Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2011

Il faut défendre le soldat Calimero

Il faut défendre le soldat Calimero

lundi 3 janvier 2011, par Francis Neri

(paru dans Riposte Laïque)

Un résistant de 30 ans qui avait souillé le Coran au début du mois d’octobre a comparu devant le tribunal correctionnel de Strasbourg. Il était apparu dans une vidéo diffusée sur internet dans laquelle il mettait en scène les attentats du World Trade Center. Le jeune homme avait arraché une page du Coran avant de mettre le feu au livre "sacré" et d’uriner dessus.

Pour le jeune homme en question, il s’agissait d’un acte de provocation qui n’avait pas d’autre but que de s’amuser. « Pour moi, c’est un livre comme un autre qui m’appartenait », a déclaré le prévenu à la barre.

Le représentant du parquet a requis à son encontre huit mois d’emprisonnement avec sursis. Estimant qu’aucune infraction pénale n’a été commise par son client, Me Renaud Bettcher a plaidé la relaxe. Le jugement a été mis en délibéré au 10 janvier.

J’étais présent à l’audience et, effectivement, j’y ai vu un jeune homme dont la main tremblait à la barre, qui parlait timidement, qui avait l’air effaré que l’on fasse tant d’histoire pour une affaire aussi peu "conséquente".

Ce n’était pas l’avis du procureur, de la présidente et du représentant du Conseil Français du Culte Musulman.

Je crains fort qu’il soit diablement question de faire un exemple ! 

J’ai ensuite conversé avec ce jeune homme et sa compagne, qui est pour l’instant son seul soutien. Je me suis proposé de l’aider, car si lui n’en a peut être pas encore véritablement conscience, il est clair que s’il était condamné, le jugement ferait jurisprudence et qu’il risque fort de donner un sérieux coup de main au "délit de blasphème" que les islamistes aimeraient bien voir promulguer en notre doux et beau pays de France que beaucoup aimeraient s’approprier.

Comme quoi, la lutte contre l’islamisation de l’Europe demande réflexion et concertation. Il convient de mettre en oeuvre une stratégie soigneusement élaborée car toute action improvisée et insuffisamment préparée peut rapidement se trouver en opposition avec nos intérêts d'occidentaux.

Si le soldat Calimero est condamné, une étape importante de la conquête islamiste sera franchie et nous risquons de revenir au coté sombre de notre histoire puisque en cas de condamnation cela signifierait que notre « système » laïque et républicain est cette fois ci en grand danger.

S’il est condamné il ne faut pas en rester la et nous devrons tous relayer l’information autour de nous, nous préparer à la lutte et l’assister massivement en appel.

S’il n’est pas condamné, ce dont je doute, il faudra le faire savoir, qu’il parle du calvaire qu’il a vécu, son arrestation, la fouille et la perquisition qu’il a subit alors qu’à un délinquant multi récidiviste on ne fait pas ça. Que ceux qui brûlent un drapeau Français ou sifflent la Marseillaise ne sont pas inquiétés, comme ceux qui urinent sur le même drapeau.

Le 10 janvier fera date dans l’histoire de la laïcité. A nous d’être vigilants pour ce rendez-vous à ne pas manquer.

Francis NERI

Résistance Républicaine Alsace

 

 

 

27/12/2010

Le dogme de l’Islam

Aujourd'hui un texte fondateur de notre ami Armand qui vous invite à rejoindre Résistance Républicaine.

Il n'y a plus qu'à !

Francis NERI

Depuis plus de dix ans que je me documente sur la civilisation islamique et le coran, j’affirme qu’il n’existe pas actuellement d’islam modéré. Car le dogme actuel de l’islam toutes tendances confondues est fondamentaliste. Ce dogme fondamentaliste imposé par le calife Jaffar Al MUTAWAKIL en 854 est celui des hanbalites. Il est déterministe et interdit toute interprétation du coran conformément au verset 7 de la sourate 3 qui stipule que « nul autre qu’Allah ne peut interpréter le coran ». Toutes les tentatives de réforme de ce dogme ont échoué. Les gardiens de la « foi islamique » veillent à maintenir ce dogme fondamentaliste en brandissant le danger pour la communauté musulmane de la « fitna » des premiers temps de l’Islam (la discorde et le trouble qui engendre la sédition au sein de la communauté musulmane…). Les rares vrais « réformateurs » de ce dogme moyenâgeux n’ont aucun pouvoir sur sa remise en cause. Les faux réformateurs ne remettent pas en cause le dogme, mais le comportement radical de certains musulmans. En réalité ce ne sont pas les musulmans qui sont mauvais, mais bien le dogme qui impose une lecture fondamentaliste du coran en empêchant toute remise en cause et révision. Certains se parent de modération mais ils utilisent la ruse prescrite par l’islam et notamment le coran pour vous endormir : dans le jihad cela s’appelle la « taqqya » ! le meilleur ami des islamistes, c’est le temps que vous leur donnez pour nous envahir démographiquement et nous imposer à la majorité dans les urnes leurs lois.

Nos politiciens UMP et PS tous confondus font déjà du clientélisme électoral depuis de nombreuses années dans les circonscriptions à forte densité de population musulmane comme Martine AUBRY-BROCHEN à Lille.  La sanction électorale viendra des urnes en 2012 contre les collaborateurs actifs et passifs. Car nous sommes encore majoritaires et nous avons le pouvoir de leur imposer une réaction contre cette invasion musulmane fondamentaliste pour sauver notre système laïque républicain basé sur les droits de l’homme et des femmes ! 

Partout dans toute l’Europe des voix se lèvent et nous nous organisons pour sauver notre civilisation des dangers évidents de l’islam. Et toi que fais-tu ? Comme tous les Français tu t’indignes mais tu ne manifestes pas ton refus de ce déferlement de haine contre les « infidèles », leur démocratie et leurs droits de l’homme et surtout de la femme ! Non tu laisses faire… parce qu’on t’a dit que réagir c’est être islamophobe : Mais l’islamophobie n’existe pas plus que la communistophobie ou la socialophobie ou que la fashistophobie : Tout citoyen est libre de ne pas adhérer au parti communiste et de combattre des idéologies contraire aux droits de l’homme, bases de notre constitution. Tout citoyen a droit d’exprimer son opposition à une idéologie politico-religieuse fondamentaliste qui défend la supériorité des hommes sur les femmes, condamne à mort l’adultère et l’apostasie. Il y a plus d’opposition en France aux catholiques intégristes qu’aux intégristes musulmans : POURQUOI ???

La clairvoyance d’un journaliste d’investigation suisse sur l’islam en France et la soumission consentante de nos pseudo élites : http://www.youtube.com/watch?v=Ln1KOqF51iA  

Légalement et de façon parfaitement démocratique, il est possible de mettre un frein aux excès religieux et aux dangers que représente l’islam prosélyte à visée hégémonique.

Toi aussi, tu veux agir et faire entendre ton refus de cet islam fondamentaliste ! Tu as le courage de défendre tes libertés, la laïcité et tous ces droits universellement reconnus qui nous permettent de vivre dans la paix religieuse encore aujourd’hui en France. Alors rejoins les centaines de milliers de citoyens républicains qui, comme moi, ont adhéré à Riposte Laïque et Résistance Républicaine pour sauver notre démocratie laïque et faire à jamais respecter tous les droits de l’homme et de la femme en France !

Ne laissons pas nos politiques collaborés avec les islamistes pour progressivement introduire les lois chariatiques en France… Halte à la démagogie et à la soumission électoraliste des politiques !

Agis aujourd’hui ou demain ce sera toi l’émigré et tu demanderas asile dans une terre étrangère pour échapper à la violence de la charia et de l’islam !

 Agis car après 2012, il sera trop tard !

 

 

21/12/2010

Un vrai marxiste !

Je reviens des "assises" ! Pas besoin de dire lesquelles, le monde entier est au courant, ce fut un triomphe "fondateur" ! Pas besoin non plus de m'étendre sur le plaisir que j'ai éprouvé à rencontrer des amis et en découvrir d'autres. Il y a bien évidemment "Oskar" et, comme tout le monde, je l'ai vivement applaudi. Mais moi je veux vous en signaler un autre dont les médias n'ont pas parlé et que j'ai découvert. Et puis çà fera taire certains qui disent que la gauche est morte; s'il y avait beaucoup d'hommes de gauche comme lui, nous ne serions pas dans le "pétrin" !

Je vous laisse vous interroger !       

Francis NERI

Jamais un vrai marxiste n’appuiera l’islam ; déclaration de J. Philarcheïn aux Assises Laïques du 18 décembre 2010

Par Jacques Philarcheïn 

Chers Camarades et chers Compagnons,

Mes camarades de Résistance Républicaine m’ont demandé de traiter un sujet difficile : pourquoi la gauche a-t-elle systématiquement trahi le peuple sur la question de l’islamisation, allant jusqu’à renier le principe marxiste selon lequel « la religion est l’opium du peuple » ou le principe anarchiste selon lequel il ne faut « ni Dieu ni maître ».

Tout d’abord, une considération préalable indispensable. Je m’exprime ici comme professeur de philosophie ayant une certaine connaissance des textes de Marx. En aucun cas, les textes de Marx ne sont responsables des dérives de certains individus autoproclamés « marxistes ». Marx n’a jamais soutenu ni l’islamisation ni l’immigration de remplacement, pour la bonne raison que ces problèmes n’existent pas et ne se posent pas à son époque (il est mort en 1883). Quant à l’internationalisme de Marx, il est un appel à la solidarité internationale des travailleurs ; il n’est en aucun cas une apologie d’une quelconque religion ou d’une quelconque immigration. En revanche, pour l’ultra-violence, Marx s’en est occupé ; il a toujours fustigé les racailles urbaines de son époque, certes très différents des nôtres, et qu’on appelait au XIX° siècle le Lumpenproletariat. Marx a toujours montré que ces individus, violents, oisifs et sans moralité, étaient les pires ennemis des travailleurs, n’hésitant pas à louer leurs services à l’État pour tirer sur les grévistes et les manifestants. Bref, le marxisme de Marx n’a rien à voir avec le prétendu « marxisme » de nos actuels gauchistes.

Venons-en maintenant au fait. La gauche est navrante, affligeante : il y a effectivement une disproportion entre la collaboration de droite (qui existe aussi, c’est vrai), et le collaborationnisme de gauche. Alors que le droite a des éclairs de lucidité et adopte parfois un discours de fermeté, la gauche, elle, semble littéralement fascinée par l’islam, et aussi par l’ultra-violence, allant jusqu’àprésenter des casseurs multirécidivistes comme des héros nationaux ou désigner la police comme une force d’occupation des quartiers. Aucun orateur de droite ne va aussi loin dans l’inversion des valeurs.

La gauche est déjà à genoux, là où la droite se rebiffe encore. Et qui paye les pots cassés ? Les modestes travailleurs silencieux, que la gauche, théoriquement, devrait défendre contre l’obscurantisme et la violence. Pourquoi tant de trahison ?

La première raison est matérielle. Elle est connue ; je la rappelle, même si ce n’est pas la plus intéressante. Il existe en France (et ailleurs) un véritable marché du misérabilisme, qui produit ses prophètes et distribue ses prébendes. Des plumitifs en mal de notoriété, des auteurs ou éditeurs cherchant à vendre, des chercheurs et des sociologues qui veulent des crédits pour leurs travaux, des cadres d’associations antiracistes grassement subventionnées (même chose pour des institutions comme la Halde), des comédiens bobos qui jouent les engagés pour se fabriquer une image, bref toute une faune intellectuelle, artistique et militante qui a un intérêt matériel au développement de l’angélisme. A noter d’ailleurs que cette faune a parfaitement bien infiltré les partis et les syndicats, au point d’en faire des courroies de transmission de leur idéologie. Cette bohème misérabiliste s’est imposée à l’intérieur des vieilles structures politiques et syndicales du mouvement ouvrier, et non pas l’inverse. C’est une forme d’entrisme qui a été facile ; le mouvement ouvrier se méfie traditionnellement de l’ordre, fût-il républicain (ce qui est légitime, la République elle-même a réprimé des grèves et des manifestations dans le sang au cours de l’Histoire) ; le discours anarchisant de la bohème misérabiliste a donc trouvé un terrain favorable.

La seconde raison est culturelle, idéologique, et c’est plus inquiétant. C’est l’idéologie de gauche elle-même qui est en cause. La gauche se définit historiquement par cette idée centrale qu’il faut protéger les pauvres contre la rapacité des riches. Or, cette conviction était très claire, très juste, dans un contexte où le pauvre était vraiment le travailleur exploité et opprimé, et le riche le capitaliste, le bourgeois, cherchant à siphonner de la plus-value au maximum. Mais depuis 30 ou 40 ans, tout est devenu obscur et confus. La plupart des immigrés, comme la plupart des islamistes, sont issus de pays pauvres, ils vivent encore massivement dans les anciens quartiers populaires, et pourtant rien ne peut démontrer qu’ils soient vraiment pauvres, dans la mesure où ils bénéficient des produits de l’aide sociale et aussi, pour un certain nombre, de l’économie du délit et du crime.

Par ailleurs, l’impression de pauvreté est aussi causée par les dégradations volontaires des immeubles et des rues, et nos racailles sont passées maîtres dans l’art, non pas d’être pauvres, mais de jouer aux pauvres, ce qui est différent. Et pendant ce temps les vrais pauvres, c’est-à-dire les travailleurs exploités, mal payés, et opprimés par l’ultra violence, sont silencieux. Tant que la gauche n’aura pas compris ce qu’est un vrai pauvre, tant qu’elle braquera son attention sur des pauvres de revendication et non pas de condition, elle n’évoluera pas d’un pouce. La droite, elle, n’a pas ce problème, elle se réclame traditionnellement d’une culture du développement du chiffre d’affaires, et non pas d’une culture de l’extinction du paupérisme. Du coup le droite ne collabore avec l’islam ou l’immigration que dans la mesure où cela favorise les affaires (comme le patronat pro-immigration ou la finance islamique). La gauche, elle, collabore systématiquement avec tout ce qui est estampillé, labellisé « pauvre ». Une notion aussi vague que celle de « pauvre » ouvre à tous les fantasmes, à toutes les reconstructions fantasmatiques de la réalité. Les pays musulmans étant des pays de grande misère sociale, l’islam est apparu tout naturellement aussi comme la religion des pauvres. Il faudrait que la gauche apprenne à reconnaître ce qu’est un vrai pauvre, mais deux choses l’en empêcheront pendant longtemps : d’abord, sa position sociale, les bobos ignorent ce qu’est la vraie pauvreté, et, ensuite, son indigence intellectuelle, les bobos, hédonistes, paresseux, n’ont aucun goût réel pour l’instruction (ils n’ont qu’un verni factice).

Et les vrais pauvres dans tout ça ? Les vrais pauvres sont les salariés, le plus souvent des salariés nationaux. Tout cela pour dire que les salariés sont une fois de plus en première ligne dans cette guerre de l’islam contre notre civilisation. Les salariés sont matraqués une première fois par la régression sociale (indépendamment même de l’islam), ils sont matraqués une seconde fois par l’ultra-violence au quotidien, ils sont matraqués une troisième fois par le coût social exorbitant de l’immigration, et même une quatrième fois par l’oppression du politiquement correct, y compris au niveau judiciaire.

En clair, les salariés-dhimmis ressemblent de plus en plus à des esclaves modernes qui travailleraient pour subvenir aux besoins de l’Oumma européenne, issue des flux migratoires.

Bref, tous ceux qui se revendiquent du marxisme doivent prendre conscience que l’ultralibéralisme à l’anglo-saxonne n’est encore rien, comparé à ce que serait la situation de salariés entièrement réduits en dhimmitude. S’il existe encore des islamogauchistes qui voient dans l’islam un outil de libération des travailleurs, nous leur répondons : vous voulez l’islamisme pour éviter l’hyper-capitalisme, eh bien vous aurez et l’islamisme et l’hyper capitalisme ! Je peux vous garantir, mes Camarades, que le plus décomplexé des DRH, vous paraîtra le plus grand des humanistes, en comparaison de ce que serait un patronat islamique aux ordres de financiers islamiques. Existe-t-il encore des salariés qui croient que la dhimmitude pourrait s’accommoder du droit syndical et des conventions collectives ?

S’il en existe encore, ces salariés savent-ils qu’en Algérie (pays qui n’est pourtant pas officiellement une théocratie), un ouvrier qui ose boire un verre d’eau durant le ramadan, même s’il a travaillé toute la journée en plein soleil, peut être condamné à plusieurs années de prison pour insulte à l’islam ? Je ne suis pas sûr que la bourgeoisie capitaliste du XIX° siècle en Europe serait allé aussi loin dans l’oppression religieuse...

Mais les vrais marxistes, ceux qui défendent sincèrement les salariés ne sont pas les gauchistes infantiles. La résistance appartient à toutes les bonnes volontés. Les salariés y ont pleinement leur place, et même la première place, parce qu’ils sont les plus profondément menacés. Les syndicalistes y ont aussi pleinement leur place. Les intellectuels marxistes, les philosophes y ont aussi leur place.

Je le dis solennellement : la résistance appartient de plein droit aux salariés et les salariés appartiennent de plein droit à la résistance.

J’ai aussi envie de dire : prolétaires de tous les pays, laïcisez-vous !

Mes chers Camarades, mes chers Compagnons, vive la Résistance des salariés, vive la Résistance laïque, démocratique et sociale, vive la République et vive la France !