Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2016

Debout la droite !

Ceux qui ont écouté « France info » ce matin ont eu confirmation que le clivage gauche droite existait toujours et plus que jamais.
C’est l’intervention du maire socialiste du 4e arrondissement auteur du premier mariage gay qui le démontre.
Cet « homosexuel » commentait le massacre d’Orlando selon les schémas classiques de la gauche classique de l’excuse psychiatrique classique pour le tueur de Daesch et il cherchait la cause des causes qui selon lui remontait aux comportements des religions et en particulier des manifestations comme la « manif pour tous » qui en seraient le terreau.

J’ai aussitôt pensé au roman d’Orwell 1984 et au parti Océania avec son slogan : « Celui qui contrôle le passé contrôle l’avenir, celui qui contrôle le présent contrôle le passé »
C’est exactement ce que fait la gauche depuis 1968 et c’est exactement ce que laisse faire une certaine droite depuis la même époque.
Sauf que la droite n’est plus la droite puisqu’elle acquiesce depuis 1968 aux propos d’individus comme le maire du 4e
Il nous faut donc reconstruire la droite et l’Histoire est faites pour çà …notre histoire, qui est une arme, et une arme « d’éducation collective » comme l’exprime si bien Eric Zemmour .
Education ET Socialisation collective.
Il est temps de retrouver notre « roman national » et celui-ci n’est pas le roman national d’une minorité de gays et de lesbiennes. Ce n’est pas le roman national des envahisseurs islamistes qui ont intérêt à quitter au plus vite notre territoire avant que « La droite » reprenne les choses en main pour éduquer et socialiser les générations nouvelles dans l’amour d’une France glorieuse, belle et souveraine.
Pour cela il nous faut « déconstruire ces déconstructeurs », en particulier de gauche, qui nous ont imposé leur vision d’une histoire multiculturelle, mondialisée, une histoire de minorité, de victimes officielles et éternelles, une histoire de détestation de la France.

Debout la droite ! Et faisons l’Histoire !

Francis NERI
13 06 16

01/06/2016

Sortir de l’euro

L’oligarchie européenne et mondialiste travaille sur la peur du retour en arrière, l’agenda du peuple n’est pas et ne devrait pas être le même.

Il est évident qu’une sortie de l’Euro, devrait s’établir sur la base d’1 € pour 1 franc, et il ne fait aucun doute que notre monnaie retrouvée subirait immédiatement une dévaluation sur Forex, temporaire et bien illusoire à terme.

Je suis un radical de sortie de l’UE, de l’euro, et de création monétaire par les banques privées. Beaucoup sont morts pour sortir de ce paradigme (Kennedy, Chavez, etc..), mais compte tenu de mon audience, je ne pense pas être menacé !!!

On nous enfume tellement économiquement, que j’en ai la nausée.

Après tout, même si je critique vertement le contrat social anglais, ils ont une livre sterling, et une banque centrale, qui leur a permis de nous surpasser…

Rétablissons les prérogatives de notre banque centrale, rétablissons le franc, rétablissons le pouvoir direct de la banque de France de créer la monnaie, et évitons ainsi, de nous astreindre à un prochain sauvetage des banques spéculatives par les CONTRIBUABLES, à hauteur de 10 000 milliards €, comme ce fut le cas en 2008.

Il y a 100 économistes dont 3 prix Nobel, qui considèrent que l’euro est une hérésie économique, et ils ont bien raison, comment conduire et gérer une monnaie sans en avoir le contrôle ?????

Patrick Escudié

01 06 16

31/05/2016

Relativité

La vision relativiste amène à voir la réalité avec toutes ses nuances et sa subtilité. Elle va plus loin que la logique Aristotélicienne, en envisageant un nombre illimité de cas possibles, et en évaluant chaque chose par rapport aux autres, et non en termes absolus. La même réalité peut être vue différemment, selon le point de vue de l'observateur...

C'est pourquoi nous devons essayer de voir les choses avec un point de vue extérieur à soi-même, et en regardant chaque situation sous plusieurs angles simultanément.

Un autre enseignement de la relativité concerne la causalité. Les humains ont souvent tendance à ramener les problèmes à une cause unique. Alors qu'en réalité, un problème a toujours de multiples causes, qui ont des degrés ou des niveaux d'influence différents. Certaines causes sont majoritaires et représentent 20 ou 30% de la causalité. D'autres causes, un peu plus nombreuses, "pèsent" entre 2 et 5%. Enfin, une myriade de "micro-causes" pèse moins de 1%.

Soyons donc relatif !

La carte n'est pas le territoire
La représentation que nous nous faisons de la réalité n'est pas la réalité elle-même. De même que la carte d'une ville n'est pas la ville elle-même.

Nous devons tenir compte du fait que la réalité est toujours plus complexe et plus riche que ne le suggère notre carte.

Ce principe a été rendu célèbre par Alfred Korzybski en 1933 dans ses travaux sur la "sémantique générale" et la logique non-aristotélicienne. En opposition avec Aristote pour qui le langage est un miroir fidèle de la réalité, Korzybski considère que le langage n'est pas la réalité mais une "carte verbale de la réalité". Ce principe est aussi illustré par Magritte dans son fameux tableau "Ceci n'est pas une pipe", pour montrer que l'image d'un objet n'est pas l'objet lui-même.

Méfions nous, Béziers est une carte de la réalité…à construire, ce n’est pas encore le territoire.

Au travail

Francis NERI
31 05 16