Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2021

Le journal du Cygne Noir N°106

Le journal du Cygne Noir

Des Signaux faibles qui peuvent devenir signifiants
N°106
Mercredi 22 septembre 2021
01-70% des Français
Zemmour « On dit que mon discours est radical, alors qu’il est absolument central et rassembleur. Toutes les convictions que je défends sont portées par plus de 70% des Français » (Vidéo)
02-Stop au négationnisme déconstructeur.
Les négationnistes sont de partout. Dans la presse, nous avons Libération, mais aussi le Figaro, France Inter, les Inrocks… tous affirment de manière mensongère que : « les mots arabes sont plus nombreux dans la langue française que les mots gaulois ».
Mais les négationnistes se trouvent aussi à l’université. Des « spécialistes », linguistes ou lexicologues, soutiennent ces fausses allégations. Le lexicologue Jean Pruvost publie par exemple le livre « Nos ancêtres les Arabes, ce que notre langue leur doit ».
Ce sont des déconstructeurs et ils ont un but : détruire notre identité, ceci pour nous faire accepter l’invasion migratoire et le métissage Finissons-en avec le négationnisme déconstructeur.
Nous sommes des Européens, le peuple indigène d’Europe, nous descendons tous des Indo-européens. Il n’y a pas eu de métissage avec les populations du Sud de la méditerranée dans notre histoire, nous avons gardé un patrimoine génétique inchangé pendant 5000 ans. Les langues européennes sont toutes originaires d’une langue mère indo-européenne (sauf le finois, le magyar et le basque). Réaffirmons clairement ces vérités historiques qui sont au fondement de notre identité. Malheureusement Lacroix se fourvoie, il hurle avec les déconstructeurs, en prétendant que les Gaulois « ne sont pas nos ancêtres génétiques » et en réactivant le mythe du métissage de la population française depuis 2000 ans. J’ose espérer qu’il écrit ceci pour s’éviter la diabolisation, et pouvoir ainsi mieux défendre sa démonstration de l’importance de l’héritage de la langue gauloise dans la langue française.
Jacob Maxime
19/09/2021
 
03-Le “wokisme” un despotisme démocratique
Une fièvre américaine qui atteint l'Europe»
«Nous sommes à un moment charnière car les individus adoptent la différenciation raciale pour exister au sein de la société». Ce constat sans appel, le critique et auteur américain, Thomas Chatterton Williams, le dresse depuis le château de Tocqueville.
Modérateur de la table ronde sur le thème des identités, Alain Finkielkraut a ouvert les discussions en mettant en garde contre la diffusion de l'idéologie woke : «une fièvre qui touche désormais la France et l'Europe, une pandémie». D'abord circonscrit aux campus universitaires, le mouvement woke a essaimé et a imposé ses thèses en quelques années seulement. Sur les réseaux sociaux, puis dans le monde de la culture et désormais dans la sphère politique, le culte contemporain de la justice sociale poursuit sa longue marche à travers les institutions.
Dénonçant la «dictature des identités», le philosophe a alerté sur l'essor d'un discours structuré autour des questions de race, de genre, de sexualité ou encore du décolonialisme et de l'intersectionnalité.
Par Aziliz Le Corre
le 18/09/2021
04 - Affaire des sous-marins – Une crise diplomatique majeure
Le feuilleton se poursuit sur le revirement australien sur l’achat de sous-marins français par l’Australie. Du côté français, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a rappelé vendredi ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie. « Une décision exceptionnelle (…) justifiée par la gravité exceptionnelle des annonces effectuées (…) par l’Australie et les Etats-Unis ».
Les ambassadeurs ont été reçus par Macron dimanche soir. Quant au porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, il a annoncé un échange entre Macron et Biden, l’entretien ayant été sollicité par le président américain.
Macron réclame des explications sur ce qui « s’apparente à une rupture de confiance majeure » et aimerait savoir « comment ils entendent sortir de ce contrat » tout en demandant des
« compensations ».
 
05- Le suicide américain accélère l’Histoire
Les nations européennes se doivent de réfléchir à leur positionnement par rapport au monde américain qui défie chaque jour les certitudes sur lesquelles nous sommes habitués à vivre.
L’avenir des Etat Unis est compromis.
La victoire des Talibans marque d’un symbole terrible ce que beaucoup ont théorisé comme le processus engagé de la chute de « l’empire » US.
Si l’on met en lien et en cohérence certains évènements signifiants : la victoire des Talibans, l’affaire des sous marins, la culture Woke, l’impossibilité de revenir à un accord sur le nucléaire Iranien qui ne serait plus quelques semaines d’obtenir la bombe, le risque que le nouveau gouvernement israélien de Naftali Bennet, derrière l’efficace Dôme de fer frapperait le premier, déclenchant une guerre ouverte avec L’Iran etc.
Ces « évènements » peuvent déclencher une série de conséquences qui par rétroactions nous entraineraient dans un effondrement US parfaitement prévisible et dans une crise mondiale terrible qui nous précipiterait dans une guerre totale …
Nous devrions savoir parfaitement ce que nous devons faire : nous retirer de l’enfer américain.
Cygne Noir

14/07/2021

Etat providence la fin ?

Photo Cygne Noir.jpgEn ce jour de 14 juillet je trouve illusoire de croire notre armée encore en mesure de faire face aux défis à venir.
Le ridicule comportement du couple présidentiel en fin de parcours apparaît dans toute son indignité et souligne l’insignifiance de nos troupes sur tous les terrains d’opération…

Le gouvernement de la France est placé face à un double dilemme.

Le premier oppose la nécessité d’une impérieuse nécessité de la geon d’un argent public de plus en plus rare avec la frustration de plus en plus forte d’un corps social qui vit une croissance négative, un chômage persistant, une concurrence des bas salaires, l’accroissement des inégalités et « en même temps » la dérégulation des services publics, la crise du financement des systèmes de protection sociales débordés pas l’assaut migratoire.
Le second oppose la France des grandes métropoles qui aspire à une ouverture sur le monde extérieur, à une compétition économique et culturelle au sein d’un rêve Européen à une France dite périphérique, qui serait conservatrice et repliée sur elle même dans un réflexe de repli craintif et corporatiste qui ne serait pas que celui de l’Union Européenne… qui est pourtant a bout de souffle et de crédibilité.
Mais l’Union Européenne n’a aucun mandat pour faire face à ces défis, au contraire elle met toute son énergie à ce que les Etats membres soient paralysés dans leurs actions de préventions, de remédiation.

L’adaptation des services publics, les choix budgétaires, les réformes du marché du travail, du système éducatif, de la protection sociale relèvent du champ d’intervention des Etats et donc des gouvernements de ces Etats.

Seule l’Allemagne avec Gerhard fit le pari de mettre en œuvre un rythme de réforme que les pays du club med refusèrent et il obtient un redressement économique rapide dont les allemands profitent aujourd’hui et que la France de Macron envie !

Après De Gaulle, tous les gouvernements de la France s’appuient sur l’UE pour légitimer leur reformes internes.
Toutes seraient imposées par l’UE ! Ils accréditent ainsi l’idée que l’UE est une contrainte et non une opportunité.

Il existe donc une large marge de manœuvre et les Français doivent comprendre une chose : dans le monde ouvert, turbulent et dangereux qui se met en place au XXI siècle, l’idéal des valeurs occidentale et européennes est menacé.

Nous ne pouvons maintenir un haut degré de protection sociale, d’égalité des chances et de progrès technologique que si le principal levier de la société c’est à dire la puissance publique, s’adapte aux exigences du monde moderne en combinant au mieux l’individu et le collectif, l’intervention publique et le jeu du marché.

D’ou l’exigence de trois leviers : une meilleure gestion de l’Etat, la modernisation du droit social et la priorité à l’éducation, l’enseignement et la recherche.

C’est ce que nous attendons d’Eric Zemmour une fois aux commandes du navire France !

14 07 21

Francis-claude Neri

Cygne Noir

www.facebook.com/groups/horizon2022/

 

 

01/05/2021

S’organiser pour 2022

L’organisation à partir de nos réseaux et les médias est la clé de la bataille en 2022. Il nous faut à présent désigner très vite un chef de file sachant utiliser ces « créneaux » pour profiter de la désorganisation, toute relative, du pouvoir avant que celui-ci ne verrouille toute possibilité d’expression et de communication ;

Ce sera Eric Zemmour très probablement car dans le système présidentiel encore d’actualité il  n’y a que lui qui puisse rassembler suffisamment et rapidement.

Il faut pour cela éliminer une bonne fois pour toute Marine Le Pen qui n'est que le marchepied de Macron. 

Elle ne peut en aucun cas être le pivot de cette organisation !

Zemmour, Messiha, De Villiers, Marion Maréchal, Menard, Michel Onfray, le Général Antoine Martinez et d’autres encore qui disposent d’un réseau de sympathie, de crédibilité et d’un positionnement clair sur les problématiques essentielles seraient de NOTRE choix.
Ils sont les candidats de l’Union conservatrice et souverainiste contre l’union libérale islamo-gauchiste.

Les luttes intestines doivent cesser et NOS candidats potentiels à la présidentielle ET aux législatives doivent s’atteler sans tarder à un projet politique commun.

La question à présent est la suivante : Quel projet ? Où trouver une majorité ? Sur quels piliers s’appuyer ?

La vie politique tend à se réduire entre libéralisme et conservatisme et un positionnement clair sur quelques problématiques :

- l’immigration et l’islamisation
- la sortie ou pas de l’UE
- la mondialisation ou la localisation

- la défense de l’ordre public ou le « libéralisme » sociétal

Toute la démarche politique de nos candidats est de susciter une adhésion qui dépasse les clivages entre partis politiques traditionnels. Et donc le refus de s’engager à la Présidentielle comme aux législatives en faveur de l’un de ces partis.
Il s’agit de rassembler par dessus et contre les partis traditionnels de toute façon en totale déroute due au retour camouflé au régime d’assemblée, à l’impuissance du régime présidentiel, au pouvoir excessif du conseil constitutionnel, à la domination des lois de l’UE sur celles de la nation.

Depuis 1981, le régime des partis à mis la France à rude épreuve et l’a engagée dans le processus désastreux de l’UE.
Résultat la France est en grand danger car elle a perdu sa souveraineté et ce danger nous vient aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur.
Les partis ne représentent plus que les intérêts fractionnels des groupes qui composent la nation et au  sein de l’UE ils sont dominants et ne sont plus que des groupes de pressions et d’intérêts (des lobbys).
S’il nous faut rester encore quelques temps dans l’UE comme le pense Eric Zemmour, il faut empêcher que cette dimension empiète toujours sur le pouvoir d’État.

Il n’y a de pouvoir que présidentiel et, la conjoncture, le contexte nous permet de penser à l’apparition d’un Cygne noir.
L’oiseau, est le signe que les anciens appelaient le destin, et les mathématiciens, le hasard – le signe d’un accident d’autant plus inimaginable que tout a été prévu et calculé, mais accident qui arrive quand même, et dont les conséquences sont impensables.


Eric Zemmour président serait un « Cygne  Noir » !

Francis-claude Neri

Cygne Noir

https://cygnenoir.vienouvelle.fr/wp  

01 05 21