Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2014

Ce que dit le Père Michel VIOT

A qui pouvons nous encore faire croire que le Djihad c’est seulement la lutte contre ses passions ?

L’Etat est il neutre ? Ne joue t’il pas avec une fausse laïcité ?

En jouant une religion contre l’autre, n’a t’il pas écopé du terrorisme et de la radicalisation de l’Islam ?

Ne doit il pas revoir sa vision du fait religieux, le prendre au sérieux et revoir les « modalités d’application » (les pratiques, pas le système) de la loi sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

Et Michel VIOT exprime une opinion que je partage, en y associant toutefois le Judaïsme, « On ne règlera le problème qu’à partir du moment où nous aurons re- christianisé le moyen Orient ». Ce qui va parfaitement bien avec le concept de re-migration associé à celui de re-colonisation !

Je dirais donc re-judéochristianisation ! Ce qui sous entend qu’Israël re-pense sérieusement à re-construire le grand Israël.

Pour conclure sur ce thème sensible, Michel VIOT ajoute : « On ne pourra pas traiter l’islam comme on traite le Judaïsme et les différentes sortes de Christianisme pour la raison très simple que l’Islam ne fait pas partie de notre « décor culturel » et c’est ce qui à fait la France c’est pour çà que L’Etat, tout en restant laïque doit s’en préoccuper.

Moi qui ne suis ni Chrétien ni Juif…peut être juste un peu Bouddhiste, çà me va très bien !

Francis NERI

31 10 14     

25/10/2014

Halal

Il y a une quinzaine d’années, le halal comme le casher étaient totalement marginaux.

Le halal s’est développé avec la complaisance des pouvoirs publics au point que dans certains abattoirs cette forme d’abattage s’est généralisé pour éviter les coûts de l’endormissement de l’animal.

Cette pratique s’est développée sous couvert de mensonges éhontés : la bête ne souffrirait pas et la viande serait meilleure alors qu’elle est égorgée à vif, sans anesthésie. Les bovins mettent très longtemps à mourir, alors on commence déjà à les sortir avant leur fin, à leur trancher les pattes et à les dépecer vivants.
Comment un telle viande pourrait être meilleure ne serait ce que par les toxines produites ?


Le halal qui s’oppose à l’étourdissement électrique règne aujourd’hui en maître sur nos abattoirs. La viande consommée en région parisienne est en quasi-totalité halal et nous payons à chaque fois une dîme entre 10 et 15 centimes le kilo aux autorités musulmanes…nous pouvons imaginer sans peine où va cet argent.

Il y a de quoi devenir islamophobe à jamais !

Il faut imaginer « cette marée de bovins, les yeux exorbités, les pattes tremblantes dans la merde répandues au sol par leurs intestins relâchés par la peur et crevant dans la douleur » nous dit avec colère Franz-Olivier Giesberg.


Je partage cette colère et cette indignation envers cette pratique et j’espère bien qu’une fois Marine Le Pen au pouvoir elle sera, elle aussi éradiquée, y compris celle du casher par la même occasion s’il s’avère qu’elle est réalisée dans les mêmes conditions.

Francis NERI

25 10 14

08/10/2014

Le phénomène migratoire

Pour des raisons essentiellement démographique (7 à 8 enfants par femme) gérer les migrations de main-d’œuvre, économique et politique par l’intégration et le développement en Afrique sub-saharienne est un vœu pieu. 

Surtout si l’on entend résoudre le problème posé par l’immigration Musulmane et d’Afrique de l’Ouest en France par la « remigration ».

Les flux migratoires en provenance de l’Afrique sub-saharienne à destination de l’Europe via le Maghreb ont considérablement augmenté provoquant des drames humains considérables qui tournent de plus en plus souvent au massacre dans certaines régions où la présence Islamiste est conséquente.
 
Les pays du Maghreb sont dans l’incapacité de mettre en place des réponses politiques adaptées en tant que pays d’accueil, de transit et de départ et, pour notre sauvegarde, nous devrions observer avec la plus extrême attention les systèmes de conflits et enjeux sécuritaires entre l’Afrique de l’Ouest et les pays du Maghreb.

Il m’apparaît de plus en plus évident qu’une épuration ethnique et raciale est en cours et que les causes sont d’origine économiques, démographiques, culturelles et cultuelles.

Le succès de la reprise en main de l’Afrique de l’Ouest par les Islamiste me paraît à terme inévitable sans intervention en force de l’Occident. Elle préluderait à une invasion des pays Occidentaux, la France serait en première ligne et une guerre dévastatrice serait inévitable. C’est la raison pour laquelle je persiste à penser que la  « remigration » est une bonne formule, à la condition qu’elle s’accompagne d’une re-colonisation de l’Afrique de l’Ouest afin d’y imposer nos règles, nos codes, nos lois, en commençant par une stricte régulation des naissances.

Francis NERI

08 10 14