Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/04/2011

Le niquab

Notre ami de Résistance Républicaine, Hervé de Colmar (68) me transmet ce texte, signé par un certain C.A. Je l'ai trouvé disons "adapté" et en plus, il traite légèrement des choses sérieuses.

Je voulais vous faire une chronique la dessus, mais ce n'est pas la peine, C.A. le fait très bien; et si ma foi il se reconnait qu'il se fasse connaitre ce blog lui est ouvert.

Francis NERI   

Bonjour à tous.

Extrait de l'article A.F.P du 11/04/2011 "Coup d'éclat de femmes en niquab au premier jour de la loi contre le voile intégral"

 

Encore toutes nos félicitations à nos politiques pour le savant "flou artistique" entourant l'application d'une décision républicaine, autrement dit "une loi", qui au demeurant reste (en principe) l'apanage d'une démocratie !!!....Si l'affaire n'était pas si grave, il y aurait là ...matière à se tordre de rire. 

La riposte ne c'est pas faite attendre!...Les femmes eniquabées sont venu de province et bien sur de Paris pour aller manifester devant Notre-Dame (bras d'honneur au christianisme) brailler leur souhait de passer outre. Il faut dire qu'elles y sont fortement encouragées par les consignes gouvernementales en direction des forces de l'ordre de ne surtout pas faire de zèle, d'éviter d'intervenir au sortir des mosquées, enfin, autrement dit, de ne rien faire du tout!... 

Je ne vais pas reprendre les thèmes que nous connaissons tous sur l’immigration, l'islamisation pernicieuse, la dilapidation de l'argent des Français, pour entretenir une cohorte de jean-foutre qui de surcroît  se contre fou de la France et de ses citoyens, et dirige notre pays vers une fin certaine. 

Ma conviction est la suivante!... Remettre de l'ordre dans notre pauvre pays en demandant à nos dirigeants actuels d'aller siffler sur la Colline, procéder à la dissolution définitive des associations communautaires, ne garder sur notre territoire que les étrangers assimilés de longues dates, respectant les lois républicaines et bouter hors de nos frontières la totalité des "peigne-cul" qui cancérisent notre quotidien. Rendre nos frontières hermétiques et demander à l'union Européenne de revoir sa copie, pour mettre un frein à son hégémonie extra-nationaliste.

Obliger les musulmans à mettre un sérieux bémol à leurs pratiques religieuses en adoptant la foi silencieuse et non ostentatoire, car si non,... ils appliqueront les mêmes outrances que les Algériens qui ont profanés le cimetière militaire Français de MERS-EL-KEBIR où toutes les croix ont été brisées les tombes saccagées, incitant le délicieux président Boutéflika à demander à la France de réparer les dégâts, à nos frais bien évidemment  et surtout de supprimer toutes les croix, symbole d'impureté  pour un bon musulman. 

Si nous ne faisons rien dans quelques années Le PANTHÉON sera une mosquée la rue SOUFFLOT hantée par des BELPHEGORS et le Jardin du Luxembourg un parking à chameaux.

Que nos concitoyens en prennent conscience.      

C.A       

 

09/04/2011

La question de la laïcité

La chronique ci-dessous pose particulièrement bien le débat à la place qui convient : celle de la politique. D’autre part, avec son air de ne pas y toucher, elle met à sa place, la question religieuse et ceux qui l’ont instrumentalisée.

L’expression « voile idéologique » désignant le politiquement correct sans pour autant le qualifier de « gauche » ou de « droite » montre bien l’impasse dans laquelle nous nous sommes engagés et la hauteur vertigineuse du mur qui s’élève devant nous.  

Oui la dimension religieuse apparaissait hier encore, comme secondaire. Nous étions aveugles mais nous avons enfin compris que c’était dans sa dimension conquérante et guerrière qu’elle s’exprimait à présent au grand jour.

Pour n’avoir pas su ou pas voulu comprendre la nature de l’enjeu et du défi qui nous était adressé, il est trop tard pour vouloir réformer l’Islam afin qu’il s’adapte à nos codes, nos règles et nos lois. Leurs représentants nous ont fait comprendre sans ambiguïté qu’ils ne voulaient pas d’un islam de France, mais tout l’Islam, Charia comprise.

En conséquence, nous sommes face à une impérieuse nécessité : combattre ! Non pas les musulmans, mais les islamistes, non pas ceux du  peuple de France qui croient encore à une intégration possible, ils ouvrent enfin les yeux, mais tous ceux qui en tirent profit et qui collaborent à notre destruction.

La bataille sera rude, car nous devrons combattre sur deux fronts : celui de la mondialisation libérale, échappant à toute régulation, et ses complices islamistes qui ne sont que la face opérationnelle de la même pièce.

Francis NERI

§

Le débat annoncé sur la laïcité provoque des remous. Son instrumentalisation à des fins politiciennes et électoralistes semble évidente. Il n’en reste pas moins que la question est réellement posée. Mais peut-elle être posée ?  

Le voile idéologique (le politiquement correct) qui recouvre tout, et notamment ce qui concerne l’islam,  a tellement déformé la réalité que dès qu’elle montre son nez, c’est le scandale qui éclate, de sorte que tout débat devient impossible.  

C’est là une situation déjà ancienne qui a commencé dans les années 1990 quand l’immigration devînt un problème politique. C’est dans ce cadre-là que Mitterrand inaugura la stratégie du « front républicain », utilisant Le Pen comme un levier pour lancer une O.P.A. « républicaine » sur la droite. 

L’intégration de l’islam pose une double question : nationale et religieuse. 

Cette religion est, en effet, apparue tardivement sur le sol français par le biais d’une immigration de nationaux d’autres pays. L’adjonction d’une nouvelle population, on le comprend, remet en jeu les paramètres morphologiques d’une nation et de son identité. Jusqu’à ce jour, aucune instance partisane ou gouvernementale n’a trouvé la force de s’y confronter dans ces termes qui sont politiques. On a préféré l’inscrire dans le cadre humanitaire de la lutte contre la discrimination et le racisme. 

La dimension religieuse est secondaire.  

Elle est posée cette fois à l’Etat plus qu’à la nation. La laïcité concerne, en effet, les rapports des religions avec l’Etat. Or, sur ce plan-là, le cas de l’islam est spécifique, pour des raisons purement historiques. Il n’a pas eu, comme le judaïsme et le christianisme, à se réformer pour bénéficier de la reconnaissance de l’Etat (napoléonien) qui durent se soumettre à la réforme qu’il exigeait d’eux pour les accepter. Elles durent renoncer à toute envergure politique susceptible de concurrencer le monopole de l’Etat en matière de pouvoir et de légitimité. Le problème de l’islam est donc à la fois intrinsèque, une religion non modernisée, et extrinsèque puisqu’il est le fait d’une importante population d’origine immigrée, de surcroît dans un contexte international où l’islamisme menace la paix du monde. De ce point de vue (la modernisation et la réforme), il y a bien un problème de l’islam et de la laïcité, qui doit être résolu sur le plan de l’Etat. 

Les anciennes religions concordataires (chrétiennes et juive) ne partagent avec la religion récente aucun intérêt commun quant à leur statut et à leur reconnaissance. Néanmoins, les gouvernements successifs ont créé une situation trompeuse : parce qu’ils n’ont pas eu le courage de lui faire face dans ses dimensions politiques et nationales, ils n’ont trouvé à l’aborder que par le biais de la religion, avec toutes les confusions qui s’en suivent. C’est parce qu’ils n’ont pas eu le courage d’entreprendre une véritable procédure de réforme, puis d’intégration de l’islam qui, seul, posait problème, qu’ils ont systématiquement mêlé les deux autres religions au sort de l’islam, entraînant une régression de leur statut et de leurs droits, comme si leur effort d’adaptation bi séculaire avait été réduit à néant, comme si leur intégration dans l’Etat était encore en jeu. 

Ce faisant, il s’est produit, notamment pour le judaïsme, une politisation en retour de leur statut, profondément nuisible à leur avenir et à leur condition pratique et symbolique. 

Dommage que leur leadership n’ait pas relevé le défi. 

Shmuel Trigano 

Chronique publiée dans ActuJ le jeudi 31 mars 2011

 

 

26/02/2011

Esprit de Munich

Un internaute, lecteur assidu de ce blog, mais le jugeant quelquefois inaccessible, voire incompréhensible, affirme que je ne suis pas assez concret, il pense que la « systémique » fait le lit du multiculturalisme et il rajoute : 

« Voilà ce que nous amène le multiculturalisme : la barbarie, notamment à partir de cette culture islamique rétrograde. Et rien malheureusement ne viendra l'enrayer. On ne s’enrichit plus de ses différences, on s’appauvrit de cette culture de barbares. Pour nous, il n’y a qu’un seul système de cohérent, le notre et nous l’avons oublié, maintenant, il est trop tard ».

Il se peut que ce lecteur ait raison, mais je crois plutôt que pour nous, Européens, l'Histoire n'est pas écrite. Avec de la volonté politique on peut faire beaucoup, une démographie ça se régule, une immigration incontrôlée ça se stoppe, la criminalité ça se maîtrise et des agitateurs ça s’expulse.

Ca serait déjà un excellent résultat. Mais évidemment il faut agir, et non faire le contraire en aggravant la situation par un appel d'air constant pour satisfaire les attentes d’une mondialisation exigeante en travailleurs dociles et en consommateurs soumis.

Aucun gouvernement n'a tenté quoi que ce soit. Pire le dernier, son chef en tête, a été élu pour initier un début de solution et s'est contenté d'un traitement verbal et statistique au départ, pour ne même plus essayer de donner le change aujourd’hui.

Soyons systémicien, les systémiciens (à la différence des Ecologistes) savent que prolonger les courbes ne prédit pas l’avenir.

Si rien n'est fait au niveau de nos dirigeants et de nos « élites », dont il faut se débarrasser avant toutes choses, le mécontentement populaire et la déchirure communautaire, finiront par tout emporter. La question se posera dès demain du maintien de la paix civile désormais ethnicisée, communautarisée, cultualisée et suspendue à l'assistanat social de la majeure partie de ces populations, dans une économie exsangue.

Devrons nous en plus du coût de l'immigration de peuplement payer les folies de nos dirigeants du prix d'une criminalité exponentielle, qui débouchera inéluctablement en mafias à alibi islamistes ?

Le Liban, le Brésil, le Kosovo, c'est ça notre avenir ?

Esprit de Munich sort du corps de notre peuple !

Elevons le débat au delà de l'islamisation de nos territoires, vers la mondialisation et la complicité VOULUE de tous ceux qui nous ont conduit au désastre.

C’est l’idée qu’il faut donner un grand coup de balai avant toute chose qu’il convient de promouvoir, et cela gène « quelque part ».

"On" se plaint de l'incurie de nos politiques depuis 1981. C’est d'une grande innocence ! Comment peut on penser que les complices de cet état de chose y portent remède ? Ils ne vont tout de même pas se suicider pour nous faire plaisir !

Comme en 1789, si nous voulons le changement, il va falloir le leur "arracher" et ce ne sera pas chose facile ! 

Comme l’affirme un autre internaute ami à peu prés en ces termes :

 « Il n'y aura probablement pas de guerre civile en Europe, pour chasser les envahisseurs musulmans. Soyons nous-mêmes, rétablissons la nation, l’autorité de l’Etat, nos valeurs, nos codes et nos pratiques sociales, celles qui ont fait notre civilisation et ils partiront d’eux-mêmes. Ensuite nous retournerons chez eux rétablir l'organisation dont ils ont besoin pour leur enlever l’envie de revenir. L’histoire est un éternel recommencement.

Ce qui va changer, ce sera la classe politique. Les collabos seront évincés progressivement. L'occident survivra, blessé, mais il survivra. Et, avec le temps il se remettra complètement ».

Francis NERI

Février 2011