Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/08/2010

Aude à René Galinier

Mon cher René

Comme toi, j'ai passé les 70 ans

Comme toi j'ai combattu en Algérie

Comme toi, de temps en temps, je jette un regard triste sur mes médailles

Comme toi j'ai trop souvent baissé les yeux devant la « racaille »

Comme toi je suis dans une grande colère

Comme toi j'ai peur pour mes enfants

Comme toi je prendrai les armes à nouveau sans la moindre hésitation

Comme toi je ne regrette rien

Je t'aime et je suis avec toi

Rappelles toi Prévert, ami René

Rappelle-toi cela

Et ne m'en veux pas si je te tutoie 
Je dis tu à tous ceux que j'aime 
Même si je ne les ai vus qu'une seule fois

Je dis tu à tous ceux qui aiment la France
Je dis tu à tous ceux qui se sont battus pour elle

Je dis tu à tous ceux qui, comme toi, sont entrés en résistance

Je dis tu a tous ceux qui affaiblis par le temps et le destin luttent encore

Même si je ne les connais pas

Et je leur dit :

Venez mes amis l'heure est arrivée, nous avons rendez vous avec notre histoire

A bientôt ami René

Francis NERI

 

20/07/2010

Mémoire, histoire et identité

« Les républicains que nous sommes assistent depuis des années au déchirement du tissu social, à la contestation de nos valeurs, issues des Lumières, à la remise en cause des fondements de la République française, la liberté, l'égalité, la fraternité et la laïcité ».

Résistance Républicaine

C'est par ces paroles fortes et identitaires, auxquelles je m'associe, que Christine Tasin, Présidente de Résistance Républicaine introduit son invitation à rejoindre cette association.

Certains d'entre vous m'ont fait part de leur hésitation, disant ne pas se retrouver dans cette définition limitée des « valeurs ».

En effet, l'histoire est un instrument d'identification Nationale et une association comme Résistance Républicaine ne peut l'ignorer, au risque de se priver du soutien de ceux qui estiment que l'histoire des valeurs de la France ne commence pas aux lumières et à la révolution Française.

Mémoire et identité, c'est un peu la même chose et, un peuple que oublie son Histoire est un peuple perdu. « Ceux qui ne frissonnent pas  à l'évocation du baptême de Clovis et de la fête de la fédération de 1790 ne comprendront jamais l'histoire de la France » a dit Marc Bloch.

De plus en plus tournée vers la seule lecture culpabilisante du passé et cet éternel esprit de repentance, plus que jamais, notre nation a besoin d'identification dans la totalité de son histoire pour intensifier son union et consolider une culture qui, comme toutes les autres, est basée sur des valeurs d'autant plus respectées, qu'elles seront portées avec fierté, courage et honnêteté, par ceux qui en sont dépositaires.

La France a, au moins, un double héritage : le premier, catholique et royal; le second, révolutionnaire et laïque.

Je ne suis ni vraiment catholique, ni royaliste, mais ces valeurs comme celles d'origine gréco-romaine, puis judéo-chrétiennes ont laissé des traces indélébiles dans la structuration de mon identité, et je suis adhérent de Résistance Républicaine

Je tenais à vous le faire savoir

Bien à vous

Francis NERI

 

 

13/06/2010

L'éducation, la socialisation ou la sauvagerie

Bonjour,

J'ai décidé de rejoindre, à titre personnel, le mouvement créée par "Riposte Laïque" : Résistance Républicaine. Il me semble que la finalité de ce projet rejoint celui de l'IESE et que peut être, avec eux nous pourrons aller plus loin.

Pour qu'il n'y ai pas d'ambiguïté, je rappellerai ci- dessous les objectifs de l'IESE...c'était en 2005 !

L'éducation, la socialisation ou la sauvagerie

Le projet de l'I.E.S.E

Véhicules incendiés, bâtiments publics attaqués, forces de l'ordre défiées.

Les auteurs entendent ainsi montrer leur haine d'un ordre républicain dont ils se sentent parait-il exclus. L'explication vaut ce qu'elle vaut. Elle n'est pas suffisante et, surtout, elle n'excuse rien.

Sujet brûlant pendant la campagne présidentielle de 2002, la délinquance de rue revient moins à la une des journaux depuis. Les élections passent, le problème demeure, en dépit des efforts déployés.

Et, à chaque fois ou presque, c'est l'occasion de s'en prendre à ce qui symbolise l'État et son autorité.

Les propos de Nicolas Sarkozy sur la nécessité «d'éradiquer la gangrène» des banlieues, de «nettoyer les cités au Kärcher» semblaient maladroits dans la forme, mais sur le fond ? Les déchaînements constatés ici et là en France portent davantage l'empreinte de la barbarie et de la sauvagerie gratuite que celle de la vengeance et du désespoir.

Entre prévention et répression, depuis vingt ans, les responsables politiques et les administrations chargées de mettre en œuvre les dispositifs adaptés, cherchent des réponses aux violences urbaines. Trop souvent, elles sont malheureusement frappées du sceau de l'électoralisme, de l'impuissance, de la division et de l'incohérence, mais aussi du refus de fédérer les projets à caractère sociaux, économiques, culturels, éducatifs etc.

Or le problème doit être appréhendé à la base et d'une manière globale. L'une des solutions est sans doute dans la reprise en main de notre système éducatif. Vaste chantier que l'Education Nationale ne peut conduire seule.

L'une des solutions et qui va dans ce sens c'est le concept « plateforme I.E.E.S » Action sur les trois pôles de l'éducation en commençant à la maternelle !

L'éducation et la socialisation ne sont pas seulement les éléments incontournables de la citoyenneté, ils sont aussi les facteurs essentiels de l'intégration et de l'acquisition des valeurs et des codes qui déterminent les éléments de base de notre culture.

Ces éléments premiers du « vivre ensemble » sont indispensables pour obtenir la paix, le lien et la cohésion sociale, sans lesquels il ne peut y avoir de « contrat » économique, social, culturel etc.

Un projet qui veut donner sens à un ensemble social, familial et scolaire : Les trois pôles de l'éducation et de la socialisation. Une plateforme de formation aux pratiques sociales peut permettre de mieux articuler le temps scolaire et péri scolaire, de mettre en place des partenariats d'action, l'acte éducatif peut être envisagé dans sa globalité en y associant les structures éducatives, culturelles, les centres sociaux etc.

L'Institut Européen de Socialisation et d'Education (I.E.S.E) milite :

Pour une culture, éducation et socialisation structurantes qui participent des fondements de notre identité.

Pour une mondialisation maîtrisée à partir d'une universalité des valeurs dominantes à promouvoir.

Pour une coïncidence plus grande des temps sociaux afin que les effets de la mondialisation soient cause d'évolution, de socialisation et d'intégration.

Pour participer à cette nécessaire et urgente entreprise éducative et socialisante nous proposons :

De promouvoir les attitudes, les comportements, les compétences et les pratiques pro-sociales.

Ou encore : Eduquer, socialiser, remédier aux dysfonctionnements du lien et de la cohésion sociale afin de rompre avec une dynamique de cause à effet qui débouche implacablement vers le cycle infernal de la violence et de la répression et qui conduit de la mission éducative à la mission répressive.

Bref, faire intervenir ensemble  l'éducateur, le formateur, le médecin et le gendarme pour éviter du travail aux CRS.

Pour cela, nous pensons qu'il faut, dès le plus jeune âge, participer à la mise en œuvre de facteurs éducatifs, socialisants et de remédiation pro-sociaux en agissant sur les effets produits, sur les pratiques sociales, en accompagnant les acteurs et en régulant les facteurs qui déclenchent les problématiques sociales.

L'IESE se propose d'intervenir, en partenariat, au niveau des trois pôles de l'éducation : la famille, l'école et l'environnement social  (qui pour certains jeunes se limite encore trop souvent à la rue.)

Dans des lieux, temps et contextes communs et à partager entre jeunes, actifs, aînés.

Sur des enjeux majeurs de  l'actualité sociale :

  • La prévention des conduites à risque et addictives
  • L'éducation à la santé
  • L'éducation à la citoyenneté et à ses valeurs
  • L'accompagnement des adolescents vers la socialisation
  • La médiation sociale et familiale
  • L'acculturation des primo-arrivants

Venez relever ce défi avec nous, rejoignez l'IESE !

Institut Européen de Socialisation et d'Education

I.E.S.E.

12, rue de Milan

67000 Strasbourg

Tél et fax 03 88 60 20 63

Courriel : IESE@noos.fr

Président : Francis NERI Educateur et Formateur

(diplômes d'Etat et Universitaire)