Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/08/2017

Insurrection et désobéissance civile

"Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs."

C’est ce que semble nous « autoriser » à faire la  « Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793 ».

Outre que cette « déclaration » n’existe plus dans notre constitution, donc « légalement » n’est ni un droit ni un devoir, il faut dire également en quoi et en quelles occasions le gouvernement actuel, voire les précédents, viole les droits du peuple au point de générer des comportements insurrectionnels.

Mais admettons que ces « viols » soient démontrés (ce qui à mon avis l’est amplement) le « peuple » va t’il se soulever pour autant ?
Rien n’est moins sur ! Pour que le peuple se soulève, il faut un certain nombre de conditions qui me semblent loin d’être remplies.

Pas mal de mes ami(e)s d’ailleurs s’indignent que « personne ne bouge ».
Leur indignation va parfois jusqu’à la colère « ILS n’ont pas de C….. ! Les jeunes n’ont rien dans le pantalon » etc.
Ce que je lis et entend le plus souvent c’est : « on n’arrive pas à se rassembler, chacun est dans son coin et travaille pour sa chapelle »
Apparemment le pouvoir « indigne » peut dormir sur ses nombreuses oreilles !

Peut être pas si nous y regardons de plus prés et si nous acceptons de nous remettre un peu en question sur le plan de la communication et de sa psychologie.

D’abord la notion d’attitude : On appelle attitude l’état mental (et neurophysiologique) déterminé par l’expérience, qui exerce une influence dynamique sur l’individu et détermine son comportement, ses prises de position, ses réactions, face à un événement.

L’attitude sera donc, dans la plupart des interactions, le phénomène à découvrir et à analyser si nous voulons faire évoluer des opinions, des comportements et agir en réseau.
Dans la communication interindividuelle (sur Facebook comme sur le terrain) elles sont un élément déterminant du « climat » relationnel qui se crée entre les individus !
Pour le « faire ensemble », créer un climat favorable, c’est essentiel !

Revenons à notre objectif : bouger ensemble pour changer ensemble et à notre profit !

Nous avons des relations et un réseau à créer, des informations, des idées, des actions à conduire qu’il faut faire entendre, accepter, assumer …pas simple !

Chez nos interlocuteurs, nous rencontrons deux attitudes principales : celle des « conformistes » et  celle des « indépendants »
Les conformistes auront tendance à se soumettre à la pression de l’autorité et de leur groupe d’appartenance, sauf si l’autorité se comporte de manière indigne et donne des ordres contradictoires contraires à leurs intérêts.
Certains d’entre vous ont eu connaissance de l’expérience de Milgran (1973)  et savent donc ce que peut signifier la soumission à l’autorité et au groupe.

Les conformistes sont de fait des sujets fort peu impliqués, ils s’engagent peu, ne perçoivent pas l’enjeu, ne pensent pas que leurs « réponses » puissent avoir des conséquences réelles sur leur existence actuelle et future.
Il faut qu’ils soient acculés, le dos au mur pour réagir. Sinon ils se « conforment » par facilité ou par confort personnel…autant qu’il dure.

Les « indépendants » résistent à l’influence, à la pression de l’autorité et du groupe. Ils peuvent donc accepter, voire façonner, un comportement d’opposition à la condition de s’impliquer dans un groupe et de participer à l’éveil des consciences.
Mais pour cela il leur faut accepter de partager, de persuader et de convaincre en s’appuyant sur une dynamique psychosociale qui relève de la perception qu’ils ont d’eux mêmes et de leurs compétences acquises par l’expérience.
Il apparait en effet que la désobéissance (civile et civique), voire l’insurrection,  ne relève pas seulement de catégories morales, mais de fonctionnement de l’individu dans la situation sociale et tout dépend de la « relation » entretenue entre les « victimes » du système, leurs bourreaux et leurs sauveteurs.
Dans une situation de groupe, des personnalité de ce type parviennent, pourvu qu’ils le veuillent, à conforter efficacement l’influence des règles morales et éthiques qui ne peuvent plus alors être écartées (comme c’est le cas) par une restructuration soigneusement calculée de l’information et de l’environnement social que pratiquent avec brio les « autorités » actuelles dans l’unique but de servir leurs intérêts.

C’est dans ces conditions, et dans ces conditions seulement, qu’il nous sera possible d’entrer véritablement en résistance et d’y entrainer nos amis conformistes.

C’est l’objectif du « réseau infogroupes » que nous entendons réaliser et rendre opérationnel au plus vite …le temps presse !         
     
Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

 

11 08 17
        

03/12/2013

La toile de l'araignée

,Pas grand chose à reprendre pour moi, dans ce texte. Et les Soral et autres Dieudonné n’ont qu’à bien se tenir Quand à la « Triplice » elle est identifiée, cernée ! Il n’y a plus qu’à !  

Francis NERI

Le Nouvel Ordre Mondial c'est à dire cette nébuleuse de financiers apatrides œuvrent depuis longtemps pour déstabiliser le monde et plus particulièrement le monde occidental. Ils ont réussi à prendre le contrôle des Etats Unis, à imposer depuis longtemps leurs candidats, à déclencher les guerres qui sont bénéfiques pour eux et pour les entreprises qu'ils contrôlent. Depuis longtemps tout le système de la mondialisation est dirigé en fonction de leurs intérêts avec des traités à leur avantage.
Ils sont à l'origine de la création de l'Union Européenne et d'une extension à toute l'Europe jusqu'à la Turquie permettant d'établir un glacis européen face à l'immense Russie et de l'isoler pour tenter de la contrôler aussi à terme.
L'extension a pour conséquence calculée de dissoudre les pays les plus importants dans un système tirant toujours vers le bas, appauvrissant les pays les plus riches et leur ôtant petit à petit toute responsabilité politique et tout pouvoir économique. Comme cela ne pourrait suffire pour avoir le contrôle total des moyens économiques, l'immigration de masse permet dans un premier temps d'avoir une main d'œuvre à moindre coût, puis d'agir sur la société elle même qui sous la poussée démographique se fondra dans un melting pot. Dans un deuxième temps de grossir le chômage pour agir ensuite sur les salaires en tirant toujours vers le bas afin d'avoir des travailleurs dociles se contentant d'un minimum vital permettant une consommation stricte des biens essentiels, biens d'ailleurs de qualité médiocre, voire mauvaise, pour soutenir la production. Pour éviter que ces nouveaux esclaves se révoltent on investit l'information qui est distillée, organisée dans le sens voulu de la soumission et du refus de tout mouvement de révolte ou de changement. On transforme l'éducation qui ne doit plus faire référence à des racines propres mais collectives , d'où la suppression de l'histoire qui va s'orienter non pas sur l'histoire du pays mais sur les histoires des communautés , sur des cultures fabriquées de toutes pièces.Il en est de même sur la religion dominante qui devient minoritaire et contrôlée elle aussi pour disparaître à terme, remplacée par une religion de soumission.
Devant un tel scénario beaucoup vont rester sceptiques car cela parait énorme, un véritable complot; pourtant tout se passe sous nos yeux.
Le chômage est là, puissant et renforcé par des milliers de migrants qui vont dans un terme proche faire imploser l'organisation sociale qui ne pourra plus être alimenté en amont. La conséquence va être terrible pour les plus faibles ou les plus démunis qui vont disparaître physiquement.
Ayant éliminé ceux qui sont considérés comme improductifs, on pourra agir enfin sur les salaires en proposant un emploi payé au minimum vital. Peu s'en rendent compte mais le miracle allemand dans certain domaines tient en des salaires très bas. La crise bretonne a servi de révélateur puisqu'on a découvert que nous importions en masse du porc et des poulets venus d'Allemagne , produits à très bas coûts grâce à une main d'œuvre étrangère payée avec des salaires de misère. La machine est en marche dans l'indifférence totale et le silence syndical.
Une remise au pas ne peut se faire qu'en contrôlant tout : les communications particulièrement. Sans les révélations de Snowden, le grand public n'en saurait rien. Tous les dirigeants ont feints de découvrir la toile d'espionnage mise en place par la NSA alors que tout ceci est connu depuis l'origine, date d'ailleurs de la guerre froide et que les réseaux d'écoute sont d'ailleurs bien visibles en Angleterre.
Le système européen n'est que le prolongement de l'Otan, bras armé qui permet aussi de contrôler toutes les armées et de mutualiser les moyens en diminuant les moyens individuels de telle manière que les armées nationales ne puissent s'opposer à des mesures à la Serbe, entendez par là une guerre contre un état récalcitrant. Il faut dire que non seulement pour notre seul pays nous réduisons considérablement le budget mais aussi en absorbant ce budget dans des interventions extérieures qui vont ruiner toute modernisation.
J'en reviens enfin sur la toile qui se tisse aussi autour de la Russie pour faire chavirer ce pays coupable d'hostilité contre l'Ordre Mondial. Le meilleur terrain reste l'Ukraine qui historiquement est le plus proche de la Russie et qu'il convient d'abord de détacher complètement. La CIA devenu le bras actif de l'Ordre Mondial y est implanté depuis la révolution orange qui capota faute de moyens énergétiques et par la corruption. L'échec du mouvement orange n'a pas fait renoncer l'Ordre Mondial dans ses projets et ayant perdu dans la crise syrienne, elle se devait d'agir en prenant le prétexte d'arrêt du processus européen.
Chacun sait que l'Ukraine ne peut être aidée par une Europe mal en point et qu'elle sera dépendante de l'énergie venant de Russie mais si le gouvernement pro russe sautait ce serait un coup important stratégique et même déclencherait des troubles en Russie même . L'Ordre Mondial est tout disposé à faire jouer ses atouts : créer des troubles, restaurer les conflits au Caucase, bref déstabiliser le pouvoir de Poutine.
Nous sommes déjà dans une forme de conflit larvé entretenu par l'Ordre Mondial avec le but suprême d'éliminer toute puissance qui lui serait contraire.
L'araignée a tissé sa toile malfaisante, totalitaire pour transformer ce monde en un vaste camp concentrationnaire, en éliminant petit à petit les oppositions.
Je terminerai en disant ceci, l'heure pour nous est au choix, au choix du camp et du mode sociétaire. Nous pourrons nous exprimer prochainement, un espoir subsiste, il est incarné par l'esprit de résistance, celui de Marine, tous les autres choix nous conduirons à l'inéluctable : la victoire de l'araignée.

 

Ivan Smolensky

21/08/2010

Talleyrand

« Il faut plus faire travailler que travailler soi même. Ne pas s'enterrer sous les papiers ; il faut des hommes qui les débrouillent. Il faut gouverner les affaires d'un geste, d'un signe, mettre la virgule qui décide le sens.

Cela sied à mon personnage paresseux, cynique et impénétrable, le tout par système. Il est bon d'être dans son époque, avec ses usages, ses codes, ses interdits. »

§

Un « ami » internaute de gauche, me disait récemment : « J'ai lu vos premières notes, celles d'il y a cinq ans. La première sur votre blog traitant de l'Europe, celles qui valorisent Nicolas Sarkozy et d'autres encore qui prédisent un cataclysme économique, social et écologique au point de convergence des crises.

Vous avez beaucoup changé, en mal malheureusement. Celles que je lis aujourd'hui font état d'une insupportable islamophobie, voire de racisme. Vous êtes devenu pro-sioniste, alors que le monde civilisé se dresse contre cette barbarie et cette violence faites aux palestiniens et au monde arabo-musulman.

Supprimez moi de votre liste de diffusion ! »

Je l'ai fait, bien évidemment, mais je tiens à lui dire ceci, ainsi qu'aux autres « bien pensants » de son espèce,  tout en faisant référence à un homme, Talleyrand, que cet « ami », qui se considère cultivé, aime bien:

« Un homme qui se vante de ne jamais changer d'opinion est un homme qui se charge d'aller en ligne droite, un niais qui croit en l'infaillibilité. Il n'y a pas de principes, il n'y a que des évènements ; il n'y a pas de loi, il n'y a que des circonstances : l'homme supérieur épouse les évènements et les circonstances pour les conduire. S'il y avait  des principes et des lois fixes, le peuple n'en changerait pas comme il change de chemise. L'homme n'est pas tenu d'être plus sage que toute une nation ».

Et j'ajouterai :

L'homme sage sait ne pas aller contre l'institution lorsque celle-ci occupe une position dominante, mais la réformer de l'intérieur, par touches successives; savoir faire des concessions pour sauver l'essentiel, apprendre à composer.

Sa méthode, c'est de se tenir informé, communiquer, rapprocher, analyser, projeter. Dans l'action, céder partiellement lorsque cela est absolument nécessaire. Approfondir l'esprit, la conscience et l'intelligence intuitive du peuple.

Promouvoir un amour sincère de la démocratie, du respect pour les lois, les valeurs et les codes du monde occidental. Rechercher l'équité, la prudence et la sagesse de vues en matière de religion et de laïcité.

Anticiper l'évènement et en mesurer la force plutôt que de le subir. Céder en partie afin de préserver ce qui peut l'être encore, défendre ce qui est politiquement défendable et lâcher en proportion, concéder à l'esprit du temps, c'est-à-dire en précédant l'opinion publique que l'on a préalablement « éduquée ».

Enfin je conclurai par une « idée force » que j'ai développé tout au long de ces cinq années de chroniques sur ce blog :

L'honnête homme du XXI e siècle, c'est celui qui sait adopter des attitudes et des comportements qui puissent concilier les élans de son affectivité avec la connaissance intuitive et celle des faits, et les deux avec la force de la raison qui lui fait choisir la voie la plus juste et la plus sure.

Je conseille à cet ami « islamo-gauchiste » de relire ce Talleyrand qu'il dit bien connaître, Montaigne qu'il vénère, et d'y réfléchir ; car pour lui et les siens :  « il est temps de penser à céder pour subsister, réformer pour mieux conserver, que tout change pour que rien ne change »

Pour ma part je sais que la défense et la pérennité du monde occidental passe par sa réorganisation, mais aussi par sa « radicalisation ». Une expression prise dans son sens de retour aux éléments constitutifs de notre civilisation qu'il nous appartient, et à nous seuls, de remettre en cause si cela s'avérait nécessaire.

L'heure du déchaînement des passions et du grand chambardement est venue, c'est le moment du discernement ; si certains  veulent se perdre et manier la force sans « raison garder », qu'ils n'espèrent pas m'y entraîner.