Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2012

Menteurs !

Comme nombre d’entre vous,  au cours de cette soirée France 2  « Des paroles et des actes » j’attendais beaucoup de cette rencontre de François Fillon avec la France.

Sachant que Martine Aubry devait apporter sa contribution au débat, j’espérais qu’enfin je pourrais y voir plus clair et décrypter les actes possibles au delà des paroles et en quoi ces actes se différenciaient.

Je n’ai pas un préjugé favorable envers Martine Aubry et pour cause, mais j’ai pour habitude de dissocier mes sentiments de ce que je considère pour de la raison, du moment que celle-ci s’alimente de faits. J’étais donc décidé à l’écouter sans idées préconçues.            

J’ai, d’autre part, un profond respect pour François Fillon en raison de son pragmatisme et de son honnêteté qui, malheureusement, à tourné à la naïveté, en particulier devant le piège tendu par Martine Aubry concernant Marine Le Pen.

Le rejet de Marine Le Pen et de ses électeurs par l’UMP est une faute lourde de conséquences. François Fillion est, lui aussi, tombé par deux fois dans le piège de Martine Aubry : Diabolisation de MLP, procès du discours de Dakar et refus de la proportionnelle. Elle pense ainsi être parvenue à priver Nicolas Sarkozy du vote FN au second tour 

Ce fut d’ailleurs sa conclusion en fin de débat : «  J’ai la réponse que je suis venue chercher ».

Enfin, Martine Aubry avec l’aide de David Poujadas, qui lui a aménagé des « respirations »,  semble avoir réussi  à faire penser que TOUS les problèmes de la France sont liés à un gouvernement en place depuis 2007, alors que les problèmes actuels sont la conséquence de l'inaction, de l'incompétence et souvent de la corruption de notre classe dirigeante depuis plus de 30 ans, qu’elle soit de droite comme de gauche !

Martine Aubry a réussi à éviter un vrai débat de fond dans le registre économique, déjà, la semaine dernière, le malaise de François Hollande sur ce sujet face à un Alain Juppé lui même mal à l'aise n'avait pas permis de nous éclairer sur les différences entre les deux candidats.
Un échange raisonnable et constructif entre opposants était pourtant possible. Mais  Martine Aubry, comme François Hollande, sont incapables d'écouter leur interlocuteur et surtout de l'entendre.

C’est une des « grandes erreurs », ou plutôt une faute lourde, du début de septennat de Nicolas Sarkozy qui, par sa main tendue aux socialistes et sa "Grande Ouverture Ministérielle", crut naïvement, ou fit semblant de croire, qu’ils soutiendraient ses réformes dans l’intérêt de la France.

Bref je pense que Martine Aubry a gagné des points dans cet « échange ». François Fillon a plutôt semblé "courir après " elle : "mais nous sommes en train de le faire " et "nous allons le faire».

Globalement, j’ai le sentiment que l’UMP et le PS c’est "bonnet blanc et blanc bonnet". Ces deux partis, et leurs représentants, sont prisonniers d’un système qu’ils ont contribué alternativement à construire… 15 ans chacun, comme l'affirmait Alain Juppé…

Ils ne sont plus crédibles. J’en reviens après ce débat à ma réflexion première : « Si vous êtes le problème vous ne pouvez pas faire partie de la solution ».

Il semble qu’il y ait là une incapacité « congénitale » à regarder en face les contradictions fondatrices de nos difficultés, comme l’immigration, la dette, le protectionnisme ou le capitalisme financier.

Ils n’en finissent pas de se battre avec l’idée qu’ils disent se faire des déficits, de la croissance anémique et du chômage qu’ils combattent avec leurs préjugés, leurs dogmes et un moral de perdant.         

Et pourtant ils savaient ! Ils savaient pour la dette publique, ils savaient pour l’Europe, ils savaient tous, y compris les plus « jeunes »,  depuis au moins 10 ans. Ils savaient qu’il ne fallait pas désarmer les Etats Nations sans qu’une Europe politique ne se mette en place, ils savaient qu’il ne fallait pas créer une monnaie « unique » sans Etat et une banque centrale sans gouvernement, ils savaient que la dette ne servait qu’à financer leur modèle social « impossible ». Ils savaient depuis 1973 et ils ont menti depuis le début et ont continué à mentir pour servir les intérêts de leur camp et de leur classe.

Ils nous mentent depuis quarante ans… au moins ! Comment peuvent-ils encore solliciter nos suffrages ?     

A présent, il est important de pouvoir comparer l'ensemble des programmes et pas seulement ceux des deux partis majoritaires dans les sondages...

La semaine prochaine, David Poujadas recevra, à nouveau Marine Le Pen qui essuya les plâtres de l’émission. C’est avec une grande curiosité que je comparerai son évolution.

Il faut dire qu’elle était tombée dans un vrai traquenard, en particulier avec Laurent Joffrin et Caroline Fourest.

Il ne lui sera probablement rien évité, mais elle a la peau dure, les dent longues et elle sait nager.

Ceux qui se trouveront face à elle auront intérêt à bien préparer leurs interventions. Elle ne leur fera pas le moindre cadeau, car elle se sait la seule alternative à la pensée européiste, mondialiste et qu’elle est le porte-drapeau des ouvriers et des classes moyennes qui attendent d’elle autre chose que les « belles et creuses promesses » de ses concurrents !

Francis NERI

03 01 12        

http://semanticien.blogspirit.com

15/01/2012

Le pays du père

Mon père me disait, avant que je ne parte pour l’Algérie : « Francis pour être véritablement un homme, il faut avoir fait la guerre aux malfaisants. Tu vas la faire, mais vérifie bien que tes adversaires soient des malfaisants. Ne te laisse pas embobiner. Le malfaisant n’est pas toujours celui que l’on croit. Ensuite, il te faudra faire un ou deux enfants, mais pas plus, il faut pouvoir les élever. Et puis tu planteras au moins un arbre, la planète va en avoir besoin. Après tu peux écrire le livre de ta vie et aller jouer à la pétanque » 

Je n’ai pas encore planté d’arbres, mais çà va venir. J’attends tranquillement qu’un de mes fils achète une maison avec un grand jardin, moi je n’en ai pas les moyens ! Et puis,  je ne vais pas échapper à mes responsabilités : j’ai des choses à dire et je vais le faire ! Alors s’il y a un « arbre » que je ne vais pas manquer de planter en abondance, c’est celui de la liberté de penser, de s’exprimer, d’émettre des opinions et de les proposer à d’autres pour en discuter.

J’avais bien, commencé avec mon blog et quelques manuscrits que des éditeurs me retournèrent avec une grande politesse.

Pour le livre, très cher père, lassé d’envoyer des manuscrits, j’en ai édité un à compte d’auteur : « Les chemins de l’avenir » Tu aimais la fiction, il a du te plaire !

Les autres resteront des manuscrits. Mes petits fils les liront peut être !

Pour ce qui concerne mon blog c’est une autre affaire. Il me libère depuis maintenant presque 7 années de la frustration qu’un « écrivain », ou un chroniqueur, éprouve quand il n’est pas lu. Tout allait bien avant qu’une certaine Martine Aubry et son « pro- islamiste » de mari viennent envahir mon espace privé et me poursuivre en justice.

En première instance, çà allait encore, mais en appel, les hackers me font la vie dure et pas seulement à moi. J’ai la plus grande difficulté à y accéder et ils m’ont interdit de commentaires. Mes amis n’osent plus trop s’y aventurer. Les petites phrases inconvenantes de nos conversations privées y sont littéralement traquées par les Fouquier-Tinvile du Web !                

A titre d’exemple, je vous en communique deux qui représentent bien l’idée que le peuple de France se fait de ses dirigeants et l’impasse dans laquelle ils nous poussent.

L’un d’eux exprime la résignation, l’autre une certaine forme de révolte.   

Ils concernent ma dernière chronique : « Mal pensants ». Tout deux ont bien compris que je me rangeais dans le camp de ces derniers et même dans celui des « réactionnaires », des « déconstruteurs ».

La liberté consiste à s’affranchir de ce que l’on « devrait » être et mon cher père m’a apprit à ne pas être un « bien pensant ». 

Le premier :

Tout cela ce ne sont que des paroles... et les solutions ou propositions pour arrêter le processus?

Personne n’a le courage de réagir à haut niveau. On propose même d’intégrer l’islam au concordat !!!

Merci de ne plus m’envoyer de mail. Je n’ai plus envie de lire ce genre de littérature. Je sais ce qu’il en est depuis longtemps mais nous nous réveillons trop tard. J’espère que mes enfants ne payeront pas les conséquences.

Evelyne

Le second :

Mais si ! Le grand régulateur est là et n’a pas d’états d’âme. La surpêche s’arrêtera quand le poisson deviendra rare. La surpopulation aussi quand les guerres, les épidémies et tous les cataclysmes naturels feront le nécessaire.

N’envoyez plus de nourriture aux Somaliens, envoyez leur des cartouches d’AK 47..Cela revient au même et va dans le bon sens.

L’Iran veut une bombe atomique? Et alors? Voila ce qui va accélérer sa disparition.
Les exportations ruinent notre économie: fermons nos frontières et taxons les transports maritimes et aériens qui ne sont pas à leur vrai prix. Refoulons tous les immigrés et fils d’immigrés, maintenant formés pour mettre en valeur leurs pays d’origine.

Laissons à l’insouciance africaine le choix entre la capote anglaise et le sida: C’est leur problème...Pas le nôtre.

Nous avons des jeunes chômeurs? Pas d’indemnité tant que l’armée la police Etc...recrute.

Tout est simple...Il suffit de savoir dire non et de s’y tenir.

François

Ah ! Qu’on en finisse vite avec cette histoire en appel de Martine AUBRY qui est pour bientôt. Que se lève la chape de plomb qui lentement mais surement obscurcie notre horizon.

Il s'agit ni plus ni moins que de défendre notre liberté d'expression contre le terrorisme de la pensée. La question en effet n'est pas de savoir si Martine est ou non pro islam, alcoolique ou si elle est homosexuelle.

La question est de savoir si nous avons le droit d'en discuter, ainsi que des incidences possibles puisque cette personne est candidate à la magistrature suprême.

Francis NERI

15/01/12

01/01/2012

La pensée totalitaire

Le dernier commentaire de l'année !

on m'a conseillé de lire vos commentaires...et j'en ressors dégoûté. Tant de haine ponctué de fautes d'orthographe incroyables pour quelqu'un qui se réclame d'une "élite" ! Vos analyses valent ce que valent toutes les opinions et ne sont pas LA vérité, chacun ayant la sienne et le monde pullule de "yakas et de "fokons". Vous avez de la chance d'être en démocratie, et pouvoir vous exprimer avec tant d'emphase et tant de liberté...vous n'y allez pas avec le dos de la cuiller ! Par contre, vous vous situez bien et vous vos y accrochez sans prendre de recul aucun. Je trouve indigne que vous receviez des chèques, pour vous "défendre"...alors que si vous êtes si "misérable", vous pouvez bééficier, même chez un avocat de renom, bénéficier des A.J. ! proportinnellement, bien sûr, à vos revenus..Vous devriez rougir de honte de mendier ainsi la "pitié des autres, alors q'uil ya 8 millions de gens qui viven au-dessous du seuil de pauveté : ce qui n'est pas votre cas.

Écrit par : guy | 29/12/2011

Bonjour mes amis,

Voilà, nous entrons dans cette nouvelle année que la plupart d’entre nous appréhendons avec une certaine angoisse, mais aussi une grande détermination à reconquérir la maîtrise de notre destin. Ce dont je « nous » souhaite.

Je dis bien la plupart d’entre nous, car « certains » de l’élite fortunée et à l’abri de tout besoin, ont triplé leur fortune depuis 2008. Date, paraît-il du « début » annoncé de la crise. Début que pour ma part je situe en 1973. Ce que je rappelle en tout innocence à ceux qui, décédés ou pas, en sont co-responsables. Pompidou, Bouygues, VGE, Chirac, Barre  et quelques autres de leurs complices de gauche : Mitterrand, Maurois, DSK, Fabius, Jospin, Aubry, Hollande, Lang etc.       

Vous avez probablement noté comme moi que les prix s’envolent dans l’industrie du luxe. La vente des villas et des appartements de standing défie la crise et s’élève à des niveaux jamais connus. Les acheteurs sont des « bobos » de gauche comme de droite, qu’on se le dise et qu’on le garde en mémoire. Ne soyons pas dupes, leur complicité est évidente.

Comme vous le savez l’accès aux commentaires sur « mon » blog m’est interdit. Je n’accuse personne, mais suivez mon regard !

J’ai choisi le dernier pour le commenter à partir de cette nouvelle note.

Il est symptomatique de l’ignorance crasse des sympathisants de Martine Aubry, de François Hollande et de la gauche en général.

Au delà de la « prose » de Guy, à l’identité plus que « douteuse », qui incarne l’ignorance, la bêtise et la méchanceté de la « gauche »,  se révèle l’ADN gauchiste. ADN qui trouve sa source dans le totalitarisme communiste dont il est impuissant à se débarrasser et qu’il conjugue sans le moindre remord avec le totalitarisme nazifiant et l’islamisant.

A partir de là, nous comprenons pour quelles raisons, le fait de ne pas être d’accord avec eux suscite autant de détestation et d’insultes.      

J’en tire pour conclusions qu’il serait vain de débattre de l’avenir de notre pays avec des socialistes comme Martine Aubry, François Hollande et leurs partisans.

Leur enfermement idéologique, la certitude qu’ils ont de détenir la « vérité » pour toute l’humanité les rend extrêmement dangereux.

Une vérité dont ils s’octroient la maîtrise et qui les transforment, systématiquement et régulièrement, en « savant fou » producteur de désastre, de barbarie et d’immondices.

Le socialisme de François Hollande et de Martine Aubry  est l’exemple de cette « banalité du mal » qui veut se faire « bien » alors que le monde n’est « vivable » que si les hommes savent encore établir une « continuité » entre les hommes du présent et ceux du passé.

Bref qu’ils ne renient pas leur mémoire.

Pour ma part, je ne saurais choisir pour « amis » que ceux des personnes, des idées et des projets qui tiennent compte autant du passé que du présent, du contexte, et qui savent appréhender l’avenir et le construire sans haine revancharde et sans violence.

Les socialistes et leurs leaders nihilistes comme François Hollande et Martine Aubry me sont devenus totalement « étranger » et à tout jamais, c’est à dire pour ce qu’il me reste d’existence, un peu à la manière de « L’étranger » de Camus.

Je souhaite vivement que la droite, une fois encore, ne tombe pas dans le piège de la « politique de gauche » comme le gouvernement actuel, nous ne les avons pas élus pour cela. Pour commencer, à droite, les « mots, les opinions et les comportements qui blessent doivent être honnis. » Il faudra se retrouver après le premier tour une fois François Hollande éliminé.

Dans cet objectif, heureuse et bonne année mes amis !

Francis NERI

01/ 01/12