Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2014

Le phénomène migratoire

Pour des raisons essentiellement démographique (7 à 8 enfants par femme) gérer les migrations de main-d’œuvre, économique et politique par l’intégration et le développement en Afrique sub-saharienne est un vœu pieu. 

Surtout si l’on entend résoudre le problème posé par l’immigration Musulmane et d’Afrique de l’Ouest en France par la « remigration ».

Les flux migratoires en provenance de l’Afrique sub-saharienne à destination de l’Europe via le Maghreb ont considérablement augmenté provoquant des drames humains considérables qui tournent de plus en plus souvent au massacre dans certaines régions où la présence Islamiste est conséquente.
 
Les pays du Maghreb sont dans l’incapacité de mettre en place des réponses politiques adaptées en tant que pays d’accueil, de transit et de départ et, pour notre sauvegarde, nous devrions observer avec la plus extrême attention les systèmes de conflits et enjeux sécuritaires entre l’Afrique de l’Ouest et les pays du Maghreb.

Il m’apparaît de plus en plus évident qu’une épuration ethnique et raciale est en cours et que les causes sont d’origine économiques, démographiques, culturelles et cultuelles.

Le succès de la reprise en main de l’Afrique de l’Ouest par les Islamiste me paraît à terme inévitable sans intervention en force de l’Occident. Elle préluderait à une invasion des pays Occidentaux, la France serait en première ligne et une guerre dévastatrice serait inévitable. C’est la raison pour laquelle je persiste à penser que la  « remigration » est une bonne formule, à la condition qu’elle s’accompagne d’une re-colonisation de l’Afrique de l’Ouest afin d’y imposer nos règles, nos codes, nos lois, en commençant par une stricte régulation des naissances.

Francis NERI

08 10 14      

29/08/2014

La crise Européenne

La crise européenne est une crise de Maastricht…  

On crée des emplois ou on développe des ventes.

Des entreprises font pression à la baisse pour ne pas délocaliser. C’est une méthode allemande de négociation entre le patronat et les syndicats.

En France l’Etat négocie des emplois avec les entreprises et embauche des fonctionnaires.

En Allemagne on négocie des coûts donc des ventes. On réduit le nombre de fonctionnaires. La logique n’est pas la même : vendre d’abord en partager le profit ensuite avec les Allemands.
Aux syndicats à veiller à ce que le patronat ne réserve pas tout le profit aux actionnaires. Les salariés allemands semblent y trouver leur compte.
Les frontaliers et migrants Français qui travaillent en Allemagne également !

Comment concilier ces deux cultures ne serait ce que dans un budget Européen ?

Comment croire en une Europe des peuples à 27 alors que le fossé se creuse entre les deux locomotives de l’UE ?