Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2020

Civilisation européenne

L’Europe est une civilisation exceptionnelle. Ses sources et ses valeurs sont plurielles et appuyées sur la tradition rationaliste gréco-romaine et la tradition judéo-chrétienne régulée, voire contrôlée, par les lumières.

Ses réalisations sont uniques et irremplaçables.

Chacun en France y avait sa place ; mais nous avons voulu exporter ces sources et valeurs vers ceux qui n’en voulaient pas.
Naïvement nous avons pensé qu’ils les adopteraient.
C’était une erreur et une faute « lourde » de la part de nos élites : politiques, administratives, médiatiques.

Et le peuple de France, LUI, en  paye le prix puisqu’une grande majorité d’entre eux n’en veulent pas et, au contraire, nous imposer leurs sources et leurs valeurs par la force s’il le faut ...tout en profitant grassement de NOS acquis.

Nous nous sommes fait avoir ! Nous avons fabriqué des « français de papier » avec qui,  sans contrepartie, nous avons partagé nos biens les plus chers.

Il nous faut renoncer à l’universalité de nos sources, et valeurs. Elles sont nôtres …point barre !

Comme vœux de Noël, tous, croyants, agnostiques, païens,  disons que nous allons les retrouver, les préserver et les défendre …c’est tout ce que le peuple français et européen demande.

Francis-claude Neri
http://fr.blogspirit.com/

   

17/12/2020

Une vision globale

La "vision globale" est un terme utilisé en géopolitique et en stratégie pour désigner un «plan», une prospective.

Son ambition est de dépasser les compartimentages nationaux (entre autres) et de rechercher les connexions, les interactions ou les bifurcations à différentes échelles, pour ainsi réaliser une approche « totale » des problématiques sans pour autant tomber dans l’universel ou le schématisme (le local ou le global).

Pour ma part je considère qu’une vision globale va avec une approche systémique des problématiques

D’où le concept d’agir local tout en pensant global cher à Hervé Morin.


Par exemple, essayons de « penser global » mais « d’agir local » sur la religion ET le projet islamo-politique et peut être, ensuite, ne mettrons nous plus toutes les religions dans le même panier de crabes.

Considérons, également, la « problématique islamiste » comme une « entrée » sur les autres problématiques car elles sont « reliées », ce qui interpelle la cohérence (occidentale) "globale"

Les 7 problématiques :

1) Gestion des ressources, décroissance
2) Absence de régulation, de contrôle et de remédiation

3) Surpopulation
4) Immigration
5) Islamisation
6) Union européenne
7) Mondialisation, globalisation

17 12 20

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/  

 

16/12/2020

Surpopulation Malthus avait raison

La question se pose de savoir si la bombe démographique qui continue ses ravages dans le Tiers Monde, en particulier africain, n’entraînera pas les riches dans la catastrophe d’un scénario finalement semblable au niveau mondial à celui que Malthus envisageait pour l’Angleterre des années 1820.

Nous ne sommes plus très loin des limites techniques envisagées par Malthus et du club de Rome et nous entrons probablement dans la zone des « rendements décroissants. »
L’eau, le pétrole, les phosphates, toutes ces ressources naturelles sont rares, et de nature à constituer des obstacles ultimes à la croissance des revenus réels et de la population y compris dans nos « pays riches ».
Si, par exemple, dans l’espoir de réduire le taux de croissance démographique mondial au niveau de celui des pays aujourd’hui développés, on veut donner aux pauvres d’Afrique et du Tiers Monde un niveau de vie analogue à celui de ces derniers, avec les populations actuelles, il faut multiplier la production d’énergie par un facteur 3,3 – ce qui n’est pas peu – et par un facteur 6 avec les effectifs de population prévus pour 2050. Tout est à l’avenant, qu’il s’agisse des équipements touristiques ou des systèmes scolaires…

Il n’est pas sûr que l’humanité sache gérer un tel problème ! Or il faudrait le faire rapidement pour éviter de voir exploser la bombe démographique.

Réduire la croissance démographique par l’accroissement du niveau de vie est une gageure.
La question pourrait devenir : Les riches ont ils encore besoins des pauvres ?
Les pauvres par leur nombre et les riches par leur niveau de consommation concourent à l’épuisement des ressources naturelles : il n’y presque plus de pétrole pour alimenter en énergie le climatiseur du riche, et plus de bois de feu pour cuire le maigre repas du pauvre…

Il faudra faire quelque chose, mais quoi ?
Les méthodes restent à trouver. Il est peu probable que la loi naturelle de la mondialisation y contribue beaucoup.

 

La seule solution au problème, l'agir local. Il n'y a pas de réponse mondialiste !

 

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

 

16 12 20