Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2019

Marine Le PEN

Certains me reprochent de ne plus faire confiance en MLP en tant que leader au sein du projet présidentiel du R.N. et de ne pas soutenir sa candidature en 2022.
Vous constaterez en lisant le texte ci joint que j’ai mes raisons et que çà ne date pas d’hier !

Collectif 2012 Alsace

Les grands médias osent enfin l’avouer : les sondages ne veulent rien dire car 47 % des citoyens n’ont pas encore fait définitivement leur choix …disent-ils, et je suis de ceux là ! Alors !!!!
Eh bien, le meeting de MLP à Strasbourg m'a favorablement impressionné. Il remet les pendules à l’heure car elle a laissé de coté les problèmes économiques qui se résument finalement a une stratégie toute simple : il s’agit de se désendetter et de redevenir compétitifs en faisant des économies et en allégeant les charges, tout en préservant la paix sociale.
Et bien entendu l’objectif est de sortir au plus vite de la prison européenne qu’est l’UE ; revenir au principe de l’agir local tout en pensant global.

Pas une mince affaire pour ce qui concerne les deux autres candidats qui s’opposent à elle et qui sont conjointement responsables du drame.
Nicolas et François n’ont que des différences de méthode pour la mise en œuvre et ne sont crédibles ni l’un ni l’autre, enfin nous pouvons nous demander pour quelles raisons ils n’ont pas fait plus tôt ce qu’ils proposent aujourd’hui sans trop y croire eux mêmes.

Marine Le Pen, quoi qu’en disent ses adversaires, est bien la seule à proposer une démarche économique antisystème innovante et de rupture avec 40 ans de laxisme, de pillage et de malversations.
J’ai été frappé par l’énergie dégagée, son empathie avec le public, l’enthousiasme de ses jeunes supporters. Je sens qu’elle a déjà la force morale et la compétence, je pense qu’elle trouvera très vite le chemin de la légitimité, surtout si elle s’engage résolument sur le terrain des valeurs sur lequel elle peut rassembler toutes les droites.

J’ai été très sensible aux thèmes développés ayant trait à l’identité, mais il faut aller plus loin : le rappel à NOTRE mémoire, à une forme « naturelle » d’organisation sociale plus « locale » plus « subsidiaire », moins globalisante. Une certaine mentalité jacobine et centralisatrice me fait craindre que ce ne soit pas dans les « fondamentaux » de Marine.

Enfin il faut rappeler que c’est l’évolution culturelle qui nous façonne, qui produit des différences à la fois psychologiques et biologiques entre populations et que par conséquence l’immigration et l’islamisation sans contrôle et sans régulation est un non sens absolu qui nous conduit tout droit vers la guerre civile ethnique et religieuse.

Je ne comprendrais pas la moindre faiblesse de la part du FN sur ce thème.

Je suis à 60% en accord avec le projet et le programme du FN pour ces présidentielles ; c’est largement suffisant pour soutenir sa candidate et pour peu qu’elle tienne compte de nos remarques, NOUS devrions l’emporter sans difficultés !

Bonne chance à la France et à l’Alsace…

Francis NERI
http://semanticien.blogspirit.com
10/02/12

24/11/2019

Nationalisme, patriotisme, globalisme et localisme.

Il est nécessaire de les distinguer. Le patriotisme est important et utile, mais le nationalisme il faut s’en méfier, car il peut encore conduire à des conflits d’un autre âge.

D’autre part, il ne faut pas s’étonner de la réapparition de l’identité nationale que nous mettons en avant comme contre feu à la globalisation et à la menace de débordement migratoire.
L’illusion gravissime serait de continuer à ne pas prendre en compte les réalités culturelles historiques des peuples et de penser que la démocratie est appelée à remplacer partout le totalitarisme ou des régimes répressifs.

Il existe des cultures différentes et toutes ne mènent pas à la démocratie et aux droits de l’homme. Il serait vain de vouloir continuer à les imposer en particulier par la force.
D’autant plus que, hier encore, nous avions comme repère en France les valeurs judéo-chrétiennes matinées des « lumières » et que celles ci sont également en perte de vitesse.

Dans un tel contexte, le libéralisme occidental sombrera et peut faire place à un nouveau totalitariste à base d’idéologie « islamo-gauchiste » (dont Mr Mélenchon serait un des moteurs) si continuent à croitre les inégalités et le diktat d’une élite qui impose ses vues sans concertation avec la complicité passive et criminelle des « contre pouvoirs », en particulier les syndicats et les partis politiques se disant d’opposition.

D’autre part, il ne faut pas se mêler des affaires des autres pays car nous n’avons plus la responsabilité, ni les moyens, de porter des valeurs qui ne sont nullement absolues d’autant plus que nous mêmes y avons renoncé en grande partie …nous avons plutôt à nous efforcer d’en retrouver la plupart et d’en faire des guides moraux et éthiques pour l’éducation et la socialisation de NOS enfants.

Nous avons devant nous, ici en France et maintenant, un nombre considérable de défis à relever dont celui de la résistance au totalitarisme islamiste importé qui est l’aboutissement de dizaines d’années de compromissions étayées par les droits de l’homme, le politiquement correct et la soumission de la gauche comme de la droite, pour des raisons purement électorales, au processus migratoire et islamisant.

Le défi suivant est local et global. Il est à la fois civilisationnel, culturel, social, économique, financier, industriel, écologique …pour les principaux facteurs.
Et tous ces facteurs entrent en cohérence et sont si entrelacés qu’il faut tirer avec prudence les fils de la ficelle « systémique » pour en suivre les interactions et les rétroactions.

En conséquence, ce qu’il nous faut dénoncer sans ambigüité c’est le centralisme « jacobin » qui maintient en place un pouvoir central vertical déconnecté des réalités humaines et locales.

Le système de « l’UE » en est le parfait exemple. Il n’y a pas de réponses locales dans les décisions de l’UE ; il n’y a que des réponses globales qui intéressent la « globalisation » C’est sans le moindre sens pour les citoyens Français pour une technostructure qui ne produit que des normes sans rapports avec leurs intérêts.

J’invite les Français à « agir local tout en pensant malgré tout global ».
A s’organiser en réseau(x) à partir d’une base horizontale (groupes locaux sur le principe d’une organisation fractale), à penser que les problèmes LOCAUX ainsi que les problèmes nationaux ayant une incidence sur les locaux doivent être résolus par les locaux avec l'aide du national, voire du global ...subsidiarité.

La déconstruction française se révèle effectivement être une démolition.
La réponse (la reconstruction) viendra des communes, des départements et des régions. C’est à partir d’elles que nous pourrons IMPOSER nos choix au national et au delà au global.

Commençons par les municipales et faisons des choix AVISES !
24 11 19
Francis-claude Neri
NERI Francis @Iese67NERI
http://semanticien.blogspirit.com/

23/11/2019

Décentralisation

Les Français ne trouvent pas de personnalité politique incarnant leurs idées, même dans les rangs de la majorité présidentielle. 

Ils sont déçus du  fait que l'organisation de l’Etat ne fonctionne toujours pas sur le modèle du bas vers le haut, à partir de remontées du terrain. Ils se sont retrouvés avec un système toujours plus vertical,  du sommet vers la base …bien loin de l’organisation fractale et du  principe de subsidiarité que les Français attendent et qu’il avait promis de réaliser …du moins au sein de son parti !

Les Français rêvent de relocalisation, de vivre et de travailler au pays. Leur Président rêve à ce que les peuples se transforment en population interchangeables … sous la tutelle des « marchands » où le droit et le marché éroderait les frontières jusqu’à les faire disparaitre un jour !

Manque de chance pour lui et ses acolytes du « monde libre » il faut constater que l’humanité renoue avec sa diversité profonde.

Monsieur Macron et la plupart de ses concurrents en politique ne vivent pas dans le même temps que nous ni sur la même planète.

Chaque peuple, de part son histoire veut des institutions qui correspondent à son caractère, à son histoire, à sa géographie, à ses intérêts.
Nos dirigeants actuels comme nombre de ceux qui voudraient les remplacer rêvent d’un monde unifié dans une communauté mondialisée.
Nous devons rompre avec nos « élites » qui ne pensent que « global » et leur imposer notre rêve qui leur dit : « nous sommes chez nous » et c’est ici et maintenant que nous voulons y vivre.

Personne n'est propriétaire de NOS voix ; c'est la raison pour laquelle, et à commencer par les municipales, je ne voterai en aucun cas pour un candidat qui soit prisonnier d'un parti politique; je ne voterai que pour un candidat(e) libre détaché de toutes les compromissions des partis ; en particulier et principalement sur les questions de l'Islamogauchisme,  de l'UE et du mondialisme dont j'estime qu'il faut sortir et vite !

Et enfin il faudra que ce candidat s'occupe en priorité des problématiques LOCALES qu'il nous démontre qu'il est possible "d'agir local tout en pensant global".
Les problématiques locales étant abordées en liaison avec les problématiques globales ...c'est exactement cela la "localisation".

Pensons y en votant pour les municipales !      

23 11 19
Francis-claude Neri
NERI Francis @Iese67NERI
http://semanticien.blogspirit.com/