Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2015

La complexité du monde

La complexité…est encapsulée.

La chercheuse et ethnographe américaine danah boyd (Wikipédia, @zephoria) rappelle que pour elle, l’internet était un “portail vers la complexe société interconnectée dans laquelle nous vivons”.
“Je regardais les activistes utiliser la technologie comme un levier pour connecter les gens d’une manière nouvelle, alors que les gens du marketing utilisaient ces mêmes outils pour manipuler les gens pour gagner de l’argent.
J’ai arrêté de croire alors que la technologie seule pourrait produire l’illumination”. “A mesure que les outils sont devenus plus populaires et se sont répandus, ce qui était en jeu n’était pas la réalisation des désirs idylliques des premiers développeurs, mais une complexité de pratique qui ressemblait plutôt au bordel de la vie quotidienne.”

Je pose la question : pourrons nous un jour « mettre nos cerveaux en réseaux » pour nous connecter « de manière nouvelle » et non pas au bénéfice des « activistes » ni de celui des multinationales de la consommation, du NOM ou encore des divers complexes militaro-industriels ?

Francis NERI
12 11 15

18/10/2015

Les Turcs

Reconfiguration stratégique du moyen orient nous dit une amie !!
Faisons plus d’enfants nous dit une autre !

Reconfiguration oui, stratégique je ne sais pas ...je vois là au contraire de dangereuses improvisations. Alors oui il y a probablement un "projet" global, déjà décrit par Yvan Illich dans les années 70 qui considérait la planète comme un village en cours d'uniformisation.
Mais je ne crois pas à un PLAN concerté car si cela était, nous serions déjà chez Orwell et depuis 84…dans le meilleur des mondes.

Par contre ils opèrent de plus en plus en cohérence et se tapent de moins en moins dessus et au final, l’oligarchie mondialiste s’arrange toujours sur notre dos.

C'est exactement cela qu'il faut signaler et combattre. Et c'est exactement cela que nos "zélites" font semblant d'ignorer et pourquoi ? Parce que la Turquie c'est 78 millions de consommateurs dociles et de travailleurs qui le sont également. De plus ils peuvent occuper le terrain, se préparer tranquillement au djihad et faire concurrence aux travailleurs Européens qui le sont beaucoup moins...dociles.

Faire trop d'enfants nous tue et tue la planète ...c'est tout ET si les peuples civilisés font moins d'enfants ce n'est pas pour être envahis par les enfants des barbares, qu'on se le dise.

Bientôt 78 millions de Turcs pourront entrer chez nous sans visa ? Autant dire qu’ils sont donc de plein pied en Europe …et le reste suivra …les 2 millions de réfugiés syriens pour lesquels nous allons payer trois milliards pour qu’ils restent en Turquie ; c’est du délire !

Ce qui démontre à l'évidence que Les pays de l'Union Européenne sont bien à la solde des multinationales et des financiers A-nationaux.

Mais « ils » sont devenus fous … il faut les arrêter et vite !

Francis NERI
18 10 15  

04/07/2015

Social-démocrate

« Ceux qui me lisent, et me comprennent savent ce que je pense de la social-démocratie ».

Elle s’apprête à mourir en paix tranquillement dans son lit écrivait Eric Zemmour dans un article du figaro le 16 mai 2003. Elle a rempli sa mission, intégré, embourgeoisé, nationalisé la si dangereuse et si malheureuse « classe ouvrière ». Elle avait civilisé le capitalisme. Elle était libérale, elle était libertaire. Le capitalisme applaudissait ses nouveaux consommateurs.
Pendant ce temps là, la révolution battait son plein. La vraie. Celle du capitalisme. Mondialisation, financiarisation, informatisation, médiatisation.
Le capitalisme bouleverse la sociologie, qu’il avait lui même inventée entre ouvrier, classe moyenne et bourgeoise.
Zemmour cite Henri Weber : « La tension entre smicards et Rmistes n’est pas une vue de l’esprit »
En clair poursuit il, les ouvriers français reprochent à la gauche de ne pas augmenter leurs salaires pour ne s’intéresser qu’aux « exclus » surtout quand ils sont arabes.
La social-démocratie croyait avoir enfermé le capitalisme dans la cage dorée de l’Etat nation surveillé par le suffrage universel et les régulations de l’Etat providence. Il s’évade, le capitalisme, se rit des frontières …et des ouvriers enfermés à l’intérieur.

Les socialistes affirmaient que l’Europe était la protection contre les ravages de la mondialisation.
L’Europe s’est révélé le cheval de Troie du capitalisme. Pour elle le socialisme a abandonné ses plus précieux outils de régulation et de contrôle : armes monétaires, budgétaires, fiscales etc.

Et, implacable, Zemmour poursuit : « Les socialistes s’horrifient de la sauvagerie des cités, après l’avoir longtemps niée, en rendant responsables les inégalités sociales provoquées par le capitalisme nouveau style. Ils oublient que c’est aussi le prix à payer pour cette société multiraciale qu’ils nous vendent depuis 20 ans.  Société au sein de laquelle se mêle la haine et l’admiration, la honte de soi et l’envie de l’autre, ou oubli de soi et meurtre de l’autre est décuplé.
Mais la gauche à toujours préféré le mensonge romantique à la vérité romanesque.
Et le résultat est cruel…la gauche se met à rêver d’arracher aux mains américaines les grandes machines financières comme le FMI, mais ce n’est que la « gouvernance mondiale » si chère à Chirac et Raffarin.

Tiens …tiens… le début de l’UMPS ?

Et quand nous pensons que les « Français » ont encore voté pour ces individus …ce serait à désespérer s’il n’y avait pas de plus en plus de « Zemmour » pour éclairer le chemin.

Francis NERI

04 07 15