Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/08/2013

La loi et la force

Un petit document de synthèse sur ce que je lis ici et là ! J'y ai bien sur mis ma petite griffe personnelle !
Eh ! Eh ! nos idées progressent, à grands pas !

 

§

Que les politiciens se moquent de nous c'est une telle évidence qu'on finit presque par trouver ça normal. Que les journalistes fassent leurs choux gras de faits divers démontre, s’il en était encore besoin, que la presse française est l'une des plus pourries du monde (et quand je dis l'une c'est parce que je ne les connais pas toutes).

Bref, on nous sert de l'Egypte mise à mal par les salafo-saoudiens jusqu'à la nausée pour nous convaincre du danger de l'islam, et de l'autre coté chez les musulmans on stigmatise un truc appelé "occident", comme si les USA et le Salafisme n'avaient pas partie liée et qu'ils voulaient du bien à quelqu'un, où que ce soit. Le tout avec la complicité des grands médias, de la gauche internationaliste et interculturelle, dont j'ai du mal à croire qu'ils ignorent à ce point les règles de base de la manipulation.

La vraie question est : A qui profite tout cela ? Et la vraie réponse : ça profite à l'oligarchie islamo-gaucho-mondialiste.

Ce qui est sûr c'est que les objectifs électoraux mesquins de nos dirigeants actuels n'aideront pas à résoudre le problème ; et pour cause ils SONT partie prenante du problème, ils ne peuvent faire partie de la solution. 

C’est pourquoi je milite pour Marine Le Pen ! 

Parce que comme moi, elle préfère ceux qui n’ont rien appris et tout compris à ceux qui ont tout appris et rien compris ! 

Comme moi elle sent monter la colère autour de nous, la frustration de gens condamnés aux interdits, à la culpabilité, à l’humiliation, au dualisme, au chômage et au changement de peuple.

Cette cocotte minute, chargée en émotions, explosera si Marine Le Pen ne parvient pas à les rassembler autour d’un projet politique qui donne sens à leur révolte. 

Ce projet correspond à leurs attentes car ce qu’il exprime se situe dans un contexte de légitimité sociale. Il donne une réponse à ceux qui souffrent de vivre dans un monde dangereux, sans espoir et qu’ils ne comprennent plus. 

Ils se retrouvent en danger, face à une forme d’extase religieuse propre à l’Islam, faite de misère, d’ignorance, de mysticisme dégénéré, de préjudices économiques, culturels et cultuels, infligés essentiellement par leur « élites », subis au fil des ans, et de l’urgent désir de revanche qui se retournera surement contre eux lorsque leurs « guides » les auront abandonnés une fois à l’abri en Occident.

En attendant que la « Reconquista » élimine ces parasites, entrer en débat avec des gens dont le seul but est de coloniser et de rétablir la « Ouma » est inutile, une perte de temps et d’énergie.

Nos valeurs existent même si nous les avons laissées mettre en sommeil par des traites au pays. Elles sont nôtres, nos ancêtres se sont battus pour elles, elles ne sont pas discutables. Elles ont été longtemps maintenues par des lois et par la force, il est temps d'y revenir.

Elles sont certainement à revisiter dans leurs pratiques et leurs applications, mais il nous appartient de le faire en toute conscience et sans que ce nous soit le moins du monde imposé. Tout autre considération se voudra intello et débouchera, comme c'est le cas actuellement, sur l'idéologie et le laxisme.

21 08 13

Francis NERI. 

Inspiré par : Gaspard Dunord, Gerard Merou et quelques autres !

 

18/08/2013

Penser autrement

Penser le monde autrement.

Observer le monde pour le penser autrement.

Ni droite ni gauche.

« Aujourd’hui, notre tâche la plus urgente est peut-être d’apprendre à penser autrement »

Gregory Bateson

Actuellement le monde est bien trop orienté à « gauche », c’est à dire multiculturel dans l’idéologie et unipolaire dans la réalité.

Cette orientation exclue de fait, l’approche cultuelle qui commence au delà du « rationnel » et du réel, évoqué par la gauche comme par la droite.

Il faut donc, si l’on veut sortir de l’impasse, faire se rejoindre morale et éthique. C’est à dire se poser la question du « comment » la connaissance est fabriquée, en évitant le « pourquoi », ce qui permet d’approcher le grand système qu’est devenu le monde économique, financier, industriel, culturel et cultuel sans trop de conflits d’interprétation et un minimum d’objectivité.

L’approche systémique est l’outil adapté pour cela !  Il permet d’explorer le tissu de liens, de relations et d’interactions du grand système dans lequel nous sommes imbriqués.

Nous pouvons alors « penser » l’interdépendance, à mieux nous représenter ce qu’est ce méga-système, à distinguer les flux (d’énergie, de matière, d’information) à interroger sa structure, son organisation, ses rapports de force, ses hiérarchies de pouvoir.

Nous pourrons ainsi nous positionner, à la fois comme observateur, mais aussi comme acteur/concepteur du système, développer des logiques à mettre en action, ce que nos élites semblent vouloir nous chicaner, car nous sommes alors en mesure de les contester.

Nous positionner sur l’Histoire que nous racontons, nos mythes fondateurs, nos projets, la pierre angulaire de notre identité, les zones dangereuses à questionner : qu’est ce que le progrès ? Le développement ? La croissance ? L’immigration, la démocratie etc.

A quoi çà sert et à quoi çà devrait servir ?

Quelles sont les alternatives possibles ? Quel chemin pour une meilleure production et utilisation des richesses, une meilleure éducation, une meilleure socialisation ?

Voilà les questions que nous pourrons alors poser et ainsi proposer des jalons pour  un projet de société respectueux de la vie dans toutes ses expressions.

 Nous pouvons y parvenir à partir d’un trajet préalablement décrit en y revenant en permanence, en approfondissant les éléments du passé déjà explorés, en faisant ressortir l’importance des causalités linéaires et mutuelles, de l’interdépendance et des dynamiques spécifiques aux systèmes complexes.

Nous pouvons y parvenir, car le temps nous est compté, en nous appuyant sur un projet politique « construit ».

Nous saurons très rapidement si ce projet existe quelque part. Dans le cas contraire, nous ferons sans lui, mais çà nous prendra plus de temps.

Mais il faut bien commencer n’est pas ?

Francis NERI

18 08 13

08/08/2013

Riposte laïque

Il faut que Riposte Laïque garde ses racines républicaines et laïques

Posted: 07 Aug 2013 12:00 AM PDT

J’ai lu avec intérêt l’article de Jacques Philarchein du numéro 315. Les questions qu’il pose sont certes pertinentes et je ne reviendrai pas dessus mais les réponses qu’il y apporte ne me semblent pas, elles, aussi pertinentes. Riposte Laïque  a … Lire la suite

§

La réponse est loin, bien loin, d'être à la hauteur de l'article de Jacques et l'amalgame est terrible avec l'idée que les "arabes laïques" puissent être marginalisés au FN.

Il semble que RL est effectivement en voie de disparition, mais ce n'est pas la faute du FN au sein duquel TOUS les Arabes, musulmans ou pas, sont les bienvenus, pourvu qu'ils respectent nos valeurs, nos cultes, notre histoire, nos codes sociaux, qu'ils s'identifient à NOTRE pays afin qu'ils deviennent nos semblables.

Non ce qui va tuer RL c'est Christine TASIN et certainement pas Jacques Philarchein !

La seule chose avec laquelle je suis d’accord dans ce texte : « la religion devant rester du domaine de la sphère privée ».

Il est une chose qu’il faut souligner, et que personnellement je ne suis JAMAIS parvenu à faire comprendre à « certains » esprits par trop « laïcards », c’est que la religion est un fait social indiscutable, et pour encore beaucoup d’entre nous indispensable.

La religion fait partie du système global, c’est un fait, et la seule chose que nous puissions faire, c’est de la réguler, de la contrôler et de sanctionner sans faiblesse, ni accommodements politiciens, ceux qui l’utilisent pour nous combattre, car ce sont ceux là que la « masse » comme l’explique Jacques suit aveuglement.

L’islam en France EST la conséquence de ces accommodements qui nous conduisent depuis en gros le 2eme choc pétrolier à la situation actuelle et, ce n’est ni la gauche ni la droite qui nous en ont préservées, bien au contraire. Pas plus d’ailleurs que la laïcité,  la chrétienté ou le judaïsme, tout au moins à ma connaissance !

Jacques a bien raison de dénoncer la vanité des crédos officiel : la Liberté, l’Egalité, la Fraternité, la Laïcité. En réalité, le fonctionnement des collectivités humaines n’est pas celui que l’on décrit sur les bancs dévoyés de l’Education Nationale,  ni dans les associations dites d’Education Populaire et pas plus dans les « écoles » de formation des partis politiques.

Les modes de pensée qui permettent de réfléchir utilement au problème sont ailleurs. C’est en particulier le concept de SYSTEME avec ses notions associées : régulation, organisation et auto-organisation, mémoire, adaptation, apprentissage. 

Le concept de système ne fait pas reculer la religion et encore moins le mystère divin, il l’englobe tout simplement et ceux qui le désirent tiennent les deux tout simplement à distance.

Pour ceux qui le veulent, la voie est libre pour construire, mais il faut changer de méthode, de pratiques et remettre en question le modèle de « l’homme masse » que NOUS avons fabriqué en toute connaissance et toute responsabilité.

Il nous faut apprendre à s’élever au dessus de la mêlée pour mieux voir ce qui se passe au sein du Système, relier entre eux les évènements pour mieux comprendre leurs interactions et appréhender leurs rétroactions. Enfin il faut situer les événements dans leur contexte, leur « bulle temporelle », leur donner un niveau d’importance, d’urgence, pour mieux agir et plus vite.

Il nous faut intégrer l’idée que nous sommes « victimes » de trois insuffisances de régulation et de contrôle qui interfèrent entre elles et nous conduisent aux désastres économiques, sociaux, écologiques, majeurs que nous connaissons, et qui iront en s’accélérant si nous ne faisons rien pour « contrôler l’histoire en marche ».

Une Histoire qui n’est pas à sa fin, contrairement à ce que prétendent certains sociologues, psychologues, économistes, politiques.

La première insuffisance se situe au niveau de l’individu. De ses structures nerveuses profondes. Cela se passe entre son néocortex source de constructions logiques et qui assure encore mal le contrôle de ses pulsions ancestrales, tout en mettant au service de celles-ci le pouvoir du langage et de la symbolisation.

L’évolution ne permet donc pas encore à l’individu de relier passion et raison, de s’auto-réguler…il faudra probablement attendre un bon million d’années.  

En attendant, il nous faut introduire et ré-introduire, par l’éducation et la socialisation, de la régulation, du contrôle et …de la sanction pour les « voyous de droit commun » et « extrémistes » religieux, économiques, financiers, politiques, écologiques etc.

La seconde insuffisance provient des systèmes politiques nationaux qui devraient assurer l’intégration et la coordination des activités nationales.

Ils sont en fait impuissants à maitriser les trop rapides, pour eux, transformations sociales et, sont incapables d’établir le moindre plan à court ou moyen terme. Nos « élites », notre représentation nationale et nos institutions ne sont ni régulées, ni contrôlées, et encore moins sanctionnées par les citoyens.

Ils projettent sur la nation l’ombre de leurs propres déséquilibres.

La troisième insuffisance de régulation et de contrôle se situe au niveau de la pyramide mondiale des nations, du système « global ».

L’ONU ce « machin » ne permet toujours pas d’éviter la lutte pour les territoires, pour les matières première, le spectre de la guerre totale, civile, écologique, démographique, la richesse et la pauvreté, l’écrasement des minorités par la majorité  (ce que cherche à atteindre sans équivoque l’Islam conquérant et pas seulement par le « cimeterre »).

Ces trois insuffisances se retrouvent dans toutes les crises, les révolutions, les guerres et elles sont « imbriquées » Elles sont non seulement concordantes mais elles interagissent entre elles au profit de ceux qui devraient les combattre.                           

Dans cette affaire, le libéralisme est l’allié objectif de la gauche et l’Islam le « bras armé » des deux autres. Les trois compères se disent que le moment venu ils se débarrasseront des deux autres, et pour cela, ils sont prêts, en vrais apprentis sorciers, à  mettre le monde à feu et à sang et probablement le détruire.

Alors comment faire pour venir à bout non pas du système, il fait partie de nous, mais de ses pratiques, comment le rendre plus stable, plus prêt de l’Homme et plus au service de l’Ecosystème afin de le préserver pour les générations futures ?

Il n’y a pas d’autre solution que d’introduire plus de régulation, plus de contrôle et plus de sanctions à TOUS les niveaux du Système global : individu, nation, international. Et çà si NOUS le voulons NOUS pouvons le faire et NOUS pouvons commencer par le système France.

C’est cela le vrai défi qui nous est adressé et ceux qui font partie du problème ne peuvent faire partie de la solution …ils perdraient TOUT !

Ce que je ne comprends pas, c’est que c’est tout 1789 cette affaire ! Alors Riposte Laïque et ses amis devraient comprendre qu’on ne jette pas impunément, et une seconde fois, le bébé de la religion avec l’eau du bain du changement. Les massacres Vendéens ne sont toujours pas passés dans la mémoire collective des Français, pas plus que l’assassinat du Roi et de la Reine de France. Faire une  erreur, emporté par son système limbique, c’est humain (si j’ose dire) persister dans cette erreur c’est DIABOLIQUE. Soyons audacieux sans être fous, suivons le SYSTEME et si possible SAUVONS le, nous ne savons pas ce qui peut le remplacer !

Francis NERI

08 08 13