Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/10/2014

L'UMPS est sur son lit de mort.

On en a rêvé, l'éternel retour du concret l'a fait! 

Il meurt, et ça ira jusqu'à la tombe honteuse, parce qu'il a fait une erreur colossale: il a laissé le discours libéral et mondialiste devenir aussi tabou que ceux sur le genre, sur l'immigration.
Du coup, du côté du peuple et exactement comme pour ces autres sujets à loi Gayssot implicite, on n'hésite pas à penser qu’on déteste ça et le dire… Alors que du côté des politiciens (et médias, qui sont les mêmes d'ailleurs), il est strictement interdit de le remettre en cause sous peine d'exclusion totale, de mort politico-médiatique.
Le pays se fait dévorer par Google et ses habitants par Monsato... et ils ne peuvent même pas trouver ça "un peu trop à droite".

Alors le PS veut changer de nom, et ça n'a rien d'étonnant car le mot "socialiste" commence à les gêner sérieusement et l'UMP hurle son "gauchisme" (au sens NKM-ien du terme, c'est à dire "universalité" -mondialisme- et "vivre ensemble" -tarlouzage de masse et les bonobos sont des Français comme les autres)...
Comme le dit Zemmour, Sarko est mort, Hollande est mort. Valls est de "droite" (mondialisto-répressif) et Jupé est de "gauche" (tarfiolo-baboucholâtre)...
Tout ça, évidemment, contre le peuple. Frontalement contre même, et la matraque à la main encore!

D'ici 2017, il est très possible que tout ça ait explosé dans un océan de déchirements internes pour la gamelle. On ne dirait pas, mais c'est gourmand, tout ce beau monde.

Si oui, nul doute que le « modèle de gouvernance mondialiste» saura nous "sortir" de nouvelles "formations politiques", en apparence différentes, voire opposées, histoire de gagner ceux et celles qui manquent encore à son planning.

Nous et nous seuls, pouvons empêcher ça. La question n’est plus sur la nécessité, ni sur la finalité, mais de comment le faire, avec qui et à quel moment ?!

Jean Luc Potier

26 10 14

 

23/08/2014

Cultures

Le fossé culturel se creuse entre les cultures au lieu de se combler comme faisaient semblant d’y croire la gauche multiculturaliste et les prédateurs du N.O.M. qui voudraient un univers culturel homogène et compatible avec leur grande distribution.

Ça n’a pas l’air de fonctionner comme ils l’espéraient, si l’on excepte la « grande distribution » d’armes en tout genre qui permet en tous temps de « faire bouillir la marmite ».

Ce qui apparaît évident à (presque) tous, c’est le gap culturel entre les Musulmans et pratiquement le reste du monde. Cela produit bien évidemment les conséquences d’incompatibilité auxquelles nous assistons, parfaitement orchestrées par les parties en présence.
Comme chacun sait, la créature échappe aux apprentis sorciers et fini par les détruire, et quelques « innocents » avec lui.

Pas si innocents que çà ! Après tout çà nous arrange bien et nous avons les « sorciers » que nous méritons.
Allons voir un peu plus loin et creusons cette histoire de culture. Le gap est il seulement entre les Musulmans (l’Orient compliqué) et nous, purs produits Occidentaux ?
Pas vraiment ! En Europe, peut être plus qu’ailleurs, le choc des cultures est manifestement le point d’ancrage de nos problèmes.
Prenons l’emploi par exemple et deux pays proches, semble t-il, sur le plan culturel : la France et l’Allemagne.
L’emploi fut en crise dans les deux pays et pratiquement au même moment. C’est un fait ! Mais un fait est une chose, la lecture que vous en faites en est une autre.
La question qui se posait après la « crise » était la suivante : On crée des emplois ou on développe des ventes ? La plupart des entreprises allemandes firent pression sur l’emploi pour, disaient elles, ne pas délocaliser. Une méthode de négociation allemande qui se répandit, en Angleterre par exemple.
Mais pas en France où on s’est contenté de négocier des emplois, dans l’industrie et le commerce, et d’en multiplier dans la fonction publique.
En Allemagne, on négocie des coûts, donc des ventes. La logique n’est pas la même : vendre d’abord, partager les profits ensuite pour les Allemands.
Comment concilier ces deux cultures ? Je pense que c’est impossible. Le fossé culturel va se creuser, encore et encore, surtout avec l’afflux journalier en France, de nouveaux migrants culturellement si éloignés et qui eux refusent en bloc tout ce qui n’est pas de leur culture.

Mais j’ai une réponse !!

Pour commencer, prendre le pouvoir en France, rétablir l’autorité de l’Etat et se débarrasser de tous ces parasites de la politique, de l’administration, de l’éducation, des médias, de ses assistants multiculturels de la « paix sociale ».

Ensuite, sortir de l’UE et vite avant que la France multiculturelle face à nouveau la guerre à l’Allemagne !
Une fois les frontières rétablies, notre souveraineté et notre identité retrouvées, nos islamistes expulsées nous pourrons nous remettre au travail

En 1958, la France était à genoux Un Homme l’a remise sur pieds en un an ! Pourquoi pas une femme ?
Marine le PEN est au point de rencontre de l’Histoire et c’est la seule, dans l'opposition, qui possède l’énergie, la compétence et les moyens …y compris culturels de le faire. 

Donnons-lui le statut et rejoignons le groupe culturel gagnant. Donnons nous UNE chance. Il nous en reste si peu et ILS sont si puissants ! 

Nous pourrons alors et avec l’Allemagne, reconstruire un groupe restreint et solide de nations Européennes, pour faire naître un jour l’Europe des peuples.

 Celles des marchands EST morte !

 

Francis NERI

23 08 14

06/08/2014

Modélisation et prospective

Ceux qui savent comment observer, noter, relier des événements qui deviennent signaux, puis scénarios sauront se souvenir que le basculement contre les Etats-Unis, qui aujourd’hui dégénère en conflit avec la Russie et peut être bientôt avec la Chine, ne date pas d’hier, mais il peut être « daté » d’un événement que peu d’observateurs ont relevé et encore moins mis en « prospective ».

Au mois d’octobre 2009, la Russie, la Chine et les pays d’Asie centrale regroupés au sein de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) décidèrent de se passer du dollar pour leurs échanges commerciaux, notamment de pétrole pour faire perdre au dollar son rôle dominant.

En 2009, les échanges entre ces pays ne représentaient que 0,3 % du commerce mondial et la hausse du Yuan n’était pas recherché par la Chine. Les Etats-Unis bousculés par la crise des "subprimes" n’ont pas réagi à ce moment là.
Pourtant il s’agissait bien de construire un système financier et économique alternatif et concurrent aux Etats-Unis et nous le voyons bien aujourd’hui ; les échanges commerciaux entre la Russie, la Chine et surtout l’Europe se sont intensifiés.
Les Etats-Unis alertés se décident alors à réagir. Ceci explique l’Ukraine et l’attitude de Poutine qui ne bougera pas tant que la Chine ne se rangera pas officiellement dans son camp et il n’utilisera que l’arme financière et économique.
Du coté Européen l’Allemagne toujours aussi pragmatique ne renoncera pas à ses marchés extérieurs à l’Europe et à court terme respectera une stricte neutralité, la France et le reste de l’UE suivra. Il n’y aura donc pas de « guerre » autre qu’économique et un nouvel équilibre va s’instaurer.

L’Amérique deviendra une puissance relative, perdra son hégémonie et le monde redeviendra multipolaire. Le fanatisme Islamiste ne sera plus utile. Il sera éradiqué et nous avancerons vers une nouvelle période, plus vertueuse, plus régulée, plus économe, plus égalitaire, mieux contrôlée.

Une certaine forme de Marxisme peut ré-exister s’il sait compléter l’observation de la situation politique, économique et sociale avec la situation de la Terre, de la survivance de l’Humain sur terre.
Un noble projet pour des esprits ouverts à l’approche systémique !