Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/01/2019

Gilets Jaunes 2019

Pour les « Gilets Jaunes », il s’agit de forger en 2019 une unité d’action contre les atteintes aux droits et à la défense des libertés démocratiques. Et le combat ne fait que commencer !
Toutefois si les GJ devront « penser global » pour donner une cohérence nationale à leur action, ils devront « agir local » en tenant compte de leur « contexte » de leurs problématiques spécifiques et de leurs moyens…Paris n’est pas toute la France !

Castaner a choisi l’affrontement. Ces derniers temps, la révolte des « Gilets Jaunes » a montré que les justes revendications populaires refusent la montée en force de l’autoritarisme de Castaner et la réalité d’un danger LREM-islamo-fasciste.
Le pouvoir aura une responsabilité évidente dans les tragédies à venir !

La cure d’austérité ouverte par Macron jusqu’au-boutiste contre le peuple, « on garde le cap », c’est ce qui a largement mobilisé les « Gilets Jaunes » contre les taxes, avant les mouvements sociaux à venir en 2019.

Les vœux de Macron pour 2019 contre les « Gilets Jaunes » ont suscité la rancœur dans tout le pays ! C’est pourquoi, il faut organiser dès aujourd’hui une résistance large des « Gilets Jaunes », unitaire et populaire contre :

- la décomposition sociale, économique et fiscale en cours en France
- mais aussi contre l’invasion des migrants venus d’Afrique
- et la mise sous tutelle mondialiste de notre pays par l’UE.

Les trois problématiques sont liées et ne peuvent être dissociées.

- La France a cruellement besoin d’un grand projet national afin de pouvoir contrer l’apocalypse à venir et trouver une « solution de continuité » qui préserve l’essentiel et nous permette de rebondir pour 2022.
- La France doit se dissocier du Pacte mondial pour les migrations lancé à Marrakech. L’immigration doit être au service des intérêts nationaux et de la cohésion de chaque société et elle ne doit pas être indiscriminée. L’immigration ne doit pas être traitée comme sujet global, mais en accord avec la réalité et la souveraineté de chaque pays.
- La France devra sortir de l’UE car cette institution est incapable de se réformer de l’intérieur et tous ceux qui disent pouvoir le faire nous trompent et ne pensent qu’à servir leurs intérêts.
- La France devra donner la préférence aux intérêts des Français, à leurs besoins, prendre acte de leurs attentes sécuritaires, mémorielle, de leur identité nationale et régionale et respecter leurs codes sociaux, leurs valeurs.

Tout cela n’est pas négociable !

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

03 01 19

 

 

13/12/2018

Immigration et islamisation II

Les gilets jaunes se doivent à présent de crier leur rejet de l’immigration et de l’islamisation de la France, d'une mondialisation et d'une UE qui les ont laissés de côté et leur défiance d'une classe politique qui ne les représente plus.

Il est grand temps d'étendre le domaine de la lutte à ces "problématiques".

Francis-claude Neri

C'est par là qu'il eut fallu commencer.
Le fait que le pouvoir d'achat soit la première préoccupation est une grande faiblesse du peuple et arrange bien l'imposteur.

Samuel Girardot

L’analyse me semble très bonne mais est confrontée aujourd'hui à des dispositions que nous ne maîtrisons plus et qu'inéluctablement entraîneront à terme, au delà de la révolte actuelle, à une révolution avant une guerre civile.

Dzordre Veilleur Gaulois

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

13 12 18

 

 

12/12/2018

Gilets jaunes, Europe et immigration

Il y a deux dangers mortels, deux priorités absolues : l’Europe et l’immigration. Éviter ces deux sujets, c'est parler dans le vide.

L'Europe paralyse la France de l'extérieur pendant que l'immigration la détruit de l'intérieur.

Sortir de l'Europe pour retrouver la maîtrise de notre destin en période de tempête, et stopper l'immigration pour rétablir la cohésion nationale sans se payer de mots sont les conditions du salut de la France. Tout le reste est secondaire, et quiconque détourne l’attention de ces enjeux vitaux, quiconque est européiste, immigrationniste ou les deux à la fois, est soit un crétin soit un traître. C'est maintenant qu'il faut réagir.
A différer, il risque de ne plus rien y avoir à sauver.

Gilet jaune et CGT

La CGT a peut-être d’autres priorités que le mouvement social le plus important qu’ait connu la France depuis longtemps : le syndicat a organisé une « Marche pour la journée internationale des migrant.e.s » (sic) le 18 décembre à Strasbourg. Avec eux, le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) et le Parti Communiste Français (PCF), entre autres.

Un communiqué a été publié : cette marche se fera contre « la montée des nationalismes » et « contre l’idée que l’immigration crée du dumping social », mais aussi  « pour la régularisation des sans-papiers et pour l’égalité des droits. » Des revendications qui vont complètement à l’encontre de celles des gilets jaunes, assez mobilisés sur la question migratoire et de la souveraineté du pays. Peut-être est-ce la raison de la distance de la CGT vis-à-vis de la révolte en cours.

Que les choses soient claires les fameux « corps intermédiaires » sont très probablement de connivence avec le pourvoir pour récupérer les Gilets Jaunes, leur faire une aumône et passer outre à leurs revendications de fond.

La prochaine « manifestation des gilets Jaunes devrait se faire à Strasbourg et avoir pour « cibles » l’UE et l’immigration     

Louis Michel Saint Jean
Francis-claude Neri

12 12 18