Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2015

Charlie Hebdo

L’émotion laissant progressivement place à l’analyse, il est temps d’observer l'Evènement Charlie Hebdo avec un peu de recul.

Socialement, l’analyse systémique consiste à se représenter un individu, un groupe comme un système, orienté vers un but et en interaction dynamique avec d’autres systèmes- individus, d’autres groupes-systèmes qui forment des ensembles-systèmes (les nations).
Ces nations-systèmes sont elles-mêmes orientées vers un but et en interaction dynamique …de plus en plus dynamique et de moins en moins orientées vers un but commun.
Pour se faire une idée (prospective) de ce qui se passe ou de ce qui peut se passer si nous laissons les interactions se dérouler sans régulation et sans contrôle, nous devons observer les interactions et les rétroactions entre les systèmes, distinguer celles qui « chauffent » les systèmes et risquent de les faire exploser.
Nous aurons alors une chance de pouvoir agir en amont d’un événement pour le prévenir. 
Ce qui peut paraître complexe à réaliser pour un individu isolé est accessible pour un groupe, aisé pour une nation et enfantin pour un « ensemble » mondial surfant au sommet des nations.

Appréhender correctement « ce qui se passe » permet d’agir pour ne pas réagir !

Pour ce qui concerne l’événement « Charlie hebdo » ce ne fut pas le cas. Il était aisé même pour un individu isolé de « prévoir » qu’une telle tragédie allait se produire.
Nous pouvons donc légitimement nous demander pour quelles raisons le pouvoir actuel a laissé se dérouler l’événement sans intervenir en amont pour le stopper alors que l’issue était prévisible ? Et même constater qu’au final c’est à lui qu’il profite !
Et ce constat est terrible !
Le pouvoir actuel n’a probablement pas « organisé » cet événement mais nous pouvons penser non sans inquiétude qu’il l’a laissé s’organiser et qu’il l’a géré avec habileté et à son avantage.

La cote de popularité du président augmente de 21 points, et celle de Manuel Valls, de 17 points. Elle va atteindre des sommets…il ne leur reste plus qu’à durer et nous faire oublier le chômage, l’économie à la traîne, l’insécurité, le désastre de l’UE, la mondialisation prédatrice etc…

Et remettre çà en 17 !

Sommes-nous tous d’accord ?

Francis NERI
22 01 17

10/01/2015

Charlie

Non je ne suis pas Charlie ! Je ne valoriserai pas un journal, nihiliste, soutenu par libération, le monde et toute la planète gauchiste dont la suffisance et la fausse vertu vaut bien celle de droite.

Non je ne tomberai pas dans le piège de cette marche « républicaine » de Dimanche. Une marche qui n’a pas d’autre objectif que celui de redorer le blason de ceux qui depuis 40 ans nous trompent, nous mentent et nous abusent.

Non je ne participerai pas à cette marche qui ne ferai que légitimer le pouvoir chancelant de François Hollande et donnerai une nouvelle chance à Nicolas Sarkozy.

Non je ne renoncerai pas à démasquer ces hypocrites : Hollande et sa clique en tête, qui visent les élections de Mars et pour cela caressent l’Islam dans le sens du poil en profitant de manière abjecte de la mort de nos concitoyens dont ils sont responsables au premier chef. Oui responsables et coupables pour avoir laissé prospérer l’Islam en terre de France.

Non, traquer la suffisance et la fausse vertu n’est pas l’apanage de Charlie hebdo, nous avons nous RESISTANTS plus que tout autre devoir la volonté d’écarter sans pitié les faux prophètes, tenir la pensée collective loin des normes encagées et nous détourner des séductions doucereuses des bien pensants de l’UMPS qui sont en réalité les plus retors des malveillants.

Rien ne pourra, hélas, effacer les années de carence de l’Etat UMPS face à la montée de l’Islamisme. Ils sont, droite et gauche confondues, au même niveau d’incompétence et peut être, au moins, de complicité passive. L’attaque de Charlie hebdo peut le laisser penser. En effet il est proprement incroyable que des individus repérés depuis si longtemps aient eu toute liberté pour s’organiser, s’armer, et commettre de tels méfaits sans que nos services en soient informés.    Notre combat pour la France et les Français ne fait que commencer et il ira à son terme après avoir éliminé du pouvoir ceux qui n’ont plus aucune légitimité à y rester.

Francis NERI

10 01 15      

05/01/2015

La France

« La France avait pris l’habitude depuis le 17 e siècle et, plus encore depuis la révolution française, d’imposer ses idées, ses foucades mêmes, sa vision du monde et sa langue, à un univers pâmé devant tant de merveilles.

Non seulement elle n’y parvient plus, mais elle se voir contrainte d’ingurgiter des valeurs et des mœurs aux antipodes de ce qu’elle a édifié au fil des siècles. Nos élites politiques, économiques, administratives, médiatiques, intellectuelles, artistiques, héritières de mai 68 s’en félicitent. Elles somment la France de s’adapter aux nouvelles valeurs.

Elles crachent sur sa tombe et piétinent son cadavre fumant. Elles en tirent gratification sociale et financière. Elles ont désintégré le peuple en le privant de sa mémoire nationale par la déculturation, tout en brisant son unité par l’immigration. Toutes observent, goguenardes et faussement affectées, la France qu’on abat ; et écrivent, d’un air las et dédaigneux, « les dernières pages de l’Histoire de France ». Ce vaste projet subversif connaît aujourd’hui ses limites. Le voile se déchire. Il est temps de DECONSTRUIRE les DECONSTRUCTEURS. »

Eric Zemmour

Certains amis me demandent : «  Comment faire pour aider Zemmour ? »

Je répondrais volontiers que Zemmour n’a pas besoin de notre aide, juste de notre soutien en le manifestant, et surtout en diffusant ses écrits, en les commentant, en expliquant au peuple de France comment déconstruire les déconstructeurs.

Zemmour voyez-vous nous dit le « pourquoi » nous allons mal et pour quelles raisons nous en sommes arrivés là.

La meilleure façon « d’aider » Eric Zemmour c’est de dire comment nous allons nous en sortir, avec qui et avec quels moyens nous allons RECONSTRUIRE.

A nous de jouer !

Francis NERI

05 01 15