Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2014

Destruction mentale

J’ai lu ceci quelque part et je l’ai trouvé « signifiant ». Alors j’ai développé un peu en créant des liens comme d’habitude.

« Le pessimiste s'enfuit parce qu'il sait que le loup arrive.

L'optimiste reste sans s'en faire et se fait bouffer par le loup.

L'opportuniste invite le loup à un dîner d'affaires et en sort habillé d'un superbe manteau en peau de loup. »

C’est donc à chacun sa mère, sa mission, son rôle ou son karma. De la destruction mentale organisée. Les moyens mis en œuvre pour cette destruction, sont considérables : un immense délire, prétexte à prétention morale, a submergé la parole humaine et les loups sont massivement créés pour permettre la domination des opportunistes.

On peut évoquer et évaluer le résultat de ce viol psychique d’une population faite :

  1. De pessimistes qui jamais ne s’engagent autrement que pour leurs intérêts propres et vont chercher ailleurs ce qu’ils ne trouvent plus chez nous : leur profit. 
  2. D’optimistes qui non seulement ne font rien mais facilitent l’approche des loups sous prétexte que la culture loup vaut bien la culture agneau. L’agneau de toute façon étant coupable, ou bien son frère, ou encore son ancêtre comme chacun sait.
  3. D’opportunistes, ceux qui ne croient plus qu’au droit, le leur, aux règles, les leurs et au devoir celui des autres. Des mots comme morale, empathie, éthique, altruisme, n’ont de signification que s’ils peuvent les utiliser à leur profit et désarmer leurs adversaires. Ils espèrent bien bénéficier de la présence du loup qui est leur invité pour régler leur compte aux optimistes s’éveillant à la conscience, et qui seraient tentés de résister, se révolter, sortir du rang. Enfin, ils savent qu’ils pourront sans problème rattraper les pessimistes sachant qu’ils ne peuvent aller très loin.

Mais les opportunistes au faîte de leur puissance et de leur « raison » ont-ils bien mesuré la nature de l’enjeu ? Les loups une fois Paris envahis, vont-ils se laisser transformer en manteaux ?

La créature n’échappe t’elle pas, le plus souvent, à son créateur et ne se retourne t’elle pas contre lui lorsque ce dernier veut l’éliminer n’ayant plus besoin d’elle ?

Bien sur L’Homme résiste et depuis bien longtemps, mais face aux temps que nous vivons il est devenu anachronisme :

« Il se sait un foyer, mais il ne sait guère où,

Il dit qu’il est si loin

Qu’il n’a plus souvenir du chemin qui y mène. »

(Tiré du poème de Vaughan L’Homme) 

Et les « Opportunistes » savent que les « anachronismes » doivent être supprimés en priorité !

L’histoire nous montre, inlassablement, qu’il faut payer le prix du sang pour sortir de l’impasse dans laquelle nous nous trouvons et chacun est en partie responsable, qu’il soit pessimiste, optimiste, opportuniste ou loup. 

Je dirai même que celui qui paye le prix le plus élevé c’est souvent le loup qui, à tort ou à raison, a toutes les chances d’être exterminé.

Les islamistes devraient y réfléchir à deux fois avant de faire leur « Jihad » !

Quand aux « autres » je leur conseille d’acheter un livre survivaliste, et à s’entrainer, sauf miracle, au sens strict du terme, ils en auront probablement besoin.

En attendant la 25 eme heure nous pouvons aller voter demain. Nous Français, avons droit à 70 députés. Marine Le Pen en espère 17 …sur 700 !

Souhaitons-nous bonne chance.

Francis NERI

24 05 14

 

23/04/2014

Comprendre l’ennemi.

Les musulmans déclarent ouvertement : « Nous devons profiter de l’espace démocratique que la France nous offre, nous devons exploiter la démocratie, le tendon d’Achille de l’Occident, nous en servir pour occuper du terrain »

Mais qui sont derrière les musulmans ?

Il ne faut JAMAIS oublier que depuis les années 70, avec Giscard et Chirac, l'immigration fait partie d'un projet de peuplement, en particulier islamique, par un contrat : pétrole contre immigration. Oriana Fallacci, en particulier, nous a bien informés sur le sujet dans son livre : "La force de la raison" elle nous dit : " Maintenant il s'agit de survivre. Et pour survivre, on a besoin de la raison, ce n'est pas à la rage, à l'orgueil, qu'il faut faire appel. Je fais appel à la raison. Avec la raison un peu de courage. Avec le courage un peu de dignité.

Cessons de végéter dans l’aveuglement, dans la surdité, dans l’ignorance, dans l’indifférence  

La guerre qui nous est déclarée se renforce d’heure en heure. Et des jours encore plus durs nous attendent.

Pour lutter contre les dangers de l'immigration, il faut retrouver la force de la raison ! Bref il faut nous poser clairement la question OU sont et QUI sont nos ennemis et COMMENT les combattre ?

Et si l’on doit se battre, il faut le faire avec toutes ses forces. De çà l’ennemi doit être persuadé. Cette fois ci les Français seront au siège de Vienne si l’ennemi y revient !

 

Francis NERI

23 04 14

 

20/04/2014

Immigration

Il faut se méfier des immigrants d'hier et de demain.

Si nous renonçons à les acculturer, à les assimiler, à leur faire adopter nos codes, nos lois et nos valeurs, nous devons craindre qu'ils ne nous remplacent.

Loin de chercher à se fondre dans la civilisation des pays d'Occident, ils s’organiseront en minorités pour développer leur culture et maintenir leur identité, car ils auront cessé d’être fascinés par les valeurs du Nord.

Comment alors se comprendront et se comporteront les sociétés jeunes issues du Tiers monde et les sociétés mûres, âgées de l’Occident avec en souvenir leurs siècles de progrès ininterrompus. 

Nous trouverons d’un coté des sociétés violentes, passionnées, possédées par leurs religions et leurs religieux, se disant incomprises et depuis trop longtemps exploitées. 
Les autres, et en face, sceptiques, techniciennes, éprises de sécurité et de confort, individualistes, centrées sur leurs possessions matérielles. 

Ces dernières sauront t’elles engendrer une foi dans l’avenir qui permette un meilleur partage et une plus grande paix entre hommes de bonne volonté ?

Francis NERI
(Les chemins de l’avenir. 1984)