Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2015

Civilisation le vrai choc !

Cette chronique fut écrite en 2008 pour les D.N.A (Dernières nouvelles d'Alsace) Puis diffusée sur internet en 2010 ...il me plait de vous la ressortir, elle n'a pas vieillie du tout ...à mon sens !

.........   

Nos élites de tous bords se préoccupent beaucoup des Musulmans qui migrent de plus en plus nombreux vers la France.

Pendant ce temps, la vraie bataille fait rage sur des fronts décisifs: l’éducation, la techno- science, la finance et l’économie. Les enjeux pour les rapports de force de demain.

Je pense sincèrement qu'il faut cesser de dialoguer avec les musulmans. Ils ne sont encore que des conséquences.
Pour l’instant leurs « dictateurs » les tiennent encore, pour peu que les USA ne s’en mêlent plus !
Nous perdons notre temps, notre énergie et çà les arrangent. Ils disent clairement qu'ils ne veulent pas expurger de la charia tout ce qui est en contradiction avec nos codes sociaux, nos lois, nos cultures, notre identité.

Serions nous donc si stupides au point de ne pas nous rendre compte que nous n'avons pas affaire à une religion, mais à un ensemble politico-religieux qui veut notre disparition en tant que peuple, nation, individu ?
Et le plus grave c'est que nos gouvernants "mondialisés" sont les alliés objectifs de cet ensemble, leur comportement n’est pas compréhensible autrement.

Ce qu'ils recherchent c'est de la main d'oeuvre à bas prix et des consommateurs, peu importe la provenance de ces derniers, pourvu qu'ils produisent et consomment la mauvaise soupe qui leur est servie.

Ce qui est navrant c'est que des illuminés socialo-psycho-marxistes se laissent berner par ces deux axes pervers: "l'universalité" et la "singularité" islamique.  

Ils descendent dans la rue, sous prétexte de « retraites »  et manifestent pour l’immigration et les délocalisations : Tous ensemble ! Tous ensemble ! …pour casser un peu plus la France et donner aux grands patrons une raison supplémentaire pour délocaliser et importer toujours plus une main d’œuvre de plus en plus docile. 

Ils vont se gêner les « patrons  voyous » comme disent ces innocents ! 

La droite a depuis longtemps renoncé à servir le peuple, elle ne pense qu'à se servir et à durer.
Depuis que j'ai entendu VGE en 1973 … qui accueilli, sur instructions US, l’Imam « gros minet », déclarer qu'il voulait "vider le programme commun de la gauche de son contenu" j'ai compris, puis j’ai tremblé lorsqu’il a autorisé le regroupement familial pour satisfaire la demande du patronat.   
 

Nous avons donc au moins deux, voire trois, ennemis à combattre, en interne et en externe ; la gauche immigrationiste, multiculturaliste, le patronat qui l’est aussi mais pas pour les mêmes raisons et l’Islam qui veut nous re-conquérir pour son Ouma. 

C'est la raison pour laquelle je dis et redis que "l'intrication " des systèmes sociaux, économiques, politiques, culturels en crise est telle que c'est le système dans son ensemble qu'il faut nettoyer puis faire évoluer si toutefois il est encore temps. 

Alors, régulation, implosion, explosion ? Avons-nous encore le choix ? 

Francis NERI

05 08 10 

http://semanticien.blogspirit.com 

 

 

 

 

 

22/04/2015

Révolution

Une révolution est souhaitée par un nombre de plus en plus important de citoyens. Il est vrai qu'une transformation complète des pratiques et du remplacement de certains pratiquants du système est vivement attendue.

Disons qu’effectivement elle s'impose, quand plus aucune évolution n’est possible, quand le système est grippé, qu’il est de plus en plus inefficace, puis se bloque.

Alors et il faut le nettoyer, le débarrasser de ses scories, de ses parasites.

Une fois le Système nettoyé, certaines « remédiations » effectuées, il faut installer de nouvelles pratiques, de nouvelles régulations, de nouveaux contrôles. Par exemple pour ce qui est vital actuellement, sur l'immigration, les finances, la démographie. Se méfier alors de ceux qui veulent s’autocontrôler nous avons vu ce que çà donne avec les agences de régulation financières.

Mais il faut aussi se dire, et anticiper le fait, qu'il y a toujours, à partir de tout changement, une récupération idéologique et commerciale et qu'au bout de quelques temps, tout redevient comme avant.

Il faut donc recommencer et poser de nouvelles régulations, de nouveaux contrôles …et au passage éliminer quelques nouveaux prédateurs !

Vive donc la Révolution…permanente !

Francis NERI
22 04 15

27/12/2013

Les années terribles !

Nous sommes toujours en 1788 et la Terreur est de retour !

Vous avez sans doute déjà vu ce genre de titres pour des articles ou vidéos, mais je veux vous proposer ma version courte:

En 1788, les possédants dont le train de vie du roi ne tenait qu'aux prêts qu'ils lui accordaient ont décidé qu'il n'y avait aucune raison qu'ils ne prennent pas aussi le pouvoir sur lui.

C'était des industriels, même si l'industrie était encore très loin de ce qu'elle est aujourd'hui, des riches commerçants ou propriétaires terriens.

Ils décidèrent donc de renverser le roi afin d'assumer le pouvoir à sa place.
Évidemment, il leur fallait une légitimité pour faire une telle chose, alors après avoir forcé le roi, via la dette, à abandonner sa prérogative de fixer le prix du grain, ils en firent s'envoler les cours.

Le peuple, affamé par un pain désormais trop cher pour lui, se retourna contre son "chef", le roi.

C'était la "Révolution Française", qui n'a jamais rien eu de populaire et n'a jamais eu la moindre envie de liberté, d'égalité ou encore mieux de fraternité.

Aujourd'hui, les possédants de zéros sur des écrans, de l'autre bout de la planète et riches de planches à billets réelles ou fictives, ne voient pas de raison de ne pas prendre le pouvoir, puisqu'ils tiennent la dette.

Ce ne sont pas des industriels, des commerçants ou des propriétaires terriens: Ils se moquent de dévaster des pays entiers car leur revenu ne provient ni de la terre ni du travail. Une France réduite à une flaque polluée ne les dérange pas. Ils nous démontrent quotidiennement qu'elle ne les émeut pas non plus...

Ils décident donc, après avoir pris à nouveau l'aval par la dette, de faire monter les cours afin que les peuples, poussés par la misère, s'occupent de les mettre indirectement au pouvoir.

Cette "nouvelle révolution", qui ne manque pas de se parer du discours "des lumières" et "du progrès" malgré ses pratiques abjectes, prédatrices, sa  décadence et le retour en arrière radical qu'elle promet, va vers ce qui promet d'être la pire dictature jamais imaginée tant elle fait fi de toute écologie, y compris humaine.

Elle n'hésite pas à faire avancer l'islam radical ou à polluer les nappes phréatiques en "fraquant" [1]pour des gaz de vent boursier, à ruiner des industries et des peuples entiers pour une petit % de "rendement" en plus.

L'histoire s'écrit. Elle n'attend pas qu'on choisisse d'avoir envie d'en faire partie ou pas.
La question que nous devons tous nous poser, désormais, c'est celle du rôle que nous voulons jouer dans une telle page de l'histoire car nos petites décisions personnelles sont le seul rempart restant...

Jean Luc Potier

27 12 13



[1] "le fracking", méthode utilisée pour les gaz de schistes.