Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2012

Une conception cyclique de l'histoire

Courriel à un ami avec qui j’ai manifesté contre le mariage homo.

 

Depuis l'effondrement incompréhensible de l'opposition, dû à une nouvelle guerre des chefs pour lesquels revenir au pouvoir n'est que l'occasion de satisfaire leurs ambitions et leurs plans de carrière, la donne politique a changé.

La droite semblait avoir échappé à l'implosion que lui prédisait Marine Le Pen. Ce n'est plus le cas. Jean François Copé et François  Fillon sont responsables d'un désastre dont nous n'avons pas encore pris la dimension explosive.

Les conséquences, compte tenu du contexte de crises multiples, font que les mauvaises nouvelles vont s'accumuler sans qu'il n'y ait d'opposition constituée au pouvoir actuel en déshérence.

C'est la raison pour laquelle nous devons faire l'unité, si nous voulons préserver nos valeurs judéo-chrétiennes, nos codes sociaux et nos pratiques et nous associer (co-organisation) à tous les  manifestants qui luttent contre  le mariage homo.

Mais ce ne sera pas suffisant.

Nous vivons dans un système global au sein duquel les interactions, rétroactions et les complémentarités ne peuvent plus être dissociées, traitées séparément.

Ainsi la lutte contre le mariage homo rejoint celle contre l'islamisation de la France et la substitution de nos populations, mais aussi la marchandisation de l'homme que l'on dénature, les multinationales prédatrices qui mettent en concurrence les ouvriers du monde entier, ceux enfin qui détruisent notre environnement à Notre Dame des Landes sans profit pour le peuple.

Nos élites ont failli. La droite comme la gauche sont incapables et impuissantes. Le pouvoir doit à présent revenir au peuple. Nous ne voulons plus de ceux qui sont responsables du désastre car ils sont LE problème, ils ne peuvent pas faire partie de la solution.

C'est en nous rassemblant sur ce qui nous unit que nous changerons le cours des évènements qui nous précipitent à l'abîme.

« L'histoire a peu ou pas de sens », affirmait Poniatowski, « une poignée d'hommes peut la déterminer pourvu qu'ils le veuillent ». Cet homme, ministre de V.G.E savait de quoi il parlait.

Nous sommes plus qu'une poignée : faisons l'unité, mettons en commun nos énergies, nos intelligences, nos moyens et occupons la rue, les institutions, les pouvoirs.

Disons :

-        oui au renouveau de nos valeurs, sociales, culturelles et cultuelles,

-        oui au renouveau de notre puissance industrielle, de notre économie, de notre Nation; 

-        oui à la préservation de notre environnement,

-        oui à la défense de nos libertés individuelles,

-        oui à notre influence sur le monde qu'il nous appartient de réguler et de contrôler en matière de production, de répartition des ressources et de l’usage que l’on en fait.

Disons :

-        non à la repentance,

-        non à la culpabilité,

-        non à l'invasion démographique

-        non à la mort programmée de l'Occident. 

 

Contrairement à nos  "politiciens" incapables de comprendre "l'intérêt supérieur" nous refusons de disparaître en tant que peuple issu d'une culture qui puise ses fondements dans sa mémoire plusieurs fois millénaire.

Mémoire et identité, c'est pratiquement la même chose. C'est notre mémoire et l’environnement qui nous ont déterminés et faits de nous un peuple différent des autres.

Nous ne sommes pas à la « fin de l’histoire » Occidentale, nous croyons en notre destinée, même si nous ne la voyons inscrite nulle part.

Nous ne croyons pas à une conception linéaire de l’histoire, à un début et une fin. Les Grecs nous en ont laissé une conception cyclique en héritage. C’est la raison pour laquelle nous croyons fermement en notre renaissance et voulons rallumer les feux de l’espérance.  

C’est ce que nous voulons faire à tout prix au travers d’une spiritualité qui élève et relie, qu’elle soit laïque ou religieuse.  

En commençant par dire aux hommes et à leurs enfants ce qui est véritablement arrivé dans leur passé lointain ou proche, leur dire d’où ils viennent, comment ils sont arrivés là et comment aller plus loin encore.

 

Francis NERI dit :

http://semanticien.blogspirit.com

 

02/12/2012

Le refus du système

Il semble que la raison, le souci de l’unité des patriotes reviennent peu à peu au sein de Riposte Laïque.

Je m’apprêtai à faire un article expliquant les raisons pour lesquelles je n’avais pas participé à la manifestation de Résistance Républicaine « contre l’islamisation » de la France. Robert Albarèdes m’a devancé, il réclame l’unité, ce qui manquait dans la manifestation de RR. L’unité et la co-organisation  (ce qui avait fait le succès des assises et de l’apéro saucisson pinard auxquelles j’avais participé)

L’unité, qui me fit m’engager pour la manifestation de Civitas le 18 et regretter celle du 17. Un choix d’unité qui manquait aux diatribes d’une extrême violence de Christine Tasin, et quelques autres, envers ceux qui manifestaient contre « le mariage pour tous ».

Prenons pour exemple l’appel au rassemblement de Robert Albarèdes. Je ne souscris pas à la totalité de sa vision projective. Par exemple sur l’Europe et la mondialisation qui, pour ma part, me semblent inéluctables; même si je souscris à un profond changement du « système » en particulier en matière de régulation, de contrôle et de répartition des richesses produites.

Donc pas d’accord à 100 % et pourtant je le rejoins et je suis prêt à combattre à ses côtés pour faire tomber un « régime » UMPS qui n’apporte plus rien au pays, aux citoyens  de quelque origine qu’ils soient, à l’Europe et au delà à la permanence de NOTRE civilisation.

"L’histoire a peu ou pas de sens, disait Poniatowski, qui savait de quoi il parlait, une poignée d’hommes, pourvu qu’ils le veuillent, peu la déterminer."

Encore faut-il que ces hommes –et ces femmes- sachent rassembler autour de trois ou quatre « idées forces » , qu’ils oublient leur ego, leur intérêt particulier, qu’ils « s’occupent » du peuple au sein duquel montent la frayeur, l’angoisse, l’inquiétude, le désespoir et la colère.   

Robert Albarèdes en appelle au Front National. Il pense que seule cette formation est en mesure de redresser la France. Je pense qu’il a raison, mais concrètement je ne ressens pas encore un grand intérêt des élites du parti de Marine pour cette mission de terrain qui devrait consister à rassurer le peuple, le protéger, exprimer culturellement et matériellement envers lui son soutien et sa solidarité.

Bref le parti de Marine pourrait "s'épanouir" comme écrit Robert Albarèdes que s'il fait en sorte d'aider le peuple à "s'épanouir" en premier. 

Marine veut le pouvoir. Et il est probable qu’elle parvienne à l’obtenir. La question que je me pose encore c’est : « Pour en faire quoi et au profit de qui ? »         

Moi aussi j’ai besoin d’être rassuré ! 

Francis NERI

http://semanticien.blogspirit.com

§

Citoyens de France, il faut donner une transcription politique à vos refus 

Posted on 1 décembre 2012 by Robert Albarèdes - Article du nº 279

Les sondages se suivent et se ressemblent…

Non seulement ils témoignent dans le temps présent de l’impopularité croissante du gouvernement et de Normal 1er  (1) mais encore ils montrent que rien de ce que ce gouvernement impose (malgré son assise électorale minoritaire) n’est en accord avec les demandes des citoyens de notre pays (2) .

Trop « d’islam » en France, trop d’immigrés, trop d’assistanat social (qui profite largement à ces mêmes immigrés qui ne payent que peu d’impôts et qui rarement cotisent aux budgets sociaux, sans parler de leur priorité dans l’accès au logement social), trop d’insécurité dans la vie quotidienne de nos villes et banlieues, trop d’Europe (ce qui prive notre pays d’une grande part de sa souveraineté et de son libre arbitre), trop de chômage, bien sûr….

Mais aussi, pas de vote pour les étrangers, pas d’adoption pour les couples « homosexuels », refus de la discrimination scolaire qui touche ceux qui ne peuvent donner à leurs enfants l’accès aux meilleures écoles (ce qui, bien entendu, est réservé aux « zélites » intellectuelles, financières, bien pensantes…).

L’examen de ces photographies instantanées et actuelles de l’opinion publique montre, à l’évidence, un mécontentement profond devant les choix gouvernementaux socio-écolos, le rejet de toutes ces orientations sociétales perverses, le refus de toutes les mesures qui, à l’image de la régularisation prévue des immigrés illégaux, hérissent particulièrement ceux qui bossent et cotisent…pour que ceux qui arrivent sans qu’on les ait invités s’installent dans le lit des autochtones..

Ne croyez pas, amis lecteurs et autres citoyens de France, que les « gouvernants » ignorent cela…Ne croyez pas qu’ils sont inconscients au point d’aller au suicide politique…

Non, non…

D’abord, comme bons « socialistes » politiciens, la seule chose qui les intéresse, c’est que, in fine, leurs électeurs, au dernier moment, continuent à leur apporter leurs suffrages ( Et ils s’attachent à récolter ceux des nouveaux arrivants qu’ils cajolent bien plus que les Français de souche!)… les réseaux clientélistes territoriaux et nationaux qu’ils ont mis en place servent à ça. Et le monde soumis des journaleux et des média de toutes sortes est là pour claironner, d’une seule voix soumise à l’autorité du maître socialiste (dame, il préserve l’aisance fiscale de la caste journalistique) que, hors d’eux, point de salut!

Ensuite, ils font la politique que leur demandent de faire les forces politiques, économiques, financières européistes et mondialistes, et ils la font d’autant plus volontiers qu’ils savent que la système du bipartisme qui détruit l’espace démocratique et dénature le sens des scrutins, les amènera à être remplacés par leurs faux ennemis (en fait, leurs vrais frères) de l’UMP qui ont conduit la même politique européiste, mondialiste, atlantiste avant eux…et ce n’est pas l’éclatement programmé d’une l’UMP déconsidérée et ridicule qui y changera quelque chose, le Borloo de service est prêt à prendre le relais…

Enfin, les uns (PS et alliés) et les autres (UMP et affidés) ont « l’arme absolue », celle qu’ils ont peaufinée depuis que Mitterrand a ramené le PCF à l’état de corps politique sous assistance respiratoire « socialiste » et qui fait l’essentiel de leur « argumentation politique » sans qu’ils y croit une seule seconde et qu’on peut résumer ainsi :

en face, ceux qui valorisent la Nation, qui récusent l’Europe de l’immigration, qui refusent l’islamisation rampante de notre société, qui mettent en cause la construction européenne « fédéraliste » qui tue la souveraineté nationale, qui demandent la protection nationale des différents secteurs de notre économie comme la sécurisation civile de nos quartiers et de nos villes…oui, ceux-là, ce sont des « fascistes », des représentants « de l’extrême droite » qui font penser « aux heures sombres de notre Histoire (celles, sans doute, où 286 parlementaires « de gauche » votèrent les pleins pouvoirs à Pétain pour collaborer avec l’ennemi), des « islamophobes » (selon le mot cher à ce grand démocrate qu’était l’ayatollah Khomeiny)…

bref, il s’agit, pour ceux là mêmes qui, depuis 40 ans, ensemble, détruisent la France, ses valeurs, ses réussites, son identité, son Histoire… de présenter comme non fréquentables et « anti démocrates »  tous ceux qui s’opposent à leur politique nocive et qui veulent porter les aspirations essentielles du Peuple de France saisi dans son expression majoritaire.

Eh bien, citoyens de France, il est temps de mettre en accord vos décisions électorales avec vos refus et vos demandes d’un vrai changement politique, économique, sociétal…

Il est temps d’aider à la consolidation et au renforcement du projet politique qui, appuyé sur les valeurs essentielles de laïcité vraie, axée sur la loi de 1905 et son application stricte, redonnera sa force à l’espace démocratique de la République.

Il est temps d’enraciner dans la vie quotidienne de nos quartiers, de nos villages, de nos villes, ceux qui porteront haut l’identité de notre pays, son Histoire pleinement assumée, les droits et les devoirs qu’il a su élaborer, le principe d’équité dans la redistribution des richesses créées, la primauté de la loi générale démocratiquement élaborée face à toutes les lois et pressions des différentes formes du communautarisme, qui seront fermement combattues.

Il est temps de donner la base électorale massive que demande ce mouvement né du premier tour de l’élection présidentielle et qui ne pourra s’épanouir, à partir des 18% qui l’ont vu émerger,  que dans le rassemblement de tous les « patriotes », en dehors des vieilles structures, dans une nouvelle matrice fédérative et plurielle.

Car le combat à mener est celui de l’action démocratique tournée vers la conquête de la majorité des voix des citoyens de notre pays, en refusant toutes les aventures et toutes les dérives belliqueuses.

Il ne suffit plus de dire, de sondages en sondages, que « ça ne peut plus durer »…Il faut se donner le moyen politique d’arrêter le « massacre » et de construire le renouveau.

Robert Albarèdes

 

 

1 – http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/11/28/97001-20121128FILWWW00573-sondage-fillon-et-cope-lourdement-sanctionnes-par-les-sympathisants-ump.php

2 – http://www.sudouest.fr/2012/11/11/sondage-ifop-trop-d-assistanat-et-l-islam-progresse-trop-pour-une-majorite-de-francais-875448-5356.php

https://docs.google.com/gview?url=http://www.lejdd.fr/var/lejdd/storage/original/media/files/politique/sondage-ifop-pour-le-jdd.pdf&chrome=true page 22.