Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

communication - Page 4

  • Un an pour gagner !

    Un an pour gagner !

    par Francis-Claude Neri

    7 mai 2021

    Eric Zemmour Jean Messiha, Philippe De Villiers, Robert Menard, Marion Maréchal, Michel Onfray, le Général Antoine Martinez

    Dans un contexte de dépolitisation voulu à la fois par la droite et par la gauche, les appareils partisans déconsidérés tentent une nouvelle fois de simplifier l’enjeu dans un combat « gauche » contre « droite » clivé d’un coté par l’extrême gauche et de l’autre par l’extrême droite.

    Ils ne veulent surtout pas voir que leur stratégie est contestée par l’ensemble des électeurs qui veut le rassemblement en dehors du « clivage « droite -gauche » sur la seule base des intérêts et des valeurs de la France.

    La question n° 1 est : quels sont ces intérêts et qu’elles sont ces valeurs ?    

    A Cygne Noir, nous avons résumé notre approche à partir de  quelques impératifs :

     –La sortie de l’UE et……le Brexit à court ou moyen terme !

    – L’arrêt de l’immigration arabo-musulmane et d’Afrique Noire ;

    – La lutte contre l’islamisation de la France ;

    – La remise en question de certains accords de libre échange avec les USA, le Canada ;

    – De nouveaux accords de partenariats avec la Russie et Israël.


    Ce n'est tout de même pas trop demander que je sache !

    Avec 37 % de satisfaits E. Macron termine son quinquennat avec un des plus faible taux de popularité des présidents sortants.

    Nicolas Sarkozy 36 % et 17 % pour François Hollande. Avant eux, Charles de Gaulle obtenait en novembre 1965 54% de taux de satisfaction, Valérie Giscard d’Estaing 40% en avril 1981, François Mitterrand 54% en avril 1988 et Jacques Chirac 47% en avril 2002.

    Donc un sortant des plus mal aimé. Et à 40%, Giscard d'Estaing n'avait pas été réélu. Alors à 37%, c'est mission impossible.

    Il faut dire qu’E. Macron connait un total de mécontent record : 60% ….sauf événement ou circonstance imprévus il a perdu, la question numéro 2 c’est : sera t’il au second tour et contre QUI ?

    Aujourd’hui, le plan médiatique est dominant.  Compte tenu du contexte Covid et des circonstances économiques, sociales, culturelles, de l’immigration et de l’islamisation de la France Eric Zemmour, Jean Messiha, Philippe De Villeurs sont  des « candidats naturels », du nouveau système médiatique polariseur: le tout-info et les réseaux sociaux.  

    Si Eric Zemmour souhaite être candidat à la présidentielle 2022 il doit déclarer sa candidature sans plus tarder car il a un programme à exposer, une équipe à réunir, prête à gouverner.  

    Le dit "progressisme social-libéral" de Mr Macron est de moins en moins social, de moins en moins libéral, et de moins en moins progressiste, puisqu'il tend à être débordé par des idéologies de gauche radicales, intolérantes, violentes et même racistes !

    Présidentielle 2022 une recomposition majeure autour du clivage entre libertaires et conservateurs.

    Marine Le Pen pâtit d'un fardeau qui n'est plus idéologique, mais relatif à sa capacité à gouverner comme elle souffre d'un préjudice patronymique. Il aurait fallu à Le Pen l'astucieux courage de ne pas se rendre au débat d'entre deux tours en 2017, dont les images diffusées en boucle pourraient parasiter sa campagne de second tour. On sait qu'en 1988, Charles Pasqua exhorta Jacques Chirac à ne pas débattre avec François Mitterrand. Le candidat Chirac suivit les conseils inverses d'Édouard Balladur, et le résultat ne se fit pas attendre.

    A Cygne Noir, nous souhaitons que les recommandations formulées et réunies sur le site  fassent l'objet d'un débat dont l'issue n'est pas déterminée à l'avance et dont le champ d'application n'est pas limité à des domaines d'action prédéfinis (les 7 problématiques).

    Francis-claude Neri

    Cygne Noir

    https://cygnenoir.vienouvelle.fr/wp  

    06 05 21

     

  • S’organiser pour 2022

    L’organisation à partir de nos réseaux et les médias est la clé de la bataille en 2022. Il nous faut à présent désigner très vite un chef de file sachant utiliser ces « créneaux » pour profiter de la désorganisation, toute relative, du pouvoir avant que celui-ci ne verrouille toute possibilité d’expression et de communication ;

    Ce sera Eric Zemmour très probablement car dans le système présidentiel encore d’actualité il  n’y a que lui qui puisse rassembler suffisamment et rapidement.

    Il faut pour cela éliminer une bonne fois pour toute Marine Le Pen qui n'est que le marchepied de Macron. 

    Elle ne peut en aucun cas être le pivot de cette organisation !

    Zemmour, Messiha, De Villiers, Marion Maréchal, Menard, Michel Onfray, le Général Antoine Martinez et d’autres encore qui disposent d’un réseau de sympathie, de crédibilité et d’un positionnement clair sur les problématiques essentielles seraient de NOTRE choix.
    Ils sont les candidats de l’Union conservatrice et souverainiste contre l’union libérale islamo-gauchiste.

    Les luttes intestines doivent cesser et NOS candidats potentiels à la présidentielle ET aux législatives doivent s’atteler sans tarder à un projet politique commun.

    La question à présent est la suivante : Quel projet ? Où trouver une majorité ? Sur quels piliers s’appuyer ?

    La vie politique tend à se réduire entre libéralisme et conservatisme et un positionnement clair sur quelques problématiques :

    - l’immigration et l’islamisation
    - la sortie ou pas de l’UE
    - la mondialisation ou la localisation

    - la défense de l’ordre public ou le « libéralisme » sociétal

    Toute la démarche politique de nos candidats est de susciter une adhésion qui dépasse les clivages entre partis politiques traditionnels. Et donc le refus de s’engager à la Présidentielle comme aux législatives en faveur de l’un de ces partis.
    Il s’agit de rassembler par dessus et contre les partis traditionnels de toute façon en totale déroute due au retour camouflé au régime d’assemblée, à l’impuissance du régime présidentiel, au pouvoir excessif du conseil constitutionnel, à la domination des lois de l’UE sur celles de la nation.

    Depuis 1981, le régime des partis à mis la France à rude épreuve et l’a engagée dans le processus désastreux de l’UE.
    Résultat la France est en grand danger car elle a perdu sa souveraineté et ce danger nous vient aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur.
    Les partis ne représentent plus que les intérêts fractionnels des groupes qui composent la nation et au  sein de l’UE ils sont dominants et ne sont plus que des groupes de pressions et d’intérêts (des lobbys).
    S’il nous faut rester encore quelques temps dans l’UE comme le pense Eric Zemmour, il faut empêcher que cette dimension empiète toujours sur le pouvoir d’État.

    Il n’y a de pouvoir que présidentiel et, la conjoncture, le contexte nous permet de penser à l’apparition d’un Cygne noir.
    L’oiseau, est le signe que les anciens appelaient le destin, et les mathématiciens, le hasard – le signe d’un accident d’autant plus inimaginable que tout a été prévu et calculé, mais accident qui arrive quand même, et dont les conséquences sont impensables.


    Eric Zemmour président serait un « Cygne  Noir » !

    Francis-claude Neri

    Cygne Noir

    https://cygnenoir.vienouvelle.fr/wp  

    01 05 21

  • La bataille des idées

    Alors qu’approche le moment ou se profile une élection présidentielle et législative décisives pour l’avenir de la France et des Français, il faut se poser la question première : qui va gagner la bataille des idées ?

    -Une droite ayant renouvelé avec ses valeurs ?
    -La gauche ne sachant plus quelles sont les siennes ?
    -L’atlantisme et le libéralisme mondialiste ?

    -L’islamisme de la Oumma qui gagne chaque jour des « parts de ce marché »
    -Une société civile culpabilisé qui ne sait ni les mettre en forme ni les exprimer ?  

    Jusqu’ici la droite empruntait ses valeurs à la gauche - ce fut le cas de Chirac- au grand dam des « vrais » gaullistes, comme Pasqua, qui criaient au scandale mais sans succès.
    La gauche elle, empruntait ses méthodes à la droite, comme Delors.

    Un de ces groupes peut il nous dire comment fermer la parenthèse de mai 68 ?  Au retour du principe de réalité qui conduit à dire aux Français que ce sera dur, que c’est le crépuscule d’une génération, celle des baby-boomers. Une génération qui a profité de la prospérité des Trente glorieuses pour son plaisir à elle.
    Le parfait exemple en étant Cohn Bendit, DSK etc. voulant « vivre sans entraves », nous faisant oublier que la vieille garde avait ses mérites !

    Moi je parie sur la « société civile «  car que faire de cette droite et de cette gauche des partis qui depuis 1969 se passent le relais pour nous écraser et nous livrer pieds et poings liées au « mondialistes » et aux « islamistes ».

    Alors quoi, la Révolution ? Il ne faut pas rêver ! Je fais mienne l’analyse de Gramsci (théoricien marxiste italien) Le pouvoir se gagne par les idées et le peuple de France doit en avoir s’il veut survivre. 

    « Comme si la "misère" débouchait sur la révolution. Mais la misère, même la faim, ça peut provoquer des soubresauts, sûrement pas détruire le système capitaliste. Car l'adversaire est de taille. Il a une longue expérience du pouvoir, il s'appuie sur une bureaucratie spécialisée, sur de puissants canaux de propagande, sur des appareils militaires, policiers, judiciaires très bien rôdés, bref, il détient quasiment tous les "bastions".
    Croire qu'une secousse suffira à vaincre pareil ennemi, je vais vous dire : ce n'est pas seulement du délire, c'est une manifestation d'impuissance, c'est l'espoir placé en un deus ex machina qui tomberait du ciel. »

    Antonio Gramsci

    C’est en grande partie dans les textes de Jean François Revel que nous pouvons trouver les idées, le processus et mobiliser l’énergie pour nous hisser hors du trou noir dans lequel « ils » nous poussent inexorablement.
    Et, comme les amateurs de Science Fiction le savent bien, dans un trou noir il n’est possible d’en sortir que si l’on se trouve à la marge. Au delà d’une certaine limite, l’attraction est si forte que cela devient impossible et le vaisseau spatial France s’y engloutirait définitivement.

    2022 est NOTRE dernier espoir.

    A partir de nos 7 problématique, les soldats du Cygne Noir peuvent s’en inspirer :

    - la solidarité intergénérationnelle
    - la réhabilitation du travail contre "travailler moins"

    - la faillite du système éducatif
    - l’angélisme du pouvoir sur la question "sécuritaire"
    - le relativisme moral et la repentance
    - l’identité nationale
    - le politiquement correct
    - La relation islamisation-immigration


    Ce qui vient de se passer aux derniers Césars devrait nous alerter et nous DEVONS nous dire que nous avons le dos au mur !
    Le temps de la RUPTURE est venu ainsi que la fin de la « pensée unique ».
    Le scandale doit arriver, celui de la revanche de "l’Homme sans qualité" et la fin de la "Connaissance inutile" .

    Francis-claude Neri

    Cygne Noir

    http://semanticien.blogspirit.com/
    http://www.cygnenoir.ovh/

    https://cygnenoir.vienouvelle.fr/wp