Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2020

La France de demain !

Il est fini le temps ou les problématiques économiques et sociales tenaient le haut du pavé, ou une large classe moyenne assurait une stabilité sociale rassurante.
La mondialisation met notre pays à mal, la classe moyenne a perdu ses repères et se joint aux turbulents gilets jaunes manipulés par la gauche elle même en déshérence et qui est comme la droite corseté par et dans son idéologie libertaire.
L’immigration et l’islamisation ont pris des dimensions catastrophiques, la question sociale est devenue celle des valeurs, de leur préservation, de leur redécouverte et plus vraiment celle de la lutte des classes.
Un nouveau clivage est né, un nouveau défi à relever qui va s’organiser, dixit Zemmour,  entre les populistes nationalistes et les écologistes ; « entre ceux qui ont peur du grand remplacement et ceux qui ont peur du grand réchauffement ».

Pour ma part je dirai qu’il s’agit de conséquences, que  les vrais défis sont ailleurs et qu’il faut suivre le processus de « causalité » ;  rechercher en amont la ou les « causes des causes ».
Nous avons le résultat de 50 ans de lâcheté de la prétendue droite, de calculs politiciens, de naïveté, d’idéologie de gauche.

Alors qu’elle sera la France de demain ? Certainement plus celle de la « lutte des classes » ; la France de demain est déjà là et bien installée :

1) C’est la France des métropoles contre la France périphérique et ….
2) La société des individus contre l’intelligence collective.

Elle risque de perdurer AVEC ou SANS Mr Macron.

Ces deux éléments compris pas tous – et il faut qu’ils le soient si ceux qui veulent entrer dans   l’action veulent aussi être crédibles – il faut voir la réalité en face si nous voulons la changer.

La réalité c’est la raison en politique et l’union sur le terrain du « local » ! Les municipales sont le laboratoire de ces « listes d’union »  qui veulent partir du local pour transformer la France.
Comme le dit Robert Menard, c’est cette méthode qui nous fera gagner des villes aujourd’hui et demain gagner pour la France.
Et pour gagner, il faut agir en dehors des appareils, l’union se fera contre ces appareils ! Il faut démarrer par le local !

A partir de la base il faut  prouver que nous pouvons rassembler sur quelques idées forces ; avec les partis nous n’y arriverons pas !

La France que NOUS voulons demain commence aux municipales !

Francis-claude Neri
http://fr.blogspirit.com/

26 02 20  

 

 

 

 

 

 

 

12/10/2018

Le projet infogroupes.

"Cette équipe devra s’être constituée à l’avance et avoir également préparé les conditions de son intervention. Comme la Résistance l’a fait en son temps, elle devra pouvoir s‘appuyer sur un appareil solide à même de canaliser la poussée finale et de constituer l’ossature du nouvel État."

Jean-Michel Darque

C'est tout à fait le projet « Infogroupes » çà ...Une structure, une organisation  …une finalité, des objectifs et des moyens.

Le problème EST toujours le même ...les Français n'ont toujours pas compris qu'ils DOIVENT s'organiser localement, en dehors des partis, en proximité et à partir de LEURS bases : culturelles, identitaires, sociales...

Ce dont NOUS avons besoin à présent c'est d'une réaction rapide et coordonnée à partir de groupes locaux ...Ce que veulent nos concitoyens est simple : des entreprises pour travailler, un toit pour s'abriter, des écoles pour leurs enfants, un Etat qui assure LEUR sécurité et une communauté pour partager ses valeurs.

C’est à partir de ces idées de base qu’il faut se rassembler indépendamment de nos différences culturelles, cultuelles, économiques, que nous soyons de droite, de gauche ou d’ailleurs …

La France mondialiste des mégalopoles européennes, des financiers et des grands groupes mondiaux veut se mettre à l'heure de la révolution numérique dans le "village planétaire" mais en a t'elle les moyens et son PEUPLE de la France "périphérique" le veut il ?
Ne préfère-t-il pas inscrire son avenir dans une certaine continuité historique et cesser de croire que ses valeurs doivent être imposées au reste du monde lorsque celui ci n’en veut pas ?

C’est majoritairement le cas du monde musulman et des Africains qui ne nous pardonnent pas de les avoir « occupés » et faits profiter  des « bienfaits » de la civilisation …la notre…que nous apprécions malgré quelques travers que nous saurions parfaitement comment corriger si nos « ZELITES » s’y attelaient. 
 
Le peuple de France contrairement à ces "élites", en particulier politico-médiatiques, se VEUT exclu de l'économie-monde, ne veut pas comme Jacques Attali passer sa vie entre deux aéroports pour le business.

Il faut renoncer à leur faire comprendre cela ; car comment leur faire entendre que nous préférons vivre dans une ville à taille humaine dont on peut s'approprier le territoire, où il est plus facile de s'y reconnaitre, d'y élever ses enfants, d’être protégé des violences des "autres", d'y trouver et créer des SOLIDARITES (finalité et objectifs en particulier des "infogroupes")

Nous avons à persuader et convaincre nos concitoyens que nous devons traduire NOTRE parole en actes et à l'incarner SUR le terrain.

Formons nos groupes locaux et relions-les par le maillage de NOS réseaux afin de mettre NOS actes en cohérence AVEC nos idées.

A présent çà urge !

Francis-claude Neri
12 10 18