Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2014

Analyse systémique et communication III

Les systémiciens.

Nous sommes des personnes dont les problèmes de la communication dans différents domaines intéressent : managérial (ou organisationnel), pédagogique, thérapeutique.

Nous tentons une synthèse vaste et le moins abstraite possible à partir de données très concrètes.  

Nous nous intéressons et nous tachons de décrire la façon dont un message (une information), est créé et la façon dont il (elle) est reçu perçu, interprété, recréé par celui qui l’entend.

Nous constatons que dans chaque cas étudié plusieurs analyses différentes peuvent être considérées comme correctes.

L’analyse systémique nous aide à analyser un système, ses relations, ses interactions, ses rétroactions. Cette approche permet de discerner parmi les différents résultats prospectifs celui qui présente les meilleures possibilités d’émergence d’une situation managériale, pédagogique ou thérapeutique la plus stable possible et présentant, par conséquence, la meilleure solution de continuité de ce système.

Cette méthode permet de faire évoluer des systèmes vers des changements de type 2 c'est-à-dire qui se déterminent par rapport à un but, sont régulés et contrôlés. 

L’analyse minutieuse des attitudes et des comportements montre que les messages révèlent une grande quantité de matériaux inconscients dont le processus est primaire et relève des émotions.

Le port du voile islamiste témoigne ou résulte, sans doute, d’un intérêt sexuel et /ou de son refus puritain.

La notion de transfert doit également être prise en compte dans ce qu’il implique comme projection. Toute personne qui émet des signaux qui lui ont été « enseignés » le fait en supposant que le récepteur de ces signaux les comprendra, qu’elle est au même « niveau de communication » c'est-à-dire qu’elle lui « ressemble » psychologiquement, qu’elle est de même culture, de même identité etc.

La notion de projection est liée à celle de transfert. Quand je me projette (par un texte) sur facebook ou sur mon blog vers un « ami », je postule qu’il interprétera mon écrit comme s’il l’avait lui-même rédigé.

Qu’il est au « même niveau de communication ». 

Ce transfert projectif joue bien évidemment de façon prospective puisque je considère que cet ami agira dans le même sens que moi car nos représentations d’un évènement sont identiques comme nos attitudes et nos comportements.

Par exemple dans le contexte actuel, le Président François Hollande se projette en permanence sur les citoyens et comme il ne tient aucun compte du retour (fead back) que les Français lui adressent il risque de le payer très cher, s’il croit que nous allons le suivre dans ses « projections ».

Ce Président fait ce qu’on appelle, en matière de systémique, une identification. Il s’attend en effet à ce que nous réalisions des actions significatives inspirées du passé dans des circonstances qu’il croit similaires.

Il veut que nous réalisions des changements de type 1 c'est-à-dire faire toujours plus de la même chose. Il veut que nous l’imitions, que nous modelions nos propres actes sur les siens.
Ce que bien évidemment NOUS ne ferons pas.

De ce fait, la réponse que nous pourrions produire devrait lui donner une indication sur notre disposition envers ces propositions de gouvernance.
Si nous lui disons que c’est absurde et que nous n’y croyons pas un instant, il va penser que nous avons mal interprété son message, de manière plutôt bornée, que nous ne voulons rien entendre et il va vouloir le répéter sans cesse. 

Il ne sert donc à rien de démentir sa pseudo  « vérité » qu’il considère comme factuelle et incontournable. 

Une fois de plus je constate que le système n’est pour rien dans l’affaire de nos échecs ce sont bien certains hommes et certaines pratiques qu’il faut changer.

Qu’attendons-nous ? 

Francis NERI

24 01 14 

            

23/01/2014

Immigration

Immigration 

Facteur d’insécurité économique et sociale.   

Toutes nos espérances, tous nos efforts, en matière économique, financière, pour l’emploi, ayant trait au lien social, au maintien de nos institutions, à l’éducation, à la socialisation et à l’assimilation des migrants comme à ceux devenus Français souvent malgré nous, vont devenir impossibles, conflictuels et nous allons tout droit vers la guerre civile si nous ne stoppons pas l’immigration et ne revoyons pas très vite les conditions de son maintien sur notre territoire et en particulier le « droit du sol ».     

Alors que la pression migratoire s’accentue en France, les éloignements d’illégaux diminuent en 2013 !

Le droit d’asile conduit à ce que 40 000 déboutés par an viennent amplifier le volume des clandestins.

L’affaire Léonarda à mis l’accent sur l’incroyable complicité des associations dites « humanitaires » dont c’est  le fond de commerce et qui comme le dit Terra Nova l’immigration permettra à la gauche de gagner des nouveaux électeurs ! 

70 % des Français estiment qu’il y a trop d’étrangers dans notre pays  (enquête février 2013 : le monde).

Ces implantations représentent à présent un danger de plus en plus apparent et prégnant car les populations de quelque origine qu’elles soient ont tendance, à défaut de pouvoir s’intégrer et s’assimiler, à se coaliser autour des mouvements Islamistes qui agissent de plus en plus comme des sectes et qui recrutent au sein de toutes les ethnies et de toutes les cultures. La nature ayant toujours horreur du vide, ils s’emparent de celui laissé par nos valeurs et nos cultes. 

Les chiffres nationaux des éloignements de clandestins sont en baisse de 23 % en 2013.

Malgré les discours offensifs de Manuel VALLS, la PAF (Police de l’Air et des Frontières) signale que les démantèlements de camps de Roms ou de Bulgares n’ont fait que déplacer le problème. Ils se sont tout simplement installés ailleurs !

Et d’autres ont « récupéré » l’emplacement comme par exemple le camp de la Porte de la Chapelle à Paris.   

Le gouvernement prend il acte de ce désaveu des Français inquiets pour leur sécurité, leur emploi, le maintien de la qualité des services publics etc ? 

Bien sur que non !

La coupe est pleine et le pouvoir UMPS  responsable et coupable depuis 40 ans de cet état de fait doit à présent payer son incurie et sa malveillance sans plus tarder.

Nous n’avons plus de temps à perdre c’est à présent au peuple de France de parler et d’agir avant qu’il ne disparaisse sous une avalanche migratoire que nous sommes de plus en plus nombreux à dénoncer, mais que nos politiciens même les plus audacieux hésitent à s’emparer.

Seule Marine le Pen peut encore le faire ici et maintenant et à l’occasion des municipales montrer le chemin…il est grand temps !

Francis NERI

23 01 14    

 

19/01/2014

Education et socialisation

Depuis trop longtemps notre identité, nos fondamentaux culturels et cultuels sont foulés au pied et nous reculons devant la pression de cultures étrangères.

De quelque "chapelle" qu'il soit, un Maire à le devoir de reprendre  en main dans nos cités : l’acculturation, l'éducation, la socialisation et le principe d’assimilation.

Il en a les moyens, ne serait ce qu’en mettant fin à l’action pernicieuse de certaines associations gauchistes, dites « d’éducation populaire », comme les Francas, les CEMEA etc…Il suffit pour cela de couper les vivres à ces associations et aux Centres Sociaux dits culturels et de culture gauchiste bien évidemment.

Ils peuvent aussi le faire en s’opposant à la culture mortifère d’un système UMPS inspiré par des sociologues ou philosophes gauchistes comme Sartre, vainqueur hélas de Raymond ARON, ou Mérieux, ce dernier en tant que père du pédagogisme et des instituts de déformation des maîtres.

Le pédagogisme et l’IUFM, ainsi qu’un faux libéralisme qui n’a rien de libertaire, ont déstructuré depuis 1968 une quantité considérable d’élèves qui à leur tour sont devenus des enseignants conditionnés par cette sous culture consumériste qu’ils perpétuent.

Des « psychanalystes » délirants comme Françoise Dolto ou Lacan, et leurs « enfants rois » ont fait le reste !

Le résultat c’est qu’à présent le système à la Peillon est prêt à nous imposer la « théorie du genre » et comme toujours sous le prétexte de gommer les différences entre les sexes, mais en réalité d’aller toujours plus loin vers la fabrication d’un individu asexué, consommateur docile et interchangeable.  

Le système scolaire actuel n'est tout simplement pas le notre car l'éducation et la socialisation doivent être le fruit de ses trois pôles :

L’école, notre école,

La famille, notre famille,

La cite et ses institutions, notre cité et nos institutions sur lesquelles le pouvoir du Maire est considérable.
C'est en mettant ces trois pôles en cohérence et non pas en les opposant, en soutenant l’Ecole libre, en multipliant ses établissements, que nous remettrons de l'ordre au sein d'une Education nationale qui depuis mai 68 détruit la France que nous connaissons, que nous aimons et que nous voulons reconstruire.

Un Maire ayant de tels objectifs aura le soutien total des militants du FN/RBM et plus généralement de tout citoyen conscient de la destruction organisée et voulue de l’Education Nationale en France !

Des citoyens conscients qu’il s’agit tout simplement de sauver l’avenir de leurs enfants et de leur pays !

 

Francis NERI

19 01 14