Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/07/2013

Sondages !

34% pour Nicolas Sarkozy…à quatre ans de la prochaine élection. C’est du grand n’importe quoi et du n’importe qui.

Mais bon puisque çà nous amuse et que pendant ce temps on tabasse la police à Trappes ! 
La bipolarisation n’existe pas au sein de la France de la fragilité sociale celle qui a du mal à boucler ses fins de mois et qui vit dans l’insécurité. Et elle représente prés de 70 % des électeurs potentiels de Marine le Pen 
Les "partis de gouvernement, ceux qui sont responsables du problème n'y sont plus crédibles. 
La bipolarisation n'est plus qu'une idée pour politiciens et bobos de gauche comme de droite. 
Dans la réalité les politiques ne pilotent plus rien, ne régulent plus rien, ne contrôlent plus rien.
Ce sondage n’existe pas c’est de l’enfumage. Sarkozy serait fou de se risquer à être candidat. Par contre, il faut qu’Hollande tienne 4 ans pour permettre au Rassemblement Bleu Marine de s’encrer en régions et d’être prêt pour 17 ! 
Le RBM doit pouvoir « récupérer » la plus grande partie de ces 70% sur le plan politique comme sur le plan idéologique ET culturel.
Le FN peut alors devenir le premier parti populaire s’il saisit les abstentionnistes, récupère les retraités qui ne votent plus UMP, rassure sur sa capacité à désamorcer les conflits identitaires et culturels, protège de la mondialisation en défendant « la France des invisibles » et tend la main à ceux qui manifestent (entre autre) contre le mariage homo. 
Il nous faut dire et redire que l’UMP ou le PS c’est : davantage d’islamisation et d’immigration, davantage d’Europe, davantage de recul de notre identité, de nos codes sociaux, de nos valeurs, davantage de mondialisation, davantage de conflits sociaux, davantage de pauvreté.
Pour l’UMP et le PS il n’y a pas réellement de solutions et ils font l’impasse sur 70% de la population Française estimant, peut être secrètement, qu’une « bonne guerre civile » arrangerait bien leurs affaires.
Marine Le Pen saura se saisir de la colère et de la révolte qui montent et les transformer en un projet politique construit sur ces éléments de base ce qui nous permettra en 17 de nous débarrasser de ceux qui sont responsables de nos problèmes et donc incapables d'y apporter une solution. 
Nous pourrons alors remettre la France au premier rang comme nous avons pu le faire au temps des « trente glorieuses » qui suivirent la piteuse expérience socialiste et communiste de l’après guerre. Expérience qui déboucha sur le drame de l’Indochine et la perte de l’Algérie Française.

En attendant préparons nous à soutenir ses candidats aux municipales, ce seront autant de "soldats" qui lui prépareront le terrain en 17 !

34 % pour Sarko... ça vous gâche les vacances ! - Boulevard Voltaire

www.bvoltaire.fr

Le sondé se voit recommencer avec celui-là même qu’il avait chassé au profit de l’autre d’avant. Ou son clone.

 

 

20/07/2013

Le multiculturalisme ne passera pas

Les éléments d’analyse :

Deux France, celle des métropoles et la France périphérique (qui regroupe des petites villes et des campagnes).

Recomposition sociale et démographique qui tourne au désavantage des « Gaulois »

« Gentrification » des grandes villes (davantage de cadres) avec embourgeoisement  rapide.

Renforcement des populations immigrées dans le parc de l’immobilier social.

Les HLM servent de SAS entre le nord et le sud.

Nous passons d’un modèle assimilationniste officiel à un modèle multiculturel de fait et imposé.

Les politiques de l’UMP et du PS parlent républicain, mais pensent multiculturel.

Dans la réalité les politiques ne pilotent plus rien, ne régulent plus rien, ne contrôlent plus rien.

La bipolarisation n'est plus qu'une idée pour politiciens et bobos de gauche comme de droite.

La bipolarisation n’existe pas au sein de la France de la fragilité sociale celle qui a du mal à boucler ses fins de mois et qui vit dans l’insécurité. Les "partis" n'y sont plus crédibles. 

Cette France, on peut l’identifier en croisant plusieurs critères : chômage, temps partiel, divers précaires, auxquels on ajoute les retraités, cela représente 65 % de la population française. La majorité du pays, celle qui n’est plus intégrée culturellement et politiquement.

La France fonctionne sans eux ! C’est sans doute le problème social, démocratique, culturel et donc politique majeur.

Ceci explique le FN et l’abstention.

Modélisation :

Une majorité de 65% que le RBM  doit « récupérer » sur le plan politique, idéologique ET culturel.

Le FN peut donc devenir le premier parti populaire s’il saisit les abstentionnistes,  récupère les retraités qui ne votent plus UMP, rassure sur sa capacité à désamorcer les conflits identitaires et  culturels, protège de la mondialisation en défendant « la France des invisibles » et tend la main à ceux qui manifestent (entre autre) contre le mariage homo.  

L’UMP ou le PS c’est : davantage d’islamisation et d’immigration, davantage d’Europe, davantage de recul de notre identité, de nos codes sociaux, de nos valeurs, davantage de mondialisation, davantage de conflits sociaux, davantage de pauvreté.

Pour l’UMP et le PS il n’y a pas réellement de solutions et ils font l’impasse sur 65% de la population Française estimant, peut être secrètement, qu’une « bonne guerre civile » arrangerait bien leurs affaires.

Marine Le Pen saura se saisir de la colère et de la révolte qui montent et les transformer en un projet politique construit sur ces éléments de base ce qui nous permettra en 17 de nous débarrasser de ceux qui sont responsables de nos problèmes et donc incapables d'y apporter une solution.

Nous pourrons alors remettre la France au premier rang comme nous avons pu le faire au temps des « trente glorieuses » qui suivirent la piteuse expérience socialiste et communiste de l’après guerre. Expérience qui  déboucha sur le drame de l’Indochine et la perte de l’Algérie Française.

En attendant préparons nous à soutenir ses candidats aux municipales, ce seront autant de "soldats" qui lui prépareront le terrain en 17 !

Francis NERI

20 07 13

29/06/2013

Mondialisation

La mondialisation et l’Europe ultra libérale, c’est la gauche qui l’a voulu. C’est la raison pour laquelle elle n’y veut rien changer.

Pour changer d’Europe et faire échec à la mondialisation commençons par nous débarrasser de la gauche et de la droite de l’UMP ils sont complices et responsables du problème, ils ne peuvent donc faire partie de la solution.

Je vous invite à écouter et surtout à "entendre" l’excellente analyse d’Eric Zemmour qui démontre à quel point la gauche est depuis au moins 40 ans l’alliée objective de ce mondialisme prédateur dont elle a préparé le terrain idéologique.

Ajoutez-y l’allié Islamiste et vous avez la « Triplice ». 

Eric Zemmour emploie à dessein le mot « dérégulation » et c’est bien cela la cause des causes : l’absence de régulation et de contrôle.

Il rappelle à juste titre que la mondialisation c’est 1 milliard de chinois et d’indiens plus quelques autres ailleurs, et même en Europe, payés trois bols de riz pour faire le même travail que les ouvriers Européens, dans des conditions d’abolition des frontières pour des produits qui rentrent sans droits de douanes.  

Il ne faut pas s’étonner que les patrons, déjà du temps de Bouygues, disaient aux ouvriers qui ne voulaient pas faire le travail pour pas grand chose : « je vais voir ailleurs ».

Et çà continue encore et encore et la gauche complice laisse faire.

Je me suis beaucoup amusé de voir la tête de Mélenchon quand Zemmour lui dit que la mondialisation c’est lui qui l’a construite idéologiquement : l’internationalisme, la fin des frontières, l’égoïsme des nations, le patriotisme et le nationalisme c’est la guerre… etc. tout cela, c’est la gauche à laquelle Mélenchon appartient.  

Et Zemmour conclut magnifiquement : «  grâce au libre échange, grâce au capitalisme, les pauvres des pays riches subventionnent les riches des pays pauvres et la gauche devrait être ravie, c’est elle qui l’a voulu » ! 

Marine Le Pen à raison, il faut sortir de l’Euro et rétablir du protectionnisme aux frontières. Ce n’est peut être pas de l’intérêt des multinationales, mais c’est celui du peuple de France, de ses travailleurs et de ses entreprises. 

Bonne lecture !      

Clash entre Jean-Luc Melanchon et Eric Zemmour - YouTube 

Francis NERI

29 06 13