Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2014

Préparation

Sur Marine Le Pen

Oui, je ne sais plus quoi en penser.........je verrai par la suite quelle position adopter...mais je ne vois personne à l'horizon qui puisse défendre les intérêts de ma famille à court terme !!

Jean Luc

A court terme Jean Luc ...il n'y a que toi...mais comme tu le sais, une bonne préparation c'est 50 % de l'action future et je ne parle pas seulement de préparation du style "survivance" ...nécessaire entre "amis" de voisinage et de même sensibilité, prêts à s'entraider et à s'épauler matériellement ; je pense aussi à une préparation idéologique, psychologique, culturelle (voire cultuelle pour certains).

Le projet de Marine Le Pen me semblant, comme toi, à présent pour le moins incertain, je crois qu'il est temps de s'organiser localement afin de faire face à toute éventualité.

Quitte à se regrouper ensuite nationalement ! Agir local...penser global ! 

Peut être faut il envisager de dépasser la stratégie de conquête du pouvoir par les urnes que nous propose Marine Le PEN, qui vraisemblablement n'y croit pas trop pour 17... date buttoir probablement, car en 22 il sera trop tard.

 

Mais comment, avec qui et quels moyens ??

Francis

 

26/10/2014

L'UMPS est sur son lit de mort.

On en a rêvé, l'éternel retour du concret l'a fait! 

Il meurt, et ça ira jusqu'à la tombe honteuse, parce qu'il a fait une erreur colossale: il a laissé le discours libéral et mondialiste devenir aussi tabou que ceux sur le genre, sur l'immigration.
Du coup, du côté du peuple et exactement comme pour ces autres sujets à loi Gayssot implicite, on n'hésite pas à penser qu’on déteste ça et le dire… Alors que du côté des politiciens (et médias, qui sont les mêmes d'ailleurs), il est strictement interdit de le remettre en cause sous peine d'exclusion totale, de mort politico-médiatique.
Le pays se fait dévorer par Google et ses habitants par Monsato... et ils ne peuvent même pas trouver ça "un peu trop à droite".

Alors le PS veut changer de nom, et ça n'a rien d'étonnant car le mot "socialiste" commence à les gêner sérieusement et l'UMP hurle son "gauchisme" (au sens NKM-ien du terme, c'est à dire "universalité" -mondialisme- et "vivre ensemble" -tarlouzage de masse et les bonobos sont des Français comme les autres)...
Comme le dit Zemmour, Sarko est mort, Hollande est mort. Valls est de "droite" (mondialisto-répressif) et Jupé est de "gauche" (tarfiolo-baboucholâtre)...
Tout ça, évidemment, contre le peuple. Frontalement contre même, et la matraque à la main encore!

D'ici 2017, il est très possible que tout ça ait explosé dans un océan de déchirements internes pour la gamelle. On ne dirait pas, mais c'est gourmand, tout ce beau monde.

Si oui, nul doute que le « modèle de gouvernance mondialiste» saura nous "sortir" de nouvelles "formations politiques", en apparence différentes, voire opposées, histoire de gagner ceux et celles qui manquent encore à son planning.

Nous et nous seuls, pouvons empêcher ça. La question n’est plus sur la nécessité, ni sur la finalité, mais de comment le faire, avec qui et à quel moment ?!

Jean Luc Potier

26 10 14

 

22/08/2014

Scénario A-venir !?

Sauf accident dû au manque de régulation et de contrôle global, nous aurons sans doute la continuation de ce que l'on voit déjà : inégalités en hausse, une hyper classe globale complice, des services publics en déchéance, mais un Etat oligarchique, totalitaire sans le reconnaître, à l’autorité renforcée réprimant violemment les débordements sociaux, claniques ou religieux.

Nous aurons une minorité globalisée, éduquée et riche qui surfe sur la vague et qui joue sur les appariements sélectifs.

Nous aurons des pauvres résignés, livrés aux guerres civiles, aux virus et à la faim. Leur quotidien s'améliore un peu à la marge pour peu qu’ils renoncent à procréer.

Nous aurons une classe moyenne réduite à minima, massivement déclassée qui ne fait que penser, sans y parvenir, à accéder au niveau supérieur, mais surtout pas à reprendre la « Bastille ».

Bref le "meilleur des mondes"

Francis NERI
22 08 14