Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2013

LA GRANDE OFFENSIVE EST-ELLE EN COURS ?

Un rapide inventaire des dangers qui nous menacent, y compris certains de nos « amis » sur les réseaux sociaux. Alors oui, restons vigilants, ne nous égarons pas, allons à l’essentiel et, si 80 % du projet de Marine nous convient pourquoi ne pas y adhérer ? Mais y adhérer vraiment, pas seulement y penser !

Un ami me disait récemment après avoir lu mon dernier post : Tu as raison pour Marine et je voulais voter pour elle et son candidat à Strasbourg, mais ma femme l’a entendu « parler sur les otages à la télé » et çà ne lui a pas plu …alors je ne sais pas ! »

C’est le moment de continuer à y penser mais aussi à s’engager mes amis…demain il sera trop tard !

Francis NERI    

LA GRANDE OFFENSIVE EST-ELLE EN COURS ?

Ce terme guerrier s'explique d'abord par le fait que nous venons de fêter 99 ans après la fin d'une grande guerre (et non un centenaire à la Hollande qui ne sait pas vraiment compter à croire que dans sa promotion de l'ENA ne se sont retrouvés que des cancres).

Comme à chaque fois qu'il se déplace, la rue se rappelle à lui par des sifflets. Il est vrai que lorsqu'on tombe aussi bas dans les sondages il y a lieu de s'interroger sur une légitimité car peut-on à ce niveau argumenter sur le fait de l'être par la voie démocratique.

Les constitutionnalistes diront qu'il l'est effectivement mais au niveau atteint la sagesse voudrait que l'on revienne aux urnes. Ce n'est pas la voie choisie et la seule réponse aux Français c'est d'envoyer les CRS et choisir la radicalisation qui conduit tout naturellement a établir un rapport de force totalitaire plaçant l'arbitraire comme seul moyen pour imposer une politique dont plus personne ne veut, y compris au sein du PS. Lorsqu'on en est réduit à ce type de méthode tout est bon pour casser une opposition. Or celle-ci s'exerce par les commentaires de Français qui ne sont pas tous de mêmes sensibilités et sur le plan politique par la seule opposition forte du seul F.N qui représente d'abord une alternative et un programme.

L'offensive du clan PS s'exerce donc par médias d'une part et par l'apparition sur les réseaux sociaux de personnages troubles qui se présentent d'abord comme des patriotes purs et durs, utilisant un langage souvent grossier, parlant de révolution, d'armes et de violence cherchant ainsi à capter d'éventuelles confidences d'opposants. Lorsqu'on pousse d'ailleurs l'analyse on découvre que ces personnages cachent d'abord leur date d'entrée (sur Facebook), leur profil et on découvre que ce sont de simples personnages de composition, des provocateurs un peu à la manière des éléments qui font parfois déraper de simples manifestations dans le but de créer la répression. D'autres se mêlent aux commentaires prétendant qu'il n'y a plus rien à faire, que tout est foutu et que le vote est inutile. S'adressant aux adversaires ce n'est ni plus ou moins qu'une cinquième colonne agissant précisément pour jeter le trouble chez ceux qui ne savent pas trop bien où aller, ceux qui à droite sont déboussolés. Ces faux amis sont partout à la fois et lorsqu'ils arrivent à pénétrer dans un compte, ils entrent en action, parfois de façon anodine pour ne pas éveiller les soupçons, puis ils glissent leur petit commentaire.

Je dois dire que tout cela est somme toute dérisoire face à une colère qui s'amplifie et face à des personnes qui n'hésitent plus ni à manifester ni à s'exprimer au grand jour. Cette façon d'opérer proche des services de sécurité communiste de l'ancien rideau de fer ne fait plus recette.

Cela sert toutefois à certains services pour mesurer les risques insurrectionnels mais chacun sait qu'une étincelle peut déclencher l'explosion.

On allume les contrefeux, c'est toujours le bon vieux racisme qui est ressorti, ce n'est guère payant aujourd'hui, pas plus que de désigner l'extrême droite. Lorsqu'on parle de racisme c'est évidemment celui qui s'exercerai sur tel ou telle personne en fonction de ses idées, de sa religion ou de la couleur de sa peau et on prend prétexte d'une attaque contre une ministre pour monter la mayonnaise.

Si cette personne focalise sur elle autant de haine c'est bien parce qu'elle ne défend pas l'identité française, ni ses racines, ni la vraie société traditionnelle et la couleur de sa peau n'est pas en cause pour la majorité des gens qui la critiquent.

Quant à parler d'extrêmisme c'est une plaisanterie lorsqu'on laisse libre d'agir des antifas ou des gens qui tiennent des propos de haine anti blanc.

Si racisme il y a c'est celui qui est fabriqué par cette gauche qui s'éloigne même de son propre électorat.

La pseudo droite n'est pas en reste non plus pour tenter de noyer le poisson et on peut voir certains commentaires de gens qui se qualifient de droite se plaindre du gouvernement et affirmer quelques secondes après qu'ils voteront pour un socialiste plutôt que pour le FN.

Ben voyons, pourquoi ne pas prendre déjà sa carte au PS, acheter un tapis et se préparer à la prière coranique.

Là aussi la grande offensive est lancée car lorsqu’on n’a rien à proposer, le mieux c'est de s'attaquer à son concurrent.

Que représente aujourd'hui cette droite? Elle souffre d'un manque d'idées pour l'avenir, occulte les vrais problèmes et se divise en clans qui se combattent : Fillon contre Copé, le mode muni qui nous ressort la girouette Bayrou, l'hypothétique Sarkozy, qui, s'il se représentait ne pourrait même plus compter sur les siens, d'ailleurs largement réduits puisque bon nombre de cadres et d'adhérents sont partis vers le Front National.

Si d'aventure il comptait revenir il serait battu encore plus largement car les méfaits de sa politique sont, hélas pour lui, trop visibles, l'éco taxe, le karcher, la trahison Européenne étant des sujets bien présent dans l'esprit.

Toutes ces grandes offensives apparaissent dérisoires dans une situation comme la nôtre et la toute dernière évoquée par le nommé Apparu ( un accord de gouvernement avec le PS) montre la parfaite connivence des deux frères ennemis qui n'ont pas encore compris le message de ce peuple.

Créer l'illusion ne servira pas à masquer l'échec de 45 ans de gouvernance sociale démocrate. Qu'en sera-t-il de toutes ces gesticulations? Personne n'en sait rien même si dans la coulisse chaque camp se prépare et on peut même supposer que des tractations sont en cours pour une fois de plus tromper les Français. Mais ceux qui prendraient ainsi des accords plongeront inévitablement avec le commandant du bateau à la dérive. La grande offensive masque la déroute mais aussi une situation dont nous risquons de ne pas nous remettre.

Je vous souhaite une bonne fin de semaine.

A bientôt!

Ivan Smolenski

 

 

 

 

14/11/2013

Des propositions existentielles

Chers amis qui ont engagé le mouvement de reconquête sur des listes RBM/FN aux municipales de 2014 pensez à l’objectif  que nous devons atteindre si nous voulons évitez l’effondrement de la France et que nos enfants aient un avenir sur la terre de leurs ancêtres.

Cet objectif, c’est 2017 et la conquête de l’Elysée.

Le hasard, le destin, la nécessité, son énergie, ses compétences, font que Marine Le PEN et son projet de gouvernance représentent notre seul espoir de changement ; de stopper la machine folle qui conduit le bateau France à l’abîme.

Pour parvenir à cet objectif, il nous faut structurer chaque région, chaque département, chaque commune.

Des hommes et des femmes doivent se lever pour répondre à cet appel, accepter des responsabilités, se former à les assumer pour leur action d’opposition et de résistance au sein des conseils municipaux et de saine gestion pour ceux qui aurons conquis une Mairie.

D’autres, au cœur des fédérations du Front National et du Rassemblement pour la France, devront poursuivre la tâche de recrutement et de formation que leurs aînés ont entrepris depuis fort longtemps, des aînés qu’il faut soutenir et  relayer car ils sont parfois fatigués d’avoir lutté si longtemps dans l’indifférence ou la haine de nos adversaires sans jamais voir le bout du tunnel.         

Ensemble nous serons alors prêts en 2017 pour changer un système qui a échappé aux apprentis sorciers qui pensent encore pouvoir le piloter quelques temps pour se partager ses dépouilles.

Ceux de droite comme ceux de gauche, qui alternativement se passent le pouvoir, nous ont amplement et suffisamment démontrés que ces « élites » méprisent le peuple, l’empêchent de s’exprimer car eux seuls possèdent la « vérité ».

L’exemple du traité constitutionnel Européen ou le vote des Français a été désavoué, l’absence de proportionnelle, le refus du référendum d’initiative populaire en sont des exemples éclatants.  

Ils veulent en outre, la mort de la nation, ce seul bien que possède le peuple, qui veut vivre et travailler au pays.

Ils veulent sa mort aux seules fins de pouvoir mieux nous aliéner, nous rendre dociles, résignés à subir une « mondialisation » dont nous pouvons voir qu’elle n’a rien d’heureuse …pour nous la « Plèbe ».

Je rends donc attentifs nos têtes de listes et nos colistiers à l’importance de leur « communication » qui en aucun cas doit s’assimiler à de la « publicité », c’est à dire à manipuler les attitudes et les comportements de nos concitoyens.

Leur communication doit, bien évidemment, concerner l’organisation ; animer, donner des objectifs et des moyens, contrôler l’application, mais elle ne doit pas oublier qu’elle doit aussi être pédagogique, c’est à dire qu’elle doit former, voire éduquer et socialiser.

Elle doit également être thérapeutique, c’est à dire qu’elle doit soigner les blessures que nos adversaires ont infligées au peuple de France et en particulier à ceux qui en sont devenus abstentionnistes.

Enfin, je recommande aux têtes de listes et aux colistiers à ne pas entrer dans des débats trop techniques, c’est une perte de temps et vous risquez de vous y laisser enfermer.

Vos propositions peuvent être, compte tenu du contexte et de la nature de l’objectif final, plutôt de nature existentielle :

Comment mieux vivre dans sa commune ? Pouvons-nous y vivre ensemble ? Avec qui ?

Comment y vivre en sécurité ? Pouvons nous l’améliorer et comment ?

Comment faire reconnaître nos valeurs ? Sur lesquelles s’appuyer ?

Comment mieux affecter les dépenses ? Lesquelles pouvons-nous supprimer ou différer ?

Comment pouvons-nous améliorer l’emploi ? Quelles recherches pouvons-nous entreprendre pour empêcher des fermetures d’entreprises ? Comment en attirer d’autres ?

Etc...

Chacun de ses axes devant être reliés au projet de Marine Le Pen et à la charte rédigée à l’occasion des municipales, même si localement et compte tenu de la nature des communes concernées les réponses peuvent être sensiblement différentes.

« Penser global, agir local » disait François Mitterrand ! Il n’y a pas trop mal réussit si l’on se rend compte qu’aujourd’hui la gauche possède TOUS les pouvoirs.

Pourquoi pas nous ? Nous avons en gros trois ans pour cela ! Et qui sait ce que chaque matin peut nous apporter de nouveau et d’imprévu qui faciliterait notre avancée ?

Francis NERI

14 11 13     

     

05/11/2013

Un monde multipolaire IV

…/… J’ai appris beaucoup par la réponse de Charles et, j’estime qu’elle situe bien le problème qui hélas pour nous ne nous épargnera pas et auquel nous aurons à faire face également. Nous aurons probablement une stratégie différente de celle d’Israël.    

Mais il serait sage de l’étudier de très prêt et sans aprioris, ni jugements de valeur  

Je pense d’ailleurs qu’elle pourrait prendre la  forme ci-dessous !

Ma réponse à Cédric !

.................................... 

"Il faut arrêter de se pencher sur la conséquence mais il faut s'occuper de la cause. L'arbre qui cache la forêt... peut être es tu trop focalisé la dessus Francis." Me dit-il !

 ………………………………………

Très bien, allons-y car là je suis dans mon domaine, mon monde du réel, pas un monde de vérités, mais un monde de réalités, qui n'est pas celui des jugements de valeur, des représentations, des préjugés.

Un monde que l'on comprend mieux si l'on sait prendre un peu de recul, s'élever pour mieux le voir.

Un monde où l'on relie les évènements entre eux avant d'en tirer ce que l'on croit être des conséquences.

Un monde où l'on apprécie la qualité d'un évènement, où l'on en situe l'importance relative pour ne pas agir à contresens.

Un monde où l'on sait que les interactions et les rétroactions sont COMPLEXES (ce qui ne veut pas dire compliquées).

Un monde où l'on sait que les effets (les conséquences) rétroagissent TOUJOURS sur les causes et que si l'on ne place pas une soupape de sécurité, un thermostat sur le SYSTEME, les rétroactions sont s'amplifier et le faire sauter.

J’invite mon ami Cédric à y réfléchir et, à partir des conséquences justement, mieux appréhender les causes, à voir au delà d’une géopolitique pour les « nuls ». Il verra alors très vite que sa vision d’Israël, du Sionisme, des Juifs, de l’Islam etc… est basée sur des prémices fausses.

Le monde, enfin, n’est plus unipolaire mon ami. Il est rapidement devenu multipolaire et nos amis américains en ont perdu le CONTROLE ! Et çà, c’est un événement MAJEUR, car un monde multipolaire est imprévisible et puisqu’un monde multipolaire est imprévisible, qu’il subit la loi du hasard et de la nécessité, nous pouvons être tentés d’en réduire les risques en limitant les échanges entre ses éléments, en gros les 5 ou six grands blocs qui découpent le monde. 

En toute complicité « objective » (il ne s’agit pas vraiment d’un « complot) ILS  « escamotent » pourtant certaines complémentarités : par exemple le monde « Islamiste et islamique » qui est devenu une « singularité » et une singularité que la plupart des autres blocs estiment dangereuse. En « conséquence », ILS s’efforcent de l’utiliser, de le manipuler pour se sortir de ce qu’ils croient être une impasse alors que ce n’est qu’un formidable changement qui sera à terme bénéfique.

Nous pouvons donc limiter les échanges, les relations, les interactions et surtout les rétroactions ou encore de créer des zones d’intense coopération relativement isolées du « reste du monde » C’est ce qu’ils sont en train de faire en oubliant que le monde actuel est devenu celui des interactions fortes entre les nations, les domaines d’activités, les pratiques et…les pratiquants, les cultures et les cultes.

Nous sommes donc bien confrontés à la déficience de régulation et de contrôle du Système international. Après avoir mis cela en évidence, en partant des CONSEQUENCES, il faut maintenant l’aborder en modélisant des RELATIONS, c’est à dire en s’interrogeant sur les interdépendances.

Et en passant nous résoudrons le conflit Israélo- palestiniens, et mon ami Charles sera enfin un homme heureux !              

Et Cédric me répond :

Et c'est drôle, mais j'abonde ! :-)