Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/02/2018

Marion Maréchal

Invitée jeudi à s'exprimer lors d'un rassemblement conservateur très en vue près de Washington, Marion Maréchal a défendu la souveraineté et le protectionnisme français.

L'accueil réservé à Marion Maréchal  jeudi aux Etats-Unis était très chaleureux. L'ancienne députée, retirée de la vie politique, a fait un retour remarqué jeudi près de Washington, où elle était invitée à la "Conservative Political Action Conference" (CPAC), un rassemblement conservateur en vue dans le pays. Marion Maréchal s'exprimait d'ailleurs juste après le vice-président Mike Pence. Sur scène, elle a eu des mots bienveillants à l'égard de Donald Trump, là où Marine Le Pen a plusieurs fois exprimé sa déception à l'égard de la politique étrangère du président américain.

Prononcé en anglais et d'une durée de 10 minutes, le discours de Marion Maréchal s'est révélé très politique, Marion évoquant sans cesse son propre pays. "Je ne suis pas offensée lorsque j'entends le président Donald Trump dire 'l'Amérique d'abord'. 

En fait, je veux l'Amérique d'abord pour le peuple américain, je veux la Grande-Bretagne d'abord pour le peuple britannique et je veux la France d'abord pour le peuple français", a-t-elle déclamé sous les applaudissements. "Si nous voulons rendre à la France sa grandeur, nous devons défendre nos intérêts économiques sur les marchés mondiaux", a-t-elle poursuivi, reprenant un autre slogan de Donald Trump, attendu à son tour vendredi à la CPAC. "Comme vous, nous voulons qu'on nous rende notre pays", a encore lancé l'ancienne élue du Vaucluse, dont le discours a été ponctué de vigoureux "Vive la France" lancés en français.

Une intervention juste avant le congrès du FN

Marion Maréchal s'en est pris en particulier à l'Union européenne. "Notre liberté est maintenant entre les mains" de Bruxelles, "qui est en train de tuer lentement des nations millénaires", a-t-elle dénoncé.
 "Je vis dans un pays où 80%, vous m'avez bien entendu, 80% des lois sont imposées par l'Union européenne", a affirmé la Française, déclenchant les huées de son auditoire acquis à sa cause

"Tout ce que je veux, c'est la survie de ma nation", a-t-elle poursuivi. "Après 40 ans d'immigration massive, de lobbyisme islamique et de politiquement correct, la France est en train de passer de fille aînée de l'Eglise à petite nièce de l'islam", a-t-elle déploré.

Autre thème cher à la droite américaine et aux tenants d'une ligne socialement conservatrice, l'idée selon laquelle "même les enfants sont devenus des marchandises". 
"On entend maintenant dans le débat public qu'on a le droit de commander un enfant sur catalogue, qu'on a le droit de louer le ventre d'une femme, qu'on a le droit de priver un enfant d'une mère ou d'un père", s'est insurgée Marion Maréchal. Elle a enfin souhaité une union des forces conservatrices américaines et européennes, elle qui milite en France - autre différence avec Marine Le Pen - pour l'union des droites.

La conférence américaine de Marion Maréchal intervient en tout cas à deux semaines du congrès de "refondation" du Front national, qui va reconduire à sa tête Marine Le Pen, la seule candidate en lice. 

Jeudi,  Marion Maréchal a également annoncé à Valeurs Actuelles la création d'une "académie de sciences politiques", un projet d'école qui ne sera rattachée à "aucun parti politique" mais qui a vocation à "détecter et former les dirigeants de demain".
 
                (j’y participerai bien volontiers pour enseigner l’approche systémique – FCN-)

Dans cette nouvelle aventure, Marion Maréchal a pour mission de fonder une école. Pour atteindre cet objectif, elle doit notamment établir un comité scientifique, trouver des intervenants et, surtout, chercher des financements. Cette école permettrait aux étudiants de troisième cycle d'approfondir leur culture générale.

Revenant sur la séquence électorale de 2016 qui a vu le victoire du «oui» au référendum britannique sur le Brexit et l'élection de Donald Trump à la Maison-Blanche, Marion Maréchal a rappelé son attachement au souverainisme. «Quand les peuples ont l'opportunité de reprendre leurs pays, ils la saisissent», a-t-elle lancé , après avoir pris la parole, parmi d'autres orateurs tels que le vice-président des Etats-Unis Mike Pence.


             
(Le bruit court qu’un entretien se serait tenu avec ce dernier) – FCN- 

«La tradition ne consiste pas dans l'adoration des cendres mais plutôt dans la préservation de la flamme», a-t-elle déclaré, devant une assistance visiblement enthousiaste. «Vous avez été l'étincelle, il nous appartient désormais de nourrir la flamme conservatrice», a-t-elle poursuivi à l'adresse des conservateurs, dans un discours où elle a dénoncé l'emprise de l'Union européenne sur les peuples européens. «Vive les nations libres !», a-t-elle martelé, en français.

«Si nous voulons rendre à la France sa grandeur, nous devons défendre nos intérêts économiques sur les marchés mondiaux», a-t-elle déclaré lors de sa prise de parole, poursuivant : «Nous, Français, devons nous battre pour notre indépendance. Nous ne pouvons plus choisir notre politique économique ou notre politique d'immigration et même notre diplomatie.

Notre liberté est entre les mains de l'Union européenne.»

Marion Maréchal, connue pour avoir des positions souvent plus radicales que Marine Le Pen, a énuméré aux États-Unis ses thèmes de prédilection, en première ligne desquels figure l'Union européenne. "Notre liberté est maintenant entre les mains" de cette institution "qui est en train de tuer des nations millénaires", a t’elle dénoncé.

"Je vis dans un pays où 80%, vous m'avez bien entendu, 80% des lois sont imposées par l'Union européenne", a affirmé Marion Maréchal. "Tout ce que je veux, c'est la survie de ma nation", a t’elle poursuivi. "Après 40 ans d'immigration massive, de lobbyisme islamique et de politiquement correct, la France est en train de passer de fille aînée de l'Église à petite nièce de l'islam", a-t-elle également déploré.

"Même les enfants sont devenus des marchandises". "On entend maintenant dans le débat public qu'on a le droit de commander un enfant sur catalogue, qu'on a le droit de louer le ventre d'une femme, qu'on a le droit de priver un enfant d'une mère ou d'un père", s'est insurgée Marion Maréchal.

                     (Ce qui est en opposition totale de celle de Marine Le Pen) –FCN-

Enfin, Marion Maréchal préconise une union des forces conservatrices américaines et européennes.
C’est bien parti à mon avis.

Synthèse de :

Francis-claude Neri

24 02 18

20/01/2018

Çà finira en hécatombe.

Pascal Dondon à Paul Abysses Compe , nous sommes tous responsables, mais qui aurait prédit de tels changements depuis les années 90…? 

L'informatique à tout révolutionné...l'ADN, les satellites qui vous voient même le trou du cul, l'Internet, les téléphones mobiles qui servent à plus de tâches qu'à téléphoner...et sous peu les hologrammes, les robots qui seront plus parfaits que nous...
Nous ne pouvons lutter contre cette course à la montre (terme antique, maintenant plus besoin de montre...) qui nous mène à notre anéantissement...car oui...à notre époque des hologrammes et de l'Internet omniprésent, il existe encore des populations qui cultivent la terre avec des bœufs, qui creusent des mines à la main, et qui brodent nos vêtements avec des aiguilles...pendant que des dirigeants bien gras jouent avec leur bouton de commande de la bombe nucléaire et s'envoient des défis de niveau école maternelle...
Alors, sachant que nous ne changerons pas ce cycle infernal qui s'accélère chaque jour et finira en hécatombe, profitons un maximum du peu que nous avons encore d'accessible...de ces petits rien qui n'ont pas été exploités, de ces échanges avec le peu d'humains qu'il reste sur cette terre, de notre liberté de penser (sans s'exprimer en public)...de la nature et des animaux qui n'ont rien demandé et qui subissent plus que nous...
Faisons en sorte de profiter au maximum de ce qu'ils n'ont pas eu le temps de nous prendre afin, le jour venu, de n'avoir rien à regretter...je pense que votre génération, et la mienne, en ont assez vu pour juger que le chemin qui se présente devant nous n'est pas enviable.

Et je pense que nous ne pourrons rien changer, dites moi si je me trompe...Alors ma philosophie est de faire abstraction du négatif et de profiter au maximum de ce qui est bon...ce qui est pris est pris...

Pascal Dondon
20 01 18

14/01/2018

Le monde occidental

*Paul Abysses Compe Francis-claude Neri Nous allons avoir probablement une loi d'ici quelques mois qui va venir renforcer notre liberté d'expression ! Avant on pouvait te dire "cause toujours", mais, demain, "vous êtes prié de la fermer" !

Francis-claude Neri Paul ...je vais exprimer ici et maintenant (une partie) du fond de ma pensée et tant pas si je suis exécuté  
Les musulmans comme les noirs africains, certains asiatiques seraient solidaires dans un conflit ouvert contre le monde occidental.
Ils ont relativement peu à perdre dans leurs mondes encore primitifs en pleine régression, surpeuplés, qu'ils ont en grande partie désertifié tandis que les occidentaux perdraient davantage dans leurs mondes confortables suffisamment peuplés mais pas trop et hautement organisés.


Le monde occidental malgré son état de dégénérescence "morale" (?) ne se trouve pas encore dans un état de faiblesse suffisante pour "composer" avec le monde oriental et africain...et d'autre part, faire la guerre est une nécessité économique et financière.

Trump a intérêt à prendre les devant avant que son adversaire ne devienne trop fort et trop nombreux.
Il est donc possible (probable ) qu'il puisse provoquer délibérément une série de crises et de conflits régionaux lui permettant de conserver sa supériorité économique, financière , militaire etc. et se rendre inaccessible dans une bulle temporelle qui lui serait réservée.

Pour ma part, je suis persuadé que l'oligarchie mondialiste "s'amuse" de la "question islamiste" et que les "quelques" morts du Bataclan ne la trouble pas le moins du monde ...au contraire.

Cette oligarchie prépare une série de coups offensifs qui, maintiendront sa domination sur le monde sans qu'il soit possible qu'il existe une preuve qu'elle en soit la cause.
Il est facile de déduire cela de l'analyse des faits en notre possession.

Par contre, je ne suis pas certain que ce raisonnement soit tout à fait "prouvable" ni démontrable, même si l'on peut raisonner à partir des crises et conflits précédents.
Mais à titre personnel, et de groupe, nous pouvons prendre des mesures appropriés, choisir SON camp pour ne pas être prit entre deux feux dans la tourmente qui se prépare et se garder.

C'est ce que je recommande avant qu'il ne soit trop tard pour faire quoi que ce soit !

Amitié
Francis-claude Neri

04 01 18