Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2015

Dissociété

« Pourquoi et comment des millions d’individus persuadés que la coopération solidaire est cent fois préférable à la compétition solitaire restent-ils impuissants à refonder sur elle leur système économique et politique ? »
Jacques Généreux

Beaucoup d’acteurs et de commentateurs du débat public conçoivent encore l’enjeu des élections avec la grille de lecture ancienne et totalement obsolète.

Ainsi, on opposait :

  • une droite plus soucieuse de réalisme économique et de la performance des entreprises à une gauche plus préoccupée par la redistribution et les droits sociaux ,
  • une droite survalorisant la sécurité et privilégiant la répression de la violence, à une gauche plus attachée à la prévention et à l’éducation ;
  • une droite fidèle à la Ve République et une gauche aspirant à une démocratie plus parlementaire et participative,
  • une droite visant une Europe plus libérale face à une gauche en quête d’Europe sociale.

L’alternative en jeu dans l’élection opposerait donc deux conceptions différentes de l’efficacité économique, de la sécurité publique, de l’Europe et de la démocratie, deux chemins différents en quête de finalités au fond similaires.

En réalité le projet idéologique et la pratique politique est devenue identique à droite comme à gauche.

La nouvelle gauche de Manuel Valls comme la droite  « nouvelle » que Nicolas Sarkozy comme Alain Jupe veulent mettre sur les rails :

Détruisent les perspectives de progrès économique.
Maximisent l’insécurité, en ouvrant largement nos frontières, menacent la paix civile, en laissant prospérer l’Islam en France.
Pérennisent  un  projet européen prédateur, nous imposent une mondialisation incontrôlée
et bafouent la démocratie.
Ne visent plus une démocratie de marché efficace qui respecte les normes environnementales et les droits du travail, qui surmonte les tensions sociales par la prospérité générale,
Visent une « dissociété » des individus livrés à la guerre économique, privés de tout pouvoir pour orienter collectivement leur destin, disciplinés par la peur ou la pression morale de leur « communauté », au prix d’une restriction croissante des libertés publiques.

La nouvelle gauche est particulièrement dangereuse pour une raison  insidieuse et redoutable : elle a en partie gagnée la bataille éducative, culturelle, la bataille des idées et des valeurs, au point que nombre d’élites à droite adhèrent désormais au multiculturalisme, à la « bien pensance » et au mépris de soi.  

Il s’ensuit un brouillage complet du clivage gauche - droite qui transforme l’élection présidentielle :

En compétition des personnalités
Et non plus en engagement sur des projets politiques

Et qui nourrit l’abstention.

Là se trouve une source essentielle de la défection des classes populaires qui font un constat sans concession : « un appauvrissement des pauvres des pays riches et à un enrichissement des riches des pays pauvres » ainsi que le démontre Jacques Sapir dans son ouvrage « La Démondialisation ».
Le peuple de France a parfaitement compris que la « mondialisation heureuse » était un mythe.

Et qu’aujourd’hui ce ne sont plus des projets industriels qui sont mis en concurrence, mais des modèles sociaux et environnementaux    

Ce qu’il réclame, et c’est la raison pour laquelle il se retrouve de plus en plus souvent dans le projet du Front National, ce n’est pas le Nationalisme et l’affrontement des nations, il réclame de la DEMOCRATIE, c’est à dire l’indépendance nationale, car si vous n’avez pas d’indépendance nationale, vous n’avez pas de démocratie.
La démocratie signifie le pouvoir du peuple souverain, c’est ce que propose le Front National : le retour au peuple souverain.

Nous sommes loin de la préservation de l’Union européenne et du Traité Transatlantique.   

Francis NERI
16 04 15

 

 

12/04/2015

Nicolas Sarkozy se moque de la France.

Il est en service commandé, aux ordres de l'empire américain décadent.

Pour comprendre cela, il n'est pas nécessaire de se livrer à de vastes investigations; il suffit de lui demander ce qu'il pense du traité transatlantique sur :
La déréglementation
Les droits de douanes
Les investissements 

Et ce qu'il pense aussi de cela :
Turquie: Prison requise pour avoir reproduit "Charlie Hebdo"
Le procureur d’Istanbul a requis mercredi quatre ans et demi de prison contre deux journalistes turcs qui avaient illustré leur éditorial d'une caricature du prophète Mahomet extraite de Charlie Hebdo.

Veut-il comme son ami Obama que la Turquie entre dans « leur Europe » ?

Pour nous citoyens Français et Européens, il n’est finalement que deux questions qui conditionnent notre survie en temps que peuple et en temps qu’individus chérissant une certaine forme de « liberté » :

Comment contrer l’offensive Américaine ?
Comment stopper puis inverser les flux migratoires ?

Quitte à adopter une juridiction supranationale pour la régulation, les litiges, les sanctions. 

Pour cela, nous avons à nous débarrasser de Hollande et empêcher Nicolas Sarkozy de remettre çà !

Francis NERI
12 04 15

04/04/2015

Europe et Union Européenne

En matière d’Europe et d’U.E. nous sommes sur un terrain de foot dont nous n’avons pas établi les limites et dont les règles du jeu ne sont pas à notre avantage.
La seule façon de régler le problème c’est de réduire les limites et de revoir les règles ou de sortir du terrain.   
 
Je crains fort que la première option soit irréalisable, nous n’avons aucun moyen pour le faire. C’est une équipe de bras cassé qui est au pouvoir et des "supporters" qui ne pensent qu’à se taper dessus avant, pendant et après les matchs.
 
Bref, les jeux sont fait l’Allemagne comme d’habitude ramasse la mise ! Nous nous sommes fait avoir !
 
Nous croyons jouer un match amical entre peuples Européen, nous avons joué sans préparation contre des marchands de soupe mondialisés qui changent constamment les limites du terrain et les règles du jeu.
Nous n’avons donc aucune chance de gagner si chaque fois que l’on marque un but l’arbitre invente une nouvelle règle qui nous pénalise et nous le retire.
 
Cette Europe des marchands de soupe n’est pas la nôtre. Alors c’est décidé, puisque nous ne pouvons pas la changer, sortons en et réinventons l’Europe des peuples.
Nous avons encore quelques bonnes cartes à jouer au poker et quelques pions efficaces aux échecs, changeons donc de jeu … le Foot ce n’est plus que du fric et pas toujours très propre.
 
En France, Marine Le PEN – on le voit à chaque élection – tient en main les cartes du peuple. Pas les cartes des "Zelites", des "Bobos", des Médias, des Acteurs et Joueurs de Foot apatrides et multimillionnaires et ce sont des bonnes, très bonnes cartes.
Faisons en sorte qu’elle puisse s’en servir en lui en donnant les moyens : 
La Présidence de la France en 17.
 
Francis NERI
03 04 15