Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2018

L’homme démocratique


L’homme démocratique semble vouloir que l’égalité mette l’esprit sous tutelle et en particulier celui des lumières.

En effet, l’homme démocratique pense comme tout le monde doit penser en croyant penser par lui même.

Il ne se contente pas d’adhérer au jugement du public, il l’épouse jusqu’à ne plus pouvoir le distinguer du sien propre. Il sacrifie à l’idéologie dominante et bien pensante en faisant l’apologie de la diversité culturelle ; même ses indignations reflètent l’esprit d’ouverture à l’autre pour peu qu’il soit migrant, clandestin, opprimé, stigmatisé etc.

Dans le contexte de crise économique, financière, de désindustrialisation, de démographie pléthorique des pays du sud, de migration massive, de mondialisation, qui nous dit que faute de pouvoir agir sur  les processus en cours, la majorité bien pensante actuelle pourra refaire l’unité du corps social qu’elle a méthodiquement déconstruit au cours des 40 ans dernières années ?

En face de quoi peut à nouveau reposer la cohésion sociale sans laquelle il n’y a pas de société ?
En face de qui, sinon face à ceux qui responsables des problèmes sont également incapables d’en trouver la solution, car incapables même de l’imaginer.
En face de qui sinon face aux « migrants » perçus à juste titre comme des envahisseurs.
En face de quoi sinon face à un islam hégémonique et meurtrier qui veut dominer le monde par la religion.
En face de quoi, sinon face à des pays comme l’Arabie Saoudite, le Qatar, les Emirats arabes unis etc. qui nous tendent la main coté pétrole et arment nos ennemis coté Oumma.

Face à ces ennemis clairement identifiés comment ne pas penser voir se transformer un peuple en horde raciale ? Comment ne pas éviter la chute vers l’essentialisme du camp retranché et ne pas cautionner l’éclatement du peuple Français et plus généralement Européen ?

Comment ne pas penser vouloir faire payer et chèrement tous les musulmans pour le radicalisme islamique qu’ils semblent globalement partager ?

Beaucoup d’entre nous commencent à « voir » qu’il se puisse bien que ce soit nous les prochains damnés de la terre et comme l’écrivait Péguy : « Il faut toujours dire ce que l’on voit. Surtout il faut, ce qui est le plus difficile voir ce que l’on voit ».

Vous voyez ce que je vois venir ? Si oui alors n’hésitez plus …venez avec nous dire « Non à Medine au Bataclan » le 19 octobre 2018  …et que ce jour soit un commencement !     

Francis-claude Neri                                        

http://semanticien.blogspirit.com/     

 

19 08 18

16/08/2018

Révolte

Aussi longtemps que la gauche-écolo-bobo, associée au démagogue Macron, s'obstinera à vouloir dénaturer notre art de vivre; à moquer nos habitudes; à instrumentaliser l'opinion; à nous imposer son multiculturalisme; à battre en brèche nos coutumes et nos traditions; à dynamiter nos croix, nos cimetières et nos églises; à saccager notre patrimoine; à piétiner nos traditions; à glorifier la culture musulmane, le voile, la burka et le burkini; à nous bassiner les oreilles de ses accommodements raisonnables; à soutenir une immigration incontrôlée; à trouver des excuses aux criminels et des responsabilités aux victimes; à tolérer l'irrespect, le laisser-faire et le vandalisme; à excuser la provocation et la violence; à saper les vertus familiales et à manifester son intolérance... aussi longtemps qu'elle n'admettra pas qu'on puisse penser, parler et agir aux antipodes de son "progressisme" bâtard... elle nous trouvera sur sa route.


Qu'elle se le tienne pour dit car, comme nous, ils sont aujourd'hui des légions, dans toute l'Europe, à brandir l'étendard de la révolte !

Jean Louis Donnay

11 08 18  

Le dire et le répéter sans cesse  et rappelons le ensemble au Bataclan le 19 et 20 octobre !      

29/07/2018

Bendala et Medine

Comme je l’avais mis en prospective, l’affaire Bendala se retourne à l’avantage du Président Macron …sur le fond il a raison de dire que c’est un non–événement.

Il signifie par là qu’il règle le compte à une opposition interne et externe qui se discrédite en fonçant dans le piège comme un ours qui veut écraser la figure du jardinier pour chasser la mouche dont celui ci est importuné pendant son sommeil.

Certains dans l’opposition, mais surtout certaine, se sont montrés particulièrement stupides, se voyant déjà aux portes du pouvoir.
Pendant ce temps le peuple oublie l’essentiel c’est à dire Medine et le sauvetage de notre identité culturelle.

Je remarque à ce sujet que contrairement à sa tante, Marion Maréchal n’est pas tombée dans le piège tendu par le pouvoir, car elle sait que le sauvetage de notre culture et de notre identité est le défi immédiat que nous avons à relever.

Elle sait comme Trump ou Poutine que nous n’avons rien à faire de l’identité culturelle des pays sous développés. La faiblesse classique de l’Occident, à laquelle il faut remédier, c’est de vouloir propager SA culture et en particulier l’expérience démocratique européenne mise à mal par les « bien pensants ».

Ils disent tous trois que « l’homme blanc » ne sanglote plus [1]    

La déficience quasi congénitale de la conscience, de l’identité des pays sous développés, n’est pas la conséquence de la « colonisation » Elle est le résultat de la paresse, de l’indigence, de la corruption des élites nationales, de la formation clanique, cosmopolite de leur esprit et leur recul vers une culture tribale.

Rien n’était donc joué avec l’indépendance et le retour de « l’étranger ». L’aspect économique et financier déplorable, conjugué avec leur hostilité envers nos principes démocratiques et nos valeurs culturelles font qu’ils ne pensent plus qu’à une chose nous envahir par le nombre, se venger et nous imposer leurs « valeurs » tribales, claniques et surtout religieuses.

C’est pour cela que nous devons vaincre au Bataclan le 19 octobre.      

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/
29 07 18                                                                                               

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[1] Le sanglot de l’homme blanc de Pascal Brukner Seuil 1983