votes Bleu Marine, des votes pour la France nous apportera la réponse à nos peurs et à nos angoisses. Dimanche en mettant dans l’urne un bulletin Front National nous changerons de monde …ce moment est historique, ne le manquons pas !

Francis NERI

09 12 15