Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2020

Agir local penser global (total)

Un ami asiatique nous dit :

« Le civisme chez nous va au-delà d’un simple respect de la loi, il comprend un respect de la collectivité, d’un ordre social, supposant une connaissance des droits et devoirs de chacun. 

Les sociétés réticulaires, venues d’Asie redonnent vie aux notions de lien local, de connexion de proximité immédiate, de lien de voisinage.

La très grande force des sociétés réticulaires est de reproduire l’organisation des réseaux neuronaux rencontrés en sciences cognitives.

Les réseaux neuronaux parviennent à résoudre des problèmes extrêmement complexes par leur organisation globale, en appliquant des lois très simples au niveau de leurs cellules élémentaires limitées à leur voisinage immédiat. 

Ces capacités d’action collective parfois étonnent positivement, parfois effraient. Elles ne sont pas une légende ou un préjugé, elles correspondent à une réalité sociale.

La coordination entre les réactions locales de la « grappe » familiale et sa contribution au réseau global s’en trouve démultipliée et accélérée. La coordination avec nos proches devient plus rapide et plus profonde, se propageant à l’ensemble du réseau. » 

« Agir local penser global », nous pouvons aussi le dire ainsi ! Et çà n’a rien d’asiatique ou plus précisément c’est surtout une question de structure et d’organisation ; et bien entendu la notion d’altruisme réciproque, qui elle n’a nul besoin de la structure oppressive d’un pouvoir « total » pour ne pas dire totalitaire. 

Pour créer le futur que nous imaginons il faut penser hors de l’ordre, sinon nous faisons encore et toujours de la même chose.

Trois non axiomes :  
1) activisme fractal à toutes les échelles.
2) ne pas opposer le concept et la pratique.
3) penser la totalité à partir du local et le local à partir de la totalité (aller-retour permanent entre les deux) 

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/
07 06 20

 

24/11/2019

Nationalisme, patriotisme, globalisme et localisme.

Il est nécessaire de les distinguer. Le patriotisme est important et utile, mais le nationalisme il faut s’en méfier, car il peut encore conduire à des conflits d’un autre âge.

D’autre part, il ne faut pas s’étonner de la réapparition de l’identité nationale que nous mettons en avant comme contre feu à la globalisation et à la menace de débordement migratoire.
L’illusion gravissime serait de continuer à ne pas prendre en compte les réalités culturelles historiques des peuples et de penser que la démocratie est appelée à remplacer partout le totalitarisme ou des régimes répressifs.

Il existe des cultures différentes et toutes ne mènent pas à la démocratie et aux droits de l’homme. Il serait vain de vouloir continuer à les imposer en particulier par la force.
D’autant plus que, hier encore, nous avions comme repère en France les valeurs judéo-chrétiennes matinées des « lumières » et que celles ci sont également en perte de vitesse.

Dans un tel contexte, le libéralisme occidental sombrera et peut faire place à un nouveau totalitariste à base d’idéologie « islamo-gauchiste » (dont Mr Mélenchon serait un des moteurs) si continuent à croitre les inégalités et le diktat d’une élite qui impose ses vues sans concertation avec la complicité passive et criminelle des « contre pouvoirs », en particulier les syndicats et les partis politiques se disant d’opposition.

D’autre part, il ne faut pas se mêler des affaires des autres pays car nous n’avons plus la responsabilité, ni les moyens, de porter des valeurs qui ne sont nullement absolues d’autant plus que nous mêmes y avons renoncé en grande partie …nous avons plutôt à nous efforcer d’en retrouver la plupart et d’en faire des guides moraux et éthiques pour l’éducation et la socialisation de NOS enfants.

Nous avons devant nous, ici en France et maintenant, un nombre considérable de défis à relever dont celui de la résistance au totalitarisme islamiste importé qui est l’aboutissement de dizaines d’années de compromissions étayées par les droits de l’homme, le politiquement correct et la soumission de la gauche comme de la droite, pour des raisons purement électorales, au processus migratoire et islamisant.

Le défi suivant est local et global. Il est à la fois civilisationnel, culturel, social, économique, financier, industriel, écologique …pour les principaux facteurs.
Et tous ces facteurs entrent en cohérence et sont si entrelacés qu’il faut tirer avec prudence les fils de la ficelle « systémique » pour en suivre les interactions et les rétroactions.

En conséquence, ce qu’il nous faut dénoncer sans ambigüité c’est le centralisme « jacobin » qui maintient en place un pouvoir central vertical déconnecté des réalités humaines et locales.

Le système de « l’UE » en est le parfait exemple. Il n’y a pas de réponses locales dans les décisions de l’UE ; il n’y a que des réponses globales qui intéressent la « globalisation » C’est sans le moindre sens pour les citoyens Français pour une technostructure qui ne produit que des normes sans rapports avec leurs intérêts.

J’invite les Français à « agir local tout en pensant malgré tout global ».
A s’organiser en réseau(x) à partir d’une base horizontale (groupes locaux sur le principe d’une organisation fractale), à penser que les problèmes LOCAUX ainsi que les problèmes nationaux ayant une incidence sur les locaux doivent être résolus par les locaux avec l'aide du national, voire du global ...subsidiarité.

La déconstruction française se révèle effectivement être une démolition.
La réponse (la reconstruction) viendra des communes, des départements et des régions. C’est à partir d’elles que nous pourrons IMPOSER nos choix au national et au delà au global.

Commençons par les municipales et faisons des choix AVISES !
24 11 19
Francis-claude Neri
NERI Francis @Iese67NERI
http://semanticien.blogspirit.com/

23/06/2019

Agir local, penser global

Ceux qu'il convient de suivre...sinon de précéder...

Bellamy devrait à court terme devenir avec Marion Maréchal, De Villiers, les Menard, Zemmour, Finkielkraut, Jean MESSIHA et quelques autres, les fers de lance de la reconquête ...bien entendu aucun parti politique n'est en mesure de réaliser l'opération.

Comme nous disions dans le temps :" il faut sortir du carré". Agir local en pensant global...nous sommes prêts, mais le sont ils ?!

Nous ne parviendrons à rien sans RELOCALISATION; c'est à dire par un traitement local des problématiques.
Bien entendu il convient de penser à une organisation de type fractal, à la subsidiarité en politique en donnant la primauté au local sur les problématiques locales ...tout ce que ne peuvent faire les partis actuels centralisés, au pouvoir jacobin et au sein desquels ne vit aucune forme de démocratie..

Si on ne traite pas les problématiques locales dans un contexte d’effondrement du global, on tombera dans des solutions extrémistes, c’est-à-dire l’élimination d’une partie de la population décidée par une autre partie de la population pour résoudre les problèmes globaux.

23 06 19

Francis-claude Neri
NERI Francis @Iese67NERI
http://semanticien.blogspirit.com/