Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/07/2013

Comment une idéologie se met en œuvre

Par Stephan Brunel pour Bd Voltaire

Si l’on veut voir comment une idéologie se met en œuvre, les jours passés nous en apportent une preuve éclatante. De quoi s’agit-il ? De faire croire, comme une publicité de France Télévisions nous l’assène, que la France serait riche de ses différences, avec passage en revue de Français différents par l’unique couleur de leur peau : nouvel exemple de bêtise pour faire barrage au prétendu racisme du Front national et de ses affiliés.

Une autre occurrence est la mise en avant dans la publicité, les reportages ou les films télé de personnes dont l’unique intérêt, pour ne pas dire talent, est de ne pas être blanc. Le football et le basket-ball féminins français, très monochromes, en subissent partout à l’étranger les quolibets. L’hommage aux troupes maliennes et africaines sur les Champs-Élysées le 14 juillet au nom de la même visibilité participe de cette aberration.

Sur l’offensive idéologique en cours, on observera aussi les atermoiements médiatiques à propos des hordes sensibles à Brétigny, de la Marianneà gueule de Femen ou encore de la défense des Roms en situation irrégulière. Mais la plus belle perle se trouve cet été au Festival d’Avignon dont la 67e édition a pour thème « l’Afrique, les quartiers périphériques, la jeunesse » ; Avignon qui nous gratifie d’une exposition où des acteurs, tous noirs, sont exhibés dans des cages, à la façon des expositions coloniales, pour l’édification des spectateurs blancs.

La Francede la diversité ainsi définie ressort d’une conception biologique et raciale de la structuration sociale, sur le modèle états-unien, la race assimilée à la couleur de la peau, et celle-ci comme différenciateur culturel, au moment où nos Tartuffes décrètent que les races n’existent plus et qu’il faut en extirper l’odieuse récurrence dans nos textes législatifs !

Le marqueur biologique — couleur de la peau, sexe, origine ethnique, orientation sexuelle — définira l’appartenance communautaire ou nationale pour nos bien-pensants quand le plus demeuré des fascistes patentés sait que l’enjeu tient aux différences culturelles — croyances, modes de vie, rapport aux autres, mœurs, institutions — et non au fait d’être noir, blanc, gris ou jaune…

Le modèle républicain est entamé depuis vingt ans par la politique de la ville, les mesures en faveur des ZUP, ZEP, ZSP, femmes-relais et grands frères, et autres mesures discriminatoires contre ces nouveaux damnés de la terre qui ont la malchance d’être trop blancs, trop chrétiens, trop souchiens.

L’enjeu civilisationnel n’oppose pas racistes et antiracistes, mais culturalisme et multiculturalisme. L’Europe fait face à une colonisation culturelle doublée d’une invasion de peuplement. Faute de réagir, nous serons les derniers des Mohicans. À Avignon, des descendants des colonisateurs transformés en voyeurs avouent leur honte d’être blancs. C’est exactement le but de l’entreprise de conquête idéologique en cours, et qui est en passe de réussir. 

§

Enfin quelqu'un qui parle de l'ENJEU véritable : « L’enjeu civilisationnel n’oppose pas racistes et antiracistes, mais culturalisme et multiculturalisme. L’Europe fait face à une colonisation culturelle doublée d’une invasion de peuplement. » 

Mais que c’est bien sur !!

Il est temps de comprendre enfin que l’islam, n’est qu’un outil de combat, une arme au service de la mondialisation et que la gauche dit de gouvernement comme la gauche extrême sont ses complices objectifs.

La reprise en main culturelle, cultuelle, idéologique, éthique doit être faite au plus vite et en premier lieu au sein des écoles de la République. Il faut remettre à leur juste place …c'est-à-dire à la poubelle de l’histoire, Sartre, Beauvoir, Bourdieu, Lacan, Dolto, Habermas, Hervé Morin, Stéphane Essel etc. Bref, tous ceux qui ont propagé et propagent encore, car ils ont une descendance, cette CULTURE mortifère portée par ces sociologues et psychologues illusionnistes,  gauchistes et Freudiens que mai 68 a« révélé ».

 

Il faut redécouvrir Raymond ARON et mettre en prison nos économistes, nos financiers actuels. Il faut mettre au rancard nos manuels scolaires « multiculturalistes » et les remplacer par l’étude d’Eric Zemmour, d’Alain de Benoist, de Dominique Venner, de Jacques Lesourne, de Gibert Sincyr, d’Henri Laborit, de Joël De Rosnay, de Grégory Bateson et de Paul Watzlawick et je ne citerai qu’eux pour simplifier une liste bien longue et méconnue par l’intelligencia parisienne.

Voyez-vous encore une fois je le, dis et je le répète : NOUS sommes responsables de ce qui nous arrive et ce ne sont pas les cris d’orfraies de certain (e)s groupuscules « Résistants » qui, vont nous sortir de la panade.

Nous avons une chance, une seule, nous autres occidentaux et Français. Et cette chance c’est Marine LE PEN ? Elle possède l’énergie et la compétence, elle a la peau dure et elle sait nager. En plus elle a saisi la nature exacte et complexe du danger, elle sait que l’Islam n’est qu’un tiers du problème.

Faisons en sorte de l’aider à nous aider. Commençons par voter aux municipales pour ses représentants qui, nous le savons, l’aideront à accéder à la magistrature suprême.
Il n’y aura pas de changement décisif sans un remplacement complet de nos élites politiques, éducatives, socialisantes, économiques, culturelles …c’est ainsi !

Alors ne perdons  pas de temps en rassemblements inutiles sur des groupuscules c’est inefficace.

Si le peuple de France veut retrouver son pouvoir, qu’il le confie à Marine Le Pen !

Francis NERI

                

21/07/2013

Sondages !

34% pour Nicolas Sarkozy…à quatre ans de la prochaine élection. C’est du grand n’importe quoi et du n’importe qui.

Mais bon puisque çà nous amuse et que pendant ce temps on tabasse la police à Trappes ! 
La bipolarisation n’existe pas au sein de la France de la fragilité sociale celle qui a du mal à boucler ses fins de mois et qui vit dans l’insécurité. Et elle représente prés de 70 % des électeurs potentiels de Marine le Pen 
Les "partis de gouvernement, ceux qui sont responsables du problème n'y sont plus crédibles. 
La bipolarisation n'est plus qu'une idée pour politiciens et bobos de gauche comme de droite. 
Dans la réalité les politiques ne pilotent plus rien, ne régulent plus rien, ne contrôlent plus rien.
Ce sondage n’existe pas c’est de l’enfumage. Sarkozy serait fou de se risquer à être candidat. Par contre, il faut qu’Hollande tienne 4 ans pour permettre au Rassemblement Bleu Marine de s’encrer en régions et d’être prêt pour 17 ! 
Le RBM doit pouvoir « récupérer » la plus grande partie de ces 70% sur le plan politique comme sur le plan idéologique ET culturel.
Le FN peut alors devenir le premier parti populaire s’il saisit les abstentionnistes, récupère les retraités qui ne votent plus UMP, rassure sur sa capacité à désamorcer les conflits identitaires et culturels, protège de la mondialisation en défendant « la France des invisibles » et tend la main à ceux qui manifestent (entre autre) contre le mariage homo. 
Il nous faut dire et redire que l’UMP ou le PS c’est : davantage d’islamisation et d’immigration, davantage d’Europe, davantage de recul de notre identité, de nos codes sociaux, de nos valeurs, davantage de mondialisation, davantage de conflits sociaux, davantage de pauvreté.
Pour l’UMP et le PS il n’y a pas réellement de solutions et ils font l’impasse sur 70% de la population Française estimant, peut être secrètement, qu’une « bonne guerre civile » arrangerait bien leurs affaires.
Marine Le Pen saura se saisir de la colère et de la révolte qui montent et les transformer en un projet politique construit sur ces éléments de base ce qui nous permettra en 17 de nous débarrasser de ceux qui sont responsables de nos problèmes et donc incapables d'y apporter une solution. 
Nous pourrons alors remettre la France au premier rang comme nous avons pu le faire au temps des « trente glorieuses » qui suivirent la piteuse expérience socialiste et communiste de l’après guerre. Expérience qui déboucha sur le drame de l’Indochine et la perte de l’Algérie Française.

En attendant préparons nous à soutenir ses candidats aux municipales, ce seront autant de "soldats" qui lui prépareront le terrain en 17 !

34 % pour Sarko... ça vous gâche les vacances ! - Boulevard Voltaire

www.bvoltaire.fr

Le sondé se voit recommencer avec celui-là même qu’il avait chassé au profit de l’autre d’avant. Ou son clone.

 

 

20/07/2013

Le multiculturalisme ne passera pas

Les éléments d’analyse :

Deux France, celle des métropoles et la France périphérique (qui regroupe des petites villes et des campagnes).

Recomposition sociale et démographique qui tourne au désavantage des « Gaulois »

« Gentrification » des grandes villes (davantage de cadres) avec embourgeoisement  rapide.

Renforcement des populations immigrées dans le parc de l’immobilier social.

Les HLM servent de SAS entre le nord et le sud.

Nous passons d’un modèle assimilationniste officiel à un modèle multiculturel de fait et imposé.

Les politiques de l’UMP et du PS parlent républicain, mais pensent multiculturel.

Dans la réalité les politiques ne pilotent plus rien, ne régulent plus rien, ne contrôlent plus rien.

La bipolarisation n'est plus qu'une idée pour politiciens et bobos de gauche comme de droite.

La bipolarisation n’existe pas au sein de la France de la fragilité sociale celle qui a du mal à boucler ses fins de mois et qui vit dans l’insécurité. Les "partis" n'y sont plus crédibles. 

Cette France, on peut l’identifier en croisant plusieurs critères : chômage, temps partiel, divers précaires, auxquels on ajoute les retraités, cela représente 65 % de la population française. La majorité du pays, celle qui n’est plus intégrée culturellement et politiquement.

La France fonctionne sans eux ! C’est sans doute le problème social, démocratique, culturel et donc politique majeur.

Ceci explique le FN et l’abstention.

Modélisation :

Une majorité de 65% que le RBM  doit « récupérer » sur le plan politique, idéologique ET culturel.

Le FN peut donc devenir le premier parti populaire s’il saisit les abstentionnistes,  récupère les retraités qui ne votent plus UMP, rassure sur sa capacité à désamorcer les conflits identitaires et  culturels, protège de la mondialisation en défendant « la France des invisibles » et tend la main à ceux qui manifestent (entre autre) contre le mariage homo.  

L’UMP ou le PS c’est : davantage d’islamisation et d’immigration, davantage d’Europe, davantage de recul de notre identité, de nos codes sociaux, de nos valeurs, davantage de mondialisation, davantage de conflits sociaux, davantage de pauvreté.

Pour l’UMP et le PS il n’y a pas réellement de solutions et ils font l’impasse sur 65% de la population Française estimant, peut être secrètement, qu’une « bonne guerre civile » arrangerait bien leurs affaires.

Marine Le Pen saura se saisir de la colère et de la révolte qui montent et les transformer en un projet politique construit sur ces éléments de base ce qui nous permettra en 17 de nous débarrasser de ceux qui sont responsables de nos problèmes et donc incapables d'y apporter une solution.

Nous pourrons alors remettre la France au premier rang comme nous avons pu le faire au temps des « trente glorieuses » qui suivirent la piteuse expérience socialiste et communiste de l’après guerre. Expérience qui  déboucha sur le drame de l’Indochine et la perte de l’Algérie Française.

En attendant préparons nous à soutenir ses candidats aux municipales, ce seront autant de "soldats" qui lui prépareront le terrain en 17 !

Francis NERI

20 07 13