Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2011

Démocratie d’opinion

Derrière la « victoire » d’Arnaud Montebourg on peut apercevoir au moins deux « réalités » qui ne vont pas tarder à éclater au grand jour et mettre en évidence le recul incontestable de la « démocratie partisane », celle de l’élite auto-proclamée, de gauche comme de droite.

La première, c’est l’émergence du concept que les clivages ne sont plus entre la gauche ou la droite, mais entre les gagnants et les perdants de la mondialisation.  

La seconde, c’est la revanche de la démocratie d’opinion sur la démocratie partisane, « compassionnelle » et ses discours déconnectés de la réalité.

Grâce à la liberté d’expression, et donc d’opinion, conquise essentiellement par les réseaux sociaux, le peuple de gauche comme de droite, dépassant les clivages dans lesquels les partis veulent les enfermer, font la « nique » aux minorités agissantes. Celles qui se cooptent entre elles au sein des appareils partisans et leurs représentants auto-proclamés.

Cette primaire socialiste sonne peut être joyeusement la fin des partis politiques traditionnels et leurs soldats de plomb idéologiques.

Le peuple, en révolte ouverte envers les partis politiques traditionnels et une certaine « élite » corrompue, veut choisir lui même ses candidats en dehors des appareils et s’engager sur les enjeux qu’il aura lui même identifiés et désignés comme prioritaires.

Je gage qu’il sera plus tenté de traiter de démondialisation, de relocalisation, de sortie de l’Euro, de frontière à rétablir, de préférence nationale, d’immigration, d’emplois, de pouvoir d’achat, que de soutien aux banques et établissements financiers, de CAC 40 ou de triple A.      

Au passage, il me semble que les Français disent avec de plus en plus de convictions qu’ils veulent se débarrasser de l’actuel Président de la République. Cela, les « partisans » du parti majoritaire bien installés dans leur sinécure renouvelable et leur certitude de détenir la vérité ne l’ont toujours pas compris. Ou alors ils font durer le plaisir pour en tirer encore quelques derniers avantages. 

Ce qui inévitablement, les conduira à leur perte.

Nous pourrions alors regretter que Jean Louis Borloo n’ai pas eu l’énergie suffisante et la lucidité nécessaire pour aller au bout de sa démarche. Il aurait pu être une alternative !

Encore un acte manqué qui aura de lourdes conséquences. Il y a fort à parier que le peuple de France, qui n’est pas aussi abruti que certains le croient par la société de consommation et le suffrage universel, se ralliera massivement à une certaine Marine qui, elle au moins, offre au peuple en révolte, plus seulement un exutoire, mais  l’occasion d’une vraie rupture avec le « parler faux » des « pansements » qui nous gouvernent depuis au moins trente ans.

Francis NERI

10/10/2011 

 

30/09/2011

Nos représentations

Pour les amis de mon blog et de facebook.

Compte tenu des amalgames, préjugés et jugements de valeur  qui sont produits actuellement ici et ailleurs, je vous propose un petit rappel de ce que peuvent provoquer des représentations qui ne sont pas « factuelles » (basées sur des faits).

C’est ce qui arrive à certains d’entre nous qui ne font pas la différence entre la réalité (le territoire) et l’idée qu’ils s’en font (la carte).

J’espère ne pas vous ennuyer et si vous avez envie d’approfondir ce fabuleux outil de « communication », vous avez sur ce blog de quoi le faire et bien sûr une recherche sur Internet vous comblerait.

Francis NERI

Nos représentations

Les filtres de perception

L’analyse systémique met en évidence que :

-      C’est parce que nous projetons sur le monde des formes connues qu’il nous est possible de le « comprendre ». Percevoir, c’est reconnaître une forme.

-      Nous avons tendance à voir ce que nous espérons voir. Nous ne reconnaissons que ce que nous connaissons déjà. Nous validons sans cesse nos représentations.

-      Nous avons tendance à percevoir ce que notre éducation, notre culture nous a préparé à voir, et nous faisons en permanence une lecture de notre environnement par rapport à nos intérêts et à nos buts du moment présent.

Ainsi, confronté à un « évènement », chaque individu n’en abstrait qu’un certain nombre de caractéristiques qui sont différentes pour chacun d’entre nous : Chacun a sa propre paire de « lunettes à abstraire » qui lui est personnelle.

Voici quelques pistes pour maîtriser ces biais cognitifs naturels :

Avoir conscience de ses filtres

1)      Considérer la vie comme une succession de nouveautés : un évènement change tout le temps. Vous retrouvez  après plusieurs années un ami avec lequel vous avez vécu un grand nombre d’évènements (des parties de pétanques passionnantes par exemple). Vous êtes surpris de ne pas retrouver le « même » ami. Il ne joue plus à la pétanque, vous oui ! Les relations sont différentes, voire plus difficiles qu’auparavant, vous n’avez plus avec lui le même centre d’intérêt qui vous liait par le passé et très vite vous ne le « comprenez plus ».

A chaque seconde se produit un nouvel événement. Si je rencontre quelqu’un aujourd’hui, c’est un événement. Si je le rencontre demain, c’est un nouvel événement. Si je le revois dans dix ans ce sera encore un nouvel événement.

2)      Prendre en compte  les notions d’identification et de « Similitudes/ Différences » : il peut y avoir autant de ressemblances que de différences dans ces nouvelles rencontres. Le problème, c’est que nous privilégions souvent les similitudes et nous ne recherchons pas systématiquement les différences (nous recherchons le joueur de pétanque qui tirait juste et bien). Ces données constituent un filtre au travers duquel nous allons sélectionner les informations qui sont conformes aux données préalablement emmagasinées.

Le risque est qu’elles peuvent nous amener à adopter une attitude qui voudra provoquer chez l’autre le comportement que l’on attend (Effet Pygmalion). Et, s’il ne l’adopte pas … s’il ne veut absolument pas jouer à la pétanque…, vous allez être déçu, frustré etc..

Si, vous rencontrez un ancien ami, vous pouvez vous contentez de penser : « il n’a pas changé ! » ou « il a  vieilli ! » ou encore « il n’a pas l’air très en forme »... pour jouer à la pétanque, s’il refuse de faire à nouveau quelques parties avec vous. Cela veut dire que vous l’avez étiqueté une fois pour toutes comme « joueur de pétanque ». À chaque fois que vous verrez cet ancien ami, vous chercherez  au mieux les similitudes avec les caractéristiques de l’étiquette que vous lui  avez attribuée.

L’habitude et l’automatisme font que nous ne nous donnons plus le recul de l’observation permettant de « voir » les changements et de réaligner, rajuster la représentation que nous avons de lui.

Dans notre vie sociale nous nous devons de lutter contre ce « mouvement naturel » et revisiter régulièrement nos croyances en les confrontant aux caractéristiques de la réalité :

Avoir compris et accepté que chacun d’entre nous perçoit une même situation de façon différente.

Savoir que les personnes n’ont pas conscience de ce phénomène. Du coup, chacun est persuadé que sa vision de la réalité est la réalité et qu’elle est la même pour tout le monde et que si ce n’est pas le cas, c’est que les autres ont des problèmes.

Intégrer le fait que nos comportements découlent directement d’une représentation subjective de la réalité. Si nous avons une vision erronée, alors nous développerons un comportement inadapté. Si nous n’avons qu’un seul mode de pensée, qu’une vision trop étroite (un seul point de vue), qu’une seule grille de lecture, nous n’aurons qu’un seul type de comportement à notre disposition.

La zone de risque est là : si vous avez à votre disposition qu’un seul type de comportement disponible (vouloir à tout pris rejouer à la pétanque avec un « ami » qui y a renoncé), vous  devenez manipulable, prévisible et peu efficace. Donc, à vous d’être vigilants en partant de vos propres représentations de la réalité et en vous exerçant à les revisiter par des prises de conscience volontaires ! 

Nettoyer ses filtres de perception

Pour éviter les identifications erronées, l’analyse systémique vous invite rechercher en permanence les différences.

Face à un “évènement” nouveau, celui  qui a la plus grande palette de comportements à sa disposition et la capacité d’utiliser celui qui est adapté à la situation apporte une réponse adéquate. Il est alors plus flexible, donc plus efficace.

Pour réduire l’écart entre la réalité et ce que vous percevez, vous avez donc intérêt à :

1)      Être conscient que vous accédez aux situations à travers le prisme de vos perceptions.

Que le fait que percevoir une chose ne vous donne pas automatiquement accès à la vérité-réalité de cette chose.

Qu’il a des filtres et des mécanismes qui influencent, limitent et déforment l’information qu’ils collectent.

2)      Identifier ses déformations systématiques générées par ses filtres et mécanismes perceptifs (cinq sens).

3)      Corriger en conséquence ses perceptions.

Distinguer les faits observables, les interprétations de ces faits (inférences) et les jugements de valeurs (énoncés évaluatifs).

Être le plus près possible au niveau de l’observation : décrire, quantifier, personnifier, clarifier, dater, indexer.

Éviter de « cataloguer » et mettre ses « relations » dans les "tiroirs" de sa mémoire ou de s’identifier à eux.

 

 

29/09/2011

Le prix de la liberté

Une amie, Caroline de Buyer, me dit pour m’encourager à lutter pour la liberté d’information, d’expression et d’opinion :

« Si tu es prêt à sacrifier un peu de liberté pour te sentir en sécurité, tu ne mérites ni l'une ni l'autre. »

« Le prix de la liberté c'est la vigilance éternelle ».

« Aucun honnête homme ne peut éprouver du plaisir à exercer un pouvoir sur ses concitoyens ». 

Des citations de Thomas Jefferson.

Et elle ajoute :

Je n'y connais rien en politique, et je crois que je ne pourrais jamais comprendre, mais la seule chose que je possède et que je veux garder précieusement, que j'essaie de transmettre à mes enfants, c'est ma liberté ! Et celle de penser avant tout mais surtout ne pas imposer car là, s'arrêtera celle des autres (la liberté). Ce qui fait encore notre démocratie (mais jusqu'à quand ?).

Et une petite dernière ... mais qui peut s'adapter à toutes les religions : 

"S’il était aussi facile de faire que de savoir ce qu’il faut faire, les chapelles seraient des églises et les chaumières des palais." 

William Shakespeare 

Au moment où certains se disant « Sarkozystes » veulent m’enfermer dans le piège d’une idéologie des extrêmes, me discréditer et me stigmatiser, cet encouragement fait du bien. 

Alors je confirme ma position et la nature de mon engagement à ceux qui s’interrogent à mon sujet et en particulier à un certain Claude, qui veut parler au nom des « Sarkozystes » Alsaciens et qui me déclare « ennemi » de Jean Philippe Maurer député de ma circonscription :

« Vous tombez mal Claude ! Jean Philippe Maurer EST un ami. Un des rares  UMP d'ailleurs que je respecte vraiment avec le député de Mundolsheim. (Je n'ai aucune sympathie pour Mme Keller ou encore Mr Grossmann qui ont, selon moi, donné la capitale européenne à la gauche, participé au financement public de la mosquée de Strasbourg et laissé se développer sur le territoire de la CUS un islam radical prônant la Scharia : le Parti des Musulmans de France).

Mais çà ne m'empêche pas de formuler des « observations » et c'est là que le bât blesse et la raison principale pour laquelle je refuse de me lier à un parti car il faut être au garde à vous, la main sur la couture du pantalon. Cela vous convient peut être, mais pas à moi. Sans intérêt pour moi les godillots.

Si j’ai adhéré à l’UMP c’était uniquement pour soutenir le candidat Nicolas Sarkozy et je l’ai souvent exprimé tout au long de ces pages. S’inscrire dans un parti, on ne m’y reprendra plus. J’aime trop ma liberté de penser et d’exprimer pour cela.

Dernier point au cas où vous n'auriez pas compris. JE NE ROULE PAS POUR LE FN ! Je roule pour l'alliance des droites à laquelle une « vraie » gauche peut adhérer à partir de valeurs communes et un intérêt de salut public et surtout au delà des clans et des partis politiques.

Je crois que la droite unie autour de ses valeurs essentielles est majoritaire en France...et en Alsace. Ce sont ses divisions qui la font perdre à chaque fois contre une gauche dénaturée »

Et je rajouterai pour être parfaitement clair :

Empêtrés dans la crise et dégoûtés de l'UMPS en raison de leur gestion désastreuse, de leurs affaires de corruption et de moeurs, vers qui pensent-ils, ces inconscients, que les Français vont se tourner ?

Il serait temps que les Sarkozystes ouvrent les yeux. Une dynamique s'est enclenchée et ce n'est pas en se déchirant entre eux et en menaçant ceux qui hésitent encore à voter Marine ou Mélenchon que les Sarkozystes vont inverser la tendance.

Il faut leur poser encore et toujours la même question :"Pour quelles raisons voulez vous que les électeurs du FN votent encore pour vous" Cà les fera peut être réagir, mais j'en doute ! 

Finalement, je crois connaître la raison de cette brutale agression des "Sarkozystes". Tout simplement parce que Hollande est le candidat qu'ils redoutent le plus et qu'ils préfèreraient avoir Martine Aubry en face d'eux. Pour la majorité, Martine Aubry est plus à gauche donc plus facile à combattre.

En faisant cela, ils précipitent un grand nombre d'hésitants dans les bras de Marine...et devant l'avalanche des affaires qui secouent l'UMP (et le PS) ils ne sont pas sortis de l'auberge !

Après le 9 octobre, il sortira bien un ou une candidate aux primaires de la gauche ; alors tout devrait changer si les Sarkozystes veulent sortir de leur « effondrement » et comprendre que le « tout pour Sarkozy » est insuffisant.

En attendant il faut les laisser se discréditer ils comprendront peut être mieux la nécessité de "l'alliance de tous les citoyens libres" pour faire face à l’effondrement d’un « système » qui vit ses derniers instants.

Francis NERI

29 septembre 2011