Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2014

La Cacanie

Dans son roman L’Homme sans qualités, publié en 1930-1932, l’écrivain autrichien Robert Musil surnomme ainsi l’empire d’Autriche-Hongrie moribond qui s’effondra en 1918. « Laboratoire du crépuscule », selon l’expression de Milan Kundera (L’Art du roman), la Cacanie fut le lieu où furent révélées quelques-unes des contradictions de la modernité. Des contradictions qui pèsent à mon sens sur la construction européenne actuelle … qui s’effondrera pour les mêmes raisons.

L’Empire habsbourgeois était devenu une « double monarchie »

Un État bipolaire à la population multinationale. Une administration tatillonne et pléthorique, centrée sur elle-même et indifférente aux aspirations des peuples d’où le mécontentement des sujets exclus du système.

Le caractère multiethnique de l’Empire lui donne par essence, un caractère supranational. Mais, combiné avec des tentatives malheureuses de centralisation, (comme de nos jours sur Bruxelles), il sera source de frustration ethniques, sociales, économiques et politiques qui ne pourront se résoudre pacifiquement en raison de la troisième facette de la Cacanie : sa pesanteur bureaucratique. L’immobilisme politique des vieilles classes dominantes de l’Empire est à la base de la mentalité bureaucratique et de l’avènement d’une société de masse à caractère égalitaire. Le droit règne, l’immobilité donne une impression de sécurité réconfortante. Le principe « cacanien » par excellence est celui de la routine, du train-train.

La Première Guerre mondiale, déclenchée par l’ultimatum de l’Autriche-Hongrie au Royaume de Serbie, sonne le glas de cet empire qui ne survit pas à sa défaite.

Mais l’Empire est de tous les temps et comme le Phénix il renaît éternellement de ses cendres et sans cesse il faut abattre ses composants. L’Empire est inhérent à la nature humaine et point n’est besoin d’y chercher des « complots » Ils existent et ils font partie de cette nature. L’homme est un être collectif et il tend vers une collectivité globale et planétaire. Le problème est bien dans la manière dont se constitue cette collectivité. La manière dont elle résout ses contradictions dont elle se régule et se contrôle globalement sans devenir une fourmilière.

L’enjeu est là et pas ailleurs !

L’Empire actuel, l’Empire de fer, nous en faisons tous partie. La plupart d’entre nous ne résistons pas à ses sirènes. Nous sommes pour la Matrice, le Cube, le Cercle, Les Francs maçons ou Goldenberg, des outils de l’Empire. Certains sont plus que d’autres conscients d’en faire partie et sont consciemment des supers outils ils se rassemblent donc entre eux, parfois se font la guerre pour mieux dominer le système et tacher d’accéder au meilleur de sa production.

J’aime bien citer en exemple l’Empire des pharaons, tombé pour les mêmes raisons. Et ce sont les Juifs qui l’ont fait tomber car ils ne supportaient plus de mourir pour fabriquer leur quota de briques pour ériger des pyramides.
Ils s’en sont libérés grâce au Dieu auquel ils croyaient. Un Dieu qu’ils ont malheureusement enfermé dans un dogme et ont jeté la clé.
Tout alors a recommencé et çà a continué encore et encore ! La société s’est à nouveau divisée entre une élite de nantis et une population pauvre et non éduquée, n’ayant aucun espoir d’améliorer son sort.
Il y eu et pour longtemps une sorte de corrélation entre la « religion », puis l’Eglise et cette situation déplorable.

L’Eglise a freiné les progrès économiques et sociaux pendant des siècles. L’Eglise était devenue une institution réactionnaire favorisant une minorité tout en exploitant la multitude, grâce à l’usage qu’elle fait de la crédulité humaine.

Aujourd’hui encore la plupart des « Eglises » s’occupent plus du « corps » de l’Homme que de son âme.

C’est la raison pour laquelle « l’Eglise » de la « religion » Islamique est comme les communistes, elle réduit en esclavage à la fois le corps et l’âme des Individus. L’Islam est actuellement le meilleur et le plus fidèle allié de l’Empire qui est de tous les temps, de tous les espaces, y compris culturels et cultuels.
C’est la raison pour laquelle il nous faut combattre l’Empire sur ses trois fronts : celui de l’Islam , de la gauche et de l’Empire militaro-industriel Occidental dont l’Amérique est le fer de lance…tout en gardant un œil vigilant sur les autres religions pour qu’elles ne dérapent plus hors de leur sphère spirituelle.

Francis NERI

22 06 14

21/06/2014

14 juillet et la participation algérienne

Je reviens sur la commémoration du 14 juillet et la participation algérienne au défilé. Outre l'imposture que veulent ou ont voulu Hollande et sa clique en assimilant l'Algérie d'aujourd'hui aux combattants algériens des deux guerres, il y a dans cette démarche l'envie d'humilier ces Français de droite, de gauche, les sans partis ou ceux qui désormais font confiance au FN parce que ce gouvernement et ce président (sans P majuscule) ne représente plus rien et ce petit pourcentage qui lui reste n'est que l'apport des français (avec un f minuscule) de papiers, ceux qui nous insultent, jouent les petits durs mais qui ne valent pas la bouse de chameau ou de bourricot de leur propre pays où ils ne sont même pas souhaités. A voir les commentaires sur Bd Voltaire on comprend mieux pourquoi nous ne tournerons jamais la page tant qu'ils subsisteront et s'engraisseront sur notre sol. Non seulement ils sont haineux, ignares, grossiers mais ils contribuent à la détestation qui nous les fera rejeter le moment venu.

Malgré les démentis il se pourrait bien que leurs soldats participent à ce défilé de la honte et je pense à nos régiments qui devront s'associer avec les descendants des poseurs de bombes de l'Automatic, des massacres de colons mais encore plus de leurs frères comme à Melouzza. Le plus grand nombre d'Algériens assassinés ou éradiqués l'on été par ces mêmes Algériens avant 1962 et après. Cà c'est la réalité, le reste n'est que mensonges. Je pense à tous ces soldats d'aujourd'hui héritiers de nos soldats d'antan, morts mais présents dans la mémoire des régiments, quelle honte!

Ceci dit (sans jeu de mots) cette démonstration va avoir un aspect positif dans le rejet brutal non seulement d'Hollande et de ses sbires mais aussi de cette idée française d'hospitalité qui nous conduit à sacrifier nos pauvres pour entretenir cette horde barbaresque qui ne fait que piller notre pays comme le faisaient leurs ancêtres avant 1830. Toutefois je ferai quand même distinction entre ces gens là qui haïssent la France et son peuple avec ceux qui avec courage ont choisi la France pour ses valeurs, avec le souci de se fondre dans le peuple français au risque d'ailleurs d'être de nouvelles victimes de la racaille. Je pense en particulier à ces soldats parachutistes assassinée par Merah ou tombés dans notre armée moderne mais aussi à ces médecins, chercheurs, commerçants, employés d'origine algérienne mais Français avec les obligations que cela comporte. Tout récemment j'avais une conversation avec l'un d'eux qui avouait avoir honte du comportement de ces jeunes inconscients et il comprenait tout le rejet de la plupart de Français pour cette racaille de "branleurs, feignasses et incapables", tellement incapables d'ailleurs qu'ils n'ont aucune chance de vivre dans le pays dont ils sont si fiers.
A force d'humiliations, même s'il a fallu de temps, les Français exaspérés sont de plus en plus nombreux et une étincelle peut allumer la poudre mais il est un phénomène, qui va sans doute jouer plus tôt qu'on ne le croit, c'est le moment où la manne qui fait vivre ces gens chez nous va devoir se restreindre avant de se réduire à une peau de chagrin car lorsqu'il n'y a plus de finances, il n'y a plus d'aides et ce moment arrive, d'abord parce que l'Etat se trouve contraint à réduire mais plus surement parce qu'à force de provocations, d'incapacité à sortir le pays de l'ornière arrivera le moment du rejet total de tous ceux qui se sont fait complices de cette décadence et la venue d'une autre façon de gouverner.

Se posera la question des aides en tous genres, de la sécurité, de la justice et du respect de notre peuple alors on verra des foules quitter notre sol parce que y rester serait vain mais aussi dangereux.
La violence engendre la violence, elle n'a pas été de notre fait, mais elle s'imposera par réaction. 
Quant aux complices, chaque jour ils se démasquent comme ce maire de Bordeaux qui a tout fait pour avoir SA plus belle mosquée, SON centre culturel musulman qui très vite va devenir un centre de subversion.

J'écoutais hier monsieur Vanneste parler de l'UMP et décrire ce parti comme étant devenu une sorte d'agence pour l'emploi destiné à procurer uniquement un job à ses dirigeants, qui n'ont plus aucune idée sur rien, incapables d'ailleurs d'en avoir, ne mesurant même pas la portée de la moindre mesure. Ces imposteurs grugent et pillent leurs militants et sympathisants qui leur font une confiance aveugle. Ce déclin du pays nous le devons à eux autant qu'à la gauche, aux syndicats puisqu'ils se sont partagés les rôles.

J'ignore si les moins corrompus auront la force et les moyens de reconstituer quelque chose et surtout avec quelle politique parce qu'il est temps de se déterminer clairement dans ce monde, de savoir dans quel camp on se retrouvera.

Marine Le Pen est une des premières à se tourner vers la Russie avec lucidité parce que ce monde crève de l'impérialisme de l'Empire qui en mourant nous entraînera dans la chute.
Le vrai débat de ces temps futurs ( si la paix le permet) se situera dans la capacité de voir le monde autrement c'est à dire tourné vers un pays de valeurs mais aussi de ressources qu'est la Russie, les vraies questions devront être résolues : le retour à notre indépendance vis à vis tant de cette Europe qui ne fonctionne pas que de l'Amérique et de son leadership, la restauration de l'Etat à travers sa mission essentielle : la sécurité, la justice et aussi une vraie égalité de traitement pour son peuple mettant fin à une gabegie incroyable. Cela passera par la fin de l'immigration non choisie et le départ de ceux qui n'ont rien à faire chez nous, d'une double nationalité, du droit du sol qui devra être abrogé. 

Tout ceci ne peut se faire qu'avec une rupture brutale, mettant fin aux pratiques imposées, aux barrières virtuelles qui nous donnent l'impression d'enfermement parce que jusqu'à présent nous n'avons pas imaginé un monde libéré et que ces barrières ne sont que celles que nous nous sommes imposés.

Martin Luther King parlait de son rêve et bien le nôtre sera simple : que les Hollande, Vals, Taubira rejoignent les BHL, Juppé et consorts ailleurs, loin de chez nous et puisqu'ils sont les valets de l'Empire qu'ils y trouvent refuge et surtout qu'ils n'oublient pas leurs amis, leurs complices.
Sans doute ne le feront-ils pas mais ils ont accumulé tant de haine sur eux qu'il serait illusoire de penser qu'ils n'en rendront pas compte un jour.

Faisons de ce 14 juillet non seulement un jour de colère mais aussi de résolution pour chasser tout ceci, tous ces gens d'Hollande à Juppé, ce sera notre rêve français.

Ivan Smolensky

https://www.facebook.com/ivan.smolensky.3?fref=nf

17/06/2014

Petit essai politique

« La politique devrait palier à une insuffisance de régulation, de contrôle et de rétroaction négative c'est-à-dire qui libère la pression au niveau de l’individu, du groupe, de l’espèce »

Francis NERI

La politique ou plutôt l'art politique de la conduite des collectivités humaines, devrait faire en sorte que les individus appartenant à une collectivité dégagent des fins, imaginent des actions, choisissent des décisions et les inscrivent dans le réel.

Mais cet art, nécessaire à la régulation et au contrôle de l’aventure humaine, n’arrive pas en pratique à échapper au diktat implacable du Néo-Empire.

Comme aux temps de la lutte révolutionnaire de Lénine, dure, excessive mais nécessaire, compte tenu du contexte de l’époque, notre société occidentale et démocratique, se transforme à présent en une dictature de quelque uns.

Une oligarchie brutale éliminant de sang froid plusieurs millions d’hommes, qui s’affadit, régresse en une bureaucratie de type "Bruxelloise", apathique, tatillonne et médiocre.

Comme l’Empire soviétique elle s’effondrera dans le néant, et pour les mêmes raisons, après avoir provoqué la mort de millions d’individus, un désastre écologique, économique, social.

En réponse aux menaces du futur, le Politique, sous la coupe de l’Empire, étale ses échecs du passé et du présent.

Il en résulte :

  • La décomposition et la descente vers le chaos de la démocratie, gangrenée par des élites ni régulées, ni contrôlées, ni sanctionnées pour leurs dérives, et qui échappent au contrôle des citoyens.
  • L’absence de progrès dans la lutte contre la faim, la surnatalité, le sous développement; lesquels conduisent à l’affrontement général, sous fond de conflits d’ordre culturels, ethniques et cultuels.
  • La disparition des politiques d’éducation et de formation permettant l’évolution des hommes et qui sont les facteurs essentiels du développement.
  • L’inefficacité d’administrations, à maîtriser l’anarchie des minorités, des clans, des mafias et des groupes de pression, malgré la multiplication de leurs troupes pour des contrôles sans suite, et sans sanctions véritables. 

Certaines des collectivités humaines sont parvenues à s’assurer des niveaux de consommation, de liberté, de participation, et d’égalité inconnus jusqu’alors. Il est certain que s’en est terminé.

Malgré l’acharnement du Néo Empire à vouloir nous faire surconsommer et envahir la planète de nos déchets il va nous falloir nous habituer à une croissance zéro, voire à la décroissance, en particulier démographique, si nous voulons survivre et conserver une relative qualité de vie.

La réponse politique au problème ainsi posé à l’humanité est d’ordre global et systémique. Il lui faut régler la question de l’interaction des trois insuffisances de régulation et de contrôle qui sont la cause des ruptures d’équilibres qui entrent en cohérence, se cumulent et se renforcent.

  1. Insuffisance de régulation et de contrôle, déséquilibre au niveau de l’individu entre ses structures nerveuses profondes, qui sont le siège de l’affectivité, et son néocortex qui, assurant encore mal le contrôle des pulsions ancestrales, met à la disposition de ces pulsions le pouvoir du langage et de la symbolisation. Comme nous ne pouvons attendre un million d’années au moins que l’évolution y pourvoie, il n’y a que l’éducation, l’enseignement, la formation, la socialisation adaptées aux « bulles temporelles » et aux contextes locaux qui puissent faire progresser l’individu de manière démocratique.
  1. Insuffisance de régulation et de contrôle, déséquilibre au niveau des systèmes politiques nationaux censés assurer l’intégration et la coordination des activités nationales et internationales. Ils ne possèdent aucune emprise sur leurs environnements, aucune capacité de régulation même à court terme, sont impuissants à maîtriser les très rapides transformations sociales et n’arrivent pas à projeter des buts et des finalités sur le long terme.
  1. Insuffisance de régulation et de contrôle, déséquilibre au niveau global de l’interaction entre les nations dont certaines sont détentrices d’un pouvoir économique, industriel, financiers et de destruction considérables. Dans les drames de l’histoire humaines, les révolutions, les guerres, la chute des Empires se retrouvent toujours imbriquées, en cohérence et se renforçant l’une l’autre, ces trois insuffisances.

Et toujours à un moment donné des hommes qui veulent assurer leur pouvoir de dominance comprennent la nature du problème et l’exploitent à leur seul profit jusqu’à l’implosion de l’Empire qu’ils ont créé.

Ce sont ces hommes qu’il faut repérer, identifier et écarter des pouvoirs, de tous les pouvoirs.

Il est vital d’écarter ces hommes et leurs pratiques qui pourrissent tous les systèmes et par conséquence tous les hommes et l’ensemble du système global, notre bien commun, notre planète.

Des groupes d’hommes qui, consciemment ou pas, nous empêchent de faire évoluer ensemble à la fois l’individu et la collectivité humaine.

Rien ne pourra être construit qui ne soit durable sans ce nécessaire travail de salubrité publique. Alors commençons sans plus attendre.

Francis NERI

17 06 14