Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2014

De quoi Dieudonné est-il le non ?

Posted by Lucien SA Oulahbib on 28/12/2013

Il peut faire rire (Guillon s'éclate par exemple), comme Brasillach et Céline savaient écrire, sauf qu'il ne comprend "rien" et sans doute très bien, tout comme Soral, que 1° la place des Juifs en France n'a pas été volé aux musulmans ; (mais Dieudonné a arrêté en 3ème il paraît, la quenelle lui a bouffé ses neurones) il n'est donc pas possible de faire le coup de 61 comme le fait Stora en assimilant juifs et "envahisseurs" ; pourquoi pas OAS tant qu'il y est ? Les juifs ont occupé depuis des siècles les places que les nobles et les grands bourgeois refusaient : banquiers, intellectuels, musiciens, artistes…Puis les techniques de communication ont permis à ces métiers de décoller, Hollywood, le 33 tours, enfin la mondialisation ; pendant ce temps les contempteurs des richesses rejoignaient le camp des anti-juifs, quoique juifs aussi, comme Marx, Bakounine, et tous les divers anti-juifs pré-maurrassiens, tous ceux ne s'étant pas encore remis de la perte de sang bleu…

2°/ les juifs français soutiennent Israël parce que rien n'a été enlevé aux musulmans en 1947/48, bien au contraire, 80% de la terre juive étant donnée à une branche des Saoud par les Britanniques… Que les Arabes – qui étaient bien content d'envahir ce que les Romains avaient appelé "Palestine" pour punir les juifs de résister – n'aient pas pu, voulu, reconnaître le fait juif, Dieudonné et son double désormais siamois Soral, cachent que les Arabes le font par racisme et volonté de l'inférioriser, comme le noir (mais Dieudonné l'a oublié sans doute conseillé par Taubira) ne parlons pas du chrétien d'Orient et d'Afrique du Nord qui l'ont été depuis des siècles. L'islam, le vrai, pas celui vendu par Obama Hollande Dieudonné et Soral, est une doctrine raciste et totalitaire qui donne "sa paix" à partir du moment où l'on se soumet (islam). Rien de nouveau sous le soleil.

En même temps, il faut tenter de comprendre pourquoi Dieudonné se met du côté de l'islam (tout comme Soral) : ils partagent, tout comme les nazis, l'admiration envers une religion capable de fabriquer du fanatique et de l'envoyer se faire tuer à la moindre demande. Dieudonné en Calife ? Soral son Iznogoud ? Possible. Dans la guerre civile qui vient ils pourront être à la tête de milliers d'arabétisés allant au pogrom comme l'on va castagner du parigo… Il suffit d'attendre que Hollande redescende des nuées de chiffres, que Sapin s'émerveille à commenter comme s'il s'agissait d'un miracle.

Cela plaît parce que dans une société policée, faire le guignol, tirer la langue, fait du bien car Dieudonné comme le savaient si bien faire les cocos, dit toujours une bonne vérité entre deux conneries. C'est un bon tribun, et il sait surfer sur le vieux fond antisémite français transformé en antisionisme alors qu'en Syrie plusieurs millions de réfugiés attendent la terre promise et que jamais il n'y a eu autant de morts, bien pis évidemment que toutes les guerres arabo-juives réunies depuis des millénaires. Mais de cela il vaut mieux ne rien dire.

Dieudonné et Guillon qui le soutient en douce c'est donc de l'humour gras du gros rouge qui tâche quand il n'y a plus rien. Plus aucune querelle hormis cette quenelle. Suffira-t-il de remplacer un "r" par un"n" pour se hisser à la hauteur d'un Desproges ? Pas sûr…

27/12/2013

Les années terribles !

Nous sommes toujours en 1788 et la Terreur est de retour !

Vous avez sans doute déjà vu ce genre de titres pour des articles ou vidéos, mais je veux vous proposer ma version courte:

En 1788, les possédants dont le train de vie du roi ne tenait qu'aux prêts qu'ils lui accordaient ont décidé qu'il n'y avait aucune raison qu'ils ne prennent pas aussi le pouvoir sur lui.

C'était des industriels, même si l'industrie était encore très loin de ce qu'elle est aujourd'hui, des riches commerçants ou propriétaires terriens.

Ils décidèrent donc de renverser le roi afin d'assumer le pouvoir à sa place.
Évidemment, il leur fallait une légitimité pour faire une telle chose, alors après avoir forcé le roi, via la dette, à abandonner sa prérogative de fixer le prix du grain, ils en firent s'envoler les cours.

Le peuple, affamé par un pain désormais trop cher pour lui, se retourna contre son "chef", le roi.

C'était la "Révolution Française", qui n'a jamais rien eu de populaire et n'a jamais eu la moindre envie de liberté, d'égalité ou encore mieux de fraternité.

Aujourd'hui, les possédants de zéros sur des écrans, de l'autre bout de la planète et riches de planches à billets réelles ou fictives, ne voient pas de raison de ne pas prendre le pouvoir, puisqu'ils tiennent la dette.

Ce ne sont pas des industriels, des commerçants ou des propriétaires terriens: Ils se moquent de dévaster des pays entiers car leur revenu ne provient ni de la terre ni du travail. Une France réduite à une flaque polluée ne les dérange pas. Ils nous démontrent quotidiennement qu'elle ne les émeut pas non plus...

Ils décident donc, après avoir pris à nouveau l'aval par la dette, de faire monter les cours afin que les peuples, poussés par la misère, s'occupent de les mettre indirectement au pouvoir.

Cette "nouvelle révolution", qui ne manque pas de se parer du discours "des lumières" et "du progrès" malgré ses pratiques abjectes, prédatrices, sa  décadence et le retour en arrière radical qu'elle promet, va vers ce qui promet d'être la pire dictature jamais imaginée tant elle fait fi de toute écologie, y compris humaine.

Elle n'hésite pas à faire avancer l'islam radical ou à polluer les nappes phréatiques en "fraquant" [1]pour des gaz de vent boursier, à ruiner des industries et des peuples entiers pour une petit % de "rendement" en plus.

L'histoire s'écrit. Elle n'attend pas qu'on choisisse d'avoir envie d'en faire partie ou pas.
La question que nous devons tous nous poser, désormais, c'est celle du rôle que nous voulons jouer dans une telle page de l'histoire car nos petites décisions personnelles sont le seul rempart restant...

Jean Luc Potier

27 12 13



[1] "le fracking", méthode utilisée pour les gaz de schistes.

 

20/12/2013

La traitrise de la paix

Vous ne pouvez acquérir que les pouvoirs que vous êtes capable de concevoir.

Le pouvoir par : l’énergie, la compétence, le statut.

Prendre le pouvoir, c’est souvent la rencontre, la conjonction entre un homme, ou une femme, et un lieu, une date, un contexte

Un système se transforme, se refait à partir de ce qu’il est fait, de ses constituants de base. Il s’établit de nouvelles relations en interne comme en externe pour une meilleure adaptation à son environnement. Il peut grandir et se modifier en intégrant de nouveaux éléments à la condition que ces derniers soient compatibles avec les constituants de base. Dans le cas d’un rejet, les intrus sont soit éliminés par les anti-corps soit ceux-ci détruisent les constituants de base et c’est le « grand remplacement ».

C’est exactement ce qui nous attend avec l’immigration, en particulier musulmane : soit il y a assimilation, intégration, apport de méthodes ou de moyens mieux adaptés qui enrichissent le système,  soit il y a le « grand remplacement ».

Mais comme dans le second cas les anti corps ne se laisseraient pas faire, ce serait la guerre civile.

Pour ma part, je considère qu’il y a un bon moment que nos élites de gauche comme de droite ont renoncé à l’assimilation et choisi le « grand remplacement ». Les raisons en sont simples : nous étions un peuple indocile, résistant à la mondialisation dite libérale et au multiculturalisme. Un peuple qui ne voulait pas renoncer à ses acquis, à son histoire, a ses valeurs. Un peuple qui veut garder sa terre et ses racines, un peuple qui veut vivre, travailler et mourir au pays.

Ce peuple, Marine LE PEN l’a compris et elle seule peut rendre son « homéostasie », son équilibre à notre système, en mettant fin à l’action des prédateurs qui nous gouvernent. C’est un systémicien qui vous le dit, elle seule est en mesure de faire en sorte que le système ne se détruise pas dans une épouvantable guerre civile à la Libanaise, ce serait la fin, le « grand étripement »

Avec elle, faisons « le grand nettoyage », réveillons les « anticorps » faisons le tri parmi les nouveaux éléments et n’acceptons que ceux qui veulent vraiment apporter leurs « richesses » au système.  Rejetons impitoyablement ceux qui veulent en abuser et imposer des dogmes qui ont démontré ailleurs leur nocivité.               

Je hais la guerre,  mais il faut se méfier de la traîtrise de la paix pendant laquelle le mythe de l’égalité se répand, les hommes perdent leur dignité et leur combativité. Ils végètent et ils cèdent un jour leur sol aux envahisseurs.

Si nous ne réagissons pas ici et maintenant nous aurons la guerre …et le déshonneur en même temps pour avoir voulu une paix impossible.

Je conçois la vie comme un seul ensemble, cohérent et déformable, mais je suis aussi déterminé par mon héritage biologique ET social. Mes enfants et petits enfants le sont également et, je sais qu’ils prendront les armes à leur tour dans ce combat pour la survie de ce système qui a fait de nous ce que nous sommes et ma foi n’y a pas trop mal réussi …qu’on se le dise !

Francis NERI 

20 12 13