Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2013

Loi du 3 janvier 1973

Nous avons tous en mémoire les méfaits de la loi du 3 janvier 1973 d’aucuns semblent vouloir en atténuer la portée et en dédouaner certains.

Finalement c’est peut être la faute à pas de chance et les vrais responsables ne sont pas nos gouvernements respectifs c’est NOUS ! Ben voyons !

Christophe Servan

Dette : Pompidou n’y est pour rien !

Je voudrais réagir à l’article de Nicolas Gauthier sur la loi du 3 janvier 1973, dite loi Pompidou-Giscard.

 

Lire sur Boulevard Voltaire

Gilles Borg ·  Meilleur commentateur

Merci pour cet essai d’explication M. Servan, mais tout ça n’éclaire pas vraiment le fond du problème. - Tout d’abord même si cette loi n’a pas eu tout le poids néfaste qui lui a été prêtée peut-être un peu vite, elle n’en reste pas moins inscrite dans une mouvance libérale, qui a peu à peu 

« pavé la voie » pour la généralisation de l’emprunt auprès d’investisseurs institutionnels : vous l’avez dit vous-même, le recours aux ménages était une voie possible, qui a été, me semble-t-il, abandonnée depuis longtemps. Or on ne peut passer sous silence le fait que ce que la loi de 73 a commencé à installer dans les mœurs financières a été ensuite complété de façon massive et irréversible par le traité de Maastricht. La politique des petits pas….

- Comme un autre participant l’a souligné, la France a sans doute souffert de maints gouvernements lâches et inconséquents, mais la dette est un phénomène quasi général : presque tous les états du monde, qui n’ont pas tous eu la gôôche aux commandes se sont endettés auprès d’investisseurs répartis dans le monde entier…. À tel point qu’on pourrait se demander (avec un soupçon d’ironie) s’il n’y aurait pas moyen d’annuler ces montagnes de dettes réciproques proprement et sans trop de casse, si bien sûr : • il était possible dans ce gâchis spéculatif de démêler les fils et de savoir quoi appartient à qui…. • les profiteurs du système financier acceptaient de voir leur magot illégitime fondre soudainement…. J’en doute puisque le glass steagel act est rejeté unanimement par tout ce joli monde…. - De plus, la dette a explosé de façon exponentielle, sans que l’on puisse constater chaque année des chocs pétroliers pouvant justifier ces besoins incessants de recours au crédit. En revanche, quel hasard, le tarissement des ressources nationales va de pair avec la montée de la dérégulation, de la mondialisation, de la désindustrialisation, tous ces phénomènes résultant de l’action malsaine de ceux-là mêmes qui aiment bien investir dans la dette et ont amené le législateur à mettre en place un système taillé sur mesure (libre circulation des capitaux, délocalisations, exonérations fiscales diverses, paradis fiscaux et off-shore dont maintenant tout le monde politique feint de s’étonner…. Et, arrêtez-moi si je me trompe, l’augmentation de cette dette a atteint des hauteurs stratosphériques, gonflant plus sur les 5 dernières années qu’elle ne l’a fait en tout depuis 40 ans, aussi bien aux USA qu’en Europe, depuis la crise des subprimes et le renflouement des banques…. La seule responsabilité des gouvernements en l’occurrence serait de ne pas avoir osé mettre les banques devant leurs responsabilités. - Pour l'anecdote, il y a enfin, à mon humble avis, une petite faille dans votre raisonnement visant à réfuter un quelconque complot (sur lequel je ne souhaite pas polémiquer) : le fait que le texte n'ait pas initialement contenu la disposition visée, et ait donc dû être amendé, ne peut à lui seul « détruire complètement » quoi que ce soit : à supposer des gens malins qui voudraient atteindre un but de façon indirecte et pas trop voyante, c’est précisément comme cela qu’il faut s’y prendre… Il suffit de trouver au bon moment un idiot utile à qui l’on insuffle le sentiment d’apporter lui-même sa pierre à l’édifice, et qui fait le travail pour vous sans même réaliser qu’on l’a manœuvré.…. Je n'en tire aucune conclusion définitive, mais... Bref, remettre les pendules à l’heure concernant la loi de 73, et relever les erreurs la concernant c’est bien, mais verser dans l’excès inverse en voulant la dédouaner totalement cela l’est moins : elle reste un signe des temps et s’inscrit à mon avis dans un processus réfléchi, de longue haleine, de cassage des Etats et de régression sociale par l'appauvrissement, dont elle ne peut s’exclure.

 

§

 

Rien à ajouter sinon appuyer ce qu'écrit Gilles BORG en insistant sur l’idée que le "complot" n'existe probablement pas.  Une collusion d’intérêts et un manque de régulation et de contrôle voilà, pour moi, la « cause des causes ».

Bref la "crise" est bien systémique au sens qu'elle est effectivement hors régulation et hors contrôle, que l'on sait COMMENT résoudre les problèmes, mais que certains ne veulent pas et que d'autres ne peuvent pas.

Les deux ayant fait partie du problème ne veulent faire partie de la solution, c'est contre leurs intérêts.

Le notre consisterait à se débarrasser d’eux  pour commencer et le plus vite possible pour, enfin, s’en prendre aux deux autres problèmes avec lesquels ce libéralisme prédateur entre en conjonctions d’intérêts : la gauche et l’islam, deux idiots utiles en fait !

01 07 13

Francis NERI

 

 

29/06/2013

Mondialisation

La mondialisation et l’Europe ultra libérale, c’est la gauche qui l’a voulu. C’est la raison pour laquelle elle n’y veut rien changer.

Pour changer d’Europe et faire échec à la mondialisation commençons par nous débarrasser de la gauche et de la droite de l’UMP ils sont complices et responsables du problème, ils ne peuvent donc faire partie de la solution.

Je vous invite à écouter et surtout à "entendre" l’excellente analyse d’Eric Zemmour qui démontre à quel point la gauche est depuis au moins 40 ans l’alliée objective de ce mondialisme prédateur dont elle a préparé le terrain idéologique.

Ajoutez-y l’allié Islamiste et vous avez la « Triplice ». 

Eric Zemmour emploie à dessein le mot « dérégulation » et c’est bien cela la cause des causes : l’absence de régulation et de contrôle.

Il rappelle à juste titre que la mondialisation c’est 1 milliard de chinois et d’indiens plus quelques autres ailleurs, et même en Europe, payés trois bols de riz pour faire le même travail que les ouvriers Européens, dans des conditions d’abolition des frontières pour des produits qui rentrent sans droits de douanes.  

Il ne faut pas s’étonner que les patrons, déjà du temps de Bouygues, disaient aux ouvriers qui ne voulaient pas faire le travail pour pas grand chose : « je vais voir ailleurs ».

Et çà continue encore et encore et la gauche complice laisse faire.

Je me suis beaucoup amusé de voir la tête de Mélenchon quand Zemmour lui dit que la mondialisation c’est lui qui l’a construite idéologiquement : l’internationalisme, la fin des frontières, l’égoïsme des nations, le patriotisme et le nationalisme c’est la guerre… etc. tout cela, c’est la gauche à laquelle Mélenchon appartient.  

Et Zemmour conclut magnifiquement : «  grâce au libre échange, grâce au capitalisme, les pauvres des pays riches subventionnent les riches des pays pauvres et la gauche devrait être ravie, c’est elle qui l’a voulu » ! 

Marine Le Pen à raison, il faut sortir de l’Euro et rétablir du protectionnisme aux frontières. Ce n’est peut être pas de l’intérêt des multinationales, mais c’est celui du peuple de France, de ses travailleurs et de ses entreprises. 

Bonne lecture !      

Clash entre Jean-Luc Melanchon et Eric Zemmour - YouTube 

Francis NERI

29 06 13

 

28/06/2013

Un homme de pouvoir.

La gauche est au pouvoir, nous en constatons les effets néfastes et, même si une partie du peuple de France, lobotomisé par des médias et des institutions à sa solde depuis 40 ans,  mérite ce qui lui arrive,  nous devons TOUS faire front CONTRE ce renouveau du gauchisme ultra violent associé à l’islamisme.

Cette conjonction s’effectue selon les vœux de la gauche dite de gouvernement, associée au « projet », mondialiste et prédateur, de substitution de population, pour mieux servir leurs intérêts économico-financiers. 

La France est de culture Chrétienne assure t’on ! Alors, les chrétiens, entre autres, devraient se rappeler que le communisme c’est l’enfant de 1789 et le massacre Vendéen, c’est les sœurs violées et les curés crucifiés sur les portes d'église pendant la guerre d'Espagne. C'est Staline avec ses goulags, Mao avec ses camps de rééducation, Pol Pot qui a « génocidé » la moitié de sa population, Ceausescu, la Stasi en RDA.

Le communisme, c'est aussi Castro au pouvoir depuis 1959. Du jamais vu… et la liste est longue.

Le communisme ne porte pas non plus les juifs dans son cœur, même s’il a inventé le socialisme et la Franc maçonnerie pour se faire accepter par des peuples de plus en plus lucides et récalcitrants.

Qu'un parti politique ose encore s’appeler communiste et donner des leçons après toutes les horreurs faites au nom de cette « idéologie » dépasse mon entendement.

A y réfléchir un peu, on ne trouve rien de positif dans l’action des communistes au pouvoir et de leurs alliés socialistes et Francs maçons. 

Qu’attendons-nous, alors, pour éradiquer cette pratique et mettre en camp de rééducation ceux qui propagent cette peste sociale, à commencer par un certain Mélenchon et à poursuivre avec Hollande et ses sbires.

Aux armes Français de France, faites taire vos divisions stériles et, au nom de ce qui vous plaira : de(s) Dieu, de la Nation, la Patrie, l’Hédonisme, de ce que vous voulez et même du Marxisme, rassemblons nous pour éradiquer la « TRIPLICE » Islam-Gauche-Capital car ils sont ENSEMBLE contre nous.

Et pour ce qui nous concerne, notre devoir premier, c’est de mettre hors d’état de nuire le clan Hollande au pouvoir…et vite avant qu’il ne soit trop tard.

Certains de nous disent : Il nous faut un homme fort qui fasse autorité pour reprendre le pouvoir. Alors ils attendent, perchés sur leur arbre le Père Noël ou quelqu’un de sa famille.

Ils ne voient, comme sœur Anne,  que l’herbe qui verdoie et la route qui poudroie !

Mais c’est quoi un « homme » de pouvoir ?

Je vais vous le dire !

D’abord ce pourrait être une femme, ensuite il est possible que nous regardions au loin sans voir ce que nous avons sous les yeux !

Pour ma part, je suis persuadé qu’un « homme » de pouvoir doit posséder deux caractéristiques essentielles : l’énergie et  la compétence pour obtenir le troisième élément qu’il nous appartient en démocratie de lui donner : le statut ou si vous préférer et comme le disait De Gaulle avant de s’en emparer, du pouvoir : la légitimité !

Marine Le Pen possède l’énergie et la compétence, donnons lui le statut, la légitimité du suffrage universel. J’ai beau regarder ailleurs et le plus loin comme le plus près possible, je ne vois PERSONNE d’autre !

Il est de notre intérêt à tous de le faire vite, très vite et LEGALEMENT, sinon c’est la RUE qui lui donnera et dans d’autres conditions. 

28 06 13

Francis NERI