Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2009

Vous avez dit Titanic ?

 Le soldat Sarkozy

16/10/2009 à 11:57 / Politique

«Ce n'est pas mon fils qui est visé, c'est moi»

C'est affligeant de constater que même sur un bateau au bord du naufrage, les passagers continuent de s'occuper de querelles et de polémiques stériles. Nicolas Sarkozy semble se battre, pour nous et nos enfants, de toutes ses forces, avec générosité, énergie et talent. Je veux le croire, malgré les doutes qui parfois m’assaillent. Il possède en plus la compétence et le charisme qui lui permettent de montrer le chemin aux autres nations.

Au lieu de perdre notre temps en discussions stériles sur l'avenir de Jean Sarkozy ou sur la sexualité de Mr Mitterrand chacun de nous devrait s'interroger sur les défis que nous devons encore affronter et la manière d'y faire face :

 

  • La crise écosystémique qui ne fait que commencer.
  • L'impossible développement démographique des pays du sud et leur lutte pour une improbable égalité qu'ils viendront chercher au nord et en vain.
  • Le refus systématique des "pays riches" à mettre un frein à leur boulimie consommatrice.

Commençons par nous inquiéter sérieusement de ces immigrants qui loin de chercher à se fondre dans la civilisation des pays occidentaux, s'organisent en minorités agissantes pour développer leur culture et maintenir leur identité.

Comment se comprendront ces "nouvelles sociétés" : jeunes, violentes et passionnées, se sentant volontiers incomprises, avec nos sociétés "mûres", sceptiques, éprises de sécurité et de mesure ?

Quelles sont les conséquences immédiates et futures de nos comportements passés et présents ?
Comment la société française peut-elle répondre, pour elle même et en tant que membre d'un plus grand ensemble, à ces questions que lui posent, dans l'urgence, les avenirs possibles ?
C’est en conjuguant la raison, la connaissance et l’émotion, et en dépassant ces vaines polémiques, que nous pourrons répondre.

 

24/10/2009

Conjoncture

27/09/2009 à 10:58 / Conjoncture

G20 : l'Europe marque des points sur la réglementation financière

La plupart des intervenants ont "oublié" ce "détail" Leur déception est donc à la mesure de leur attente.

C'est terrible cette capacité à oublier que la crise que nous vivons, et qui est loin d'être terminée, n'est qu'une conséquence de notre absence de régulation et de contrôle aussi bien au niveau de l'individu, que du groupe et de l'espèce humaine.

Les courbes de la crise financière, économique, sociale, environnementale, démographique, énergétique, culturelle, et j’en oublie volontairement, convergent vers leur "effet de seuil" et donc une catastrophe sans précédent.

Les dirigeants du G 20 le savent bien et ils savent aussi qu'ils ne maîtriseront rien. Alors continuons de nous bercer d'illusions et contentons nous de ce que le Président a rendu possible ou faisons un peu d'introspection : ce changement de nos attitudes et comportements que nous appelons tous de nos voeux, et que certains semblent exiger des autres, le voulons nous vraiment ?

Encore un petit moment Monsieur le bourreau disait, je crois, Marie Antoinette avant son exécution. Mais qui ou quoi sera notre bourreau ?

 

23/10/2009

J'ai fait un rêve

J'ai fait un rêve

30/10/2008 à 16:04 / France

«La désobéissance civile ne s'improvise pas»

Henri David Thoreau, Gandhi, Martin Luther King, les pères de la désobéissance civile, qui n'ont jamais rien volé ni détruit quoi que ce soit, doivent se retourner dans leurs tombes. Les individus qui se réfèrent d’eux représentent un danger. Attendons encore un peu et l'un de leurs clones, endoctriné dans leur camp assassinera des préfets ou des industriels pour défendre « sa » cause.

Je suis un écologiste radical, mais je ne comprends pas ces dérives qui desservent « l'écologie de l'esprit » et l'écologie tout court.

Un petit rappel de ce qu'est la désobéissance civile pour Thoreau : « la masse des hommes sert ainsi l'Etat, non point en humains, mais en machines avec leur corps. C'est eux l'armée permanente, et la milice, les geôliers, les gendarmes, la force publique etc. La plupart du temps sans exercer du tout leur libre jugement ou leur sens moral ; au contraire, ils se ravalent au niveau du bois, de la terre et des pierres et on doit pouvoir fabriquer de ces automates qui rendront le même service. Ceux-là ne commandent pas plus le respect qu'un bonhomme de paille ou une motte de terre. Comme ils font rarement de distinctions morales, il arrive que, sans le vouloir, ils servent le démon aussi bien que Dieu. Un sage ne servira qu'en sa qualité d'homme et ne se laissera pas réduire à être « la glaise" qui « bouche le trou par où soufflait le vent »

On croit encore rêver car ces Messieurs parlent de « dérives liberticides » ils n'ont même pas conscience une seconde que ce sont leurs attitudes et leurs comportements qui, par un phénomène de rétroaction, font que nos libertés se rétrécissent de jour en jour.

Mais ce à quoi ils pensent véritablement, c'est tout simplement à faire ce qu'ils ont envie, ce qu'ils revendiquent, c'est « la liberté du renard « libre » dans un poulailler « libre ».

Des individus comme eux, José Bové, Daniel Cohn Bendit ou Noêl Mamère sont de véritable dangers publics car ils conduisent à la révolte et à l'usage de la violence des masses encore prisonnières et conditionnées par ces idéologies du 19eme siècle et se sont elles qui paieront chèrement cette révolte et cette violence. La place de ces messieurs est en prison ou à l'asile pour soigner leur paranoïa !

Il y a d'autres moyens pour contester une politique et pour s'opposer. Dans nos pays démocratiques, le mieux, malgré ses imperfections, c'est encore le bulletin de vote et, ma foi, nous avons les représentants que nous méritons et qui appliquent le programme que « nous » avons voté. Lorsque je verrais 95% de ces concitoyens devenus enfin adultes et responsables se rendre au bureau de vote, alors je considérerai que nous servons l'Etat, c'est-à-dire nous même, « en tant qu'humains » et non pas en tant que machines conditionnées par les uns ou les autres.