Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2013

Que faire quand tout va mal ?

J'ai la chance d'avoir des ami (es) merveilleux (ses) qui savent trouver le mot juste pour décrire un événement, dépeindre une situation et emporter la conviction de ceux qui cherchent non pas la vérité mais la réalité qui nous est cachée, bref le jeu pervers de la manipulation des comportements et attitudes citoyennes .
Lyse Baylac est de de ces amies.. Elle nous engage avec humour à la lucidité, à mieux voir derrière les apparences, à relier des événements volontairement isolés et en tirer des conséquences  pour l'action.. Une vraie systémicienne...une de plus !
 
Francis NERI    

Comment s'y prendre quand on ne plait plus au Français ?
La recette est simple : jouer la carte de la victimisation.
Taubira est désavouée par le peuple ?
Soit ! On va dire au peuple que ce n'est pas bien de juger Taubira sur sa couleur de peau, sachant pertinemment que les Français la jugent sur son action désastreuse et sa gestion de la justice. Ce n'est pas grave l'important est de culpabiliser les Français.
Quitte à en faire la femme de l'année.
Ensuite on met en avant le courage de cette ministre déléguée à la famille en annonçant son cancer du sein. Quelle mère courage que cette Dominique Bertinotti qui malgré sa maladie a continué son dur labeur au service de la France sans rechigner. Certaines cancéreuses devraient en prendre de la graine au lieu de se lamenter. Car il fallait qu'un ministre prouve sa vaillance face à une terrible maladie pour montrer la voie à tous les autres malades qui ne font que s'écouter bien entendu. Le cancer n'est pas une maladie honteuse il faut oser en parler.
Oui enfin personne n'en a jamais douté et des milliers de personnes atteintes d'un cancer continuent de travailler et tentent de vivre normalement. Rien de nouveau sous le soleil...
Et puis il y a la "première dame" la marquise de Pompafric qui décide tout d'un coup qu'il n'est plus temps de se taire, désireuse qu'elle est de copier en tout son modèle, Danielle Mitterrand, vous savez la grande humaniste qui s'occupait de la pauvreté partout hors de nos frontières, oubliant qu'elle frappait certains compatriotes peu dignes d'intérêt. Il est certain que pour cette "grande dame" prendre le train pour récolter des pièces jaunes afin d'aider les grands malades lui passait au dessus de la tête. La cause Kurde était de loin bien plus importante.
Alors dans ce pays où le socialisme est devenu la sainte religion (pour ne pas dire la sainte inquisition) nous aurons bientôt un nouveau saint dans nos calendriers à célébrer.
La Saint Jérôme Cahuzac en mémoire de ce martyr sacrifié sur l'autel du capitalisme malgré lui.
Tout est merveilleux sur la planète PS...
 
 

20/11/2013

Le principe de réalité s’impose.

Par Ivan Smolensky

Excellent mon cher Ivan ! Un "point de détail" tout de même. Je ne suis pas persuadé que ce soit le "système" lui même qu'il faille changer. On ne change pas un système, mais on peut en modifier les relations et en changer les PRATIQUES. Par exemple la 5eme construite par et pour un vrai chef d'Etat est un système encore viable. Mais certains PRATIQUANTS en ont modifié les pratiques et les règles internes et ce à leur avantage et nous retrouvons en gros les pratiques des partis, celles de la 4eme, qui conduisaient à la paralysie de l'ETAT.

Notre objectif devrait donc avoir pour finalité première de renvoyer les pratiquants actuels dans leurs foyers (si le peuple leur en laisse le temps) et de remettre en place l'Etat et le peuple souverain dans toutes ses attributions et pratiques régaliennes !
J'ajouterai que si nous ne changeons pas nos attitudes et nos propres comportements individuels, nous n'irons pas très loin dans le changement

Francis NERI

§

Nul doute hier soir, la présence d'Hollande a été décisive, les faux bleus ont gagné, je dis faux bleus car il ne faut pas compter sur la grande majorité de ces joueurs pour porter le drapeau national ni chanter la marseillaise, non rien de tout cela, une équipe de foot, certes, mais surtout une équipe de petits milliardaires qu'on a dû motiver financièrement pour enfin gagner car c'est tout de même étrange de se faire battre sévèrement dans un premier match et d'obtenir dans le second un score de 3 à 0, comme si l'équipe adverse allait par avance concéder une victoire. Il y a tellement d'argent dans ce sport et de combines, mais faisons fi de toutes suppositions, pour moi ce n'est pas l'équipe de France qui a gagné mais une équipe et je ne me passionnerai pas pour les prouesses d'un Ribery ou d'un Benzema.

Mais que tout ceci vient à point pour masquer les vrais problèmes de la France qui ne sont et ne seront pas traités. Bien sûr il y a des choses plus importantes à faire : dénoncer le racisme, pas celui qui s'exerce contre les Français, non il est légal, continuer la politique d'intégration... dans le porte monnaie des Français où l'on puisera pour donner ailleurs, ouvrir un débat sur la prostitution : c'est tout de même un enjeu majeur par rapport au chômage et aux faillites d'entreprises.

Les vrais problèmes de la France vont pouvoir être relégués par les médias car nous allons avoir à parler de l'exploit de l'équipe afro-maghrébine, pensez la France qui gagne, la France socialiste, Flamby l'homme qui libère nos otages même ceux qui le font par eux-mêmes.

Enfin pour notre président de 15% de Français (combien de chances pour la France dans ce petit score?), quel soulagement? Arriver, un temps, à masquer ce que nous subissons et ce qui nous attend, c'est tout simplement miraculeux. Qu'il ne se réjouisse pas trop, l'heure du vrai bilan va sonner et l'année 2014 sera pour lui mais avant tout pour nous une année difficile.

La fin d'année marque toujours un tournant parce que pour beaucoup les réalités s'imposent. A-t-on un pouvoir d'achat à l'heure des cadeaux ? Va-t-on poursuivre ou arrêter son activité? A-t-on une chance de conserver son emploi? Sera-t-on plus en sécurité? Voilà les vraies questions qui se posent à tous ou tout au moins à ceux qui ne font pas partie des privilégiés, c'est à dire la majorité du peuple de France.
On pourra donc trouver tous les dérivatifs pour masquer la réalité mais elle s'imposera et avec elle la colère. Voilà ce que peut méditer Monsieur 15% mais aussi ses challengers de droite qui n'ont pas plus de solutions et qui n'ont pas plus d'outils dans la musette parce que pour changer les choses il faudrait changer de système et que celui-ci est verrouillé par la commission et les instances européennes. Le vrai pouvoir n'est plus ici et c'est ce système qu'il faut changer. La Gauche et la Droite n'en veulent pas de ce changement radical. Ils ne sont plus que les commis d'un ordre suprême qui impose tout.

C'est bien cela que nous devrons faire si nous voulons retrouver notre vrai pays, libérer les énergies, c'est bien changer de système et d'hommes.

Bonne journée et amitiés à toutes et à tous.

https://www.facebook.com/ivan.smolensky.3

15/11/2013

LA GRANDE OFFENSIVE EST-ELLE EN COURS ?

Un rapide inventaire des dangers qui nous menacent, y compris certains de nos « amis » sur les réseaux sociaux. Alors oui, restons vigilants, ne nous égarons pas, allons à l’essentiel et, si 80 % du projet de Marine nous convient pourquoi ne pas y adhérer ? Mais y adhérer vraiment, pas seulement y penser !

Un ami me disait récemment après avoir lu mon dernier post : Tu as raison pour Marine et je voulais voter pour elle et son candidat à Strasbourg, mais ma femme l’a entendu « parler sur les otages à la télé » et çà ne lui a pas plu …alors je ne sais pas ! »

C’est le moment de continuer à y penser mais aussi à s’engager mes amis…demain il sera trop tard !

Francis NERI    

LA GRANDE OFFENSIVE EST-ELLE EN COURS ?

Ce terme guerrier s'explique d'abord par le fait que nous venons de fêter 99 ans après la fin d'une grande guerre (et non un centenaire à la Hollande qui ne sait pas vraiment compter à croire que dans sa promotion de l'ENA ne se sont retrouvés que des cancres).

Comme à chaque fois qu'il se déplace, la rue se rappelle à lui par des sifflets. Il est vrai que lorsqu'on tombe aussi bas dans les sondages il y a lieu de s'interroger sur une légitimité car peut-on à ce niveau argumenter sur le fait de l'être par la voie démocratique.

Les constitutionnalistes diront qu'il l'est effectivement mais au niveau atteint la sagesse voudrait que l'on revienne aux urnes. Ce n'est pas la voie choisie et la seule réponse aux Français c'est d'envoyer les CRS et choisir la radicalisation qui conduit tout naturellement a établir un rapport de force totalitaire plaçant l'arbitraire comme seul moyen pour imposer une politique dont plus personne ne veut, y compris au sein du PS. Lorsqu'on en est réduit à ce type de méthode tout est bon pour casser une opposition. Or celle-ci s'exerce par les commentaires de Français qui ne sont pas tous de mêmes sensibilités et sur le plan politique par la seule opposition forte du seul F.N qui représente d'abord une alternative et un programme.

L'offensive du clan PS s'exerce donc par médias d'une part et par l'apparition sur les réseaux sociaux de personnages troubles qui se présentent d'abord comme des patriotes purs et durs, utilisant un langage souvent grossier, parlant de révolution, d'armes et de violence cherchant ainsi à capter d'éventuelles confidences d'opposants. Lorsqu'on pousse d'ailleurs l'analyse on découvre que ces personnages cachent d'abord leur date d'entrée (sur Facebook), leur profil et on découvre que ce sont de simples personnages de composition, des provocateurs un peu à la manière des éléments qui font parfois déraper de simples manifestations dans le but de créer la répression. D'autres se mêlent aux commentaires prétendant qu'il n'y a plus rien à faire, que tout est foutu et que le vote est inutile. S'adressant aux adversaires ce n'est ni plus ou moins qu'une cinquième colonne agissant précisément pour jeter le trouble chez ceux qui ne savent pas trop bien où aller, ceux qui à droite sont déboussolés. Ces faux amis sont partout à la fois et lorsqu'ils arrivent à pénétrer dans un compte, ils entrent en action, parfois de façon anodine pour ne pas éveiller les soupçons, puis ils glissent leur petit commentaire.

Je dois dire que tout cela est somme toute dérisoire face à une colère qui s'amplifie et face à des personnes qui n'hésitent plus ni à manifester ni à s'exprimer au grand jour. Cette façon d'opérer proche des services de sécurité communiste de l'ancien rideau de fer ne fait plus recette.

Cela sert toutefois à certains services pour mesurer les risques insurrectionnels mais chacun sait qu'une étincelle peut déclencher l'explosion.

On allume les contrefeux, c'est toujours le bon vieux racisme qui est ressorti, ce n'est guère payant aujourd'hui, pas plus que de désigner l'extrême droite. Lorsqu'on parle de racisme c'est évidemment celui qui s'exercerai sur tel ou telle personne en fonction de ses idées, de sa religion ou de la couleur de sa peau et on prend prétexte d'une attaque contre une ministre pour monter la mayonnaise.

Si cette personne focalise sur elle autant de haine c'est bien parce qu'elle ne défend pas l'identité française, ni ses racines, ni la vraie société traditionnelle et la couleur de sa peau n'est pas en cause pour la majorité des gens qui la critiquent.

Quant à parler d'extrêmisme c'est une plaisanterie lorsqu'on laisse libre d'agir des antifas ou des gens qui tiennent des propos de haine anti blanc.

Si racisme il y a c'est celui qui est fabriqué par cette gauche qui s'éloigne même de son propre électorat.

La pseudo droite n'est pas en reste non plus pour tenter de noyer le poisson et on peut voir certains commentaires de gens qui se qualifient de droite se plaindre du gouvernement et affirmer quelques secondes après qu'ils voteront pour un socialiste plutôt que pour le FN.

Ben voyons, pourquoi ne pas prendre déjà sa carte au PS, acheter un tapis et se préparer à la prière coranique.

Là aussi la grande offensive est lancée car lorsqu’on n’a rien à proposer, le mieux c'est de s'attaquer à son concurrent.

Que représente aujourd'hui cette droite? Elle souffre d'un manque d'idées pour l'avenir, occulte les vrais problèmes et se divise en clans qui se combattent : Fillon contre Copé, le mode muni qui nous ressort la girouette Bayrou, l'hypothétique Sarkozy, qui, s'il se représentait ne pourrait même plus compter sur les siens, d'ailleurs largement réduits puisque bon nombre de cadres et d'adhérents sont partis vers le Front National.

Si d'aventure il comptait revenir il serait battu encore plus largement car les méfaits de sa politique sont, hélas pour lui, trop visibles, l'éco taxe, le karcher, la trahison Européenne étant des sujets bien présent dans l'esprit.

Toutes ces grandes offensives apparaissent dérisoires dans une situation comme la nôtre et la toute dernière évoquée par le nommé Apparu ( un accord de gouvernement avec le PS) montre la parfaite connivence des deux frères ennemis qui n'ont pas encore compris le message de ce peuple.

Créer l'illusion ne servira pas à masquer l'échec de 45 ans de gouvernance sociale démocrate. Qu'en sera-t-il de toutes ces gesticulations? Personne n'en sait rien même si dans la coulisse chaque camp se prépare et on peut même supposer que des tractations sont en cours pour une fois de plus tromper les Français. Mais ceux qui prendraient ainsi des accords plongeront inévitablement avec le commandant du bateau à la dérive. La grande offensive masque la déroute mais aussi une situation dont nous risquons de ne pas nous remettre.

Je vous souhaite une bonne fin de semaine.

A bientôt!

Ivan Smolenski