Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2015

Bataclan

480 victimes

Une amie m’a transmis ce texte, je n’en connais pas la provenance, mais il énonce, à mon sens, quelques vérités …il vaut donc la peine d’être « distingué ».  

……

« Les Français ont décidé d’accepter. Ils ne sont pas descendus dans la rue manifester leur refus. Ils n’ont pas demandé à leur gouvernement qu’il assume ses fonctions régaliennes et les mette à l’abri du danger des attentats. Je respecte leur décision.

Je suis journaliste étranger, je ne vais pas faire comme certains de mes confrères français.

Imaginez si j’accusais les victimes des attentats de Paris d’être responsables de leur mort. Pourtant eux affirment que les victimes israéliennes des coups de couteau ont mérité leur sort.

Imaginez si je disais que les actes des 8 djihadistes de Paris sont compréhensibles parce qu’ils sont désespérés. Pourtant mes confrères français ne cessent de justifier les coups de couteau des terroristes palestiniens, désespérés de ne pas être entendus.

Imaginez que je trouve scandaleux que la France ait fermé ses frontières pour empêcher les terroristes de commettre d’autres attentats. Mes confrères ont critiqué Israël lorsqu’elle a fermé la sienne en construisant une barrière pour empêcher les terroristes de commettre d’autres attentats comme celui du Bataclan (en Israël, le même attentat s’est produit à la discothèque Dolphinarium de Tel Aviv). Depuis, les médias, les hommes politiques et de nombreux français ne cessent de réclamer le démantèlement de cette barrière.

Je respecte les Français : ils ont choisi librement et démocratiquement un président qui à son tour a choisi une ministre de la justice, Christiane Taubira, qui laisse les djihadistes en liberté. Je respecte ce choix.

Les Français ont choisi le pacifisme et le laxisme vis à vis des islamistes. Ils ont choisi la réinsertion des djihadistes qui rentrent du combat en Syrie. Ils ont choisi de ne pas nommer l’ennemi mais au contraire d’insulter ceux qui dénoncent l’islam. Je respecte leur choix.

Ils ont décidé de laisser en liberté les musulmans radicaux fichés S pour ne pas les stigmatiser, tout en sachant que cela leur faisait courir un plus grand risque d’attentats terroristes. Je respecte cette décision.

Ils ont interdit aux citoyens de porter des armes (l’inverse aurait évité les 130 morts du Bataclan car des citoyens armés auraient éliminé les djihadistes), et ils ont décidé de laisser leurs armes aux dealers de drogue des banlieues, mi dealers mi islamistes, et de ne pas désarmer les salafistes pour ne pas paraître islamophobes.

Je respecte ce choix politique.

Les 130 morts et les 350 blessés de vendredi ( 480 victimes) sont le prix à payer lorsqu’on fait ces choix, qu’on prend ces décisions, qu’on décide d’avoir cette tolérance vis à vis des djihadistes français, des salafistes français, des Frères musulmans français, et de l’islam de France.

J’ai le plus grand respect pour le courage du premier ministre : il a préféré exposer ses concitoyens au danger terroriste pour ne pas malmener sa population musulmane, pour ne pas pourchasser sans merci les radicaux, et il a eu le courage de le dire aux Français. Qui ont eu le courage de l’accepter. Et les médias, qui ont eu le courage d’applaudir son grand humanisme vis à vis des minorités défavorisées.

Le gouvernement français a été démocratiquement élu, les Français vivent en démocratie, ils ont la liberté de s’exprimer, de choisir, de manifester leur mécontentement ou leur désaccord, et les Français savent mieux que personne descendre dans la rue lorsqu’ils ne sont pas d’accord.

Les Français ne sont pas descendus dans la rue pour dénoncer l’islam, l’islamisation, la dégradation de la sécurité, le changement de société, d’identité de la France, parce qu’ils sont tolérants, humanistes, accueillants.

Ils ne sont pas descendus dans la rue pour refuser l’invasion des migrants et des réfugiés, infiltrés par des combattants de l’Etat islamique – pardon, ils étaient 700 personnes à l’appel de Riposte laïque.

Les médias eux-mêmes, qui disent respecter les plus hautes règles de l’éthique du journalisme, n’ont jamais protesté, jamais exprimé la moindre réserve sur les décisions du gouvernement français et des Français en matière d’immigration, d’accueil des réfugiés, de tolérance pour accommoder les demandes des musulmans, sauf pour exiger plus de tolérance, plus d’accueil, plus d’accommodement, et accuser de racisme et d’islamophobie ceux qui refusent ce changement identitaire et culturel de population.

Ce qui arrive est la conséquence de tout ce qui précède. Ce qui arrive est le prix à payer de cette politique, et les Français ont librement déclaré choisir cette politique.

Ils ont choisi le risque des attentats – qui seront de plus en plus nombreux – pour ne pas faire d’amalgame, ne pas cibler une communauté plus qu’une autre. Je respecte leur choix.

Ils ont eu les attentats, plusieurs fois cette année. Les déclarations du président, de la classe politique, des médias, montrent que la France a décidé malgré ces attentats de ne pas nommer et encore moins lutter contre les racines de cette violence : le coran qui appelle à tuer les infidèles. C’est faire preuve d’un grand courage, et d’un grand sens du sacrifice pour ne pas froisser l’islam.

Ils ont choisi l’apaisement. Ils ont certes choisi de trouver les coupables, mais les peines seront relativement courtes, trop courtes pour les empêcher de recommencer – on l’a vu avec les coupables des attentats de janvier dernier : ils étaient tous radicaux, tous récidivistes, tous menaçants, tous en liberté. Il est unique et admirable qu’un pays préfère se sacrifier que de laisser en prison les terroristes.

Ils ont décidé de laisser les autres radicaux, ces musulmans fichés S, libres d’aller et venir, de s’armer pourquoi pas, de préparer d’autres attentats – et il y aura d’autres attentats.

Qui suis-je pour critiquer les choix des Français ?

Se sacrifier ainsi pour rester une terre d’accueil, quels que soient les dangers, montre un sens du renoncement exemplaire.

Je respecte le choix de vie des Français. Je respecte leur décision de renoncer à leur civilisation, à leurs racines, à leur identité, à leur culture, et de s’adapter à celles d’autres civilisations.

Je respecte leur décision de « s’habituer à vivre durablement avec la menace d’attentats ».

Ils la vivent.

Les citoyens israéliens ont manifesté en soutien des Français. Des milliers se sont réunis place Rabin et ont chanté la Marseillaise. Aucun média français n’a retransmis cette émouvante marque de solidarité. Vous me direz, ils n’ont pas non plus montré les Arabes palestiniens qui ont fait la fête en apprenant le carnage. »

Un Journaliste israélien qui ne mâche pas ses mots...

25 11 15

23/11/2015

Le Nouvel Ordre Mondial

Pour être clair avec des « amis » qui me barbent avec leur théorie du complot

Il n'y a RIEN à tirer de çà !! Les réalités sont ailleurs Soyons lucides et ne perdons pas de temps avec le diable, la trilatérale, le cercle etc… et la théorie du complot !

Le N.O.M n’est qu’une "modélisation" en fait il n'y a que deux alternatives. Il n’y a aura pas de « troisième voie ». Nous avons à faire le choix entre la fin de l'histoire, c’est à dire un seul système et un seul monde (Fukuyama) ou le choc des civilisations de Huntington et se demander lequel des deux a tracé la bonne prospective.

On peut résumer la situation en pensant : monde unipolaire (sous contrôle US) ou monde multipolaire avec la Russie, la Chine etc. qui se dressent  contre l'hégémonie US…le reste c'est du délire et il y aura du danger mortel des deux cotés, qu’on se le dise !

Francis NERI

23 11 15

18/11/2015

Le multiculturalisme 


II est le lien idéologique qui unit la gauche mondialiste avec les prédateurs du Nouvel Ordre Mondial. Ce qu’il ne faut pas oublier de nommer tout en déclinant et en faisant le lien avec la religion islamiste. 
Les trois pôles de la TRIPLICE infernale sont à nouveau reliés. 
J’espère bien qu’ils ne seront plus jamais dissociés dans l’esprit des Français, car c’est en isolant les termes de l’équation, et donc en ignorant les interactions entre eux, que nos adversaires nous manipulent.
La société multiculturelle est une dangereuse utopie. Sa mise en œuvre en France par la gauche, avec la droite complice, est responsable du désastre culturel des jeunes générations et ce depuis au moins 1968. 
Date à partir de laquelle les pervers qui nous gouvernent ont commencés à détruire les fondements même de notre identité ; sachant parfaitement que mémoire et identité c’est en fait la même chose. 
C’est donc un crime avec préméditation qui devrait être puni de la peine capitale…si elle existait encore en France. 
La société multiculturelle n’a jamais fonctionné et ne fonctionnera jamais, tout au moins sans une modification profonde du génome humain. 
C’est en plus un piège mortel qui nous condamne à la violence sociétale et à l’effondrement de toute forme d’organisation sociale.
Faire cohabiter ensemble dans le même espace, le même contexte, la même bulle temporelle des communautés culturelles et cultuelles différentes, avec des attitudes et des comportements si différents est un CRIME majeur. 
Le faire en plus alors que les migrants refusent massivement toute forme d’assimilation ou même d’insertion à la culture autochtone relève d’une intention génocidaire. 
La paix et la prospérité sociale ne tient pas seulement à un meilleur partage des richesses et à la destruction d’un « libéralisme » économico-financier prédateur, mais à laisser vivre ensemble des communautés ethniques renvoyant aux origines communes, histoires communes, et en même temps à une culture commune. 
Francis Neri
18 11 15