Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2014

Causalité

Entre deux séries d'événements, un esprit tout simplement honnête tracerait sinon un lien de causalité unique (chacun sait que l'évolution d’un objet obéit à de multiples facteurs), à tout le moins une relation.  La relation par exemple entre le foot, les casseurs d’origine algérienne, 40 ans de politique UMPS, l’islamisation de la France, l’Empire islamo-gaucho-américain, l’Europe de Bruxelles…pour faire court et limiter les éléments à considérer.

Ce n’est généralement pas le cas en politique. Par exemple, le divorce entre les faits et les discours est bien le signe que les  procès que certains instruisent  contre ceux qui, comme Marine Le PEN, « osent » encore transformer le système est le paravent d'arrière-pensées très politiques.

Un système est un ensemble d’éléments interagissant entre eux et orienté vers un but dans un contexte donné.

Le système RBM/FN à un objectif :

  • se débarrasser au plus vite de la clique socialiste actuellement au pouvoir et qui les détient tous sans même oser s’en servir.
  • Eviter à tout prix que la clique UMP qui la précédait y revienne.
  • Prendre ce pouvoir.

 

Et un but : retrouver sa souveraineté en se débarrassant de l’Europe de Bruxelles afin de pouvoir sauver la France, son économie, sa culture, son identité, sa mémoire, les Français et leur histoire.

 

Francis NERI

30 06 14  

15/06/2014

Les dimensions oubliées

Un système est un ensemble d’éléments interagissant entre eux et orienté vers un but.

Le groupe sur facebook  « Les systémiciens pour la liberté » est un système qui recherche apparemment la liberté. Mais de quoi ? Quelle liberté ? D’expression bien évidemment, mais encore ?
Sommes-nous pour la liberté du renard libre dans un poulailler libre ?

Certainement pas ! La liberté consiste à se discipliner, se réguler, se contrôler soi même. Et si nous en sommes incapables, c’est l’Empire qui est de tous les temps, de tous les espaces et de tous les contextes, qui va continuer, et de plus en plus sévèrement, à nous réguler, nous contrôler et nous sanctionner.

En toute conscience, le voulons-nous ? Allons-nous définitivement lui abandonner nos dernières libertés ?
Oh que non ! Se laisser réguler, contrôler, sanctionner par l’Empire nous conduit au désastre aussi bien sur le plan individuel que collectif. Nous en avons eu la preuve irréfutable cette dernière décennie, en particulier avec la crise systémique dites des « subprimes ».
Nous en avions auparavant ignoré les prémisses et ce depuis au moins mai 68.
Il commence enfin à nous venir à l’esprit qu’un « système » qui nous englobe, plus vaste que l’Empire et plus radical risque de nous réguler tous d’une façon plus expéditive.
La « Nature » à des pouvoirs « régulateurs » qui sont encore très supérieurs aux nôtres. Ils rétabliraient vite l’équilibre « écologique » du système mondial en expédiant ad patres quelques milliards d’entre nous, sinon la totalité.
Nous devons prendre conscience une bonne fois pour toutes qu’un système est ce qu’il est, ni bon ni mauvais. C’est l’usage que certains en font qui est mauvais ou bon.

C’est donc certaines pratiques, économiques, financières, industrielles, démographiques, d’affectations des richesses produites et de certains pratiquants dont il faut nous débarrasser au plus vite, avant qu’il ne soit trop tard. Avant que le mouvement d’entropie et le chaos ne soient irrémédiablement engagés.

Je disais qu’un Systémicien examine un système et cherche à identifier son but, son ou ses objectifs, sa finalité s’il en a une.
Notre objectif sur ce groupe est d’identifier le but de l’Empire et d’en révéler la nocivité au plus grand nombre afin que ce nombre porte sur cette abomination leurs regards et leurs mains et le combattent.

Ce groupe créé à cet effet par Bernard Raquin, Jean Luc Potier et moi-même, n’a pas effacé certaines dimensions que l’Empire veut, volontairement, nous voir oublier pour mieux nous asservir. Des dimensions qui autrefois structuraient nos existences : la communication, la dynamique des groupes, la spiritualité, la morale, l’éthique, la compréhension des êtres humains dans une organisation, notre instinct qui nous permettait de prendre conscience des défis auxquels nos sociétés ont à faire face et de les relever.

C’est notre finalité ! Il est bon de le rappeler ici, là et maintenant !

Amitiés et solidarité.

Francis NERI

15 06 14

30/05/2014

La France combattante

Une seule question intéresse la France combattante. C’est le rassemblement de son peuple dans la véritable guerre qui lui est menée par ses propres élites.

Marine Le Pen, comme De Gaulle en un temps, a pris la tête de nos forces libres. 
Nous n’éprouvons aucune difficulté à nous unir avec ce chef qui refuse de se soumettre à un ennemi intérieur clairement identifié.
La France encore libre oppose à l’autorité d’un pouvoir vendu à l’ennemi cette parole de Napoléon : 
« Un général soumis à l’ennemi n’a plus le pouvoir de donner des ordres »
Appliquons l’article 35 : Destituons le Général Hollande et vite car si nous attendons trop longtemps les traîtres continueront à servir l’intérêt de l’ennemi et ils échapperont au traitement qu’ils méritent.
Nous n’oublierons pas les quelques lâches et aveugles qui ont pu s’associer volontairement et volontiers à l’entreprise de collaboration de ce gouvernement indigne et de ses prédécesseurs ; leur faiblesse ou leur aveuglement seront sanctionnés.
Pour l’instant, ce qu’il nous faut, ce que nous voulons, c’est l’effort commun, enthousiaste, fraternel, des Français, de tous les Français. 
Ce qu’il nous faut c’est l’esprit et le ferment de l’action dans la trêve complète des querelles actuelles qui ressemblent cruellement à celles du passé.
Alors oui nous pourrons dire comme Clemenceau : « Le pays connaîtra qu’il est défendu »

Et que vive Marine !

Francis NERI

30 05 14