Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2018

Indigènes

Le prof d’histoire nous a emmenés voir le film « Indigènes ».

- Et voilà ! M’aurait étonné que tu coupes à ce pur film de propagande.

- les Arabes ont été enrôlés dans l’armée française ou pas ?

- Non, ils n’ont pas été enrôlés, ils se sont engagés.

Ils ont été des sortes de mercenaires à notre service. Les Maghrébins ont un tempérament guerrier. Ils aiment se battre.

Fut un temps, les Suisses se mettaient au service d’armées étrangères dont françaises. Beaucoup y ont aussi laissé leur peau. Ils n’en font pas tout un plat pour autant.

- Mais ces Arabes, engagés ou pas, ont héroïquement payé de leur personne pour la France.

- Oui, c’est vrai. Mais ils n’ont pas été les seuls. Sais-tu qui furent les plus nombreux, en pourcentage, à s’être battus pour libérer notre pays ?

- Non, mais je sens que je vais le savoir.

- Les Pieds-noirs, ces éternels oubliés de l’Histoire. Ils ont été environ cent soixante dix mille pour une population d’un million, autant que les Arabes pour une population d’environ... 25 millions, soit 25 fois plus nombreux que ces derniers en pourcentage.

Le fait est que dans les combats décisifs qui ont opposé l’armée française à l’allemande en Italie, ce sont surtout les Pieds noirs qui ont payé de leur personne sans se rembourser en viols de femmes, d’hommes et d’enfants sur la population italienne comme l’ont fait les Marocains ainsi que le montre le film italien tiré du roman de Moravia : la Ciocciara avec Sophia Loren. - Un roman, un film, ça peut raconter et montrer n'importe quoi. Tu l'as dit toi-même.

- Oui, sauf que les journalistes et d’autres témoins en avaient parlé bien avant, peu de temps après les faits, qu'un monument à la mémoire des victimes a été dressé dans la région où ont eu lieu ces viols et que les victimes elles-mêmes ou leur famille ont demandé à l’Etat qu’il exige des réparation des sévices subis. D’ailleurs les Marocains ont laissé un souvenir épouvantable dans la région. Est-ce que le film montre tout ça ?

- Non !

- C’est ce que je te disais : pur film de propagande.

- N’empêche qu’on y montre au moins que les Maghrébins ont combattu à nos côtés, ce que la plupart des gens ignorent.

- Mais on ne l’a jamais caché ! Au contraire !
De mon temps, à chaque 14 juillet, on faisait défiler un détachement composé de soldats issus des colonies, et figure-toi que c’était les plus applaudis !

Tu vois comme la France était raciste !

Et puis l’indépendance venue, ces hommes ont cessé de défiler dans un pays qui n’était plus le leur. Rien de plus logique. Quoi qu'il en soit, en pourcentage de tués, les troupes arabes en ont eu 5%, les troupes françaises de métropole 5,3%, et les troupes Pieds-noirs, 5,8%. C'était extrait d'un PDF nommé "L'Assassinat de la France raconté à ma petite-fille", d'un auteur dont le pseudo était "Antigone". Le PDF a été retiré, peut-être parce que l'auteur veut publier.

Il semble que la France commence à s'exprimer.

Mieux vaut tard que jamais, mais ça fait tout de même une génération perdue pour nous, et une gagnée en face avec les 100 000 arrivées par an et les naissances sur notre sol de "Français" qui n'ont pas forcément envie de le rester quinze ans plus tard, mais n'en ont pas moins la capacité de nuisance comme s'ils appartenaient à la nation alors qu'ils n'en ont que la nationalité.

 

François Paganel

08 11 16

15/02/2018

Une société systémique

La démocratie, la liberté d'entreprendre, le marché et le libre échange ont besoin d’un État fort et souverain pour les protéger, les réguler, les contrôler et en permanence remédier aux écarts.

Nous occidentaux sommes devenus totalement pessimistes à l'égard de la possibilité d'un progrès d’ensemble dans les institutions démocratiques.

Nous pensions avoir renvoyé dos à dos la droite militaire, autoritaire, jacobine et la gauche socialo-communiste et totalitaire.

Nous pensions hier encore que la démocratie libérale était la seule aspiration politique cohérente qui puisse relier différentes religions et cultures.
Marx nous a vendu la société national- socialiste et socialio-communiste qui se sont effondrées avec Allemagne Hitlérienne et la Russie Stalinienne.

La société de démocratie libérale s'effondre avec les premiers chocs pétroliers et la crise des subprimes.

Si nous parvenons à éviter la déconstruction en cours, morale, éthique, culturelle, identitaire, à nous préserver d'un "libéralisme" prédateur et d'un islamisme destructeur, nous pouvons espérer une société systémique (ou le comment relier et agir dans un monde d'interdépendances).

Francis-claude Neri

15 02 18

06/02/2018

Démocratie : la fin ?

Je considère le nationalisme comme le véhicule de la lutte pour la reconnaissance et la source des plus violents conflits de notre temps.

La démocratie avait l’objectif de remplacer le désir irrationnel d’une nation d’être reconnue comme plus grande que les autres, plus forte, plus structurée, plus organisée, plus travailleuse etc… par le désir rationnel d’être une nation égale dans un monde égalitaire. 

Un monde aux nations égalitaires dotées de démocraties libérales devait connaître moins d’occasions de guerres, puisque toutes ces nations reconnaitraient leur légitimité mutuelle.
Ces nations se réservaient le droit et le devoir de faire la guerre à des Etats qui ne partageaient pas leurs valeurs fondamentales.

Ce fut le cas en Europe de l’Ouest et plus « globalement » en Occident. Le « calme libéral y est revenu » et le libéralisme consumériste prit son essor.

Mais le nationalisme y fut de nouveau en plein essor, en particulier au moment ou des pays de l’Europe de l’EST rejoignirent l’Ouest au sein de l’UE.

Il semble que ce soit en raison des promesses non tenues de la « démocratie libérale » Européenne.
DES questions se posent : le communisme est il vraiment mort ? La religion « structurante » peut-elle revenir en force … et LAQUELLE ? L’ultra libéralisme autoritaire, oligarchique également ?

Bref il semble que les démocraties « libérales » réussies, et rassemblées par cette réussite, ne peuvent le rester très longtemps.
Les contradictions internes, les pressions démographiques et immigrationistes, finiront par ruiner le système politique qu’elles constituent.
L’effondrement est en cours et semble à terme inévitable.

La question se pose du comment redonner sens à la « reconnaissance universelle et égale » et effacer les effets « niveleurs » de l’idéologie « égalitariste » de la révolution française.

C'est-à-dire à une société globalement régulée ET contrôlée au moins dans ses axes essentiels comme la démographie, l’immigration, la finance, l’économie …pour commencer. 

Francis-claude Neri
06 02 18